Zelande


Zelande

Zélande

Zélande
Provincie Zeeland
Blason de la Zélande
Blason de la Zélande
Drapeau de la Zélande
Drapeau de la Zélande
Localisation
Localisation province Zélande des Pays-Bas À propos de cette image

Zélande aux Pays-Bas
Informations
Pays Pays-Bas Pays-Bas
Chef-lieu Middelburg
Superficie 1 788 km²
Population 379 948 hab.
(2005)
Densité 212 hab./km²
Religion Protestants 35 %
Catholiques 23 %
ISO 3166-2 NL-ZE
Site Web http://www.zeeland.nl
Politique et administration
Commissaire de la Reine Wim van Gelder

La Zélande (Zeeland, littéralement Terre de la Mer) est une province maritime du sud-ouest des Pays-Bas, bordée à l'ouest par la mer du Nord et au sud par la frontière belge.

Les îles et presqu'îles qui constituent la Zélande sont :

La partie restante qui n'est ni une île, ni une presqu'île, et dont le seul accès terrestre avec le reste des Pays-Bas se faisait jusqu'en 2003 en passant par la Belgique, s'appelle la Flandre zélandaise (Zeeuws Vlaanderen). Depuis cette année-là, le tunnel de l'Escaut occidental, qui conduit de Terneuzen à Borsele, relie la Flandre zélandaise directement avec le reste du pays.

Le chef-lieu de la province est Middelbourg (Middelburg). Flessingue (Vlissingen) est un important port maritime, tout comme Terneuzen. Les autres grandes villes sont Hulst, Goes et Zierikzee. Le nombre d'habitants est d'environ 380 000.

Dans la plus grande partie de la province, la population parle des dialectes zélandais et à Hulst on parle flamand oriental. Dans les grandes villes, le dialecte se perd petit à petit mais 60 % des Zélandais l'utilisent encore quotidiennement.

Les grands travaux d'endiguement du plan Delta ont permis de relier les quatre îles ou presqu'îles principales et de mettre à l'abri des terres souvent situées au-dessous du niveau de la mer.

Sommaire

Histoire

Antiquité

Les premières traces d'occupation de la Zélande remontent à l'époque celtique et romaine. En 52 av. J.-C., Jules César parvint à soumettre les Ménapiens qui occupaient alors cette région. La Gallia Belgica, dont la Zélande faisait partie, était située sur la route commerçante qui reliait la Germania Inferior (en particulier Cologne) avec la Britannia et présentait de ce fait un certain intérêt.

Au cours du IVe siècle, l'empire romain déclina et la Zélande s'enfonça de plus en plus dans la mer du Nord. Ceci durera jusqu'au VIe siècle et provoqua l'exode de la population. À la fin du VIe siècle de petites colonies de marchands apparurent à nouveau et on suppose que cette fois-ci les nouveaux arrivants étaient des Frisons.

Moyen Âge

Au traité de Verdun (843), les îles de Zélande échurent à Lothaire Ier[1]. Au traité de Meerssen (870), la Zélande revint à Charles le Chauve[2]. Au traité de Ribemont, elle passa au royaume oriental.

Au Xe siècle, Thierry II de Frise occidentale possédait la Zélande[3]. Vers 1018, le roi Henri II enleva Walcheren à Thierry III et le remit au comte de Flandre. Ce fief comprenait cinq îles : Walcheren proprement dit, Zuid-Beveland, Noord-Beveland, Borsele et Wolphaartsdijk[4]. La possession de cette partie de la Zélande par les comtes de Flandre fut confirmée en 1056 par Henri IV[5]. Elle était dès lors comprise dans la Flandre impériale.

En 1076, Robert le Frison céda à son beau-fils Thierry V de Hollande les îles méridionales de la Zélande, qui désormais constituèrent pour les comtes de Hollande un arrière-fief qu'ils relevaient de la Flandre[6]. En échange, le comte récupéra le pays de Waes[7].

Vers 1157, des conflits surgirent entre le comte Florent III de Hollande et les marchands flamands. Florent avait créé sur l'Escaut oriental, à Geervliet, un tonlieu qui grevait considérablement les transports. Philippe d'Alsace, qui assurait le gouvernement de la Flandre pendant que son père était à la croisade, dirigea une expédition navale contre le comte de Hollande et en revint victorieux[8].

