Baillement

Bâillement

Le bâillement est un comportement réflexe, phylogénétiquement ancien, stéréotypé mais modulable et physiologiquement contemporain des étirements musculaires lors de l'éveil. Il est isolé lors du besoin de sommeil, de l'angoisse, de la faim ou de l'ennui et est présent chez beaucoup d'animaux, dont tous les mammifères, (y compris l'humain) les reptiles, et les oiseaux.

Chat bâillant

Le bâillement est un comportement physiologique banal, décrit dès l'Antiquité par Hippocrate qui pensait que le bâillement permettait l'évacuation de la fièvre, comme une cheminée évacue la fumée. Oublié après les publications de Jean-Martin Charcot, la médecine du XXe siècle n'y a pas attaché beaucoup d'intérêt jusqu'aux années 1980, marquées par les progrès de la neurophysiologie et de la neuropharmacologie qui lui redonnent sens.

Sommaire

Description physiologique

Le cycle du bâillement se déroule en trois phases suivies d'une sensation de bien-être et de détente : une longue inspiration, une apnée d'environ une seconde, durant laquelle l'acuité auditive diminue (en raison de l'ouverture des trompes d'Eustache), et une expiration rapide, parfois accompagnée d'une stimulation des glandes lacrymales et associée ou non à des étirements. Sans améliorer l'oxygénation cérébrale, comme cela fut répété pendant des siècles, le bâillement apparaît comme une stimulation de notre vigilance ; il joue un rôle dans la communication non-verbale en particulier chez les primates, chez qui il est lié au taux de testostérone.

Alors que le bâillement disparaît dans les syndromes extra-pyramidaux (maladie de Parkinson), les salves de bâillements répétés sont pathologiques et peuvent révéler de multiples pathologies cérébrales neurologiques ou neuropsychologiques. Les causes de bâillements iatrogènes sont fréquentes.

Le tronc cérébral associé au diencéphale est le siège de ce réflexe mais le curieux phénomène de la contagion du bâillement (échokinésie), propre à l'homme et aux primates les plus proches de l'homme (chimpanzé), implique la mise en jeu des lobes frontaux (capacités d'imitation et d'empathie). L'embryologie et l'ontogénèse montrent le parallélisme entre succion et bâillement.

Le déroulement du bâillement fait intervenir de nombreux neurotransmetteurs ; la dopamine joue un rôle central, en activant la production d'ocytocine par le noyau paraventriculaire de l'hypothalamus. L'ocytocine active la sécrétion cholinergique de l'hippocampe et l'acétylcholine déclenchent le bâillement par effet sur les récepteurs muscariniques des muscles du larynx, du visage et de la mâchoire impliqués dans son déroulement. Les multiples projections du noyau paraventriculaire sur le locus cœruleus et la réticulé du tronc cérébral sont les déterminants de l'effet du bâillement sur la vigilance. Ce schéma trop simplificateur omet d'autres molécules également impliquées telles NO, glutamate, GABA, sérotonine, ACTH, MSH, hormones sexuelles, hypocrétine et autres neuro-peptides. Cette richesse neurophysiologique explique l'intérêt de l'observation du bâillement pour des tests pharmacologiques des nouveaux psychotropes.

Un acte communicatif

Le bâillement est un acte communicatif. Le bâillement d'une personne implique bien souvent le bâillement des personnes se trouvant dans son entourage[1]. Ce comportement se retrouve chez les animaux. Il a ainsi été étudié chez les loups vivant en meute[réf. nécessaire].

Il est aussi amusant de savoir que le bâillement est contagieux également chez les aveugles et que donc la contagion ne se fait pas que visuellement[réf. nécessaire].

Cette contagion est probablement due à un groupe de neurones spécialisés appelés neurones miroirs[2].

Notes

Voir aussi

Commons-logo.svg

Wiktprintable without text.svg

Voir « bâillement » sur le Wiktionnaire.

Pandiculation

Sources

Lien externe

Ce document provient de « B%C3%A2illement ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Baillement de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bâillement — [ bajmɑ̃ ] n. m. • v. 1120; de bâiller 1 ♦ Action de bâiller (1o). Étouffer un bâillement d ennui. 2 ♦ Action de bâiller (2o), état de ce qui bâille. Par ext. Petite ouverture. « par le bâillement postérieur de son faux col, on distingue sa nuque …   Encyclopédie Universelle

  • bâillement — BÂILLEMENT. s. m. L action de bâiller. Avoir de fréquens bâillemens …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • baillement — Baillement, Traditio, Tributio …   Thresor de la langue françoyse

  • baillement — Baillement. subst. m. verbal, L action de bâiller. Frequents bâillements …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bâillement — Chat bâillant Le bâillement est un comportement réflexe, phylogénétiquement ancien, stéréotypé mais modulable et physiologiquement contemporain des étirements musculaires (pandiculation), consistant en une contraction intense des muscles du… …   Wikipédia en Français

  • bâillement — nm. bâlyo (Albanais.001.PPA., Leschaux, Thônes.004, COD.11a26), bâlyon (004). A1) bâillement, soupir : bâlyà nm. (001.AMA., Annecy.003.TER.) A2) envie /// besoin bâillement de bâiller, enchaînement de bâillements : bâlya nf. (001.PPA., Saxel).… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • BÂILLEMENT — s. m. Action de bâiller. Faire un bâillement. Avoir de fréquents bâillements. Un long bâillement. Manifester son ennui par des bâillements.   Il se dit quelquefois, en Grammaire, de L effet que produit la rencontre de certaines voyelles, comme… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BÂILLEMENT — n. m. Action de bâiller. Faire un bâillement prolongé. être pris de bâillements. Manifester son ennui par des bâillements …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bâillement — (bâ lle man, ll mouillées, et non ba ye man ; il faut avoir bien soin de donner à l a le son marqué par l accent circonflexe) s. m. 1°   Inspiration grande, forte et longue, indépendante de la volonté, avec écartement plus ou moins considérable… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • entre-bâillement — (an tre bâ lle man, ll mouillées, et non an tre bâ ye man) s. m. État de ce qui est ouvert à demi. L entre bâillement d une porte. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE ENTRE BÂILLEMENT. Ajoutez : 2°   Hiatus, MALH. Lexique, éd. L. Lalanne …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”