Bagne De Saint-Laurent-du-Maroni

Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni

Le bagne de Saint-Laurent-du-Maroni (ou Saint-Laurent-sur-Maroni) était un établissement pénitentiaire en Guyane française, qui n'existe plus aujourd'hui. Ce bagne était la centrale du bagne de la Guyane française. Une partie du site est aujourd'hui restaurée.

French Guiana CIA.gif
bagne de Saint-Laurent-du-Maroni

Sommaire

Histoire

  • Le 22 novembre 1850, Louis Napoléon proclamait : « 6 000 condamnés dans nos bagnes grèvent les budgets d'une charge énorme, se dépravant de plus en plus, et menaçant incessamment la société. Il me semble possible de rendre la peine des travaux forcés plus efficace, plus moralisatrice, moins dispendieuse, et plus humaine en l'utilisant au progrès de la colonisation française ».
  • Le 31 mars 1852, le premier convoi de condamnés partait de Brest à destination des îles du Salut.
  • Le 21 février 1858, le bagne de Saint-Laurent-sur-Maroni était inauguré sur le fleuve Maroni.
    Tous les condamnés venant de la France débarquaient d'abord à Saint-Laurent et étaient ensuite divisés entre les différents camps et pénitenciers de la Guyane.
  • Le 16 mars 1880, on créa également la ville de Saint-Laurent-du-Maroni, qui était une commune pénitentiaire, dont les habitants étaient presque tous des gardiens ou des bagnards libérés.
  • En 1912, l'hôpital de Saint-Laurent était construit.
  • Le bagne de Saint-Laurent-sur-Maroni ne ferma qu'en 1946, année où le bagne tout entier cessa définitivement d'exister. Sa fermeture avait été décidée par le décret-loi de Daladier, en 1938.

Vie au bagne

Le bagne de Saint-Laurent-sur-Maroni n'était qu'un dépôt temporaire. Ici, tous les condamnés débarquaient pour être ensuite envoyés dans les autres camps et pénitenciers.
Seulement un petit nombre de bagnards restait à Saint-Laurent. Ceux-là étaient presque tous employés dans l'administration et étaient des hommes considérés peu dangereux. On estimait qu'ils ne tenteraient pas de s'enfuir.

Quand un bateau (La Loire, Le Martinière) arrivait de Métropole (Saint-Martin-de-Ré), on séparait d'abord les « chevaux de retour » (forçats échappés) et les récidivistes du reste, pour les envoyer aux Îles du Salut, d'où toute fuite était considérée comme impossible (certains hommes réussirent tout de même à s'échapper des Îles du Salut, par exemple le douteux Henri Charrière, dit Papillon).
Le reste des forçats restait quelque temps à Saint-Laurent, où on les divisait entre les camps.
Ceux que l'on pensait tentés par l'évasion étaient envoyés aux Îles.
Les hommes moins dangereux, qui n'étaient condamnés que pour de petits délits, pouvaient avoir la chance d'être employés dans l'administration.
On divisa aussi les nationalités. Il y avait des camps réservés pour les condamnés de l'Indochine (par exemple le Camp Saut du Tigre), les arabes devenaient souvent des "porte-clefs".

Comme il y avait un hôpital à Saint-Laurent, beaucoup de condamnés qui attendaient d'être transférés aux Îles feignaient une maladie pour y être envoyés. Comme beaucoup de bagnards travaillaient comme dans l'hôpital, ce n'était pas trop difficile. À l'hôpital, ceux-ci disposaient de plus de temps pour élaborer un plan d'évasion (tactique décrite aussi par Charrière).

Ceux qui avaient la chance de rester à Saint-Laurent étaient généralement traités beaucoup mieux que les condamnés des autres camps. Leur travail était simple, ils pouvaient aller et venir presque librement dans l'enceinte du bagne et ils avaient droit à une meilleure nourriture.

La Martinière transportait les forcats depuis Saint-Martin-de-Ré

Voir aussi

Bibliographie

  • Albert Londres, Au bagne, Editions Le serpent à plumes.
  • Marion F. Godfroy, Bagnards, éditions du Chêne, Paris, septembre 2002, 216 pages.
  • Marion F. Godfroy, Vie de relations dans une commune pénitentiaire de la IIIeme République, Actes du colloque de Saint-Laurent-du-Maroni, 1999.
  • Les Bannis de la Terre de Cayenne [1]
  • "C'était Le Bagne" - entretien du journal L'express
  • Papillon - Henri Charrière
  • La guillotine sèche : Histoire du bagne de Cayenne / Jean-Claude Michelot. – Paris : Fayard, 1981 – 361p. ISBN 2213011052 ISBN 978-2213011059
Ce document provient de « Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bagne De Saint-Laurent-du-Maroni de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bagne de saint-laurent-du-maroni — Le bagne de Saint Laurent du Maroni (ou Saint Laurent sur Maroni) était un établissement pénitentiaire en Guyane française, qui n existe plus aujourd hui. Ce bagne était la centrale du bagne de la Guyane française. Une partie du site est aujourd… …   Wikipédia en Français

  • Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni — 5° 30′ 15″ N 54° 01′ 57″ W / 5.504290, 54.032553 …   Wikipédia en Français

  • Saint-Laurent du Maroni — Pour les articles homonymes, voir Saint Laurent. 5° 29′ 27″ N 54° 02′ 16″ W …   Wikipédia en Français

  • Saint-laurent-du-maroni — Pour les articles homonymes, voir Saint Laurent. 5° 29′ 27″ N 54° 02′ 16″ W …   Wikipédia en Français

  • Saint Laurent du Maroni — Pour les articles homonymes, voir Saint Laurent. 5° 29′ 27″ N 54° 02′ 16″ W …   Wikipédia en Français

  • Saint-Laurent-du-Maroni — Pour les articles homonymes, voir Saint Laurent. 5° 29′ 27″ N 54° 02′ 16″ W …   Wikipédia en Français

  • Saint-Laurent-du-Maroni — French commune nomcommune=Saint Laurent du Maroni| map size=220px adjustable mapcaption=Location of the commune (in red) within French Guiana région=Guyane département=Guyane ( sous préfecture )| arrondissement=Saint Laurent du Maroni insee=97311 …   Wikipedia

  • Bagne de l'Ile du Diable — Îles du Salut Îles du Salut Les îles du Salut sont constituées par trois îlots d origine volcanique rattachés à la Guyane, et situés à une vingtaine de kilomètres au large de Kourou, bien que les Îles du Salut soient rattachées au territoire de… …   Wikipédia en Français

  • Bagne de l'île du Diable — Îles du Salut Îles du Salut Les îles du Salut sont constituées par trois îlots d origine volcanique rattachés à la Guyane, et situés à une vingtaine de kilomètres au large de Kourou, bien que les Îles du Salut soient rattachées au territoire de… …   Wikipédia en Français

  • Saint-Jean-du-Maroni — (lieu dit) Saint Jean du Maroni est un lieu dit de la commune de Saint Laurent du Maroni, en Guyane, sur le fleuve Maroni, à 17 km au sud de la sous préfecture. C était un des sièges du bagne de la Guyane française. C est un camp militaire de 16… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”