1er régiment de tirailleurs marocains
1er Régiment de Tirailleurs Marocains
Insigne régimentaire du 1e Régiment de Tirailleurs Marocains, type 4, peint, ajouré doré.jpg

Insigne régimentaire du 1er R.T.M (4e modéle)

Période 19121965
Pays Drapeau de France France
Branche armée de Terre
Type régiment tirailleurs
Rôle infanterie
Garnison Lons-le-Saunier et Bourg en bresse de 1956-1965.
Devise Le Premier Partout "Nous sommes venus de Moulay Idriss","Ô Dieu pardonne nous" ou "Que Dieu efface nos pêchés".
Inscriptions sur l’emblème Maroc 1912–1928–1932-1934
La Marne 1914
Artois 1915
Champagne 1915
L'Aisne 1917
Soissonnais 1918
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
cinq palmes
une étoile d'argent
Croix de guerre 1939-1945
deux palmes
Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures
une palme
Croix de guerre Belge 1940-1945
une palme
Mérite militaire chérifien

Le 1er Régiment de Tirailleurs Marocains ou (1er R.T.M) était un régiment d'infanterie appartenant à l'Armée d'Afrique qui dépendait de l'armée de terre française.

En activité entre 1912 et 1965, il se distingue particulièrement lors de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il est cité cinq fois à l'ordre de l'Armée et reçoit la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de la Médaille Militaire, puis lors de la Seconde Guerre mondiale, tout d'abord lors de la campagne d'Italie au sein du corps expéditionnaire français du général Juin puis lors de la campagne de France; il est à nouveau cité deux fois à l'ordre de l'Armée.

En 1949 son drapeau est décoré de la Légion d'honneur.

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • 1912 : création de Troupes auxiliaires Marocaines
  • août 1914 : constitution de deux Régiment de chasseurs indigènes (aux ordres des colonels Auroux et Poeymirau) qui forment le 25 août 1914 une Brigade de chasseurs indigènes (appelée aussi Brigade marocaine) aux ordres du général Ditte. La brigade est à la disposition de la 45e DI à partir du 8 septembre 1914
  • 23 septembre 1914 : la brigade décimée au cours de la bataille de la Marne est dissoute et avec les survivants un Régiment de marche de chasseurs indigènes est formé
  • 1er janvier 1915 : le régiment devient le Régiment de Marche de Tirailleurs Marocains (R.M.T.M) par décision du 25 décembre 1914 et est placé sous les ordre des colonels Poeymirau puis Auroux
  • printemps 1917 : le régiment est affecté à la 153e division, sous les ordres du général Pelle
  • mars 1918 : devient le 1er R.M.T.M lorsque un deuxième régiment est créé.
  • 1920 : devient le 61e régiment de tirailleurs marocains
  • 1929 : devient le 1er R.T.M
  • 1965 : dissolution

Historique des garnisons, combats et bataille

Jusqu'à la Première Guerre mondiale

La Première Guerre mondiale

Le 1er Régiment de Tirailleurs Marocains est l'héritier direct de la Brigade de Chasseurs Indigènes du Général Ditte mise à disposition de la 45e Division d'Infanterie le 7 septembre 1914.

La Seconde Guerre mondiale

En septembre 1939, pour la deuxième fois depuis le début du siècle, le 1er Régiment de Tirailleurs Marocains prend pied sur le sol de France pour participer à la seconde guerre mondiale contre l'Allemagne.

En 1943, après les réarmement de l'Armée française en Afrique du Nord, il participe à la libération de la Corse, puis en 1944 à la Campagne d'Italie au sein de la 4e division marocaine de montagne du corps expéditionnaire français commandé par le général Juin. En aôut 1944, il débarque en Provence et participe à la libération du sud-est de la France puis à la campagne d'Allemagne.

L'après Seconde Guerre mondiale

Après plusieurs mois de séjour dans la région de LyonSaint-Étienne, Bourg et Roanne, il arrive en mai 1946 sur la Côte d'Azur où son gros tient garnison à Menton, Villefranche, Nice, Antibes, Grasse et Darboussières (Fréjus), pendant que le 3e Bataillon s'installe dans les Alpes, à Digne et à Barcelonnette.

