1er bataillon parachutistes de choc
1er bataillon parachutistes de choc
Insigne du 1°BPC-1.jpg

Insigne du 1er B.P.C

Période 19431963
Pays Drapeau de France France
Branche Armée de Terre
Type bataillon de parachutistes
Rôle Services Spéciaux
Fait partie de 11edemi-brigade
de parachutiste de choc
Garnison Calvi
Surnom 1er Choc
Devise En pointe, toujours
Inscriptions sur l’emblème Corse 1943
Ile d'Elbe 1944
Cap Nègre - Toulon 1944
Haute-Alsace 1944-1945
Indochine 1947-1948 1951-1954
AFN 1952-1962
Décorations Croix de guerre des TOE

Le 1erchoc [1]est une unité d'élite de l'armée de terre française, héritière des unités parachutistes de la Seconde Guerre mondiale : compagnie de l'air 1936, bataillon SAS d'Angleterre, commandos de France, bataillons de choc, chasseurs parachutistes.

Créée le 25 mai 1943 à Staoueli par le chef de bataillon Gambiez le 1er BPC est dissous le 31 décembre 1963.

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • 25 mai 1943, création du bataillon de choc à Staoueli,
  • 5 janvier 1945, devient le 1er bataillon de choc au sein du 1er groupement de la brigade de choc
  • 1er octobre 1945, intègre le Toulouse.
  • Octobre 1953, devient le 1er bataillon de la 1963, dissolution.

Historique des garnisons, campagnes et batailles

En 1943, le chef de bataillon Gambiez persuade l'état-major de la nécessité de créer une unité spéciale "susceptibles d'apporter le moment venu une aide puissante aux éléments implantés clandestinement dans la zone des opérations de débarquement". Il rejoint les vues de la direction des services spéciaux qui décide la création à Staoueli à compter du 23 mai du "Bataillon d'Assaut" qui prendra ensuite le nom de "Bataillon de Choc".

Ancien chef de section de cette célèbre unité, Raymond Muelle - 23 ans de campagne, 13 citations, 3 blessures, décoré de la médaille militaire, officier de la Légion d'honneur - en a raconté l'aventure dans un livre paru en 1977 "Le 1er Bataillon de Choc" (Presse de la cité) préfacé par Michel Poniatowski qu'il avait eu comme sergent dans sa section.

"Né des services spéciaux, écrit Muelle, destiné aux services spéciaux, le " Bataillon de Choc" n'a que rarement été utilisé selon sa vocation".

En effet dans l'esprit de Gambiez, les "Chocs" devaient être parachutés ou infiltrés dans le dispositif ennemi, capable de durer en climat d'insécurité, de détruire, paralyser, harceler l'adversaire.

Bref, le "Choc" devait être l'équivalent pour la France du SAS britannique, des commandos Allemands de Skorzeny, des unités de Wingate en Birmanie. Et il reçoit à cet effet une instruction de commando parachutiste. Mais hormis quelques actions spéciales en Italie et en territoire occupé accomplies par des isolés ou par une section, le "Choc" fut essentiellement utilisé comme élément précurseur des grandes opérations de la 1re Armée et participa à des combats frontaux classiques. Selon R. Muelle, il était suspecté de "Giraudisme" aux yeux du BCRA de Londres. Et c'est ce qui lui aurait en partie valu de ne pas être parfaitement utilisé en territoire occupé selon sa vocation et ses capacités.

Quoi qu'il en soit, il fut une glorieuse unité. Le général de Lattre de Tassigny lui décerna en février 1946 une citation éloquente :

"Arme nouvelle, forgée pour des exploits nouveaux, le bataillon donna au premier appel sa mesure de perfection."
  • La conquête de la Corse et son coup d'essai.
  • A l'île d'Elbe, il ouvre les chemins de l'invasion.
  • A Toulon, son action déconcerte la résistance ennemi et précipite la chute de la place.

A chaque étape de l'itinéraire des victoires qui conduit la 1re armée française jusqu'au porte du Tyrol, le 1er Bataillon de Choc s'est vu confier les missions les plus difficiles. Il n'a pas connu d'échec. En Algérie, comme l'écrit Raymond Muelle

"Le bataillon de Choc, rattaché au célèbre Choc étroitement lié au service "action" du S.D.E.C.E. retrouvera sa vocation première. Né des services spéciaux. Il est revenu au service de spéciaux."

Pour un effectif de 700 hommes à peine, le 1er Choc a eu, entre septembre 1943 et mai 1945, 205 tués, 42 disparus, 535 blessés, sans compter les décès et blessures accidentelles. Les dernières garnisons du 1er BPC de 1957 à 1963 sont Calvi et Corte.

Indochine

En Indochine, le Choc fut un bataillon d'élite, puis une pépinière d'hommes pour le GCMA, suscité par le service "action" du SDECE qui organise des maquis et des opérations commando en zone viet.

