Balalaika

Balalaïka

La balalaïka est un instrument de musique à cordes pincées russe. C'est un luth à manche long à la caisse typiquement triangulaire. Le mot balalaïka vient du russe balakat, qui signifie bavarder, plaisanter, taquiner.

Quand en 1648, le tsar de Russie Alexis Mikhaïlovitch décréta par un édit l’interdiction de jouer d’un instrument ou d’en posséder un, tous les musiciens, troubadours et bardes furent alors persécutés et envoyés en exil, et leurs instruments brûlés. C’est alors qu'apparut la balalaïka, cet instrument de musique que tous peuvent fabriquer. Les premières traces écrites de son existence remontent à 1688, quand des gardes du Kremlin, alors forteresse de Moscou, ont arrêté deux serfs ivres jouant de la balalaïka. Par la fureur que provoquait cet instrument, le tsar n’eut pas d’autre choix que de dissoudre l’édit et de faire revenir la musique dans les traditions russes.

L'ancêtre de la balalaïka s'appelle la domra et date du XVIe siècle. Elle aurait été introduite en Russie par les Tartares. Elle se joue avec un plectre et se décline en plusieurs tailles. La plus courante, la prima, comporte quatre cordes accordées comme un violon. Elle est souvent associée aux orchestres de balalaïkas.

Lutherie

Balalaïka

Au début, la balalaïka avait une forme hémisphérique. Puis comme elle était plus facile à construire de façon triangulaire, on laissa de côté l’hémisphérique pour celle-ci. Elle possède trois cordes (nylon et métal), dont généralement deux accordées à l'unisson et un manche fretté comme une guitare. La table d'harmonie a une petite ouïe circulaire décentrée et un grand chevalet.

Comme dans la famille des violons, il existe différentes tailles de balalaïkas : sept modèles, de la piccolo à la subcontrebasse permettent de créer des orchestres de balalaïkas, appelés les balalaïkastromusas. Les trois tailles les plus utilisées étant la balalaïka prima (accordée mi, mi, la), la secunda, plus grave, utilisée plutôt pour faire des accords d'accompagnement, et la contrebasse.

Les sept modèles de balalaïkas sont :

  • Balalaïka Piccolo : comme elle possède un son pénétrant malgré sa petite dimension, la piccolo permet d’exécuter beaucoup de variations à une vitesse prodigieuse. Elle est rarement utilisée et on la retrouve surtout dans des petits orchestres.
  • Balalaïka Prima : c’est la plus jouée de toutes les balalaïkas. Comme elle possède une grande efficacité technique, elle permet de jouer rapidement, tout en produisant un son fougueux. Sur ce modèle, le pouce frappe la 3e corde et les autres doigts, la 1re et la 2e. C’est la seule à être jouée avec les mains. L'accord de la prima est : mi - mi - la.
  • Balalaïka Secunda : un peu plus grosse que la prima, elle sert principalement à accompagner un orchestre.
  • Balalaïka Alto : légèrement plus grande que la secunda, elle sert, elle aussi, à l’accompagnement.
  • Balalaïka Basse : dans un orchestre, elle joue des sortes de cliquetis marquant l'harmonie et la rythmique pour l'accompagnement d'une mélodie vocale.
  • Balalaïka Contrebasse : plus grande que la précédente, elle occupe la même place dans un orchestre que la basse sauf que celle-ci ne fait pas de cliquetis dans l’harmonie, mais un son plus grave.
  • Balalaïka Subcontrebasse : c’est le plus grand modèle de balalaïka et a la même fonction que la contrebasse, sauf qu’elle est plus grosse que celle-ci.
Balalaïka basse

Jeu

Elle se joue au doigt pour la prima et avec un plectre pour les autres tailles. Un répertoire particulier a été développé pour cet instrument assez souple en outre pour s'adapter à tous types de musiques.

Quelques virtuoses :

  • Ivan Khandochkine (1747-1804) fut le premier virtuose de la balalaïka et fut surnommé le Paganini russe.
  • Vassili Andreïev (1861-1918) est le père de la balalaïka moderne. Il créa le premier orchestre de balalaïkas, développa l’instrument et popularisa la balalaïka partout dans le monde.

Liens externes

  • Portail des musiques du monde Portail des musiques du monde
  • Portail de la Russie Portail de la Russie
Ce document provient de « Balala%C3%AFka ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Balalaika de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Balalaïka — prima de 1981 Variantes historiques Domra Classification …   Wikipédia en Français

  • balalaïka — [ balalaika ] n. f. • 1768; mot russe ♦ Instrument de musique russe à cordes pincées, comprenant un manche et une caisse triangulaire. Des balalaïkas. ● balalaïka nom féminin (mot russe) Luth populaire russe à caisse triangulaire et à 3 cordes.… …   Encyclopédie Universelle

  • Balalaika — Sf (ein dreisaitiges russisches Instrument) per. Wortschatz fach. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus russ. balalájka. Vermutlich zu einem lautnachahmenden russischen Verb (vgl. etwa russ. balabólit schwatzen ).    Ebenso nndl. balaleika, ne.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • balalaika — stringed instrument with a triangular body, 1788, from Russian balalaika, said to be related to balabolit to chatter, babble, an imitative word …   Etymology dictionary

  • balalaika — alalaika n. [Russian.] a stringed instrument of Russian origin that has a triangular body and three strings. [WordNet 1.5] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Balalaika — (russ.), zweisaitige Zither in Rußland u. dem Orient, bes. von den Zigeunern gespielt …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Balalaika — Balalaika, großrussisches gitarreartiges Instrument mit drei Saiten (gestimmt in e1, e1, a1) mit fünf Bünden, zur Begleitung der Volksgesänge (s. Tafel »Musikinstrumente II«, Fig. 9). Man spielt auf der B. stets in Akkorden, indem der zweite… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Balalaika — Balalaika, gitarre oder zitherartiges Instrument der Kleinrussen [Tafel: Musik I, 18] …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Balalaika — Balalaika, zweisaitiges leierförmiges Instrument bei dem gemeinen Volke in Rußland …   Herders Conversations-Lexikon

  • balalaika — balaláika dkt …   Bendrinės lietuvių kalbos žodyno antraštynas

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”