Bachir Hadj-Al

Bachir Hadj Ali

Bachir Hadj Ali (1920-1991) est un poète et responsable politique algérien.

Sommaire

Biographie

Bachir Hadj Ali est né dans la Casbah d'Alger le 10 décembre 1920 d'une famille modeste originaire d’Aït Hammad (Azeffoun) en Kabylie. Il suit les cours de l'école coranique et de l'école française mais, pour aider sa famille, renonce en 1937 à entrer à l'École normale d'instituteurs. Après sa démobilisation, il adhère en 1945 au Parti communiste algérien (PCA). En 1948 il devient rédacteur en chef du journal “Liberté”, organe central du PCA, entre à son secrétariat en 1951 et est en 1953 condamné à deux ans de prison par les tribunaux coloniaux pour atteinte à la sûreté de l'État.

Demeuré dans la clandestinité durant toute la guerre de libération nationale, Bachir Hadj Ali négocie en 1956 avec Sadek Hadjeres l'intégration dans l'ALN des « Combattants de la libération », organisation militaire des communistes algériens, créée en 1954, dont il est responsable. Il prend alors la direction du PCA.

Après l'Indépendance le président Ben Bella interdit en novembre 1962 le PCA. Bachir Hadj Ali est, auprès de Mouloud Mammeri, Jean Sénac, Mourad Bourboune, l'un des fondateurs de l'Union des écrivains algériens, dont il démissionne en 1963.

Après la prise du pouvoir par Houari Boumediène le 18 juin 1965, il crée avec la gauche du FLN, Hocine Zahouane et Mohammed Harbi, l’« Organisation de la Résistance Populaire » (ORP). Il est en septembre arrêté et torturé dans les locaux de la Sécurité militaire à Alger. Transféré en novembre à la prison de Lambèse il écrit L’Arbitraire sur des feuilles de papier toilette qu'il parvient à transmettre, dissimulées dans des cigarettes évidées, à sa femme Lucette lors de ses visites. Le texte qui décrit les tortures qu'il subit, et dont il conservera de graves séquelles, est publié en 1966 aux Editions de Minuit. Libéré en 1968, Bachir Hadj Ali est assigné à résidence à Saïda puis Ain Sefra. Interdit de séjour dans les grandes villes algériennes, il ne regagne Alger qu'en 1974.

Écrivant poèmes et essais, Bachir Hadj Ali, fondateur en 1966 du PAGS, mène dès lors une intense activité, interrompue à partir de 1980 par la perte progressive de la mémoire. Il meurt à Alger le 8 mai 1991.