Arrivée en Indochine

La demi-brigade de marche parachutiste (DBMP), formée à partir des éléments de la 25e DAP, arrive en Indochine au début de 1947. Avec ses trois bataillons (I, III/1e RCP et le 1e bataillon parachutiste de choc), aux ordres du lieutenant-colonel Sauvagnac, elle constitue le premier renfort sérieux depuis le début de la guerre au Tonkin.

Les compagnies sont d'abord utilisées sur la périphérie de la capitale, Hanoï, à des tâches de " pacification et de colonisation " qui leur permettent de s'acclimater[2]. Ainsi que l'écrit le rédacteur du journal de marche du Choc :

" Pour les anciens, qui ont fait la guerre en Europe, comme pour les jeunes, tout est à apprendre dans cette guerre d'embuscade, de trahison, où la difficulté est de découvrir le véritable ennemi. ".

La Rivière Noire

A la suite de l'opération Lotus, la région ouest est organisée en 3 secteurs :

  • le secteur de la RC6 de Xuan Mai à Xom Phéo,
  • le secteur d'Hoa Binh confié au GM3,
  • le secteur de la Rivière Noire tenu par le GM7.

Le Vietminh est en train de rameuter ses troupes du Nord-Annam et de la Moyenne Région du Tonkin. L'attaque vietminh va d'abord se porter sur le secteur de la Rivière Noire organisé en un système de points d'appui étalés sur une vingtaine de kilomètres tenus par quatre bataillons. Le 1e BPC est placé en réserve de manœuvre.

Entre le 4 décembre 1951 et le 8 janvier 1952, le Vietminh lance ses deux meilleures divisions à l'assaut du pivot sud dont il va chercher à s'emparer afin de couper Ap Da Chong de Hoa Binh. Le 1e BPC, stationné au carrefour d'Ap Da Chong, est alors dirigé sur Thu Phap. Afin de prendre à revers les concentrations ennemies du Rocher Notre-Dame, le Commandant en chef décide de monter une opération de nettoyage. Ainsi, le 9 décembre 1951, l'Etat-Major déclenche l'opération Jasmin avec le GM4, le 7e BPC plus des moyens de secteur, les éléments de la RC6, dont le 8e BPC appuyé par une batterie d'artillerie.

Dès le début, le GM4 prend du retard à cause des difficultés du terrain. Le 10 décembre, le 1e BPC accroche quatre ou cinq bataillons viets à Xom Sui. Les combats sont extrêmement violents. Les hommes se battent au corps à corps. Le Bataillon perd la valeur d'une compagnie : 15 parachutistes sont tués, 87 sont portés disparus et parmi eux le Capitaine Carrié. Le soir, la chasse intervient et permet aux parachutistes de se dégager des Viets qui se replient. Cette magnifique réaction du 1e BPC oblige le commandement de renoncer à son action à revers prévue le soir même contre le Rocher Notre-Dame.


Le 11 janvier 1952, le général de Lattre de Tassigny, qui vient de céder le Commandement en Chef en Indochine au Général Salan, s'éteint. Le Corps Expéditionnaire ressent cruellement cette disparition et perçoit que quelque chose vient de basculer, que la dernière chance de gagner militairement la guerre s'évanouit. La disparition du général de Lattre, breveté parachutiste 1e Classe d'Honneur du Bataillon de Choc, touche encore plus les parachutistes.

Chute opérationnelle

L'idée de sauter en équipes de chuteurs opérationnels a été lancée par le 1e BPC[3]. Sautant en chute libre de nuit, ces combattants d'élite doivent se regrouper en l'air malgré leur équipement de combat qui pèse une vingtaine de kilos, atterrir discrètement pour renseigner et détruire avec efficacité. Cette spécialité a été reprise après la guerre d'Algérie par le 13e RDP au sein du 5e escadron et est aujourd'hui un passage obligatoire pour devenir commando dans les GCP.


Traditions

Devise

En pointe, toujours

Insigne

Reprise de l’insigne du 1er Bataillon de Choc : rondache d’or à fond grenu, une carte de France tiercée en bande d’azur foncé, de blanc et de gueules, brochée d’un parachute à coupole et suspentes d’argent, sur brochée d’une épée basse du même posée en barre.

Les traditions du 1er BPC sont reprises par le Centre national d'entraînement commando de Mont-Louis.

Epaule bataillon de choc.jpg
Insigne d'épaule

Le badge d'épaule " BATAILLON DE CHOC" était d'origine bleu avec les lettres blanches puisqu'à l'époque le béret était bleu. Pendant dix ans il fit partie de la tenue. Ce badge a été interdit de port en 1957 pour ménager les susceptibilités des "quidams". Par contre des magasins de décorations, de botte "fantoche", d'écusson de toutes sortes, ont ressorti ce badge lorsque toutes les TAP eurent le béret rouge. Il était noir avec les lettres orange et était toujours interdit de port.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Uniforme

uniforme du 1er choc à partir de 1943 voir info...

