Volmerange-les-Mines

Volmerange-les-Mines

49° 26′ 35″ N 6° 04′ 52″ E / 49.4430555556, 6.08111111111

Volmerange-les-Mines
Mairie et église Saint-Denis
Mairie et église Saint-Denis
Armoiries
Administration
Pays France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Thionville-Est
Canton Cattenom
Code commune 57731
Code postal 57330
Maire
Mandat en cours
Nicole Clause
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de Cattenom et environs
Démographie
Population 2 017 hab. (2008)
Densité 156 hab./km²
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 35″ Nord
       6° 04′ 52″ Est
/ 49.4430555556, 6.08111111111
Altitudes mini. 294 m — maxi. 429 m
Superficie 12,92 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Volmerange-les-Mines est une commune française située dans le département de la Moselle.

Sommaire

Géographie naturelle

Grâce à une courte pénétration en territoire français des chemins de fer luxembourgeois, Volmerange-les-Mines bien que commune française a la particularité d'avoir sur sol une gare étrangère, qui est desservie uniquement par les CFL, avec la tarification des CFL.

Les lieux-dits

Les lieux-dits relevés sur les documents du cadastre de 1937, dont la plupart figurent encore sur celui d'aujourd'hui : "Alheck, Bauschiger Weg, Birlenschutt, Gerden, Gontzeler, Heide, Hoschtert, Hutberg, Kirchental, Langenberg, Mann, Molvinger Anten, Rosenberg, Schlammfeld, Village, Widem, Wonnersberg, etc." ne constituent qu'un pâle reflet des toponymes locaux qui se trouvent dans divers documents anciens ou conservés par la mémoire locale. Les noms d'origine, relevés sur le cadastre "Napoléon", dans les aveux et dénombrements et autres documents, sont en principe transcrits à partir du Francique (moyen-haut-allemand), dialecte vernaculaire des autochtones, mais certains peuvent dériver du bas latin (Kem...), du Celte (Rüm, Kaas...), voire du pré-indo-européen ("Simara", plus ancienne dénomination du ruisseau attestée dans une charte de 799) . Ils ont parfois été transcrits suivant la phonétique française puis "re-germanisés" (avec parfois des traductions incorrectes) en Allemand (= haut-allemand), ce qui rend certaines interprétations hypothétiques. A ces difficultés s'ajoutent les attractions paronymiques.

Histoire

Selon certains auteurs, le nom de la commune aurait désigné à l'origine le domaine ou le fief d'un certain Volcmarus, le suffixe franc "ing" ou "ingen"[1] indiquant en effet la possession. Volcmarus-ingen ou Volcmar-ingen, donnant Wollmeringen en allemand et Volmerange en français, serait donc construit comme Lohtar-ingen (possession de Lohtaire) qui a donné Lothringen en allemand et Lorraine en français. Le problème de cette interprétation résulte dans le fait que le plus ancien document relatif à la localité (Charte impériale d'Otton II datée de 980) présente indéniablement la localité sous l'orthographe "Vualanbrega". Difficile d'y lire Volcmar(us) ! Dans une interprétation en ingen, Vualanbrega peut s'incliner au profit de Walah(ber). En effet il est constant que le "W" "germain" passe au "Vu" puis au "G" "latin" (Ainsi Wilhelm peut devenir Vuillaume avant d'aboutir à Guillaume... et Vualanbrega muter en Garmerange (1239) et être retraduit en Warmerange (1306), Wollmeringen (1472), Volmerange etc.. A noter que le "r" roulé a un point d'articulation proche de "l", ce qui explique les transitions observables à ce niveau. Par ailleurs, on peut considérer que la désinence en ange (ou ingen) procède ici d'une attraction paronymique inhérente à l'abondance des "ingen" dans les localités voisines. Brega peut être interprété Briga (forteresse en celte). Le nom de la localité pourrait même résulter d'une tautologie d'un "Vallum" latin et d'un "Briga" celte. Le débat reste ouvert...

