Balaze

Balazé

Balazé

Ajouter une image

Administration
Pays France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Vitré-Est
Code Insee abr. 35015
Code postal 35500
Maire
Mandat en cours
Maryanick Méhaignerie
2009-2014
Intercommunalité Vitré-Communauté
Site internet Site de la commune
Démographie
Population 2 062 hab. (2006[1])
Densité 56 hab./km²
Aire urbaine 62 258 hab.
Gentilé Balazéen, Balazéenne
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 11″ Nord
       1° 11′ 26″ Ouest
/ 48.1697222222, -1.19055555556
Altitudes mini. 70 m — maxi. 169 m
Superficie 36,66 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Balazé (en gallo Balazæ) est une commune française, située dans le département d'Ille-et-Vilaine et la région Bretagne.

Balazé vient du nom gallo-romain Ballatius. Les autres appellations ont été en 1116 « Ecclesia de Balazé », « Ecclesia de Balazeio » au XIVe siècle, « Balazeum » au XVIe siècle et « Balazé » depuis 1594.

Les habitants sont les Balazéens et Balazéennes.

Sommaire

Géographie

Situation

La commune se trouve dans la région des Marches en Haute-Bretagne, face au Maine et à l'Anjou. Elle n'est distante que de 4 kilomètres de la cité médiévale de Vitré et borde la route départementale qui mène à Fougères. Balazé voit couler trois rivières, la Cantache, la Pérouse et le Rabeau. Elle fait partie de la couronne périurbaine de Vitré car une majeure partie des actifs vont travailler à Vitré.

Démographie

Évolution démographique
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
1267 1268 1372 1512 1711 1914 2062
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Par ailleurs, la population communale continue de croître avec la construction de nouveaux quartiers de lotissements. La population est estimée à 2 152 habitants en 2007 [2].

Communes limitrophes

Histoire

L'église de Balazé appartient au commencement du XIIe siècle aux chanoines de la collégiale de Notre-Dame de Vitré. Mais lorsqu'en 1116 Marbode, évêque de Rennes, souhaite supprimer cette collégiale et donne Notre-Dame de Vitré à l'abbaye de Saint-Melaine de Rennes, Balazé suit le sort de Notre-Dame et devient ainsi la propriété des Bénédictins de Saint-Melaine. Le seigneur de Vitré approuve ce changement et assure solennellement aux moines la possession de l'église de Balazé et de la partie du bourg qui en dépend, « ecclesia de Balaze cum sua parte burgi ». [3]. En 1170 Etienne, évêque de Rennes, en 1185 le pape Luce III, et en 1213 Pierre, autre évêque de Rennes, confirment successivement l'abbé de Saint-Melaine dans la jouissance de l'église de Balazé (Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Melaine).

Par suite de cette donation, les religieux de Notre-Dame de Vitré lèvent les deux tiers des dîmes de la paroisse de Balazé, recueillent les prémices et les oblations faites à l'église, et construisent au bourg une grange dîmière pour ramasser leurs dîmes. Mais ils perdent peu à peu leur influence dans cette paroisse, où ils ne possèdent presque plus rien au XVIIIe siècle. Ils ont même à lutter parfois avec l'évêque de Rennes pour conserver leur droit de présentation au bénéfice de la cure de Balazé, droit provenant de la donation qu'on leur avait faite de l'église paroissiale (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 18 H, 15).

Un grand nombre de recteurs de Balazé furent en même temps doyens de Vitré. Cependant rien ne prouve que cette dignité décanale fût unie à la rectorerie de Balazé ; deux choses semblent même contraires à ce sentiment : la présentation ordinaire du bénéfice de Balazé par l'abbé de Saint-Melaine, — et la certitude que plusieurs doyens de Vitré ne furent point recteurs de Balazé. En 1790, le recteur de Balazé jouit des deux tiers des grosses et menues dîmes, — des dîmes novales, — du presbytère, avec un jardin et un petit pré ; le tout estimé par René Le Marié, recteur d'alors, valoir 4 500 livres de rente. A la même époque, la fabrique jouit de 182 livres 16 sols de rente (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 28).

