Bachar el-Assad
Bachar el-Assad
بشار الاسد
Bashar al-Assad cropped.png
Mandats
5e président de la République arabe syrienne
(38e chef de l'État syrien)
Actuellement en fonction
Depuis le 17 juillet 2000
(&&&&&&&&&&&0414011 ans, 4 mois et 0 jour)
Élection 10 juillet 2000
Réélection 27 mai 2007
Vice-président Abdel Halim Khaddam
Mohammed Zuhair Masharqa
Farouk al-Sharaa
Najah al-Attar
Premier ministre Mohammed Moustafa Mero
Mohammed Naji al-Otari
Adel Safar
Prédécesseur Hafez el-Assad
Abdel Halim Khaddam (intérim)
Biographie
Date de naissance 11 septembre 1965 (1965-09-11) (46 ans)
Lieu de naissance Flag of Iraq (1963-1991).svg Damas (Syrie)
Nationalité syrienne
Parti politique Parti Baas
Père Hafez el-Assad
Conjoint Asma el-Akhras
Enfants Hafez el-Assad
Zein el-Assad
Karim el-Assad
Profession Ophtalmologue, militaire
Religion Islam chiite, branche alaouite

Coat of arms of Syria.svg
Présidents de la République arabe syrienne

Bachar el-Assad (en arabe : بشار الاسد), né le 11 septembre 1965 à Damas, est un homme d'État syrien, président de la République depuis la mort de son père, Hafez el-Assad, en 2000.

Bachar el-Assad est de confession alaouite, une branche de l'islam.

Sommaire

Biographie

Études

Le docteur Bachar el-Assad est le fils cadet du président Hafez el-Assad (1930-2000) et d'Anisah Makhlouf.

Bachar el-Assad a fait ses études à l'école franco-arabe al-Hurriyet de Damas. Il y apprend l'anglais et le français qu'il parle couramment. Il passe son baccalauréat en 1982, puis entame des études de médecine. Doctorat en poche, il exerce de 1988 à 1992 comme ophtalmologiste à l'hôpital militaire de Tishreen (banlieue de Damas), puis part à Londres pour se spécialiser en ophtalmologie, où il fait la connaissance de sa future femme, Asma al-Akhras, une Syrienne musulmane de confession sunnite.

Bachar el-Assad avait à l'origine une faible appétence pour la politique. Hafez el-Assad avait préparé son fils aîné, Bassel, à prendre sa succession.

Son frère Bassel el-Assad, qui devait succéder à son père Hafez el-Assad, meurt dans un accident de voiture en 1994. Hafez el-Assad fait alors appel à son fils cadet.

Bachar est contraint de revenir en Syrie où il rentre à l'académie militaire de Homs. En 1999, il devient colonel, puis effectue des missions de confiance pour le gouvernement syrien. Il s'est notamment rendu au Liban pour rendre une visite au président Émile Lahoud et, en novembre 1999, il est reçu en tête à tête par le président Jacques Chirac à l'Élysée.

Président de la République

Politique intérieure

À la mort du président Hafez el-Assad, le Parlement amende la Constitution pour abaisser l'âge minimum du candidat à la présidentielle, qui passe de 40 à 34 ans. Il est promu deux jours plus tard général en chef des forces armées syriennes par le vice-président Khaddam. Le parlement le propose comme président de la République le 25 juin 2000. Il promet de mettre en œuvre des réformes économiques et politiques en Syrie, et est élu président de la République par un référendum qui s'est tenu le 10 juillet 2000, le peuple syrien voyant en lui un réformateur qui démocratiserait le pays.

Suite à son élection, le régime se libéralise timidement, ce qu'on appelle généralement le « Printemps de Damas ». Des centaines de prisonniers politiques retrouvent la liberté, des forums regroupant des intellectuels parlant de la démocratisation de la Syrie et de la fin de l'état d'urgence en vigueur depuis 1963 voient le jour. Sous la pression de la vieille garde du régime dont en particulier Khaddam qui craignait l'« algérisation » de la Syrie, Assad met fin à ce mouvement libéral en déclarant qu'il y a des lignes rouges à ne pas franchir. Il fait arrêter des dizaines d'intellectuels par la suite.

Il est parfois décrit comme un président devant composer avec les membres les plus radicaux de l'administration de son père qui se placent toujours dans une optique de conflit armé avec Israël. Il a cependant réalisé quelques réformes économiques. La libéralisation économique du pays a été très limitée, l'interventionnisme de l'État reste extrêmement présent et la corruption continue à nuire à l'économie du pays. Par ailleurs, les sanctions économiques mises en place par les États-Unis compliquent la situation.

Article principal : Protestations syriennes de 2011.

Débutées à partir de février 2011, ces manifestations s'inscrivent dans un contexte de protestations dans les pays arabes. Comme en Tunisie ou encore en Égypte, les manifestants demandent plus de libertés et de démocratie, ainsi qu'un meilleur respect des droits de l'homme ; ils sont durement réprimés par l'armée et les services secrets. A la date du 19 septembre 2011, le Haut commissariat aux droits de l'homme de l'ONU estime que plus de 2.600 personnes[1]. ont été tuées par les forces de sécurité depuis le début du mouvement de protestation en mars dernier. Les cas d'enlèvements arbitraires et de tortures sont encore plus nombreux, même s'ils sont plus difficiles à chiffrer.

