Bains de la Caille
Une des sources sulfureuses.

Les bains de la Caille, probablement déjà connus des Romains[1], deux sources sulfureuses qui jaillissent au fond de la vallée des Usses, en aval des ponts de la Caille, et les établissements thermaux qui s'y sont succédé. Exploités à plusieurs reprises au moins depuis le Moyen Âge, quoiqu'ayant connu des période de désaffection, ils ne sont plus exploités depuis les années 1960. Leurs situation encaissée dans les gorges des Usses, le débit et la température modérés des sources n'ayant pas favorisé la pérennité de l'établissement.

Les sources sont situées en rive gauche des Usses sur le territoire de la commune d'Allonzier-la-Caille, et l'ancien établissement de bain essentiellement en rive droite, sur la commune de Cruseilles.

Les bains de la caille ont été reliés par une route descendant d'Allonzier-la-Caille, reliée à la route d'Annecy. Celle-là n'est plus exploitée, et a subi des éboulements. Le site est actuellement accessible par un chemin à partir de Cruseilles.

Ancienne route des bains de la Caille.

Les eaux sont sulfureuses, alcalines, gazeuses, chaudes à 24 °Ré soit 30 °C[1]. On les utilise en boisson, bains, douches et bains de vapeur. Elles se troublent dès qu’elles sont exposées au contact de l’air et dégagent alors une odeur très caractéristique.

Elles s’échappent en deux sources des bases calcaires de la montagne dite « du Châtelard ». Leur débit d'environ cent litres d'eau par minute correspond par exemple au contenu d’un bain par minute[1]. Elles se digèrent facilement ; aussi, les malades peuvent en boire 8 à 12 verres par jour. On les emploie plus particulièrement contre les maladies de la peau, des articulations, gouttes, rhumatismes, le scrofules, engorgement interne et externe, vapeurs, migraines, etc…

Histoire

En 1447, Jean Tournier, de Genève, obtient du Duc Louis de Savoie l’autorisation de remettre les sources en exploitation. Il semble avoir ensuite cédé sa concession à son compatriote Jean Burquelin. Les bains sont encore exploités en 1475. Ils sont par la suite abandonnés.

Au XVIIIe siècle, une enquête de l’intendant du Genevois signale : « on dit qu’il y a dans l’étendue de cette communauté (Allonzier) au lieu appelé « vers les bains » une source d’eau soufrée. ». En 1784, le sieur Bonvoisin, dont les travaux sur le thermalisme faisaient autorité, vient voir ce qu’il en était. Après lui, viennent les docteurs thermalistes Despine, puis Albanis Beaumont en 1791, qui en 1801 attire l’attention de la Société des Arts et des Sciences de Genève. Le préfet d’Eymar ordonne de nouvelles analyses et les eaux de Cherpier, rebaptisées la Caille, voient affluer un nombre croissant de visiteurs.

Entrée du bâtiment des bains.

En 1825, Michel Baussand de Copponex, fait élever une baraque pour les baigneurs. Le Conseil Municipal de Cruseilles intéressé lui octroie une subvention de 400 francs pour améliorer les accès[2].

Des travaux exécutés en 1847 ont fait apparaître des traces de constructions en briques que l’on a aussitôt attribuées aux Romains. Cette même année, un chanoine d’Annecy-le-Vieux, Bernard Croset-Mouchet, estimant que perdre un tel don du ciel était une faute, sollicite la générosité financière de ses fidèles. La somme obtenue lui permet de se rendre acquéreur des terrains et des sources[1]. Il prend en main la rénovation des bains.

L'un des bassins.

Les travaux débutent en 1848 et se terminent en 1852. Des bâtiments appropriés sont construits (réservoirs, cabines, douches, un hôtel restaurant modeste mais confortable pour l’époque, un bâtiment administratif qui deviendra plus tard le casino, une chapelle, des dépendances et des écuries). Les sources dégagées sont domestiquées. Pour la première fois, et c’est un important gage sur l’avenir, un chemin carrossable est ouvert dont le départ est situé à proximité du pont suspendu sur la rive gauche des Usses. Vers le milieu du XIXe siècle, quelques années avant la réunion de la Savoie à la France, les bains de la Caille avaient donc repris leur activité. les bains de la Caille n'ont alors pas l'ampleur des grandes station comme Aix-les-Bains, mais ont leur style propre et leur clientèle, provenant notamment de Genève.

Un service spécial de transports de voyageurs depuis Annecy a par ailleurs été exploité. La pente de la voie qui descendait aux bains, imposait cependant d'utiliser un véhicule différent de celui qui faisait la liaison depuis Annecy.

Inscription à l'entrée des bains.

En 1948, l'établissement comprend des cabines pour bains et douches, et une salle d'attente confortable. Des chambres de repos y seront adjointes dans un court délai. Le site comprend une chapelle, alors restaurée, une madone sculptée par Constant Demaison, un casino et en retrait, une "grotte de Lourdes".

L’exploitation des bains s’arrête définitivement vers les années 1960. Les bâtiments sont alors en partie détruits, et il en subsiste des ruines, dont l’ancienne piscine à l'entrée de laquelle on peut encore lire l’inscription « BENI SOIT DIEU QUI FIT JAILLIR LES SOURCES. A CÔTE DES MAUX, IL MIT LE REMEDE ».

Références

  1. a, b, c et d Paul Collet, « Bibliographie - La Caille », dans J. Pharm. Chim., 3e série, vol. 23, 1853, p. 455-457 (ISSN 0368-3591) [texte intégral (page consultée le 23 mai 2010)] 
  2. Revue savoisienne, Académie florimontane, Annecy, 1897, p. 281.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bains de la Caille de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Pont de la caille — Pont Charles Albert Pays  France Coordonnées …   Wikipédia en Français

  • Pont de la Caille — Pont Charles Albert Pays  France Latitude Lo …   Wikipédia en Français

  • Allonzier-la-Caille — 46° 00′ 15″ N 6° 07′ 02″ E / 46.0041666667, 6.11722222222 …   Wikipédia en Français

  • Allonzier la Caille — Administration Pays France Région Rhône Alpes Département Haute Savoi …   Wikipédia en Français

  • Liste des monuments historiques de la Haute-Savoie — Cet article recense les monuments historiques de la Haute Savoie, en France. Sommaire 1 Généralités 2 Liste 3 Annexes 3.1 Liens internes …   Wikipédia en Français

  • Gare de La Roche-sur-Foron — La Roche sur Foron Localisation Pays  France Ville La Roche sur Foron Adresse …   Wikipédia en Français

  • Démographie de la Haute-Savoie — La population de la Haute Savoie représente env. 631 963 hab.. Sommaire 1 Informations générales[1] …   Wikipédia en Français

  • Gare de Groisy-Thorens-la-Caille — Groisy Thorens La Caille Localisation Pays France Ville Groisy Adresse 8, rue de la Gare 74570 Groisy Coordonnées géographiques …   Wikipédia en Français

  • Armorial des communes de la Haute-Savoie — Cette page donne les armoiries (figures et blasonnements) des communes de la Haute Savoie. Sur les autres projets Wikimedia : « Armorial des communes de la Haute Savoie », sur Wikimedia Commons (ressources multimédia)… …   Wikipédia en Français

  • Anciennes Communes De La Haute-Savoie — Cette page retrace toutes les anciennes communes du département de la Haute Savoie qui ont existé depuis la Révolution française, ainsi que les créations et les modifications officielles de nom. La liste ne contient pas les simples modifications… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”