Bande à Bonnot

Jules Bonnot

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnot.
Anarchisme
Anarchy-symbol.svg
« L'anarchie c'est l'ordre sans le pouvoir »
Courants

AgoristeAutonome
CapitalisteChrétien
Collectiviste
CommunisteFéministe
ÉcologiqueIndividualiste
InsurrectionnelMutualiste
PhilosophiquePrimitiviste
SocialisteSyndicaliste

Concepts

AcratieAction directe
Amour libreAnationalisme
Anticapitalisme
Anticléricalisme • Antiétatisme
AntifascismeAntimilitarisme
Antiparlementarisme
Antipatriotisme
AntithéismeAthéisme
AutogestionBlack Bloc
Classe ouvrièreCollectivisme
EntraideFédéralisme
Gradualisme
Grève généraleIllégalisme
MutuellismeNaturisme
Néo-malthusianismeNudisme
Objection de conscience
PacifismePlateformisme
Propagande par le fait
Réappropriation
Reprise individuelleSabotage
SymbolismeSynthésisme
Végétarisme

Histoire

Précurseurs de l'anarchisme
Histoire de l'anarchisme
Chronologie de l'anarchisme
Presse anarchiste
1ere internationale
Congrès de Saint-Imier
Fédération jurassienne
Commune de ParisChristiania
Makhnovtchina
Bande à Bonnot
Affaire Sacco et Vanzetti
Mai 68
Premier maiMouvement punk
Révolution mexicaine
Révolte de Kronstadt
Révolution espagnole
Révolte du Chiapas

Presse anarchiste

Alternative libertaire
Courant Alternatif
CQFDEkintza Zuzena
FreedomGreen Anarchy
Infos et analyses libertaires
Le Monde libertaire
Rojo y NegroSicilia libertaria
Solidaridad Obrera
Tierra y Libertad
Umanità Nova

Organisations

Action Autonome
Anarchists Against the Wall
CNTCGAGARAS
Fédération anarchiste
Alternative Libertaire
NEFAC
OCLOLS
SCALP
UCL

Sabcat2.svg
« À mauvaise paye mauvais travail ! »
Portail de l'anarchisme
Jules Bonnot

Jules Joseph Bonnot (1876 - 1912) est un anarchiste français. Il fut le meneur de la « bande à Bonnot », un groupe illégaliste ayant multiplié les braquages et les meurtres en 1911 et 1912.

Sommaire

Une jeunesse difficile

Jules Joseph Bonnot est né à Pont-de-Roide (Doubs) le 14 octobre 1876. Sa mère décède le 23 janvier 1887 à Besançon alors qu’il n'a que dix ans. Le père de Jules, ouvrier fondeur, analphabète, doit alors assumer seul l’éducation du garçon. Les études de ce dernier se passant mal, il abandonne vite l’école.

À quatorze ans, il entre en apprentissage. Il n’est pas très motivé par ce travail pénible et se dispute souvent avec ses patrons successifs. En 1891, à quinze ans, Bonnot est condamné pour la première fois pour pêche avec engin prohibé, puis en 1895 suite à une bagarre dans un bal. Il se marie après son service militaire en 1901 avec Sophie, une jeune couturière, avec laquelle il part pour Genève. Son frère aîné se suicide par pendaison en 1903 suite à un amour déçu.

Engagement anarchiste

C’est à cette époque que Bonnot commence à militer pour l’anarchisme. Il se fait renvoyer des chemins de fer de Bellegarde suite à son engagement politique et plus personne n’accepte de l’engager. Il décide alors de partir pour la Suisse. Il trouve un poste de mécanicien à Genève et sa femme tombe enceinte. Mais l’enfant, Émilie, meurt quelques jours après l’accouchement. Bonnot milite toujours pour l’anarchisme et acquiert une réputation d’agitateur. Il est alors expulsé de Suisse.

Ses dons en mécanique lui permettent cependant de retrouver rapidement un emploi chez un grand constructeur automobile de Lyon. En février 1904 sa femme accouche d’un second enfant. Les convictions politiques de Bonnot restent vivaces : dénonçant les injustices et menant des grèves, il s’attire les foudres des patrons. Il décide alors de quitter Lyon pour Saint-Étienne.

