Xenocrate

Xénocrate

Xénocrate, fils d'Agathénor, né à Chalcédoine

Xénocrate de Chalcédoine, né vers -396 à Chalcédoine (actuelle Kadiköy) en Bithynie (actuelle Turquie), mort en -314 à Athènes, est un philosophe platonicien grec, deuxième scholarque, recteur, de l'Académie de Platon, après Speusippe, de -339 à sa mort, en -315.

Il y eut cinq autres Xénocrate notables en Grèce antique.

Sommaire

Biographie

Né en Bithynie, Xénocrate gagne Athènes dans sa jeunesse. Il y suit d'abord l'enseignement d'Eschine, avant de rejoindre l'Académie de Platon en 376. En 360, avec Speusippe, il accompagne son maître en Sicile, à la cour de Denys l'Ancien, tyran de Syracuse : c'est le troisième et dernier voyage de Platon en Sicile.[1] Après la mort de Platon, il est invité à Tassos en 374 avec Aristote. Il y reste cinq ans.

À la mort de Speusippe, en -339, il est élu scholarque, recteur, de l'Académie, devant Héraclite du Pont, Ménédème ... et Aristote, pour 25 ans.

Platon se plaignait de sa lenteur. Tous les Anciens louèrent son caractère, son austérité, son indépendance, sa douceur.

Philosophie

On attribue à Xénocrate la division de la philosophie en logique, physique et morale.[2]

Comme Speusippe, c'est un platonicien pythagorisant, qui s'appuie surtout sur l'enseignement oral de Platon. Il distingua trois sortes d'essences, auxquelles il fit correspondre trois types de connaissances : 1) Hors du Ciel, l'Intelligible ou les Idées connus par l'intellection pure, 2) l'opinable, ce qui est connu par l'opinion ; 3) dans le Ciel, les objets sensibles, connus par les sens. Il pose deux principes, l'Un et la Dyade, irréductibles. Dieu est la Monade, l'Âme du monde est la Dyade. A la différence de Speusippe, qui remplaça les Idées par les nombres mathématiques, Xénocrate les assimila aux nombres : les Idées sont les Nombres[3] ; alors que Speusippe refusait de voir le Bien dans l'Un (comme Platon) parce que cela aurait obligé à voir le Mal dans le Multiple, Xénocrate pense que tous les êtres, dans la mesure où ils participent de l'Un et du Multiple, ont quelque chose à voir avec le Mal. Dieu est la Monade, l'Âme du monde est la Dyade. Le premier, il fait correspondre la ligne à deux, dyade, comme Speusippe faisait correspondre le point à un. "À la différence de Speusippe qui remplaça les Idées par les Nombres mathématiques, Xénocrate les assimila aux Nombres" (Marie-Dominique Richard, d'après Aristote, Métaphysique, N, 3, 1090b28-32).

Suivant Xénocrate, l'âme est "un nombre qui se meut de lui-même" (fragment 60 édi. Heinze ; Stobée). Elle n'a rien de matériel. La matière que lui apporte la Dyade indéfinie est purement idéale. L'âme est éternelle comme les Idées et son mouvement est éternel comme elle. Que l'homme soit un nombre signifie que l'âme - selon la doctrine pythagoricienne - est une harmonie, un mouvement ordonnée, de sorte qu'on peut retrouver dans l'âme des intervalles musicaux (quarte, quinte, octave). Chez un Grec, "nombre" désigne toujours un nombre entier et signifie "système arrangé numériquement", "pluralité ordonnée", "chose structurée". Pour un pythagoricien l'âme est nombre en ce sens qu'elle est un mélange bien proportionné, une combinaison des propriétés composant le corps (Simmias dans le Phédon de Platon, 86d).

Notes et références

  1. Plutarque, Vies parallèles, Dion, 22.
  2. Pierre Hadot, "Les divisions des parties de la philosophie dans l'Antiquité", Museum Helveticum, 36, 1979, p. 201-223.
  3. David Ross, Plato's Theory of Ideas, Oxford University Press, 1951, p. 151.