Le Châtelet succède au XVIIe siècle à la Bouëxière comme seigneurie de la paroisse. Le Châtelet est à la famille Sévigné en 1355, puis passe à la famille Hay. Le Châtelet est érigé en marquisat en 1682.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mai 1945 décembre 1976 Alexis Méhaignerie MRP Député (1945-1968
Conseiller général (1945-1976)
décembre 1976 mars 2008 Paul Méhaignerie
mars 2008 avril 2009 Louis Foucher[4]
juin 2009 Maryanick Méhaignerie
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Lieux et monuments

Château d'agrément

  • Château de Châtelet (XVII-XIXe siècle). Le 28 octobre 1668, Paul Hay, seigneur du Chastelet et du Vaufleury, et Geneviève Bonneau, sa femme, demeurant à leur manoir du Chastelet, fondèrent deux messes en la chapelle de ce manoir. Ils assurèrent 160 livres de rente au chapelain, qui desservirait en même temps leurs deux chapelles du Chastelet et du Vaufleury. En 1773, Françoise de Larlan, veuve de Paul Hay des Nétumières, marquis du Chastelet, présenta à l'évêque Joseph de la Noë, prêtre, pour desservir ces deux chapellenies en place de Georges 0llivier, qui venait de mourir. La chapelle du Chastelet fut reconstruite vers la même époque telle qu'elle est actuellement, et elle fut bénite solennellement le 23 juillet 1781 (Pouillé de Rennes). Le Châtelet est érigé en marquisat en 1682. Il possédait un droit de haute justice et relevait de la baronnie de Vitré. Propriété successive des familles Rabaud ou Rabault (en 1248), Sévigné (vers 1355), Guémadeuc, seigneurs de Trévécor (en 1584), Hay, seigneurs des Nétumières, de Baud, seigneurs de Saint-Frique, Coccault, sieurs de Chevigné (en 1726), de Volvire (en 1727), Hay, seigneurs des Nétumières (en 1752 et 1789)

Monuments religieux

  • L'église Saint-Martin (XV-XVI-XVII-XIX-XXe siècle). Dédié à saint Martin, évêque de Tours, cet édifice appartient en général au XVIe siècle ; on y voit quelques débris de verrières du XVIIe siècle, représentant saint Jean, saint Barthélemy, etc. — La chapelle de la Sainte-Vierge, ouvrant dans le chanceau, du côté de l'évangile, était celle des seigneurs de la Bouëxière. On y voit encore les vestiges d'un tombeau-arcade et trois pierres tombales où sont sculptées des épées et des écussons frettés. — La chapelle Saint-Jean, située au Sud, était vraisemblablement celle des seigneurs du Chastelet, car on y trouve un curieux autel portant leurs armoiries ; cet autel repose sur un massif triangulaire et sur deux colonnettes isolées ornées chacune d'un écusson ; à droite : parti au 1er de sable, au lion morné d'argent, qui est Hay ; au 2ème de ...... à une croix ancrée ; à gauche : parti au 1er de Hay, au 2ème de gueules à trois écussons d'or chargés chacun d'une bande d'azur, qui est de Bourgon. Ces armes nous donnent la date de cet autel, construit par Jean Hay et Gillette de Bourgon, sa femme, vivant dans la seconde moitié du XVIe siècle, seigneur et dame du Chastelet (Notes ms. de M. l'abbé Pâris-Jallobert). — Enfin, la chapelle Sainte-Anne fut construite au XVIIe siècle par Jean Belin, recteur de Balazé, comme le témoigne l'inscription suivante, que l'on y voit encore : Par la pieuse libéralité de Missire Jean Belin, recteur de Ballazé, ceste chapelle a esté faicte en septembre, l'an 1634. - Seigneur, il a basti ce membre à vostre église, - Si vous rendez aux cieux ce qu'on fait en ces lieux, - Grand Dieu, vous le ferez, pour sa sainte entreprise, - Membre de celle-là qui vous possède aux cieux (Notes ms. de M. l'abbé Pâris-Jallobert). Il y avait jadis dans cette église la confrérie du Saint-Sacrement, mentionnée en 1650 et ayant 68 livres de rente en 1790, et la confrérie de Sainte-Barbe, ayant à la même époque 49 livres de rente. Les fonts baptismaux, cuve en marbre des siècles derniers, sont ornés des écussons des marquis Hay du Chastelet. A noter que les marquis du Chastelet avaient jadis leurs enfeu, bancs et écussons dans le sanctuaire de Balazé, devant le maître-autel. Mais la partie la plus intéressante et la seule monumentale de l'église est la tour qui est un édifice fort élégant, dans le style ogival fleuri. La base, ornée d'un portail à voussures et d'une jolie rose, est flanquée de deux tourelles à flèches aiguës. La tour elle-même, de forme carrée, est ajourée de grandes baies flamboyantes et se termine par une flèche de pierre richement découpée à jour. A la base de cette flèche principale s'élancent de petits clochetons posés en encorbellement et d'une rare élégance. Le tout est d'un charmant aspect et fait honneur l'architecte, M. Gelly, et au recteur, M. Brohan, qui ont construit ce monument. La tour et la flèche datent de 1874-1878. L’église est reconstruite au XIXe siècle et restaurée au XXe siècle. Le porche date du XV-XVIe siècle. L’autel armorié date du XVIe siècle. Le retable du maître-autel date du XXe siècle. Un autre retable, situé dans la chapelle Sud du choeur, date de 1638. Les fonts baptismaux datent de 1878. On trouvait dans l'ancienne église les armes des seigneurs du Châtelet et de la Bouëxière (ou Bouexière) ;
  • Chapelle Saint-Joseph (1875-1876), située dans le cimetière. La croix est l'oeuvre d'Yves Hernot ;
  • Chapelle Saint-Laurent des Rougerayes. Cette chapelle, fort ancienne, fut bénite de nouveau le 26 mars 1676, parce qu'on reconstruisit son autel à cette époque : la cérémonie fut faite solennellement par le recteur de Balazé, en présence de ses paroissiens, venus en procession à cet effet ;
  • Chapelle de la Corbinaye, mentionnée dans le Pouillé ms. de Rennes (1711-1723)
  • Ancien presbytère (1769-XIXe siècle) ;