À Saint-Étienne, il est mécanicien dans une firme reconnue. Il loge avec sa famille chez le secrétaire de son syndicat, Besson, qui devient l’amant de sa femme. Pour échapper à la colère de Bonnot, Besson part en Suisse avec Sophie et son enfant. Son engagement est toujours plus fort. Sa fuite lui a fait perdre son emploi et il devient, comme bien d’autres à cette époque, un chômeur miséreux. De 1906 à 1907, il ouvre deux ateliers de mécanique à Lyon, tout en commettant quelques casses avec Platano, son bras droit. En 1910, il se rend à Londres et devient chauffeur de Sir Arthur Conan Doyle, père de Sherlock Holmes, grâce à ses talents de chauffeur qui lui seront plus qu’utiles dans son aventure illégaliste.

Les débuts de la bande

Fin 1910, Bonnot est de retour à Lyon et utilise l’automobile (une De Dion-Bouton) comme technique criminelle, une innovation. La police le recherche et il quitte précipitamment Lyon avec Platano. En cours de route, il tue Platano dans des circonstances qui restent peu claires : selon la version qu’il donnera à ses futurs complices, Platano se serait grièvement blessé avec son revolver par accident, et il l’aurait achevé pour lui éviter de souffrir. Comme le note Alphonse Boudard[1], Bonnot ne pouvait donner d’autre version, d’autant plus que Platano était sa caution auprès des anarchistes parisiens. Bonnot ayant récupéré une forte somme d’argent que Platano portait sur lui, l’hypothèse d’un meurtre prémédité ne peut être écartée.

Fin novembre 1911, Bonnot rencontre au siège du journal l'Anarchie, dirigé par Victor Serge[réf. nécessaire], plusieurs sympathisants anarchistes qui vont devenir ses complices, dont les deux principaux, Octave Garnier et Raymond Callemin dit « Raymond-la-science », d’autres qui joueront un rôle moindre dans l’affaire, Élie Monnier dit « Simentoff » (ou Symentoff), Édouard Carouy, André Soudy, ainsi qu’Eugène Dieudonné, dont le rôle exact n’a jamais réellement été établi. Adeptes de la reprise individuelle, tous ont déjà commis de menus larcins, et brûlent de passer à l’étape supérieure. L’arrivée de Bonnot joue un rôle de déclencheur. Bien que l’idée de chef répugne aux anarchistes, Bonnot, plus âgé, plus expérimenté dans le crime, va virtuellement jouer ce rôle.

Le braquage de la Société générale

Le 14 décembre 1911, Bonnot, Garnier et Callemin volent une automobile qu’ils comptent utiliser pour leurs projets. Utilisant ses connaissances des différents modèles, Bonnot a choisi une Delaunay-Belleville verte et noire de 12 CV, modèle 1910, marque de luxe qu’il sait fiable et rapide.

Le 21 décembre 1911, à 9h, devant le 148 rue Ordener à Paris, Bonnot, Garnier, Callemin et peut-être un quatrième homme se présentent à la rencontre d’Ernest Caby, garçon de recette de la Société générale, et de son garde du corps, Alfred Peemans. Lorsqu’ils les aperçoivent, Garnier et Callemin se précipitent hors de la voiture, Bonnot restant au volant. Garnier fait feu à deux reprises sur l’encaisseur qui s’effondre, grièvement blessé. Callemin ramasse sa sacoche, et tous deux s’enfuient en direction de la voiture, malgré l’intervention de passants que Bonnot tente de disperser en tirant en l’air. Une fois Callemin et Garnier montés à l’intérieur, Bonnot démarre, mais Callemin fait tomber la sacoche dans le caniveau. Il descend pour la récupérer, aperçoit quelqu’un qui court dans sa direction, sur lequel il tire sans le toucher, puis récupère son larcin et remonte dans la voiture. Selon plusieurs témoins, un quatrième homme serait intervenu à ce moment. Enfin, Bonnot démarre, et la bande prend la fuite.