Bibliographie

Fragments de Xénocrate

  • Xenokrates. Darstellung der Lehre und Sammlung der Fragmente, édi. par Richard Heinze, Leipzig, éd. Teubner, 1892, rééd. Hildesheim, éd. G. Olms, 1965, p. 157-197 (fragments en grec et latin, analysés). Édition de référence.
  • Senocrate-Ermodoro, édi. par M. Isnardi Parente, Naples, 1981. Xénocrate et Hermodore.

Sources sur Xénocrate

  • Aristote, Métaphysique, livre N.
  • Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres (vers 200), IV, 6-15.

Études sur Xénocrate

  • H. Dörrie, Xenokrates, apud Pauly, Realencyclopädie der klassischen Alterumswissenschaft, série II, vol. 9, Stuttgart, 1967, p. 1512-1531.
  • Richard HEINZE, Xenocrates. Darstellung der Lehre und Samlung der Fragmente, Leipzig, Teubner, 1892, xi-204 p. Réimpr.: Hildesheim, G. Olms, 1965, p. 1-156.
  • Stanford Encyclopaedia of Philosophy [1]
  • D. Whitehead, "Xenocrates the Metic", Rheinisches Museum, 124 (1981), p. 223-244.


  • Portail de la philosophie antique Portail de la philosophie antique
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
Ce document provient de « X%C3%A9nocrate ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Xenocrate de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • XÉNOCRATE — (XÉNOCRATE 400 env. XÉNOCRATE 314) Successeur de Speusippe à la tête de l’Académie platonicienne, Xénocrate propose une explication systématique de la réalité qui, connue uniquement par des témoignages doxographiques, présente des analogies avec… …   Encyclopédie Universelle

  • Xénocrate — Pour les articles homonymes, voir Xénocrate (homonymie). Xénocrate, fils d Agathénor, né à Chalcédoine Xénocrate de Chalcédoine, né vers 396 à Chalcédoine (actuelle …   Wikipédia en Français

  • Xénocrate (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Xénocrate ou Xénocratès est un nom d origine grecque qui peut désigner : Xénocrate de Chalcédoine, philosophe platonicien grec du IVe siècle… …   Wikipédia en Français

  • CRITIQUE D’ART (Antiquité gréco-romaine) — Appliquer au monde antique le concept de critique d’art se révèle une tâche délicate en raison des conditionnements, hérités en grande partie du XIXe siècle, qui tendent à faire prendre à tort pour naturelles et obvies des catégories comme celles …   Encyclopédie Universelle

  • Speusippe — Neveu de Platon, scholarque de l Académie de Platon, Speusippe (407 à 339 av. J. C.) est un platonicien plutôt orthodoxe. Il critique l hédonisme et est lui même critiqué par Aristote. Il prit la suite de Platon en tant que premier scholarque,… …   Wikipédia en Français

  • Academie de Platon — Académie de Platon Écoles de l’Antiquité École milésienne École pythagoricienne Atomisme École éléatique Sophistique Académie Lycé …   Wikipédia en Français

  • Académie De Platon — Écoles de l’Antiquité École milésienne École pythagoricienne Atomisme École éléatique Sophistique Académie Lycé …   Wikipédia en Français

  • Académie de Platon — L Académie de Platon (mosaïque romaine trouvée à Pompéi). L’Académie est l école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers 388 av. J. C. Elle dure jusqu en 86 av. J. C. L Académie tire son nom du domaine dans lequel elle est située, fait… …   Wikipédia en Français

  • Académie de platon — Écoles de l’Antiquité École milésienne École pythagoricienne Atomisme École éléatique Sophistique Académie Lycé …   Wikipédia en Français

  • Platon — Pour les articles homonymes, voir Platon (homonymie) et Plato. Platon ( Πλάτων ) Philosophe occidental Antiquité …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”