1er batallion de chasseurs à pied

1er bataillon de chasseurs à pied

1er bataillon de chasseurs à pied
1er bcp vers 1930.jpg

insigne du 1er BCP (1930)
Période 28 Septembre 18401992
Pays France France
Branche Armée de Terre
Type Bataillon de chasseurs
Rôle Infanterie
Garnison Reims
Devise "Le premier partout"
Inscriptions sur l’emblème Voir étendard unique des chasseurs
Anniversaire Sidi Brahim
Guerres Guerre de Crimée
Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille Militaire
Décorations Croix de Guerre 1914-1918
quatre citations à l'ordre de l'armée

Le 1er bataillon de chasseurs à pied était une unité d'infanterie de l'armée française.

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • 1837 : le duc d'Orléans crée au camp de Vincennes la « Compagnie de chasseurs d'essai ».
  • 14 novembre 1838 : création du « Bataillon provisoire de chasseurs à pied » à huit compagnies, par le duc d'Orléans, fils du roi Louis-Philippe qui est engagé expérimentalement en Algérie.
  • 28 août 1839 : devient « Bataillon de tirailleurs ».
  • 28 septembre 1840 : naissance officielle du « 1er bataillon de chasseurs à pied », unité dont la création coïncide avec la mise sur pied de neuf autres bataillons identiques.
  • 1842 : devient « 1er Bataillon de Chasseurs d'Orléans » à la mort du duc d'Orléans.
  • 13 juin 1871 : le bataillon prend la dénomination de « 1er Bataillon de chasseurs à pied », appellation qu'il conservera jusqu'en 1951.
  • 1914 : Le 2 août, il met sur pied le 41e Bataillon de Chasseurs à Pied
  • 1er décembre 1951 : le bataillon, équipé de véhicules semi-chenillés (ou « half-tracks »), devient « 1er Bataillon de chasseurs portés ».
  • 1er juin 1956 : le 1er Bataillon de chasseurs portés, désormais en garnison à Reims, devient « Centre d'instruction du 1er B.C.P. » ; sa mission est d'instruire les jeunes recrues pour en faire des soldats qui alimenteront un certain nombre d'unités en opération en Afrique du Nord.
  • 30 juin 1962 : dissolution du Premier.
  • 1962 : recréation en tant que « 1er Bataillon de chasseurs portés » à Reims à partir du 12e Bataillon de chasseurs alpins et du 29e Bataillon de chasseurs à pied qui fusionnent.
  • 1er juillet 1968 : le 1er Bataillon de chasseurs portés devient le « 1er Groupe de chasseurs mécanisés ».
  • 15 juillet 1975 : le 1er Groupe de chasseurs mécanisés devient le « 1er Groupe de chasseurs ».
  • 1992 : dissolution du 1er Groupe de chasseurs, stationné à Reims, au quartier Jeanne d'Arc.

Chefs de corps

  • Ferdinand-Philippe d'Orléans.
  • 1859: Commandant Mangin
  • Commandant Émile Driant (de 1899 à 1906). Nommé chef de bataillon depuis 1896, le commandant Émile Driant est nommé en juillet 1899 chef de corps du 1er Bataillon de chasseurs à pied alors en garnison à Troyes. Il exerce son commandement avec mérite – ce dont témoignent unanimement ses subordonnées et la presse locale – et fait du bataillon un bataillon d’élite connu dans toute l’armée sous le nom de « Bataillon Driant » très populaire en Champagne.
  • Maurice Gamelin.

Historique des garnisons, combats et bataille du 1er Bataillon de chasseurs à pied

La Monarchie de Juillet (1830 -1848)

Sous le Second Empire

De 1871 à 1914

Pendant la Première Guerre mondiale

Durant toute la Première Guerre mondiale, il fait partie avec le 31e, de la 86e brigade de la 43e Division d'infanterie. Il forme aussi deux bataillons de réserve, les 41e et bataillon de chasseurs à pied. En 1914, le bataillon participe à l'occupation des cols des Vosges. Après avoir traversé la frontière le 11 août, il remporte le 14 août le combat de Plaine près de Saint-Blaise-la-Roche, qui vaudra au drapeau des chasseurs, la médaille militaire et au bataillon la première de ses quatre citations à l'ordre de l'armée. En effet, il y fait quatre cents prisonniers parmi les soldats du 99e R.I.R, y capture plusieurs canons pris à l'ennemi, et surtout, s'empare du drapeau[2]abandonné dans une ferme par le 2e bataillon de ce régiment. Ce sera le premier drapeau ennemi capturé par l'armée française lors de la Grande Guerre. Ce sera le premier drapeau ennemi capturé par l'armée française lors de la Grande Guerre. Le bataillon participe ensuite à la course à la mer et aux combats dans les Flandres. En septembre 1915, le bataillon combat lors de l'offensive en Artois. Début 1916, le bataillon est engagé dans la fournaise de Verdun. Du 17 août au 23 décembre 1916, il combat autour de Vermandovillers en Picardie lors de la bataille de la Somme. En 1918, il combat en Champagne dans l'armée du général Gouraud.