C’est la première fois qu’une voiture est utilisée pour commettre un braquage, et l’événement a un retentissement considérable, accru par la blessure grave de l’encaisseur. Le lendemain l’événement fait la une des journaux. La bande déchante pourtant en découvrant le butin qui n’est que de quelques titres et de 5000 francs. Ils abandonnent leur voiture à Dieppe puis reviennent à Paris. Callemin, parti en Belgique pour tenter en vain de négocier les titres, les rejoint bientôt. Pendant ce temps la police découvre que le braquage est lié au milieu anarchiste, nouvelle qui, lorsqu’elle transpire dans la presse, augmente encore le retentissement de l’affaire.

Une semaine environ après le braquage de la Société générale, Garnier et Callemin trouvent refuge quelques jours chez Victor Serge et sa maitresse Rirette Maitrejean. Bien que n’approuvant pas les méthodes de la bande, ils les hébergent par solidarité. Peu après le départ de Garnier et Callemin, la police, enquêtant toujours parmi les anarchistes connus, perquisitionne le domicile de Victor Serge. Le couple est arrêté, officiellement pour détention d’armes trouvées dans un paquet laissé par un ami anarchiste. La presse présente Victor Serge comme le « cerveau » de la bande, estimant que sans lui la capture des autres est imminente. L’événement a en fait plutôt l’effet inverse : de jeunes anarchistes comme René Valet et André Soudy, révoltés par cette arrestation, vont par la suite se joindre au groupe illégaliste.

Autres vols et braquages

La Bande continue son périple ; le 31 décembre 1911 à Gand, Bonnot, Garnier et Carouy tentent de voler une voiture. Ils sont surpris par le chauffeur mais Garnier assomme celui-ci, puis tue au revolver un veilleur de nuit alerté par le bruit. Le 3 janvier 1912, à Thiais, Carouy, en compagnie de Marius Metge, assassine un rentier et sa femme de chambre au cours d’un cambriolage. Rien n’indique que ce double meurtre ait été concerté avec Bonnot et ses autres complices, mais du fait de la participation de Carouy au coup de Gand, la justice va le confondre avec les autres crimes de la bande. Le 27 février 1912, Bonnot, Callemin et Garnier volent une nouvelle Delaunay-Belleville. Un agent de police qui tente de les interpeller en raison de la conduite dangereuse de Bonnot dans Paris est abattu par Garnier (par coïncidence l’agent s’appelait également Garnier[2]). Ce meurtre d’un agent de la force publique augmente encore la fureur de la presse et de l’opinion, qui exigent la capture de la bande. Le lendemain à Pontoise, le trio tente de dévaliser le coffre-fort d’un notaire. Surpris par celui-ci, ils sont contraints de s’enfuir en abandonnant le butin.

Le braquage de la succursale de la Société générale à Chantilly en mars 1912, vue par Le Petit Journal

Pendant ce temps, Eugène Dieudonné est arrêté. Dieudonné nie toute participation aux activités criminelles de la bande, bien qu’il admette connaître Bonnot et les autres et reconnaisse ses sympathies anarchistes. Il est accusé de participation au braquage de la rue Ordener par le garçon de recettes de la Société générale, qui avait dans un premier temps reconnu Carouy puis Garnier sur les photos qui lui avaient été présentées.

Le 19 mars 1912, une lettre publiée dans Le Matin fait sensation. Dans celle-ci, Garnier provoque les forces de police qu’il met au défi de l’arrêter. Il ne se fait pourtant pas d’illusion sur son sort : je sais que je serai vaincu que je serai le plus faible, écrit-il, mais je compte bien faire payé (sic) cher votre victoire. Il innocente Dieudonné, affirmant être l’auteur des crimes dont celui-ci est accusé. La lettre est signée par une empreinte digitale que la police reconnaît comme authentique.

