Barde (cheval)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir barde.
Un exemple rare de barde complète destinée à la monture d'un chevalier du XVI°

La barde est l'ensemble des différentes pièces d'armure destinées à protéger un cheval sur un champ de bataille. Ce type de protection fut surtout développé à la fin du Moyen Âge pour protéger la cavalerie lourde des tirs ennemis pendant ses charges. A la fin du Moyen Âge, alors que l'armure des chevaliers était devenue très efficace, leurs montures constituaient leur point faible et devinrent les cibles des attaques ennemies. Cette tactique fut mise à profit par les archers anglais pendant la Bataille de Crécy au XIVe. Les montures des chevaliers français, enlisées dans la boue, furent abattues par des tirs d'archerie, forçant les chevaliers à démonter. La barde constitue une réponse à de tels évènements.

Les exemples de bardes médiévales exposées de manière complète à notre époque sont rares, mais on peut en trouver dans la Wallace Collection de Londres et dans la Royal Armories de Leeds.

Sommaire

Détail des différentes pièces d'armure

Chanfrein

Détail d'un chanfrein, avec cette fameuse décoration formée d'une rondelle et d'une petite pointe.

Le chanfrein est conçu pour protéger les parties fragiles de la tête du cheval, notamment ses yeux et, comme le nom l'indique, son chanfrein. Parfois, le chanfrein métallique inclut des charnières entre les plaques. Une décoration commune à de nombreux chanfreins est une rondelle ornée d'une petite pointe évoquant un peu une corne de licorne[1]. Le chanfrein trouve son origine dans l'ancienne Grèce mais il disparut de l'usage militaire jusqu'au XIIe siècle, lorsque les plaques de métal remplacèrent le cuir bouilli pour la protection des chevaux de guerre. La conception de base du chanfrein est restée stable jusqu'à ce que l'artillerie du XVIIe siècle rende la barde complètement obsolète, bien que des exemples plus tardifs de chanfreins gravés de décorations soient remarquables. Le chanfrein couvrait la tête du cheval de l'oreille à ses naseaux. Un grillage couvrait souvent les yeux de l'animal mais certains chanfreins ne les protégeaient pas entièrement. Des extensions métalliques pouvaient aussi recouvrir les joues du cheval, elles étaient couramment utilisés lors des tournois de joutes équestres[2].

Barde d'encolure

On voit clairement la barde d'encolure (protection du cou), le plastron (protection de la poitrine) et la barde de croupe. Kunsthistorisches Museum, Vienne, Autriche.

La barde d'encolure est un ensemble de plaques sectorielle qui protégeait le cou du cheval. Il se compose de deux ensembles de lamelles articulés et fixées les unes aux autres par des rivets. L'un de ces ensembles recouvre le haut de l'encolure du cheval (sa crinière) et l'autre le dessous[3].

barde de croupe

La barde de croupe protège l'arrière du cheval. Elle peut être fabriquée à partir d'une combinaison de cuir, de chaînes, ou de plaques.

Flançois

Le flançois, utilisé pour protéger le flanc, se fixe sur le côté de la selle, puis autour de l'avant ou de l'arrière du cheval et sur la selle à nouveau. Ils semblent avoir été constitués de plaques de métal ou de cuir riveté, et dans certains cas, de cuir bouilli. Ils avaient parfois des ouvertures conçues pour permettre au cavalier d'utiliser ses éperons.

Plastron

Le plastron est conçu pour protéger le poitrail du cheval tandis que la barde de croupe protège l'arrière. Il arrivait qu'il soit tendu depuis la selle.

Caparaçon

Les deux montures portent des caparaçons dans ce livre des tournois au XVe siècle
Détail sur la barde de croupe des montures de Carlos V, exposée au Palacio Real de Madrid

La barde a souvent été utilisée avec un tissu couvrant le cheval et connu sous le nom de caparaçon. Cet ensemble de tissus recouvrait parfois le cheval en entier, de la queue au poitrail. Il est difficile de savoir, à partir des illustrations d'époque, combien de protections en métal pouvaient être utilisées en conjonction.

Autres caractéristiques

Une autre caractéristique de la barde est la protection métallique fixée aux rênes, de sorte qu'elles ne puissent pas être coupées.

Notes et références

  1. Broughton, p. 100
  2. Mondadore, p. 417-418
  3. Mondadore, p. 143

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Broughton, Branford B. Dictionary of Medieval Knighthood and Chivalry: Concepts and Terms, (Westport, Connecticut: Greenwood Press, 1986).
  • Mondadore, Arnoldo, ed. The Complete Encyclopedia of Arms & Weapons, (New York:Simon & Schuster, 1979).
  • Stone, George Cameron (1934). A Glossary of the Construction, Decoration, and Use of Arms and Armor in All Countries and in All Times, Mineola: Dover Publications. ISBN 0-486-40726-8

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Barde (cheval) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cheval au Moyen Âge — Image du XVe siècle représentant Charlemagne avec un cheval de type médiéval. Article principal : Cheval. Le cheval au Moyen Âge …   Wikipédia en Français

  • BARDE — Suivant l’étymologie, barde signifie «qui pose, qui établit la louange». Et telle est bien la fonction du barde dans l’Antiquité celtique. Mais le droit ou le devoir de dispenser la louange implique aussi la possibilité contraire, celle du blâme …   Encyclopédie Universelle

  • barde — 1. (bar d ) s. f. 1°   Ancienne armure faite de lames de fer, qu on plaçait sur le poitrail d un cheval. 2°   Tranche de lard fort mince dont on entoure les chapons, les bécasses, les perdrix, etc. qu on fait rôtir. •   J y vois de gros gardes,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • cheval — CHEVAL. s. m. Animal qui hennit, propre à tirer & à porter. Cheval noir, blanc, gris pommelé, gris moucheté, truité, gris cendré, gris teste de more, alezan bruslé, alezan moreau, bay, bay brun, bay clair, isabelle, rubican, roüan, poil de souris …   Dictionnaire de l'Académie française

  • cheval — Cheval, Caballus, Equus, Sonipes. Il vient de Caballus. Cheval qui n a personne sur soy, Vacuus vel inanis aequus. Cheval de selle, Vectarius equus. Cheval de trait ou de charroy, Equus iugalis. Cheval de somme, ou un sommier, Equus sarcinarius.… …   Thresor de la langue françoyse

  • bardé — bardé, ée 1. (bar dé, dée) part. passé de barder1. Porté sur un bard. Les pierres ayant été bardées. bardé, éé 2. (bar dé, dée) part. passé de barder2. Chevalier bardé de fer. Poularde bardée de lard.    Fig. et familièrement. Être bardé de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • bardé — Bardé, [bard]ée. part. Un cheval bardé & caparaçonné. chapon bardé. des cailles bardées …   Dictionnaire de l'Académie française

  • barde — BARDE. s. f. Armure de cheval faite de lames de fer pour luy couvrir le poitral & les flancs. Ce mot n est plus en usage, parce que la chose n y est plus. On appelle fig. Barde, Une tranche de lard fort mince de laquelle on couvre des chapons,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • CHEVAL — s. m. Animal qu on emploie à porter et à tirer, que l homme monte, et dont il se sert en voyage, à la chasse, à la guerre, etc. Cheval sauvage. Cheval domestique. Cheval noir, blanc, gris pommelé, gris moucheté, truité, cap de more, alezan,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Cheval — Pour les articles homonymes, voir Cheval (homonymie). Cheval …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”