Baal (Diablo II)

Diablo II

Diablo II
Éditeur Blizzard Entertainment
Développeur Blizzard North[1]
Concepteur Blizzard North[1]

Date de sortie 30 juin 2000
Version 1.12a
Genre Hack ’n Slash
Mode de jeu Un joueur et multijoueurs sur LAN et Internet
Plate-forme Windows 95 (ou plus récent), Mac OS
Média 3 CD
Contrôle Clavier, souris

Évaluation ELSPA : 15+
ESRB : M (Mature)

Diablo II est un hack ’n slash de Blizzard Entertainment[1], sorti le 30 juin 2000.

Jouable en ligne sur Battle.net (classic), il rassemble une grande communauté de joueurs et est considéré comme une référence du genre hack ’n slash. On parle même pour certains jeux plus récents de Diablo-like.

Sommaire

Gameplay

Les bases du jeu

Pour débuter la partie, le joueur doit choisir l’une des classes de personnages décrites ci-dessous et lui attribuer un nom unique, c’est-à-dire qui n’a pas déjà été choisi par un autre joueur sur le même serveur, dans le cas du Battle.net, ou sur le même ordinateur, dans le cas de parties en dehors du Battle.net.

Le jeu est décomposé en plusieurs actes (4 pour Diablo II et 5 avec l’extension Lord of Destruction), ayant lieu dans un environnement spécifique, soit plaine pour l’acte I, qui se déroule dans le camp des Rogues, le désert pour l’acte II, qui débute dans la cité de Lut Gholein, la jungle pour l’acte III à la ville de Kurast, en enfer pour l’acte IV, à Pandemonium et la montagne pour l’acte V, à Harrogath. L’environnement « enfer » n’est pas placé à la fin, comme on pourrait le supposer, simplement parce qu’à l’origine, c’est-à-dire avant l’extension Lord of Destruction, l’acte IV était l’acte final. À chaque acte le joueur débute dans une ville où il n’y a aucun danger, mais plutôt des personnages non joueurs (PNJ ou NPC en anglais pour Non-Player Character) qui aident le joueur de multiples manières, par exemple en lui offrant des quêtes, des conseils, des soins magiques, la vente et l’achat d’équipement, les services d’un mercenaire, etc. À la fin de chaque acte, afin de passer à l’acte suivant, le joueur devra affronter et vaincre un boss défini, soit Andarielle pour l’acte I, Duriel pour l’acte II, Mephisto pour l’acte III, Diablo pour l’acte IV et Baal pour l’acte V.

Une fois à l’extérieur de la ville, le joueur se retrouve confronté aux créatures environnantes. Il rencontrera de nombreux ennemis de plus en plus puissants, qu’il devra tuer afin d’acquérir expérience et objets. Le joueur bénéficie d’une carte, qui se trace au fur et à mesure que le terrain est découvert, afin de se repérer plus facilement. La carte de chaque tableau se redessine à chaque partie en mode multi-joueurs. En mode solo, le joueur conserve les mêmes cartes à l’intérieur d’un même niveau de difficulté, bien que les éléments générés à l’intérieur de ces cartes, tels que les ennemis, les trésors, etc., soient régénérés au hasard.

Diablo II comporte trois modes de difficulté : normal, cauchemar (en anglais nightmare) et enfer (en anglais hell). Il faut finir le jeu en difficulté « normal » pour pouvoir jouer en cauchemar, et l’avoir fini en cauchemar pour pouvoir jouer en enfer. La puissance des ennemis et celle des objets récupérables par le joueur augmentent grandement au fil de ces niveaux de difficulté.

Le jeu est vu en mode dit isométrique, c’est-à-dire en vue en plongée. L’interface du jeu est relativement simple à appréhender. Le joueur déplace son personnage en faisant un clic gauche avec la souris sur un point du tableau où il se trouve, et le personnage s’y rend. Pour attaquer un ennemi, il faut là encore faire un clic gauche dessus, à supposer que le clic de gauche soit toujours associé à l’attaque normale. En effet, le joueur dispose de deux « emplacements de raccourcis » dans lesquels il peut placer des pouvoirs à utiliser contre les ennemis : l’un à gauche de l’écran qui s’utilise avec le clic gauche (par défaut, l’attaque normale), et l’autre à droite de l’écran, s’utilisant avec un clic droit. Le joueur est donc libre de choisir les pouvoirs qu’il veut utiliser fréquemment, quoique la liste de ceux pouvant être associés au clic gauche est plus limitée.

Le personnage dispose d’une certaine quantité de points de vie, qu’il perd quand il est blessé par un ennemi, et d’une certaine quantité de points de mana, utilisés pour lancer des sorts ou utiliser des compétences. Le personnage meurt lorsque ses points de vie tombent à zéro. Les points de mana se récupèrent au fil du temps, ainsi que les points de vie mais c’est beaucoup plus long ; la vitesse de régénération pouvant être influencée de multiples manière, comme par des objets magiques ou des talents disponibles pour certaines classes. Il n’y a pratiquement aucun sort pour se soigner dans Diablo II, le moyen le plus couramment utilisé pour restaurer ses points de vie est l’usage de potions. Afin de faciliter l’accès rapide lors de moments critiques, le joueur peut mettre ses potions dans ses 4 cases de ceinture, lesquels peuvent être activées par les raccourcis claviers 1, 2, 3 et 4. Le type de ceinture porté par le joueur peut lui fournir de 1 à 3 rangées supplémentaires. En plus des potions de vie, la ceinture peut porter plusieurs autres potions, telles que les potions de mana, les antidotes, etc. Ces potions peuvent se trouver, entre autres, sur le cadavre des ennemis, dans les coffres et peuvent, pour la plupart, être achetées auprès de certains marchands dans les villes de départ des différents actes.