Et la tradition se maintenant, des unités du Régiment vont combattre partout où il faut maintenir le Drapeau. C'est ainsi qu'une Compagnie de marche (Lieutenant Laurier) s'intègre, en février 1947, à un Bataillon du 5e RTM, envoyé en renfort en Indochine. C'est ainsi également que le 1er Bataillon de marche du Régiment part en juillet pour Madagascar.

Ces prélèvements massifs ayant fortement diminué ses effectifs, le 1er R.T.M. rentre au Maroc, à Port-Lyautey, en septembre 1947, où il retrouve ses tombes, ses souvenirs, ses anciens casernements, se réorganise et se reconstitue pour être prêt à remplir dignement les missions qui peuvent à nouveau lui incomber.

Chefs de corps

  • En mars 1918 le 1er R.M.T.M. : 3e, 7e et 8e Bataillons, lieutenant-colonel Cimetière.

Insigne du 1er Régiment de Tirailleurs Marocains

Description [4e Modèle d'insigne]  :

Son blason est le Sceau de Salomon à cinq branches, inscrit dans un croissant, sur lequel figure au premier plan l'Hirondelle de la Mort, porteuse dans son bec de deux tibias, destinée à rappeler le surnom donné par les allemands eux-mêmes aux Tirailleurs Marocains, au cours de la guerre 1914-1918. Au second plan figure une évocation de la ville sainte de Moulay Idriss, située dans le massif du Zerhoun, près de Meknès. Le texte en arabe gravé sur le croissant signifie, phonétiquement, "Min Moulay Idriss jinna wa rabbi arfoualina", ce qui signifie 'De Moulay Idriss nous venons et le Seigneur nous a (re)connus".

Voir les insignes du 1er R.T.M : http://infaf.free.fr/TMA/ind_1rtm.htm

Devise du 1° Régiment de Tirailleurs Marocains

Le Premier Partout "Nous sommes venus de Moulay Idriss","Ô Dieu pardonne nous" ou "Que Dieu efface nos pêchés".

Drapeau du régiment

Les noms de treize batailles s'inscrivent en lettres d'or sur le drapeau[1]:

1er régiment de tirailleurs marocains - drapeau.svg

Décorations

Fourragère aux couleurs de la Médaille militaire et aux couleurs de la Croix de guerre 1939-1945.

Citations

Première Guerre mondiale

Texte des cinq citations à l'ordre de l'Armée

« Sous le commandement de son chef, le Lieutenant-Colonel Auroux, a enlevé, le 6 octobre 1915, au petit jour, sur un front de plusieurs centaines de mètres la deuxième position allemande, s'est porté d'un seul bond, à plus d'un kilomètre au delà, a foncé sur l'ennemi, surpris dans ses bivouacs, lui faisant subir, à la baïonnette, des pertes considérables. »

— 1re citation, Ordre du 16 octobre 1915

« Sous l'énergique impulsion de son chef, le Lieutenant-Colonel Cimetière, a emporté d'un élan les trois lignes de tranchées de la première position allemande, puis a franchi successivement deux ravins profonds, le premier battu par un feu violent de mitrailleuses, le second abrupt, boisé et énergiquement défendu par un ennemi disposant d'abris profonds, auquel il a fait plus de 500 prisonniers. Malgré les pertes subies, a abordé sans désemparer la deuxième position allemande, enlevant plusieurs lignes de tranchées et ne s'arrêtant que par ordre, pour permettre l'arrivée à sa hauteur de troupes voisines qu'il avait dépassées dans son élan. »

— 2e citation lors de la Bataille du Chemin des Dames, Ordre du 4 mai 1917

« Sous le commandement du Lieutenant-Colonel Cimetière, a mené, le 28 juin 1918, malgré les plus grandes difficultés, une attaque extrêmement brillante, couronnée de succès. A eu successivement à réduire la résistance de nombreux ennemis, dans une région tourmentée et boisée, à manoeuvrer pour encercler un village organisé et pourvu d'une garnison nombreuse et à réduire cette dernière. N'a pu remplir cette tâche multiple que grâce à un entraînement, une vigueur et un esprit de discipline incomparables. A fait plus de 500 prisonniers, capturé 18 mitrailleuses et un nombreux matériel. »