Le 25 mars 1912, le trio habituel Bonnot, Garnier, Callemin, accompagnés de Monnier, Valet et Soudy, se prépare à voler une limousine De Dion-Bouton dont ils ont appris qu’elle devait être livrée sur la Côte d'Azur. L’attaque se passe à Montgeron. Bonnot placé au milieu de la route agite un mouchoir. Lorsque la voiture s’arrête, le reste de la bande surgit. Croyant que le chauffeur allait sortir une arme, Garnier et Callemin l’abattent, ainsi que le propriétaire de la voiture. Selon celui-ci, qui survit à ses blessures, Bonnot aurait crié au milieu de la fusillade « Arrêtez ! Vous êtes fous ! Arrêtez ! ». Dans la foulée, la bande décide de se rendre à la succursale de la Société générale à Chantilly pour un braquage improvisé. Surgissant dans la banque, Garnier, Callemin, Valet et Monnier abattent deux employés, entassent des rouleaux d’or et billets de banque dans un sac, puis regagnent la voiture que Bonnot fait promptement démarrer. Les gendarmes sont alertés, mais ne disposant que de vélos et de chevaux, ils doivent laisser la bande s’enfuir.

Fin de la bande à Bonnot

Après ce dernier braquage, la police va progressivement mettre fin aux activités de la bande. Le 30 mars 1912, Soudy est arrêté. Le 4 avril 1912, c’est le tour de Carouy. Le 7 avril 1912, les policiers capturent Callemin, résultat important celui-ci étant l’un des protagonistes les plus importants avec Garnier et Bonnot. Le 24 avril 1912, Monnier est également arrêté.

Le 24 avril 1912, Louis Jouin, numéro 2 de la sûreté nationale qui est chargé de l’affaire, perquisitionne à Ivry-sur-Seine au domicile d’un sympathisant anarchiste. Dans une chambre, il a la surprise de reconnaître Bonnot, qui le tue à coup de revolver puis parvient à s’enfuir. Blessé au cours de la fusillade, Bonnot se rend chez un pharmacien pour se faire soigner. Il explique au pharmacien qu’il est tombé d’une échelle, mais celui-ci fait le rapprochement avec l’affaire d’Ivry et prévient les autorités. La police peut ainsi avoir une idée approximative de l’endroit où se trouve Bonnot et passe la région au peigne fin. Le 27 avril 1912, elle le surprend dans sa cachette de Choisy-le-Roi. Bonnot a le temps de se retrancher dans sa maison, et le chef de la Sûreté préfère faire cerner les alentours et attendre les renforts plutôt que de donner l’assaut. Un long siège commence, mené en personne par le préfet de police, Louis Lépine et sous le commandement du capitaine Pierre Riondet et du lieutenantFélix Fontan de la garde républicaine. De plus en plus de troupes diverses arrivent (jusqu’à un régiment de Zouaves avec sa mitrailleuse Hotchkiss dernier cri), ainsi que de nombreux badauds venus assister au « spectacle ». Bonnot sort de temps en temps sur le perron pour tirer sur ses ennemis ; il est évidemment accueilli par des salves de tir mais parvient à chaque fois à s’en sortir indemne. Tandis que le temps passe et que la police tergiverse sur la façon de mettre fin au siège, il se désintéresse peu à peu de ses assaillants pour se mettre à écrire son testament. Finalement, le lieutenant Félix Fontan décide de faire sauter la maison à la dynamite. Grièvement blessé dans l’explosion, Bonnot prend encore le temps de terminer son testament en affirmant l’innocence de plusieurs personnes dont Dieudonné. Lorsque les policiers emmenés par Guichard donnent l’assaut, il parvient encore à les accueillir à coup de revolver avant d’être blessé. Il décède peu après en arrivant à l’Hôtel-Dieu de Paris.

