Bals De Paris

Bals de Paris

Le bal de l'Opéra, en 1873, vu par Édouard Manet.
Article principal : Bal.

Des bals ont existé de tout temps, peut-être à Lutèce, sous les gallo-romains, sûrement au Moyen Âge et à la Renaissance, où ils sont attestés par plusieurs auteurs.

A l'époque moderne, ils débutent officiellement le 31 décembre 1715, lorsque le Régent créa le bal de l'Opéra. De nombreux théâtres ouvrirent pour danser au XVIIIe siècle (Comédie-Française, Opéra-Comique, Comédie-Italienne).

Sous la Révolution française, la liesse multiplia les bals publics. En 1790, il y avait environ quatre cents bals à Paris.

Par ailleurs, les XVIIIe et XIXe siècles virent se multiplier les bals privés, donnés dans les hôtels particuliers de l'aristocratie ou de la bourgeoisie

Sommaire

Historique

Les bals particuliers

  • Les bals masqués et les bals travestis (publics ou privés), particulièrement nombreux durant la période du carnaval, qui durait jadis à Paris depuis le 11 novembre jusqu'aux Jours Gras (le dernier étant Mardi Gras), avec une reprise au moment de la Mi-Carême.
  • Les bals particuliers :
Ces deux derniers étaient certainement les plus « chauds » de Paris...

Le Bal de l'Internat était le bal des internes en médecine. Le Bal des 4'zarts était le bal des étudiants des Beaux-Arts (créé à l'initiative du Grand Massier des Beaux-Arts, en 1892, sa dernière édition eu lieu en 1966).

Les bals publics


Mais le bal Bullier[1] de 1847 à 1907, fut le plus grand bal de Paris. Le vieux quadrille, danse collective, a disparu et l'on y danse polkas, valses et mazurkas, danses de couples s'il en est.

  • Sous le Second Empire, on danse beaucoup dans les salons mais aussi en public et le bal de l’Opéra atteint son apogée ; à la même époque apparurent notamment :
    • l'Araignée, véritable taverne des Truands, au 100 boulevard de Clichy
    • la Cigale, boulevard Rochechouart
    • le Moulin rouge qui anime Pigalle et Montmartre et où, à son ouverture, on dansait le « chahut »
    • le Tabarin à Montmartre
  • En 1863, Alfred Delvau relève à Paris 63 bals, dont il fait des esquisses. Ce sont :
    • l'Araignée
    • le Bal de la Cave
    • le Bal de l'Opéra
    • le Bal Mabille
    • le bal Montesquieu
    • les Barreaux Verts
    • la Belle Moissonneuse
    • la Boule Noire
    • le Casino d'Asnières
    • le Casino Cadet : « Au Casino, six cents personnes à peu près, puanteur du gaz, odeur, chaleur et vapeur des corps entassés. Il y a des petits recoins où l'on peut boire, une espèce de foyer où l'on se coudoie ; çà et là, des banquettes de vieux velours usé, un mobilier d'hôtel garni » (Hippolyte Taine).
    • le Château d'eau
    • la Cigale
    • l'Élysée Montmartre
    • l'Ermitage (bal)
    • les Folies de Chartres
    • les Folies Robert
    • la Grande Chaumière, à la hauteur du 120 Boulevard Montparnasse, créé en 1787, détruit vers 1820.
    • la Grenouillère (au bois de Boulogne)
    • l'Idalie (rue Marbeuf)
    • le jardin Biron
    • le jardin Bourbon (Élysée)
    • le Jardin de Paris
    • le Moulin de la Galette, guinguette à Montmartre
    • le Moulin Rouge
    • le pavillon de Hanovre à l'emplacement de l'actuel palais Berlitz dans le 2ème arrondissement
    • le Prado (bal), fondé par Vernaud en 1810, dans l'ile de la Cité à l'emplacement de l'ancienne église Saint Barthélémy. Détruit en 1858 pour la construction du Tribunal de commerce.
    • le Pré Catelan (au bois de Boulogne)
    • la Salle Barthélemy
    • la Salle Markowski
    • le Salon de la Victoire
    • les Salons de Cellarius
    • le Tabarin
    • le Tivoli
    • le Treize rue Au Maire
    • le Vieux Chêne
D'après Alfred Delvau, Les Cythères parisiennes. Histoire anecdotique des bals de Paris, Paris, Dentu, 1864.
  • Sous la Restauration, on danse encore plus que sous le Premier Empire et les bals sont la grande distraction du soir. Le bal commence à 20 h 30 ou 21 h et se poursuit jusqu’à 4 h du matin.
  • A la fin du siècle, aux succès du Moulin-Rouge, du Tabarin, du Moulin de la Galette, s'ajoutent ceux des bals de la rue de Lappe. Sans oublier les innombrables bistros où en dansait en poussant les tables, après le repas, spécialement chez les « Bougnats » dans les arrières-salles des « cafés-charbon ». Ces bals auvergnats s'appelleront vite « bals à la musette » (la musette ou cabrette est le nom de la cornemuse auvergnate), puis tout simplement « musettes ».
  • Au début du XXe siècle, l'accordéon (qu'il soit chromatique ou diatonique) remplace la cabrette et s'installe dans les bals musette. La valse lente et la java supplantent la bourrée.
  • Première Guerre mondiale : les bals sont fermés sur ordre du Préfet de la Seine. Mais de nombreux bals clandestins très profitables se développent. Les maisons closes conservent également un piano au rez-de-chaussée pour animer la soirée et inciter les clients à monter.
  • Les années 1920 à 1940 furent une période faste pour le musette : Paris compte plus de 300 bals, auxquels il faut ajouter les dancings, les guinguettes et les bals parquets de banlieue et de province. Là, valse chaloupée et java, nos danses « nationales », durent céder la place à leurs petites sœurs d'Amérique :
  • Seconde Guerre mondiale : les bals sont fermés sur ordre du Préfet de la Seine.
  • A la Libération, où l'on danse dans les rues, les bals retrouvent une glorieuse décennie. Et si l'on va danser quai de Grenelle (au bal de la Marine très mal famé) ou à la Bastille, rue de Lappe (avec les fameux Balajo et Bal Bousca), on y va aussi pour « s'encanailler ».
  • Les bals doivent peu à peu céder la place aux surboums et autres surprises-parties, mais surtout aux dancings, night-clubs et autres boîtes de nuit, notamment à cause de la pression immobilière omniprésente.
  • Peu subsisteront au-delà de cette décennie.