Autre monuments intéressant

  • Moulins à eau de Basse-Roche, de Quincampoix, du Feu ;
  • Manoir de la Basse-Bouëxière (XVIe siècle). Il possédait une fuie et une chapelle fondée en 1646. Les seigneurs de la Bouëxière fondèrent une messe par semaine dans la chapelle qui occupait un des pavillons de leur manoir. Vers 1715 cette chapellenie était à la présentation du sieur de la Martinière. Le manoir avait un droit de haute justice. Il est pillé en 1589 par le capitaine royaliste René de Grézille, seigneur de la Tremblaye. Propriété successive des familles la Bouëxière (en 1200 et 1553), Hays, seigneurs de Couëllan (en 1595), Malherbe (au XVIIe siècle et en 1789) ;
  • Manoir de Lantézière. Il était à la famille Berthois en 1647 et en 1656, puis à la famille Ernault en 1753 ;
  • Manoir de la Hairie ;
  • Manoir de la Haynault. Il était aux seigneurs de la Corbinaye en 1553 et en 1681 ;
  • Manoir du Roueil. Il était à la famille Sévigné, seigneurs du Châtelet en 1436 et resta aux mains des seigneurs du Châtelet jusqu’en 1789 ;
  • Manoir de la Gillotière ;
  • Manoir de la Roulerie. Propriété de la famille Hudré, seigneurs de Mauxé (avant 1553), puis de la famille le Fort (en 1553) ;
  • Manoir de la Barre ;
  • Manoir de Vaufleury. La chapelle Saint-Michel alias Saint-Eutrope du Vaufleury fut fondée par les seigneurs du Vaufleury, près du manoir de ce nom, appartenant en 1427 à Jean Cochon, et plus tard aux Hay du Chastelet. Il en est fait mention dès 1534, et une cloche y fut bénite le 7 mars 1675. Elle était fondée de deux messes par semaine et valait 420 livres de rente en 1711-1723. Le marquis du Chastelet, qui présentait le chapelain aux XVIIe et XVIIIe siècles, y nomma en 1712 Georges 0llivier en place de Jean Ménage, décédé (Pouillé de Rennes). Vaufleury possédait un droit de haute justice. Propriété successive des familles Chochon (en 1427), Paynel (en 1433), Vassé (au XVIe siècle), Hay, seigneurs du Châtelet (au XVIIe siècle) ;
  • Manoir de la Berrue. Il possédait un droit de haute justice. Propriété successive des familles Berrue (en 1250), Ivette (vers 1417), Beaumanoir (vers 1433), Malestroit (en 1553), Pan, Glé, seigneurs de la Costardaye (vers 1566), la Beaume le Blanc, marquis de la Vallière (vers 1663), Pontevès, marquis de Tournon (en 1707), Courte, sieurs de la Bougatrière (en 1726), Foucquer, sieurs de Kersalio (en 1767), Courte, sieurs de la Bougatrière (en 1785), Burot (en 1789) ;
  • Manoir de la Bourmenaye. Propriété de la famille Aubigné en 1427 et en 1435, puis de la famille Paynel, seigneurs du Vaufleury en 1553 ;
  • Manoir de la Bassetière. Propriété successive des familles Clavier (en 1670), Jeusse (en 1698), Duperron (à la fin du XVIIIe siècle) ;
  • Manoir et l'ancienne chapelle de la Contrie. La chapelle, dédiée à Notre-Dame et Saint-Joseph, datait de 1763. Propriété de la famille Gennes en 1664. Joseph Nouail, sieur de la Contrie, recteur d'Argentré, bâtit cette chapelle, qui fut bénite le 1er décembre 1763. Le recteur de Balazé y bénit lui-même une cloche que nommèrent le recteur d'Argentré et Marie-Barbe Nouail, sa sœur (Registres de l'état civil de Balazé)  ;
  • Manoir des Courtils ;
  • Manoir de Launay ;
  • Manoir de la Mercerie ;
  • Manoir de Cheveigné. Propriété de la famille Cheveigné en 1427 ;
  • Manoir de la Bougrie ;
  • Manoir de la Basse-Roche. Propriété de la famille la Bouëxière en 1553, puis des seigneurs des Nétumières en 1579