Cette guerre recommença quelques années plus tard. Florent, battu et fait prisonnier, fut ramené à Bruges où on le retint pendant deux ans. La cour des pairs de Flandre prononça la confiscation des fiefs qu'il tenait du comte, c'est-à-dire les îles zélandaises[9].

En 1168 seulement, grâce à la médiation du comte de Clèves, du comte de Gueldre et du vieux Thierry lui-même, un traité intervint entre Philippe et Florent. Il consacre à nouveau les droits de la Flandre sur les îles situées entre l'Escaut et la Hedenzee (Escaut oriental actuel). Le comte de Hollande demeure donc, pour la Zélande, le vassal du comte de Flandre[10]. Le comte de Hollande ne pouvait en Zélande accorder d'exemption de prestation qu'avec l'assentiment du comte de Flandre. Ce même concours était indispensable pour les donations. Les biens vacants ou confisqués devaient être partagés entre les deux princes, de même que les revenus des cinq îles. Cependant, les deux princes avaient chacun des alleux importants dans la Zélande méridionale[11].

L'accord ne fut que passager, et les comtes de Hollande ne cessèrent de faire des efforts pour secouer la sujétion qui leur pesait. Thierry VII avait réussi à obtenir de Henri VI le droit de rétablir le tonlieu de Geervliet et d'y soumettre le marchands flamands (1195) ; Baudouin IX devait considérer cette mesure comme une violation de la paix de 1168, et la guerre éclata de nouveau ; mais le comte de Flandre fut battu (1197). Néanmoins, Thierry reconnut sa suzeraineté[12].

À sa mort, en 1203, le comte Louis de Looz, qui avait épousé sa fille Ada et qui disputait la Hollande à Guillaume, l'oncle de sa femme, chercha l'appui de la Flandre ; par un traité daté du 31 décembre 1204 et conclu avec le régent Philippe de Namur, frère de Baudouin IX, il étendit même aux îles septentrionale de la Zélande le fief flamand. Il remet en effet au comte la terre zélandaise située entre l'Escaut et la Meuse ; les habitants seront tenus, comme l'étaient déjà ceux de Walcheren (c'est-à-dire des cinq îles méridionales), de se rendre à Bruges aux plaids du comte. Louis de Looz reprend la moitié de ce territoire en fief de ce dernier[13].

Si la comtesse Ada, héritière de Hollande, mourait sans descendants, Walcheren retournait à la Flandre, ce qui veut dire que l'investiture datant de Robert le Frison serait, dans cette hypothèse, anéantie par extinction du fief[14].

En 1206, Philippe de Namur prononça un arbitrage entre les deux prétendants, Louis de Looz et Guillaume de Hollande. Il assigna au premier la Hollande et quatre îles : Scherpenisse, Duiveland, Stavenisse, Dreischor, à Guillaume, le reste de la terre située sur la rive gauche de la Meuse, et notamment les îles méridionales de la Zélande[15].

Louis de Looz ne parvint pas, malgré l'appui de la Flandre, à faire prévaloir ses droits et il dut abandonner l'ensemble des pays hollandais à Guillaume Ier. Il mourut en 1218[16].

Jusqu'au XIIIe siècle, la Zélande était composée de petites seigneuries indépendantes les unes des autres. De 1256 à 1290, le comte Florent V de Hollande en prit le contrôle et s'intitula comte de Zélande. À partir de cette époque, les destinées de la Hollande et de la Zélande seront liés.

Époque contemporaine

Avec le développement du réseau de chemins de fer au Pays-Bas, les îles de Zuid-Beveland et Walcheren furent reliées par des digues à la province du Brabant-Septentrional au cours du XIXe siècle. Depuis 1870, Middelbourg, Flessingue et Goes sont reliés par le rail avec Bergen op Zoom et Roosendaal.