La clientèle

  • Pour les hommes : des apaches, des soldats en permission, des gens de maison ; en fin de semaine : des artisans et ouvriers, des étudiants en goguette...
  • Pour les femmes : des midinettes, des blanchisseuses, des gens de maison, des « gigolettes », des « lorettes » (courtisanes, grisettes, du nom du quartier de l'Église de Notre Dame de Lorette) en goguette et, en fin de semaine, des ouvrières...
  • Sans compter les « bons bourgeois » qui venaient s'encanailler...

Réflexions

  • Fermés pendant les deux guerres mondiales, les bals parisiens, symboles d'époques somme toute heureuses, avaient vécu. Ils avaient été le reflet de mœurs, de modes, de musiques, qu'on pourrait croire bien parisiennes, mais qui furent quasi universelles. Et c'est à ce titre qu'il faut s'en souvenir.

Bibliographie

  • Étienne-Junien de Champeaux, Physiologie des bals de Paris et de ses environs, Paris, Decaux, 1845.
  • Louis Huart, Paris au bal. 50 vignettes par Cham (de Noé), Paris, Aubert, (1845).
  • Brieux de Saint-Laurent, Quelques mots sur les danses modernes, Paris, Douniol, 1856.
  • Alfred Delvau, Les Cythères parisiennes. Histoire anecdotique des bals de Paris, Paris, Dentu, 1864.
  • Marquis de Rochegude, Guide pratique à travers le Vieux Paris, Paris, 1905.
  • André Warnod, Les bals de Paris, Paris, Crès & Cie, 1922.
  • François Gasnault, Les bals publics à Paris de 1830 à 1870 (thèse de l'École nationale des chartes), 1980, 4 volumes et 1 album. Publication : Guinguettes et lorettes : bals publics et danse sociale à Paris entre 1830 et 1870, Paris, Aubier, 1986 (ISBN 2-7007-2206-X)
  • Figures du carnaval au temps de Balzac. 110 dessins et gravures de Gavarni, s.d.
  • Michel Faul, Louis-Antoine Jullien : musique, spectacle et folie au XIXe siècle, éditions Atlantica, 2006 (ISBN 2-35165-038-7)
  • Henri Joannis Deberne, Danser en société, Christine Bonneton editeur, 3/1999, Paris (ISBN 2-86253-229-0)