— 3e citation, Ordre du 29 juin 1918

« Régiment d'élite, qui, sous les ordres de son chef, le Lieutenant Colonel Cimetière, s'est élancé, le 18 juillet 1918, dans la bataille, avec sa fougue et sa vigueur coutumières, a réalisé une progression de plus de 9 kilomètres pour atteindre, au delà du ravin de Saconin-Breuil et des hauteurs de Berzy-le-Sec, l'objectif assigné du .ravin de la Crise, obtenant, pour parfaire son œuvre, un jour de combat supplémentaire avant le repos que les ordres lui imposaient. A capturé plusieurs centaines de prisonniers, de nombreux canons et mitrailleuses et infligé à l'ennemi des pertes considérables. »

— 4e citation lors de la Seconde bataille de la Marne, Ordre du 23 septembre 1918

« Après une série de succès incomparables et malgré les difficultés résultant de son organisation spéciale, se reconstitue en quelques jours pour prendre une part glorieuse à la nouvelle bataille, sous le commandement du Lieutenant-colonel Cimetière, s'y lance avec son ardeur coutumière, progresse, en trois jours, de 20 kilomètres, jalonnant de ses morts les lignes de résistance de l'ennemi qui ne peut arrêter son élan, s'empare de 2 villages, de 400 prisonniers et d'un nombreux matériel, contribuant ainsi, dans la plus large mesure, à une grande victoire. »

— 5e citation, Ordre du 23 septembre 1918

Deuxième Guerre mondiale

Première citation à l'ordre de l'Armée obtenue lors de la Campagne d'Italie (1943-44)

« Régiment Marocain animé d'un esprit offensif et d'un allant remarquable qui, sous les ordres du Lieutenant Colonel Brissaud-Desmaillet, a, sans arrêt pendant trois semaines, du 13 mai au 1er juin 1944, en région montagneuse, poursuivi et attaqué un ennemi qui tentait de s'installer défensivement sur des positions successives organisées antérieurement.

Grâce à ses manoeuvres et malgré les tirs violents d'artillerie et de mortiers a conservé constamment l'ascendant sur l'ennemi ; en particulier le 16 mai au Fragotoso, le 17 mai à Modane et le 18 mai à la Madone Monte Vetro, a chassé l'ennemi de ses positions, repoussant ses contre-attaques et l'obligeant à de nombreux morts sur le terrain. Le 26 mai sur l'Appiolo et le 29 mai sur le Chiarello, par des attaques répétées, a obligé l'ennemi à se replier en laissant entre ses mains un matériel de guerre important.

Les 29, 30 et 31 mai, au cours de plusieurs actions de vive force a occupé les villages de San-Stephano, San-Giullano, s'emparant du col de la Palombara et du Monte Cacume, obligeant l'ennemi à fuir en désordre.

Au cours de cette période, a capturé 233 prisonniers dont 16 officiers, 24 mitrailleuses et 5 canons anti-chars.

Reprenant sa marche en avant au nord de Rome, a, à partir du 18 juin, pendant 15 jours, poursuivi et attaqué l'ennemi qui tentait de ralentir notre avance, enlevant les villages de Monte Latterone et Montenero par des actions de surprise et se maintenant sur ses positions malgré les réactions violentes de l'ennemi.

Soutenant ensuite l'action du détachement blindé et attaquant sans répit les nombreuses résistances ennemies, a réussi après plusieurs jours de combat à le chasser de toutes ses positions, en particulier à Santo, Pescini, San Lorenzo, La Getinale.

A puissamment aidé à la prise de Sienne. »

— Décision n° 85 du 22 septembre 1944 - Charles de Gaulle

Deuxième citation à l'ordre de l'Armée lors de la Campagne de France (1944-45)

« Régiment Marocain d'une haute valeur combative qui, depuis son arrivée en France sous les ordres du Colonel Deleuze, n'a cessé d'affirmer ses qualités exceptionnelles.

Enlevé du front des Alpes où il s'est illustré lors des affaires de Clavières et de l'observatoire du Chenaillet le 20 octobre 1944, le 1er R.T.M. est engagé sur le front de la Haute Alsace.

Ses trois bataillons participent, du 28 novembre au 4 décembre, aux opérations de dégagement de Mulhouse, puis de débordement par la forêt de la Hardt des positions ennemies au nord de cette ville et ont à faire face à de furieuses contre-attaques.