Anciens domaines de l'abbaye de Saint-Denis de Paris, avec prieuré, Volmerange et Kanfen étaient placés sous la protection des ducs de Lorraine. En 1531, l'abbaye royale vend ses biens à Bernard d'Elz, seigneurs d'Ottange. Aux Eltz succèdent les Hunolstein. En 1777, la seigneurie de Volmerange s'inscrit dans le comté d'Ottange. Ancien fief luxembourgeois, Volmerange passera sous obédience française en application du traité des Pyrénées (1659). Avec le traité de Francfort, Volmerange (Wollmeringen) est annexé de droit à l'Allemagne, de 1870 à 1918. En application du traité de Versailles, la localité redevient française. Cependant en 1940, la région est occupée (annexion de fait) par l'Allemagne nazie et ce pendant 5 ans environs. A la Libération Volmerange repasse dans le giron français. Le francique, langue vernaculaire du Nord-Mosellan, présente des particularités locales. Ainsi, le langage des volmerangeois se distingue de celui de ses voisins (vocabulaire, expressions spécifiques, diphtongues etc...). Il a survécu aux diverses annexions, malgré les actions répressives menées par l'école de la République, le Diktat prussien et le régime nazi. De mémoire d'homme, même pendant les annexions, à Volmerange, on a toujours parlé le francique local, et ce tant à la maison, que dans la rue, .... sauf à l'école.

L'essor démographique de la commune est consécutive à l'arrivée massive d'ouvriers allemands, luxembourgeois, italiens et polonais, embauchés dans les exploitations locales de minerai de fer.

Agriculture

La commune a toujours été un village agricole, d'abord en quasi exclusivité, puis, à partir du début du XXe siècle, parallèlement à l'activité liée aux mines de fer. Si la superficie consacrée au cultures et à l'élevage n'a qu'assez peu varié au cours des 40 dernières années, le nombre d'exploitations a en revanche considérablement diminué. En 1975, la commune comptait 14 exploitations. En 1987, il restait 13 exploitations faisant vivre 51 personnes dont 3 salariés permanents. En 2000, il ne reste que 3 exploitations encore en activité, les autres ayant été condamnées par l'exigence de rentabilité. Depuis longtemps déjà, beaucoup occupaient d'ailleurs simultanément un emploi à l'usine, celle de Dudelange (Luxembourg) en particulier. Le remembrement a sans doute permis à quelques agriculteurs de continuer de vivre de leur exploitation. Parmi les activités agricoles traditionnelles, on peut encore citer le jardinage et la culture des arbres fruitiers qui étaient pratiqués par tous les Volmerangeois.

Archéologie

Les prospections archéologiques menées sur le ban communal ont permis de recueillir une quantité non négligeable d'outils et d'armes préhistoriques, artefacts attribuables à diverses périodes préhistoriques s'étendant du Paléolithique Moyen à l'Âge du Bronze. Il en va de même pour la période gallo-romaine. Du matériel protohistorique non datable avec précision a également été mis au jour lors de sondages archéologiques. Des trouvailles anciennes attribuées à la période mérovingienne sont également à signaler.

Lors de construction du stand de tir, les fouilles au lieu-dit Heydentempel ont mis au jour un site archéologique intéressant ainsi décrites dans la Revue lorraine d'archéologie en 1998 :

« Le site de Volmerange-les-Mines a été repéré suite à des sondages effectués en 1994 sur l'emplacement d'un futur stand de tir (cf. Bilan scientifique régional 1994, p 99). Préalablement aux travaux de terrassement, une fouille a été menée sur le gisements précédemment repérés. Cette opération a permis de dégager les restes d'occupations s'échelonnant du Néolithique à l'époque romaine. L'habitat protohistorique est fortement érodé. Un petit four et deux poteaux sont les seules structures conservées attribuables à cette période. Un important niveau du sol était également conservé dans le lit fossile d'un ruisseau. Une série de sondages manuels a permis d'échantillonner ce sol sur une longueur de 60 m environ. L'étude du mobilier est en cours et permet déjà de distinguer deux phases chronologiques bien distinctes. L'une peut être datée de la transition Bronze final IIa / Iib, la seconde du Bronze final III. Des silex en position secondaire, dont quelques armatures et deux haches polies, attestent d'une occupation plus ancienne remontant au Néolithique final. En amont du chenal, le substrat argileux à permis la conservation des matières végétale sur une vingtaine de mètres. Un manche, peut-être de faucille, en bois, quelques branches portant des traces de coups et quelques copeaux proviennent de ce secteur moins dense en vestiges. Plusieurs colonnes de sédiments permettront d'étudier l'évolution floristique de ce secteur. L'occupation romaine correspond à un petit établissement rural. Il regroupe un bâtiment d'habitation rectangulaire construit en bois et terre. Des interruptions ménagées dans le radier constitué de blocs calcaire laissent supposer la présence d'ouvertures. Un solin, situé dans la partie est de la construction, suggère la présence de divisions internes. Cette habitation est implantée perpendiculairement à la pente et son orientation est approximativement est-ouest. Quelques poteaux et structures de combustion rectangulaires accompagnent ce bâtiment. Le mobilier qui n'est pas encore étudié, permet d'envisager une datation des IIe - IIIe siècles de notre ère pour ce site. »

Héraldique

Les armoiries de la commune ont été attribuées après délibération du Conseil municipal par décision du Préfet en date du 30 avril 1960. Elles sont blasonnées comme suit :

Parti : au premier d'azur semé de fleurs de lys d'or ; au deuxième coupé au premier de gueules au lion issant d'or, au deuxième d'argent plain.