Source documentaire

  • Fonds Eugène Wagner (Archives nationales de France, Dépôt légal : AB XIX 2931-2959). 28 cartons (AB XIX 2931-2959), 3,10 mètres linéaires. Don de M. et Mme Eugène Parfenot (1949). L'érudit Eugène Wagner avait commencé à réunir pendant la Seconde Guerre mondiale une documentation sur les concerts et bals de Paris au XIXe siècle. Il avait notamment entrepris le dépouillement systématique et exhaustif des quotidiens parisiens spécialisés dans la chronique des spectacles (L'Auvergnat de Paris, Le Courrier des théâtres, Le Ménestrel, Vert-Vert, la Revue et Gazette musicale de Paris, Le Corsaire, La Sylphide, La Mode, etc.). Sa mort l'empêcha d'exploiter ses recherches.

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de Paris Portail de Paris
  • Portail de la danse Portail de la danse
Ce document provient de « Bals de Paris ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bals De Paris de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bals de paris — Le bal de l Opéra, en 1873, vu par Édouard Manet. Article principal : Bal. Des bals ont existé de tout temps, peut être à Lutèce, sous les gallo romains, sûrement au Moyen Âge et à la Renaissance, où i …   Wikipédia en Français

  • Bals de Paris — Le bal de l Opéra, en 1873, vu par Édouard Manet. Article principal : Bal. Des bals ont existé de tout temps, peut être à Lutèce, sous les gallo romains, sûrement au Moyen Âge et à la Renaissance, où ils sont attestés par …   Wikipédia en Français

  • Bals du Carnaval de Paris — Les bals du Carnaval de Paris sont un des plus beaux exemples de la gaité parisienne. Tout Paris danse, depuis les blanchisseuses dans leurs bateaux[1], jusqu au roi, la reine, l empereur ou le président de la République. Le surintendant Fouquet… …   Wikipédia en Français

  • Carnaval de Paris — Au Carnaval de Paris 2011, place Gambetta, un groupe de joyeux carnavaleux pose au pied d un géant venu de Belgique. De gauche à droite : Antoine Charneau, Alexandra Bristiel, Gabrielle Savelli et Basile Pachkoff …   Wikipédia en Français

  • Dictionnaire de Paris — Glossaire du Carnaval de Paris Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A Ablon (Postillon de Madame) : Personnage typique du Carnaval de Paris, attesté vers 1830 …   Wikipédia en Français

  • Carnaval De Paris — Le Carnaval[1] de Paris fut durant des siècles un des plus importants du monde. Succédant à la Fête des Fous il est une très grande fête dès le XVIe siècle. Sommaire 1 Histoire du Carnaval de Paris 2 …   Wikipédia en Français

  • Carnaval de paris — Le Carnaval[1] de Paris fut durant des siècles un des plus importants du monde. Succédant à la Fête des Fous il est une très grande fête dès le XVIe siècle. Sommaire 1 Histoire du Carnaval de Paris 2 …   Wikipédia en Français

  • Glossaire du Carnaval de Paris — Sommaire : Haut A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A Ablon (Postillon de Madame) : Personnage typique du Carnaval de Paris, attesté vers 1830 …   Wikipédia en Français

  • Compositeurs de musique festive de danses de Paris au XIXe siècle — Cette liste de compositeurs de musique festive de danses de Paris au XIXe siècle a été établie essentiellement à partir du catalogue d un fonds que possède le Cabinet des estampes du musée Carnavalet à Paris. De nombreuses partitions sont… …   Wikipédia en Français

  • Mi-Carême au Carnaval de Paris — 15 mars 2009, 1re édition de la Mi Carême depuis 70 ans à Paris, ressorti sous le nom de « Carnaval des Femmes ». Mot d ordre : « Les hommes en femmes, s ils osent, et les femmes en reines ». Le costume et le suivi du mot …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”