Sur la photographie, uniforme du French squadron basé en Angleterre est envoyé en mission en France ou en Afrique pendant la seconde guerre. Le brevet situé à droite de la veste est le brevet FFL distribué à partir de 1943 à tous les brevetés français au camp de Ringway en grande Bretagne. A gauche, les ailes égyptiennes du brevet SAS rappellent que la brigade fit ses premières armes en Égypte au centre de Kabret en 1942. L'écusson est celui du 1er bataillon de choc créé le 25 mai 1943 à Staoueli, l'écusson d'épaule est Bellérophon, héros assimilé à l'éclair monté sur le cheval Pégase.

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[4],[5]:

1er bataillon de choc - drapeau.svg

Décorations

Le drapeau est orné de la fourragère de la croix de guerre des TOE remise par le Général Chanson le 8 avril 1948 à Saïgon. La garde au drapeau était alors confiée à l'adjudant-chef Lesage, ainsi qu'aux adjudants Auriol et Joyeux.

Honneurs

A la cote 820 du Ballon de Servance, une plaque commémorative représentant l'insigne du bataillon et sa devise rappelle les combats d'octobre 1944 au cours desquels Georges Schlumberger, François Delpon de Vissec et plusieurs de leurs camarades ont trouvé la mort.

Chant

La marche du bataillon de choc a été écrite en 1943 à Baratelli en Corse, juste après la libération de l'île, sur une musique composée par madame Altieri. Elle illustre bien le nouvel état d'esprit des combattants français. Les préoccupations ludiques du soldat d'avant-guerre ont disparu pour faire place à la froide détermination de celui qui veut vaincre et qui l'affirme.

Paroles et musique de "La Marche du Bataillon de Choc"

Liste des chefs de corps

  • 1943 : commandant Gambiez,
  • 1947 - 1947 : commandant Nasica
  • 1947 - 1948 : commandant Clauzon
  • 1962 : commandant Camus

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment

Personnalités ayant servi au sein du régiment

Sources et bibliographie

  • Raymond Muelle, 1er bataillon de choc en Indochine 1947-1947, Presses de la Cité, 1985, ISBN 978-2-7242-2764-2
  • Michel Brousse, Au Bataillon de choc avec Georges Schlumberger, Gallimard. 1949.

Notes et références

  1. Edition Raymond Muelle France Loisirs 1er Bataillon de Choc en Indochine 1947-1948. Achevé d'imprimer en décembre 1985 -N° d'édition, 11037 -N° d'impression, L 20830
  2. Henri Le Mire, Les Paras Français, La Guerre d'Indochine : La reconquête du Tonkin et l'attaque du réduit national, page 35
  3. Henri Le Mire, Les Paras Français, La Guerre d'Algérie : De la 11e DLI à la 11e DP, page 138
  4. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  5. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie


Voir aussi

Articles connexes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1er bataillon parachutistes de choc de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 1er Bataillon colonial de commandos parachutistes — 1er régiment parachutiste d infanterie de marine 1er régiment parachutiste d infanterie de marine Insigne régimentaire du 1er RPIMa Période …   Wikipédia en Français

  • 11e Bataillon Parachutiste de Choc — 11e régiment parachutiste de choc 11e régiment parachutistes de choc Période 1er septembre 1946 – 31 décembre 1993 Pays …   Wikipédia en Français

  • 12e bataillon parachutiste de choc — Insigne du 12e BPC Période 1955 – 1957 …   Wikipédia en Français

  • 2e bataillon parachutiste de choc — Le 2e bataillon parachutiste de choc est une unité de l armée française. Il est créé à partir de la 3e compagnie du 2e RCP en juillet 1948. En 1951, le 2e BPC forme un bataillon du 18e RIPC. Historique Le 2e BPC[1] est une unité para …   Wikipédia en Français

  • 18e regiment d'infanterie parachutistes de choc — 18e régiment de chasseurs parachutistes 18e régiment de chasseurs parachutistes Insigne régimentaire du 18e BIAP BIP (1945) Période 1950 – 1961 Pays …   Wikipédia en Français

  • 18e régiment d'infanterie parachutistes de choc — 18e régiment de chasseurs parachutistes 18e régiment de chasseurs parachutistes Insigne régimentaire du 18e BIAP BIP (1945) Période 1950 – 1961 Pays …   Wikipédia en Français

  • 1er Bataillon de Choc — 1er bataillon parachutistes de choc 1er bataillon parachutistes de choc Insigne du 1er B.P.C Période 1943 – 1963 Pays …   Wikipédia en Français

  • 1er bataillon de Choc — 1er bataillon parachutistes de choc 1er bataillon parachutistes de choc Insigne du 1er B.P.C Période 1943 – 1963 Pays …   Wikipédia en Français

  • 1er bataillon de choc — 1er bataillon parachutistes de choc 1er bataillon parachutistes de choc Insigne du 1er B.P.C Période 1943 – 1963 Pays …   Wikipédia en Français

  • 11e régiment parachutiste de choc — 11e Choc Période 1er septembre 1946 – 31 décembre 1993 Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”