Blason ville fr Volmerange-les-Mines (Moselle).svg

Les fleurs de lys symbolisent l'abbaye de Saint-Denis et le Royaume de France, le lion sur fond rouge, la famille d'Eltz et le Luxembourg, et l'argent, l'évêché de Metz.


Cependant, toutes les sources historiques montrent que le parti d'argent est indissociable des armes réellement portées par toutes les familles d'Eltz (http://de.wikipedia.org/wiki/Jakob_von_und_zu_Eltz).

A noter que les armoiries communales de Kanfen ont fait l'objet d'une "liberté" analogue par l'héraldiste départemental.

Archives

Les dossiers afférents aux travaux et à la gestion communale en général archivés en mairie ne remontent, à l'exception de quelques documents, qu'à 1945 et concernent pour un grande part les dommage de guerre et la reconstruction. En revanche, les registres des délibérations du conseil municipal, s'ils présentent un blanc correspondant à la période 1940 - 1945, commencent avec la séance du 5 février 1861. Les conseillers de l'époque s'appelaient : Bach, Claus, Pauly, Crée, Creutz, Keilich, Hilbert, Reisse, Schmitz, Vinkel et Clause.

Quant aux registres de l'état civil recensant mariages, naissances et décès, ils pourront intéresser un généalogiste à partir de 1823 (à condition que sa recherche concerne des faits vieux d'au moins 100 ans). La commune possède également le registre de réintégration dans la nationalité française de 1920, des plans cadastraux anciens, dont un très beaux de 1937, d'intéressantes collections reliées du Bulletin de Lois et Décrets de 1819 à 1851, du recueil des actes administratifs de la Moselle (de 1846 à 1870), du Moniteur des Communes de 1852 à 1870, du Journal officiel de 1944 à 1949 et des recueils de lois et d'actes administratifs allemands de 1871 à 1916. Une partie des archives communales se trouve aux Archives départementales de la Moselle, à Saint-Julien-lès-Metz.

Lieux et patrimoine

La mairie

Le bâtiment rectangulaire de 10×20 mètres a son entrée principale par un large perron du côté avenue de la Liberté. Datant des années 1960, il a été rénové en 2000. À cette occasion, lui ont été ajoutées une rampe d'accès pour handicapés et une petite annexe abritant le bloc sanitaire, la toiture en terrasse a été remplacé par un toit à quatre pans. Les services communaux sont informatisés, disposent de trois lignes téléphoniques en réseau, d'un fax et d'un accès à internet.

La poste

Le bâtiment, qui a un siècle d'existence, est sis au 2, rue des Écoles. Il a une façade de 15 mètres et une profondeur de 12,5 mètres. Le rez-de-chaussée est occupé à gauche par l'O.G.B.L. et à droite par le bureau de Poste (accueil, guichets et bureau du receveur). Ce bâtiment a été à l'origine la mairie et l'école de garçons.

Les lavoirs

Il existait autrefois au moins deux lavoirs à Volmerange, l'un près de l'avenue de la Liberté, à gauche du Bar à Mine, où subsiste encore un bassin, l'autre adossé à l'actuel bâtiment du restaurant L'Entracte, côté rue du Cimetière. Devenu inutile, ce dernier lavoir, construit vraisemblablement durant la première moitié du XIXe siècle, a été démoli au tout début des années 1960. Il n'en reste que des photos et l'ondin qui trône sur un rocher devant la mairie.

La statue Ondin

Cette petite statue était l'ornement du lavoir situé au carrefour des rues du Cimetière et d'Ottange. Elle porte la date de 1833 et représente un enfant torse nu, coiffé d'une couronne de laurier, ceint d'un pagne, dont le corps se termine par une double queue de poisson. Il est perché sur une tortue et souffle dans un cor. L'Ondin est actuellement sur un socle devant la mairie.

Édifice religieux

Église paroissiale Saint-Denis.