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Références

  1. données officielles 2006 sur le site de l’INSEE
  2. Estimations de population des communes d'Ille-et-Vilaine
  3. Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 531, 630
  4. « Ils ont été élus maires », dans Dimanche Ouest-France (éd. Ille-et-Vilaine), no 535, 23 mars 2008, p. 10-13 (ISSN 1285-7688) 

Liens externes

  • Portail de la Bretagne Portail de la Bretagne
Ce document provient de « Balaz%C3%A9 ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Balaze de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Balazé — Saltar a navegación, búsqueda Balazé Balazæ País …   Wikipedia Español

  • Baláže — Wappen Karte …   Deutsch Wikipedia

  • Baláže — (Village) Administration Pays  Slovaquie …   Wikipédia en Français

  • Balaze — may refer to: * Baláže, a village of Slovakia * Balazé, a commune in Brittany, France …   Wikipedia

  • Balazé — 48° 10′ 11″ N 1° 11′ 26″ W / 48.1697222222, 1.19055555556 …   Wikipédia en Français

  • Baláže — Geobox | Settlement name = Baláže native name = other name = category = Village image caption = symbol = etymology = official name = motto = nickname = country = Slovakia country state = region = Banská Bystrica district = Banská Bystrica… …   Wikipedia

  • Balazé — French commune nomcommune=Balazé native name=Belezeg caption= x=74 y=88 lat long=coord|48|10|11|N|1|11|26|W|region:FR type:city insee=35015 cp=35500 région=Bretagne département=Ille et Vilaine arrondissement=Rennes canton=Vitré Est maire=Paul… …   Wikipedia

  • Balaze — Original name in latin Balaz Name in other language Balaze, Balaz Belezeg State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 48.16797 latitude 1.19157 altitude 89 Population 2101 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Alexis Méhaignerie — Parlementaire français Date de naissance 11 octobre 1899 Date de décès 3 décembre 1976 (à 77 ans) Mandat Député (1946 1968) Début du mandat …   Wikipédia en Français

  • Bataille d'Argentré (1795) — Bataille d Argentré Informations générales Date 5 et 6 juin 1795 Lieu Balazé, puis près d Argentré du Plessis Issue Victoire des Chouans Belligérants …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”