Après Bonnot, les deux derniers membres de la bande en liberté sont Valet et surtout Garnier, auteur de la plupart des meurtres. Le 14 mai 1912, ils sont localisés dans un pavillon de Nogent-sur-Marne. Les policiers espèrent réaliser une arrestation « en douceur », mais manquant de discrétion, ils sont repérés par Valet et Garnier qui se retranchent dans la maison. Un nouveau siège commence, pratiquement identique à celui de Choisy, avec un très grand nombre de policiers et militaires et une foule de badauds venue suivre les opérations. Pendant plus de 9 heures, Valet et Garnier tiennent en respect une petite armée de forces de l’ordre. Finalement, un régiment de dragons parvient à faire sauter la villa. La police donne l’assaut et achève les deux hommes. Les policiers doivent ensuite se battre pour récupérer les corps avec la foule qui veut les réduire en bouillie.

Le procès des survivants

Le procès des membres survivants de la bande à Bonnot a lieu en février 1913. Les principaux accusés sont Callemin, Carouy, Metge, Soudy, Monnier, Dieudonné, Victor Serge, auxquels s’ajoutent diverses personnes accusées d’avoir aidé la bande à différents titres. Callemin est le principal membre survivant ; il utilise le tribunal comme une tribune pour exprimer sa révolte. Il nie les faits qui lui sont reprochés, mais de telle façon qu’il ne laisse guère de doute sur sa culpabilité. Carouy et Metge sont surtout jugés pour le double meurtre de Thiais ; ils nient mais leurs empreintes digitales les accusent sans équivoque. À Monnier et Soudy est reprochée leur participation au hold-up de Chantilly, dont les témoins les reconnaissent formellement. Victor Serge est présenté au début du procès comme la tête pensante de la bande, ce qu’il nie énergiquement, montrant qu’il n’a à aucun moment profité de leurs vols.

Le seul cas véritablement douteux est celui de Dieudonné, accusé de participation au braquage de la rue Ordener. Bonnot et Garnier ont affirmé son innocence avant de mourir. Dieudonné dispose de plus d’un alibi étayé de preuves, montrant qu’il était à Nancy au moment des faits. Contre lui pèsent les témoignages de plusieurs témoins, dont celui de l’encaisseur de recettes dévalisé par la bande.

À l’issue du procès, Callemin, Monnier, Soudy et Dieudonné sont condamnés à mort. Carouy et Metge sont condamnés aux travaux forcés à perpétuité (Carouy se suicidera par la suite dans sa cellule). Victor Serge est condamné à 5 ans de prison ; il est parvenu à se disculper de l’accusation d’avoir été le « cerveau » de la bande à Bonnot, mais est condamné pour les revolvers retrouvés à son domicile au cours de son arrestation. À l’annonce du verdict, Callemin prend la parole. Alors qu’au cours des débats il avait nié avoir participé au hold-up de la rue Ordener, il s’accuse, et affirme que Dieudonné est innocent. Cette déclaration va être utilisée par le défenseur de Dieudonné, maître Vincent de Moro Giafferi, pour présenter un recours en grâce auprès du président Raymond Poincaré. Celui-ci commue la peine de Dieudonné en travaux forcés à perpétuité. Quant aux trois autres condamnés à la peine capitale, ils sont guillotinés le 21 avril 1913, devant la Prison de la Santé à Paris.

Un peu plus d’un demi-siècle plus tard, en mai 1968, la salle Cavaillès de la Sorbonne fut rebaptisée salle Jules-Bonnot par les membres du Comité d’occupation de ce bâtiment, "Enragés", anarchistes et situationnistes pour la plupart. Cf. Enragés et situationnistes dans le mouvement des occupations, Paris, Gallimard, 1968 ; et Internationale situationniste, n°12, 1969, p.22.

Notes

  1. Alphonse Boudard, Les Grands Criminels, Le Livre de Poche, 1990, (ISBN 2253053651), p. 35-36
  2. Commissaire Jean Belin, Trente ans de Sûreté nationale