Au cours de ces opérations : les 1er et 2e Bataillons Bastiani et Lenormand se distinguent le 28 novembre en enlevant dans un élan irrésistible l'objectif délimité par le canal de Huningue, à la suite de combats sous bois violents et meurtriers contre un ennemi retranché et abrité dans des casemates bétonnées.

Le 2e Bataillon, commandé par le chef de bataillon Girard et renforcé de la 4e Compagnie du 1er Bataillon, s'illustre du 29 novembre au 3 décembre aux combats du Pont du Bouc, Grunhutte, carrefour 232 « (4,5 km de Sausheim), au cours desquels son avance audacieuse le porte à moins de 10 km du pont de Chalampé sur le Rhin.

Résistant héroïquement à une puissante contre-attaque allemande appuyée par au moins 30 chars lourds, a réussi, épaulé par le 1er Bataillon, à contenir l'ennemi au nord du canal de Huningue.

Le 1er RTM a perdu, en sept jours de combat, 11 Officiers et 760 hommes, (total : 771 victimes) mais a causé à l'ennemi de très lourdes pertes parmi ses meilleures troupes, a capturé 187 prisonniers et rempli sa mission de dégagement de Mulhouse. A réalisé un exploit digne des traditions Marocaines. »

— Décision n° 704 du 14 mai 1945 - Charles de Gaulle

Personnalités ayant servi au 1er R.T.M

  • Alphonse Juin, futur Maréchal, est un de ses capitaines durant la Première Guerre mondiale.
  • Décret NOR : PREX0004518D, du 6 décembre 2000 portant concession de la Médaille militaire.
  • M. Berrkya (Mohamed), de nationalité marocaine, ancien soldat de 1re classe au 1er régiment de tirailleurs marocains, 1 citation et 1 blessure de guerre.

Sources et bibliographie

Notes et références

  1. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1er régiment de tirailleurs marocains de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 1er regiment de tirailleurs marocains — 1er régiment de tirailleurs marocains 1er Régiment de Tirailleurs Marocains Insigne régimentaire du 1er R.T.M (3e modéle) Période 1912 – 1965 Pays …   Wikipédia en Français

  • 1er régiment de spahis marocains —  Ne pas confondre ce régiment dissout en 1945 avec le 1er Régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM) de la 2e Guerre mondiale. 1er Régiment de Spahis Marocains Période …   Wikipédia en Français

  • 1er Régiment de tirailleurs — Période 1er mai 1994 Pays …   Wikipédia en Français

  • 1er regiment de tirailleurs — 1er régiment de tirailleurs 1er Régiment de Tirailleurs Période 1er mai 1994 Pays …   Wikipédia en Français

  • 1er régiment de tirailleurs —  Ne doit pas être confondu avec 1er régiment de tirailleurs algériens. 1er Régiment de Tirailleurs Période 1er mai 1994 Pays …   Wikipédia en Français

  • 4e régiment de tirailleurs marocains — Insigne régimentaire du 4e R.T.M Période 1er janvier 1929 – 30 juin 1964 …   Wikipédia en Français

  • 2e régiment de tirailleurs marocains — Le 2e Régiment de Tirailleurs Marocains ou (2e R.T.M) était un régiment d infanterie appartenant à l Armée d Afrique qui dépendait de l armée de terre française. 2e Régiment de Tirailleurs Marocains Insigne régimentaire du 2e R.T.M …   Wikipédia en Français

  • 4e regiment de tirailleurs marocains — 4e régiment de tirailleurs marocains 4e Régiment de Tirailleurs Marocains Insigne régimentaire du 4e R.T.M Période 1er janvier 1929 – 30 juin 1964 Pays …   Wikipédia en Français

  • 2e regiment de tirailleurs marocains — 2e régiment de tirailleurs marocains Le 2e Régiment de Tirailleurs Marocainsou (2e R.T.M) est une unité de l armée de terre française. Sans son Empire, la France ne serait qu’un pays libéré. Grâce à son Empire, la France est un pays vainqueur. le …   Wikipédia en Français

  • 8e regiment de tirailleurs marocains — 8e régiment de tirailleurs marocains Le 8e Régiment de Tirailleurs Marocains est une unité de l armée de terre française. Le 68eR.T.M créé en 1927 devient le 8eR.T.M en 1929. Disssous en 1940, recréé en 1941 à 1950 puis de 1954 à 1956. 8e… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”