1914

1915

1916

1917

1918

Entre les deux guerres mondiales

De 1924 à 1927, il est en garnison à Wissembourg. De 1932 à 1939, il est en garnison à Strasbourg (Bas-Rhin).

Pendant la Seconde Guerre mondiale

Il résiste tant bien que mal à la poussée allemande. Il résiste notamment à Dunkerque, ville d'où il embarque pour l'Angleterre. Maintenu dans l'armée d'armistice, le Premier est finalement dissout. À partir du 1er janvier 1945, il participe de nouveau aux combats.

L'après-guerre

Le 1er Groupe de chasseurs

Au début des années quatre-vingts, le 1er Groupe de chasseurs, en garnison à Reims depuis le milieu des années cinquante, totalise environ mille cent hommes : une cinquantaine d'officiers, près de deux cents sous-officiers et environ neuf cents chasseurs.

insigne du 1er GC vers 1990

En 1973, le premier groupe de Chasseurs mécanisé a été chargé de l'expérimentation des véhicules nouveaux du type A.M.X. 10 V.T.T.

Le Premier occupe alors trois quartiers. Au quartier Jeanne d'Arc sont installés l'état-major, une compagnie dite « de commandement, d'appui et de services » comprenant l'ensemble des services utiles au corps (services administratifs, techniques, etc.). La section de mortiers lourds (SML)(mortiers de 120 m/m rayés BRANDT en expérimentation)-section aux ordres du Capitaine commandant la CEB,pour administration uniquement, et la Compagnie d'éclairage de la 10 ème Brigade Mécanisée (CEB/10)-dont une section de radar "Rasura"-,sont stationnées à Mourmelon près du 503 ème Régiment de chars de combat (RCC)et du 18 ème régiment de Dragons . Au quartier Jeanne d'Arc sont aussi installés deux escadrons de chars AMX-13 à canon de quatre-vingt-dix millimètres organisés en quatre pelotons de trois chars et un peloton missile SS 11 de quatre chars AMX-13 à canon de soixante-quinze millimètres. Y sont en outre basés deux compagnies de combat équipées d'AMX 10 amphibies, articulées en quatre sections et une section Milan de quatre groupes de tir (huit pièces). Au quartier Chatellus est installée la 11e Compagnie spécialisée dans l'instruction des jeunes recrues. Au quartier Colbert se trouvent la fanfare du corps et le bureau mobilisation du bataillon dérivé : le 41e Groupe de chasseurs.

La dissolution

En 1992, le 1er Groupe de Chasseurs, dernier régiment de l'Armée de terre déployé dans la garnison de Reims, est dissous. Doté de véhicules de transport de troupes AMX-10 P, de chars de combat AMX-13 et de véhicules de l'avant blindé, ce régiment d'infanterie mécanisée appartenait à la 10e Division blindée et prenait place dans le 1er Corps d'armée du corps de bataille blindé mécanisé de l'armée française. Il totalisait environ mille deux cents hommes lorsque fut prise la décision de le dissoudre.

fourragère aux couleurs du ruban de la médaille militaire.

Le fanion

Le fanion du 1er Groupe de chasseurs, décoré de la croix de guerre 1914-1918, porte la fourragère aux couleurs de la médaille militaire. Y sont épinglées les médailles commémoratives de plusieurs campagnes (campagne de Crimée, campagne du Mexique et guerre franco-allemande de 1870). Il est titulaire de neuf citations à l'ordre de l'armée, trois ayant été obtenues au cours de la campagne du Mexique, deux pendant la guerre franco-allemande de 1870 et quatre durant la Première Guerre mondiale. Le fanion du 1er est gardé par le 16e BCP situé à Saarburg en Allemagne.

Références

  1. Alors lieutenant-colonel, est blessé lors d'un bombardement le 7 octobre 1914 à Ablain-Saint-Nazaire
  2. Ancien emblême du 4e bataillon du 1er Régiment de Basse Alsace No 132

Sources, bibliographie

  • Historique du premier groupe de chasseurs 1837-1983, Reims, 1983.
  • Yvick Herniou & Éric Labayle, Répertoire des corps de troupe de l'armée française pendant la grande guerre, Tome 2, Chasseurs à pied, alpins et cyclistes, Unités d'active de réserve et de territoriale, Éditions Claude Bonnaud, Château-Thierry, 2007, 446 p., broché 14x24 (ISBN 978-2-9519001-2-7)
  • Revue historique de l'armée française, Numéro spécial no 2, Les Chasseurs à pied, Paris, 1966, 196 p.

Voir aussi

  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « 1er bataillon de chasseurs %C3%A0 pied ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1er batallion de chasseurs à pied de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Chasseurs Alpins — in Afghanistan Active 1888 Present Country …   Wikipedia

  • Bataille de Waterloo — 50°40′45″N 4°24′25″E / 50.67917, 4.40694 …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Metz — 49°07′13″N 6°10′40″E / 49.12028, 6.17778 …   Wikipédia en Français

  • Order of battle of the Waterloo Campaign — This is the complete order of battle for the four major battles of the Waterloo Campaign. v …   Wikipedia

  • Groupe fortifié Driant — Feste Kronprinz Description Ceinture fortifiée seconde ceinture fortifiée de Metz Type d ouvrage fort de type v …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”