Bibliographie

  • Sources, caractéristiques et perspectives de la musique algérienne, Paris, La Nouvelle critique, 1960.
  • Notre peuple vaincra, essai, Alger, Édition clandestine du PCA, 1960; Genève, Editions. du Fennec, 1961.
  • Chants pour le 11 décembre; poèmes, Alger, Édition clandestine, 1961; édition augmentée, tiré à part, Paris, La Nouvelle Critique, 1963 (46 p.).
  • Qu'est-ce qu'un révolutionnaire algérien en 1963 ?, Paris, Semaine de la pensée marxiste, 1963.
  • Culture nationale et révolution, conférence (Alger, 30 mars 1963), La Nouvelle Critique, n° 147, juin 1963 (24 p.).
  • Essai sur la critique et l'autocritique, Alger Républicain, Alger, 1964.
  • Qu'est-ce qu'une musique nationale ?, ¨Paris, La Nouvelle Critique, 1964.
  • Quelques leçons du combat libérateur en Algérie, Paris, Nouvelle Revue Internationale, janvier 1965.
  • Culture et révolution socialiste, dans "Jeunesse", n° 3, Alger, mai 1965.
  • La Révolution socialiste mondiale et les mouvements de libération, Prague, Éditions Paix et Socialisme, 1965.
  • L'Arbitraire, récit, suivi de Chants pour les nuits de septembre, poèmes, Paris, PAGS, décembre 1965; Paris, Éditions de Minuit, 1966, avec une préface de Hocine Zahouane et une introduction de Mohamed Harbi; Alger, PAGS, 1989, avec une nouvelle préface de Khadda (58 p.); Alger, Éditions Dar El Ijihad, 1991; Alger, Editions APIC, 2005 (61 p.).
  • Que la joie demeure!, poèmes, Paris, Éditions P. J. Oswald, 1970; réédition : Paris, L'Harmattan, 1980 (102 p.).
  • Le Mal de vivre et la volonté d'être dans la jeune poésie algérienne d'expression française, essai, dans "Littérature algérienne", Europe, Paris, juillet-août 1976; réédition, Alger, 1977 (32 p.).
  • Mémoire-clairière, poèmes, Paris, Les Éditeurs français réunis, 1978 (96 p.).
  • "El Anka et la tradition "chaabi"". In Annuaire de l'Afrique du Nord, XVII, 1978. Extrait. C.N.R.S.
  • El Anka et la tradition "Chaâbi", dans "Algérie-Actualité", n° 703, Alger, 5-11 avril 1979.
  • Actuelles-Partitions pour demain, poèmes, couverture et 12 dessins de Mohammed Khadda, Sigean, Éditions de l'Orycte, 1980.
  • Cheikh Bouamama, L'insurrection du Sud en 1881 et son contexte, dans "Algérie-Actualité", n°813, Alger, 14-20 mai 1981.
  • Soleils sonores, poèmes, avec 6 dessins de Khadda, Alger, E.N.A.G., 1985 (88p.) (à compte d'auteur).
  • Lettres à Lucette, 1965-1966, Alger, Régie Sud Méditerranée, 2002 (404 p.).

Sur Bachir Hadj Ali

  • Jean Déjeux, Bibliographie méthodique et critique de la littérature algérienne de langue française 1945-1977, SNED, Alger, 1979.
  • Jean Déjeux, Dictionnaire des auteurs maghrébins de langue française, Paris, Editions Karthala, 1984 (ISBN 2-86537-085-2).
  • Anthologie de la littérature algérienne (1950-1987), introduction, choix, notices et commentaires de Charles Bonn, Le Livre de Poche, Paris, 1990 (ISBN 2-253-05309-0)

Jugement

« L’un faisait chanter les couleurs, l’autre extorquait aux mots un suc insoupçonné. Une amitié qui n’avait rien de mondain les liait : une camaraderie intransigeante, une attention pointilleuse, une affection profonde et inquiète. Mohammed Khadda et Bachir Hadj Ali, qui viennent de mourir à quelques jours d’intervalle, ont accompli un long chemin ensemble : chemin d’artistes, chemin d’hommes, chemin de patriotes, chemins de citoyens attachés à leur pays et à la totalité du monde. Refusant de s’enfermer dans leur art, de barricader leur porte et de calfeutrer leurs fenêtres contre les cohues, les drames et les espoirs de la rue, ils ont décidé d’être aux côtés de leurs semblables qui luttent pour leur dignité et pour celle de tous les hommes. Et, miracle! loin d’en souffrir, leur art y a gagné en exigence, en combativité, en humanisme. Chez Bachir Hadj Ali et Mohammed Khadda, il n’y a pas eu de conflit ou de divorce entre l’artiste et le militant, entre l’homme ouvert à tous les rêves et l’homme qui tente de les concrétiser par l’action. (...)
En dépit d’une action politique et d’une œuvre esthétique et analytique d’une grande portée, Bachir Hadj Ali a vécu, surtout depuis l’indépendance de son pays, dans l’ombre. L’ombre que dicte l’humilité mais aussi, hélas! celle qu’imposent les barreaux des prisons. Cet homme fait pour le chant et la lumière, épris de “soleils sonores” a connu - dans son pays devenu libre! - la torture qui meurtrit ceux qui la subissent mais n’avilit et ne mutile irrémédiablement que ceux qui la pratiquent. Bachir Hadj Ali ne nous a pas demandé de garder en mémoire les noms de ses tortionnaires, il nous a interdit de répondre à la haine par la haine. C’est pourquoi, sans oublier ses épreuves, nous retiendrons beaucoup plus ses chants qui plaident pour la joie, qui disent “les œillets rouges” et les “rêves en désordre”. (...)
Des amateurs avertis - mais insuffisants, hélas! - ont rendu hommage au militant modèle, au musicologue, au poète dont le souffle épique s’allie à une rare originalité qui tire son essence d’une ouverture heureuse sur la culture universelle et d’un ancrage dynamique dans le patrimoine arabo-berbère. (...)
Comment imaginer une Algérie sans M'hamed Issiakhem, sans Mouloud Mammeri, sans Kateb Yacine, sans Mohammed Khadda et Bachir Hadj Ali? Les deux derniers à nous quitter reposent aujourd’hui côte à côte, frères pour l’éternité. Leur intelligence, leur savoir-faire et leur amour ont interrogé et affronté la grande énigme du monde. Ils ont contribué à nous rendre la terre plus habitable. Ils ont contribué à faire de leur pays une oasis de plus sur la planète. »