Bibliographie

  • Paul Gordeaux, La Bande à Bonnot , Éditions J’ai Lu/ Minerva 1970, coll. « Le Crime ne paie pas »
  • Frédéric Delacourt, L’Affaire bande à Bonnot, De Vecchi, coll. « Grands procès de l’histoire », 2000, (ISBN 2213022798)
  • Wiliam Caruchet, Ils ont tué Bonnot, Calmann-Lévy, 1990, (ISBN 2702118690) (Intéressant, car l’auteur, avocat, a acheté la totalité des archives policières ayant trait aux actions de la bande, lors d’une vente publique).
  • Alphonse Boudard, Les Grands Criminels, le Pré aux Clercs, 1989, (ISBN 2714422993) et Le Livre de poche 1990
  • Bernard Thomas, La Belle époque de la bande à Bonnot, Fayard, 1989, (ISBN 2213022798)
  • André Colomer, À nous deux, Patrie ! (chapitre XVIII: "Le Roman des Bandits tragiques"), 1925
  • Pino Cacucci, En tout cas pas de remords, Christian Bourgois éditeur, 1999 (roman basé sur les personnages et faits réels).
  • Jean Maitron, Ravachol et les anarchistes (Julliard 1964) où il présente une partie des mémoires de Callemain.
  • Malcolm Menzies, En exil chez les hommes, Rue des Cascades, 2007, (ISBN 9782917051023) (roman, traduit de l'anglais par Ariane Bataille et remarquablement documenté)
  • Bernard Thomas : La Bande à Bonnot - Tchou 1968.
  • Frédéric Lavignette, "La Bande à Bonnot à travers la presse de l'époque" 2008
  • Jean Normand, "La bande tragique" édition "la dernière chance" série "les nuits blêmes" 1953

Articles connexes

Membres de la « bande à Bonnot »

Autre

Liens externes

  • Portail de l’anarchisme Portail de l’anarchisme
  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
  • Portail de la criminologie Portail de la criminologie

Ce document provient de « Jules Bonnot ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bande à Bonnot de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • La Bande à Bonnot — Jules Bonnot Pour les articles homonymes, voir Bonnot. Anarchisme …   Wikipédia en Français

  • La Bande a Bonnot (film) — La Bande à Bonnot (film) La Bande à Bonnot (ou Les Anarchistes) est un film français de Philippe Fourastié sorti en 1968. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 4 Au …   Wikipédia en Français

  • La bande à bonnot (film) — La Bande à Bonnot (ou Les Anarchistes) est un film français de Philippe Fourastié sorti en 1968. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 4 Au …   Wikipédia en Français

  • La Bande à Bonnot (film) — La Bande à Bonnot (ou Les Anarchistes) est un film français de Philippe Fourastié sorti en 1968. Sommaire 1 Synopsis 2 Fiche technique 3 Distribution 4 Autour du film …   Wikipédia en Français

  • La Bande à Bonnaud —  Ne doit pas être confondu avec la Bande à Bonnot. La Bande à Bonnaud était une émission de radio présente sur France Inter durant la saison 2006 2007. Elle était diffusée du lundi au jeudi de 16h30 à 18 heures. Consacrée à la culture, ses… …   Wikipédia en Français

  • Bonnot — ist der Name von Étienne Bonnot de Condillac (1715–1780), französischer Geistlicher (Abbé von Muréaux), Philosoph und Logiker Françoise Bonnot (* 1939), französische Cutterin Gabriel Bonnot de Mably (1709–1785), französischer Politiker und… …   Deutsch Wikipedia

  • Bonnot — (Jules Joseph) (1876 1912) anarchiste français; abattu par la police. Les attaques à main armée rendirent célèbre la bande à Bonnot …   Encyclopédie Universelle

  • Bonnot Gang — The Bonnot Gang ( La Bande à Bonnot ) was a French criminal anarchist group that operated in France and Belgium during the Belle Époque, from 1911 to 1912. Comprised of individuals who identified with the emerging illegalist milieu , the gang… …   Wikipedia

  • Bonnot-Bande — Die Bonnot Bande auf einer Illustration in Le Figaro …   Deutsch Wikipedia

  • bande — 1. bande [ bɑ̃d ] n. f. • déb. XIIe; frq. °binda « lien » 1 ♦ Morceau d étoffe, de cuir, de papier, de métal, etc., plus long que large, qui sert à lier, maintenir, recouvrir, border ou orner qqch. ⇒ lien, ligature; courroie, lanière, ruban. L… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”