Photo satellite de la Zélande

Durant la nuit du 31 janvier au 1er février 1953, la Zélande fut touchée par une catastrophe naturelle : sous l'effet de hautes marées, conjuguées avec de basses pressions atmosphériques, un raz-de-marée rompit les digues en plusieurs endroits, submergeant les îles. 1 865 personnes trouvèrent la mort et 500 000 furent sinistrées lors de la plus grande catastrophe de l'après guerre aux Pays-Bas. Pour éviter le renouvellement d'une telle catastrophe à l'avenir, le Plan Delta fut adopté en 1958. Ce plan prévoyait la construction de quatre barrages principaux ainsi que de plusieurs barrages secondaires destinés à fermer les estuaires. Ces barrages furent construits à partir de 1960 et ils eurent pour effet bénéfique d'améliorer sensiblement les liaisons de la province avec le reste des Pays-Bas, les barrages servant aussi de voie de communication. D'autre part, l'ensemble de ces barrages réduisit la côte de 700 km, créant de réservoirs d'eau douce, mettant fin à la salinité des terres, formant des plans d'eau pour la plaisance et évitant les inondations. En 1987 le projet fut clôturé avec l'achèvement de la digue Oosterscheldedam (ou « barrage de l'Escaut oriental ») qui relie les îles de Schouwen-Duiveland et de Noord-Beveland. Équipé d'une écluse et de vannes, il permet de conserver le niveau de salinité nécessaire à l'équilibre biologique dans l'estuaire et à l'activité des ostréiculteurs. La structure économique et sociale des îles de la Zélande fut depuis fortement modifiée grâce à ces nouvelles voies d'accès permanentes avec la terre ferme. En effet, les régions précédemment isolées sont à présent facilement accessibles en voiture, ce qui a également permis le fort développement du tourisme.

Communes de la province de Zélande

Communes de Zélande

1. Borsele
2. Goes
3. Hulst
4. Kapelle
5. Middelbourg

6. Noord-Beveland
7. Reimerswaal
8. Schouwen-Duiveland
9. Sluis
10. Terneuzen

11. Tholen
12. Veere
13. Flessingue

Il y avait en Zélande 143 communes en 1812, il n'y en a plus que 13 en 2007 : voir l'article Anciennes communes de la Zélande.

Notes

  1. Léon Vanderkindere, La Formation territoriale des principautés belges au Moyen Âge, vol. I, H. Lamertin, Bruxelles, 1902 (réimpr. 1981), p. 14 .
  2. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 18.
  3. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 75.
  4. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 92-94.
  5. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 111-112.
  6. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 122.
  7. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 125.
  8. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 160.
  9. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 161.
  10. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 162.
  11. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 163-164.
  12. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 164.
  13. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 164-165.
  14. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 165.
  15. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 165.
  16. Léon Vanderkindere, op. cit., p. 166.

Voir aussi

La Nouvelle-Zélande, dont le nom découle de la province de Zélande.

Commons-logo.svg

Bibliographie

  • Portail des Pays-Bas Portail des Pays-Bas

Ce document provient de « Z%C3%A9lande ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Zelande de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ZÉLANDE — L’une des provinces des Pays Bas comprise dans le delta commun de la Meuse et de l’Escaut. Comme l’indique l’étymologie («Pays de la mer»), la Zélande est fragmentée en plusieurs îles séparées par de larges bras de mer tels que le Haringvliet, le …   Encyclopédie Universelle

  • zelande — ZELANDE, voyez Selande …   Thresor de la langue françoyse

  • Zélande —  Ne doit pas être confondu avec Seeland. Zélande (nl) Provincie Zeeland …   Wikipédia en Français

  • Zélande (Pays-Bas) — Zélande Zélande Provincie Zeeland Blason de la Zélande Drapeau de la Zélande Localisation …   Wikipédia en Français

  • Zélande-du-Nord — 55°10′N 11°50′E / 55.167, 11.833 …   Wikipédia en Français

  • Zélande (Danemark) — Seeland (Danemark) Pour les articles homonymes, voir Seeland. L île de Sjælland (ou Seeland en français, mais mieux vaut éviter d employer ce terme pour éviter la confusion avec le Seeland suisse) est la plus grande île du Danemark où se… …   Wikipédia en Français

  • Province de Zélande — Zélande Zélande Provincie Zeeland Blason de la Zélande Drapeau de la Zélande Localisation …   Wikipédia en Français

  • Afrique Du Sud-Nouvelle-Zélande En Rugby À XV —  Afrique du Sud  Nouvelle Zélande 78 confrontations Victoires Afrique du Sud …   Wikipédia en Français

  • Afrique du Sud-Nouvelle-Zelande en rugby a XV — Afrique du Sud Nouvelle Zélande en rugby à XV  Afrique du Sud  Nouvelle Zélande 78 confrontations Victoires Afrique du Sud …   Wikipédia en Français

  • Afrique du Sud-Nouvelle-Zélande en rugby à XV —  Afrique du Sud – Nouvelle Zélande  83 confrontations Victoires Afrique du Sud …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.