L'église

  • église paroissiale Saint-Denis, construite en 1837.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 octobre 2010   Nicole Clause    
Mars 2002 6 août 2010 Jean-Claude Henck sans étiquette décédé
1989 Mars 2002 Raymond Locatelli    
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini-Ldh-EHESS[2] et Insee 2009[3].)

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
508 470 565 681   840 842    
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
  782 769 750 722 691 822 833 880
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
906 1 043 1 386 1 207 1 476 1 633 1 519 1 315 1 420
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 546 1 511 1 607 1 767 1 755 1 725 1990 2031[4] 2017[5]

Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes


Culture et traditions locales

La langue

Au cours de son histoire récente, Volmerange aura connu de nombreux idiomes différents : français, platt, allemand, italien, polonais, et quelques autres en provenance de toute l'Europe.

Les grenouilles

Ce batracien est associé à Volmerange et à ses habitants. C'est qu'autrefois leurs voisins d'Escherange ou de Kanfen les surnommaient « Les Attrapeurs de Grenouilles ». Ce sobriquet rappelle le droit de grenouillage, privilège féodal transcrit dans le coutumier local et contraignants les enfants du village à faire taire, au moyen d'une fronde d'argent, les grenouilles lorsque le prieur de l'abbaye de Saint-Denis prenait son repos. En échange de cette corvée, les enfants avaient la jouissance d'un pré libre de rente et dîme appelé « champ des grenouilles » (Freschhauben).

Les sobriquets

L'usage du sobriquet est toujours en vigueur parmi les jeunes. Il est une manière de se moquer de quelqu'un... ou de lui manifester son affection. Autrefois, au temps où l'on parlait encore le "platt", c'était un peu différent. Les gens se connaissaient tous et ne s'appelaient jamais par leur nom de famille. Ils utilisaient toujours le prénom. C'était la coutume. Et comme il n'y avait pas 36 prénoms différents, puisqu'on donnait (aux garçons du moins) presque toujours celui du père ou du parrain, on était obligé de trouver des stratagèmes pour différencier les gens. Parmi les prénoms les plus courants, il y avait Jean (Jang), qui Jängi, Jeanchen, Jeanli, Pierre qui faisait Péit, Pier, Péitchen ou Pierchen. Mais Louis restait Louis, avec l'accent sur le "Lou". Le diminutif "chen" était réservé aux enfants, mais appliqué à un prénom féminin il flattait une femme. Les filles s'appelaient Marie (Maï), Margueritte (Gréit,Gréitchen) ou Catherine (Kätt, Kättchen, Kätti). Avec tout ça, il y avait de quoi confondre les personnes, alors on désignait les gens par des sobriquets. En général, ce surnom était lié à l'endroit où la personne vivait ou avait vécu, à une famille ancienne, à une particularité physique ou vestimentaire, à un défaut aussi. Pour compliquer les choses, le sobriquet pouvait se passer de père en fils, à la fin, on ne savait plus vraiment ce qu'il signifiait à l'origine. Il pouvait aussi être attaché à une maison et désigner successivement les familles qui l'habitaient. Ainsi le "Schwärze Balthes" est un Balthazar qui habite le "Schwäärzelach", qu'on ne pouvait confondre avec le "Kaapesh Balthes" qui portait toujours une casquette (Kaap). A titre indicatif, en 1931, sur 887 personnes de nationalité française, les prénoms les plus courants étaient Marie (106), Jean (77), Catherine (53), Nicolas (41), Marguerite (40), Jean-Baptiste (36), Pierre (35), Madeleine (33), Jean-Pierre (32), Michel (30), Joseph (29), Anne (23), Louis (21), Mathias et Henri (20). 55% des personnes se partageaient donc les 10 premiers prénoms de cette liste.

Personnalités liées à la commune

  • Jean Rongoni, ancien footballeur français de 1954 à 1960, né en 1932 à Volmerange-les-Mines