Tahar Djaout, Frères pour l’éternité, dans "Algérie-Actualité", n° 1335, Alger, 16-22 mai 1991.

Lien interne

Lien externe


  • Portail de l’Algérie Portail de l’Algérie
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
Ce document provient de « Bachir Hadj Ali ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bachir Hadj-Al de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • El-Hadj Omar — Oumar Tall Pour les articles homonymes, voir Tall. Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · …   Wikipédia en Français

  • El Hadj Omar — Oumar Tall Pour les articles homonymes, voir Tall. Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · …   Wikipédia en Français

  • El Hadj Oumar — Oumar Tall Pour les articles homonymes, voir Tall. Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · …   Wikipédia en Français

  • El Hadj Oumar Tall — Oumar Tall Pour les articles homonymes, voir Tall. Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · …   Wikipédia en Français

  • El hadj omar — Oumar Tall Pour les articles homonymes, voir Tall. Religion religions abrahamiques : judaïsme · christianisme · …   Wikipédia en Français

  • ALGÉRIE — En 1962, les fées ont été particulièrement nombreuses à se presser autour de l’Algérie. L’« exemplarité » de la lutte de libération nationale, longue et violente, ravissait ceux qui ne voient de progrès humain que dans l’action de l’« accoucheuse …   Encyclopédie Universelle

  • Histoire de l'Algérie depuis 1962 — Pour consulter un article plus général, voir : Histoire de l Algérie. L’Algérie devient indépendante à l’issue d’une coûteuse guerre de 8 ans et contre la présence coloniale, une présence qui dura 132 ans, et qui prit fin officiellement le… …   Wikipédia en Français

  • MAGHRÉBINES (LITTÉRATURES) — À ce que la géographie arabe nomme poétiquement le Maghreb (al Ma 凜rib) et qui apparaît dans l’histoire sous les désignations fluctuantes de Libye, d’Afrique ou de Berbérie correspond une aire linguistique et culturelle qui, à travers les siècles …   Encyclopédie Universelle

  • Litterature algerienne — Littérature algérienne Voici une liste d auteurs algériens. Les langues de leurs écrits sont l arabe, le berbère, le français ou le latin. Isabelle Eberhardt (1872 1904) Ismaël Ait Djaffer (1929) Malek Alloula (1938) Jean Amrouche (1907–1962)… …   Wikipédia en Français

  • Littérature Algérienne — Voici une liste d auteurs algériens. Les langues de leurs écrits sont l arabe, le berbère, le français ou le latin. Isabelle Eberhardt (1872 1904) Ismaël Ait Djaffer (1929) Malek Alloula (1938) Jean Amrouche (1907–1962) Taos Amrouche (1913–1976)… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”