Politique étrangère

Affiche avec le portrait du président Assad, avec l'inscription Que dieu protège la Syrie

En dépit des relations tendues qu'a la Syrie avec Israël, le président Assad a demandé la reprise des négociations de paix pour la restitution du plateau du Golan, occupé par Israël depuis 1967. Les États-Unis et Israël l'accusent, par ailleurs, de soutenir activement des groupes armés comme le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique.

En mai 2001, il accueille le pape Jean-Paul II et prononce un discours à Damas dans lequel il critique Israël, il a notamment dit :

« Nous constatons que la justice est bafouée : les territoires sont occupés au Liban, au Golan et en Palestine. Nous les entendons massacrer les principes de l’égalité lorsqu’ils disent que Dieu a créé un peuple meilleur que les autres [...] Ils violent les lieux sacrés, ils tentent de tuer tous les principes des religions célestes avec la même mentalité par laquelle fût trahi puis torturé le Christ et de la même manière qu'ils ont essayé de trahir et tuer le prophète Mahomet. »

Assad s'est opposé à l'invasion de l'Irak par l'armée américaine en 2003, en utilisant le siège de la Syrie au conseil de sécurité de l'ONU en dépit de l'animosité qui existait alors entre les régimes syrien et irakien. Avec l'assassinat du Premier ministre libanais, Rafic Hariri, et l'hébergement supposé de militants palestiniens en Syrie, il s'attire les foudres de Washington et de Paris.

Dans le monde arabe, Bachar el-Assad a repris de bonnes relations avec l'OLP et a essayé d'en établir avec des États arabes conservateurs, tout en se tenant garant de l'agenda nationaliste arabe de la Syrie.

Il est reconduit à la présidence de la République après sa victoire avec 97,62% des voix exprimées lors d'un référendum présidentiel organisé le 27 mai 2007.

Il a initié le retrait des forces d'occupation syriennes au Liban, sous la pression internationale. En juin 2001, le gros des forces syriennes s’était retiré de Beyrouth et de sa région, et un nouveau retrait des forces de la capitale et du Metn avait eu lieu en avril 2002. Ces redéploiements avaient ramené les effectifs syriens au Liban de 35 000 à 20 000. En septembre et décembre 2004, la Syrie a ramené ses effectifs à environ 14 000 soldats. L'assassinat, en février 2005, de l'ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, provoque la colère d'une large partie de la population libanaise, les accusations se focalisant rapidement sur les services secrets syriens. Il a abouti à un troisième redéploiement des troupes syriennes, lancé en mars 2005. Le retrait complet du territoire libanais est effectué à la fin avril 2005.

Le vice-président Abdel Halim Khaddam, annonce sa démission de son poste le 30 décembre 2005 dans une interview à la chaîne Al-Arabiya à Dubaï et se réfugie à Paris avec sa famille. En janvier 2006, il y accuse Bachar el-Assad d'avoir menacé Rafic Hariri quelques mois avant son assassinat, ainsi que d'être l'une des têtes d'un système mafieux s'étendant à la Syrie et au Liban.

Partisan du projet de Nicolas Sarkozy pour instituer une Union pour la Méditerranée, Bachar el-Assad est devenu un partenaire indispensable à la réussite du projet. Il participe au sommet du 13-14 juillet 2008 à Paris et est invité au défilé militaire du 14 juillet aux côtés des autres chefs d'États signataires de l'accord. Sa présence à la tribune officielle a provoqué une controverse[2].

Notes et références

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Bachar el-Assad de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bachar-el-Assad — Président de la Syrie …   Wikipédia en Français

  • Bachar el Assad — Président de la Syrie …   Wikipédia en Français

  • Bachar Al-Assad — Bachar el Assad Bachar el Assad Président de la Syrie …   Wikipédia en Français

  • Bachar al-Assad — Bachar el Assad Bachar el Assad Président de la Syrie …   Wikipédia en Français

  • El Assad — Bachar el Assad Bachar el Assad Président de la Syrie …   Wikipédia en Français

  • Hafez el-Assad — حافظ الأسد Mandats 4e président de la République arabe syrienne (37e chef de l État syrien) …   Wikipédia en Français

  • Hafez-el-Assad — Président de la Syrie Mandat 1971 – 2000 Précédée par Noureddine al Ata …   Wikipédia en Français

  • Hafez El-Assad — Président de la Syrie Mandat 1971 – 2000 Précédée par Noureddine al Ata …   Wikipédia en Français

  • Hafez el-assad — Président de la Syrie Mandat 1971 – 2000 Précédée par Noureddine al Ata …   Wikipédia en Français

  • Hafez el Assad — Président de la Syrie Mandat 1971 – 2000 Précédée par Noureddine al Ata …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”