Bibliographie

  • Richard Hormain, Volmerange, l’annuaire 2000, Éditions AnVol, Volmerange-les-mines, 2001, 196 p.
  • Patrice Peiffer, Romain Wagner, Documents du Paléolithique moyen et supérieur dans le nord-est du Pays-Haut mosellan, compte rendu des prospections à Escherange-Molvange, Volmerange, publication de la Société nord-mosellane de Pré et Protohistoire, Hettange-Grande Yutz, 1992, 20 p.
  • Patrice Peiffer, Romain Wagner, Pré et Protohistoire dans le bassin de la Kieselbach, compte rendu des prospections et fouilles à Garche, Hettange-Grande, Kanfen, Manom, Œutrange, Soetrich, Volmerange (Est), Zoufftgen (Sud), publication de la Société nord-mosellane de Pré et Protohistoire, Hettange-Grande, 1997, 32 p.
  • Joëlle Moretto, Volmerange, mon village album-souvenir 1900-1962, Éditions AnVol, Volmerange-les-mines, 1993, 124 p.
  • Albert-Louis Piernet, Romain Wagner, Wöölmereng am Minnetsgebiet dans la Revue culturelle du pays francique, vol. I, n° 5, p. 132-145, Éditions Hemechtsland a Sprooch, Yutz, 1984.
  • Albert-Louis Piernet, Romain Wagner, Kaunfen ënnerem Keibuurg dans la Revue culturelle du pays francique, vol. II, n° 14, p. 40-57, Éditions Hemechtsland a Sprooch, Yutz, 1987.
  • Romain Wagner, Le droit de grenouillage à Volmerange dans le Bulletin municipal de la commune de Volmerange-les-mines, Volmerange-les-mines, 1981, pp. 4-5.
  • Romain Wagner, Du neuf au « Trou du Chien » dans : Le cairn, Bulletin du Spéléo-club de Metz, Metz, 1985, p. 21-22.
  • Romain Wagner, Seigneurie de Volmerange, paroisse de Keybourg, collection « Diddenuewenerland », n° 1, Éditions Hemechtsland a Sprooch, Yutz, 1986, 210 p.
  • Romain Wagner, Paléolithique supérieur — les gisements d’Escherange-Molvange et Volmerange dans Bilan scientifique de la Région Lorraine 1992, publication du Service régional de l’archéologie, Metz, 1993, p. 97.
  • Romain Wagner, Monnaies gauloises du Nord mosellan, inventaire des monnaies gauloises découvertes ou conservées dans les arrondissements de Thionville est et ouest, publication de la Société nord-mosellane de Pré et Protohistoire, Hettange-Grande, 1992, 26 p.
  • Romain Wagner, Le « Trou du Chien », rétrospective et avenir d’une diaclase de la Côte de Moselle, Édition de l'auteur, Hettange-Grande, 1999, 20 p.
  • Romain Wagner, Mélanges d’archéologie et de toponymie à Escherange-Molvange-Volmerange", Édition de l'auteur, Hettange-Grande, 2007, 32 p.

Notes et références

  1. Consulter (fr)Toponymie française à propos du suffixe -ange.
  2. Notice communale de Volmerange-les-Mines sur le site Cassini de l'EHESS.
  3. Données légales 2006 du recensement de population de Volmerange-les-Mines sur le site de l'INSEE.
  4. http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/commune.asp?depcom=57731&annee=2007
  5. Population légale à Volmerange-les-Mines en 2008 sur le site de l'INSEE

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Volmerange-les-Mines de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Volmerange-les-mines — Administration Pays France Région Lorraine …   Wikipédia en Français

  • Volmerange-les-Mines — Volmerange les Mines …   Deutsch Wikipedia

  • Volmerange-les-Mines — País …   Wikipedia Español

  • Volmerange-les-Mines — is a village and commune in the Moselle département of France.ee alsoCommunes of the Moselle department …   Wikipedia

  • Volmerange-les-Mines — Original name in latin Volmerange les Mines Name in other language Volmerange, Volmerange les Mines State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 49.44342 latitude 6.0819 altitude 309 Population 1776 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Gare de Volmerange-les-Mines — Volmerange les Mines Localisation Pays  France Ville Volmerange les Mines Coordonnées gé …   Wikipédia en Français

  • Aire urbaine de Dudelange-Volmerange-les-Mines — L aire urbaine de Dudelange Volmerange les Mines est une aire urbaine qui s étend à la fois en France et au Luxembourg. En France, l INSEE définit une aire urbaine comme un ensemble constitué par un pôle urbain (agglomération offrant au moins… …   Wikipédia en Français

  • Volmerange — ist der Name zweier Gemeinden im französischen Département Moselle: Volmerange lès Boulay Volmerange les Mines Diese Seite ist eine Begriffsklärung zur Unterscheidung mehrerer mit demselben Wort bezeichneter Begriffe …   Deutsch Wikipedia

  • Montigny-lès-Metz — Montigny lès Metz …   Wikipedia

  • Maizières-lès-Metz — Maizières lès Metz …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.