Lorsque le personnage court, soit parce que le joueur tient enfoncée la touche « ALT » ou parce qu’il a activé l’option « toujours courir », en appuyant sur « R », il se fatigue ; ceci est symbolisé par une barre d’endurance en bas de l’écran, qui diminue au fur et à mesure que le personnage court. Quand cette barre d’endurance atteint zéro, le personnage est trop fatigué et se met à marcher, se déplaçant à une vitesse réduite. La barre d’endurance remonte progressivement quand le personnage reste immobile un bref instant.

À chaque monstre tué, le personnage gagne de l’expérience ; quand l’expérience accumulée atteint une certaine quantité, le personnage gagne un niveau. Gagner un niveau se traduit par la possibilité de pouvoir augmenter de cinq points ses statistiques (la force, la dextérité, la vitalité ou encore l’énergie). À chaque niveau, le joueur bénéficie également d’un point de compétence qu’il peut allouer aux sorts et aptitudes de son personnage. Si le personnage meurt, il perd l’argent qu’il a sur lui, une partie disparaît entièrement, l’autre tombe à côté du cadavre et peut être récupérée, et revient à la ville sans son équipement. Il faut donc retourner le chercher. Toutefois il est possible, en sauvegardant son personnage et en revenant dans la partie, de récupérer son cadavre dans la ville. Au niveau cauchemar et enfer vous perdez aussi de l’expérience. Vous pouvez toutefois en regagner une partie si vous arrivez à rejoindre votre cadavre.

Il y a 2 modes de jeu dans Diablo II :

  • le mode normal : nombre de vies illimité ;
  • le mode hardcore où l’on n’a qu’une seule vie. Si l’on meurt, on ne peut plus utiliser son personnage, ni récupérer les objets de celui-ci, sauf si vous avez autorisé les personnes de votre groupe à fouiller votre cadavre.

Personnages jouables

Voici les personnages jouables dans Diablo II :

  • Le barbare, spécialiste du corps à corps. Ses trois types de compétences sont les cris de guerre (dont certains augmentent quelques unes de ses caractéristiques pour une durée limitée), la maîtrise du combat (armes, résistances, etc.) (aptitudes passives, prenant effet sans avoir à être activées) et les aptitudes de combat (mouvements et attaques spéciales). Les cris de guerre qui affectent le barbare affectent également ses compagnons.
  • La sorcière, spécialiste des sorts et des éléments. Elle dispose de sorts de feu (sorts orientés vers les dégâts), de sorts de foudre (efficaces sur de grandes zones) et de sorts de froid (utilisés pour ralentir ou geler les ennemis).
  • Le nécromancien, spécialiste des poisons, des sorts morbides et des invocations. Il peut lancer des malédictions (pour affaiblir les ennemis), des poisons et sorts mortuaires (sorts de dégâts directs) et des sorts d’invocation (invoque des créatures comme des squelettes, des mages squelettes ou des golems).
  • L’amazone, spécialiste des armes de jet et des lances. Elle possède des aptitudes à l’arc et l’arbalète (pour tirer des traits magiques ou multiples par exemple), des aptitudes javeline et lance (pour être plus efficace avec ces types d’armes) et des aptitudes passives et magie (lui permettant notamment d’esquiver les coups ou d’invoquer une Valkyrie).
  • Le paladin, spécialiste dans les coups de défense et capable de créer des auras. Il est plus efficace au combat grâce à ses aptitudes de combat, et peut ériger des auras défensives (pour mieux résister aux ennemis) et des auras offensives (pour infliger plus de dégâts). La plupart des auras du paladin bénéficient aussi à ses compagnons.

L’extension Lord of Destruction donne accès à 2 personnages supplémentaires :

  • L’assassin, spécialiste dans les arts martiaux et les pièges. Elle peut user d’arts martiaux (libérant des charges magiques sur les ennemis), de pièges (à poser au sol et se déclenchant automatiquement quand un ennemi passe à portée) et des disciplines de l’ombre (pour améliorer l’efficacité au combat ou invoquer un double qui combattra aux côtés de l’assassin).
  • Le druide, spécialiste dans la métamorphose et le contrôle de la nature. Il maîtrise les invocations (pour invoquer des animaux l’aidant au combat tels que des corbeaux, loups, ours), les métamorphoses (pour se transformer en loup ou en ours et être plus efficace au corps à corps) et les éléments (pour lancer des sorts de feu, de glace ou de vent).

Extension

Diablo II est la suite de Diablo et possède une extension, Diablo II: Lord of Destruction, sortie le 29 juin 2001.

Celle-ci ajoute entre autres une résolution d’écran supérieure (800×600 pixels), un grand nombre de nouveaux objets uniques, des objets spécifiques aux classes de personnages, des charmes, des runes, des joyaux sertissables, de nombreuses formules faisant appel au Cube Horadrim, des combinaison de runes à mettre dans un objet serti pour le rendre beaucoup plus puissant (mots runiques) ainsi que la possibilité d’équiper et de conserver les mercenaires. Le joueur dispose d’une cachette deux fois plus grande pour le stockage d’objets et d’un second set d’armes facilement interchangeable en plein combat (sans devoir ouvrir l’inventaire). Pour finir, on peut profiter de l’accès à 6 nouvelles quêtes dans l’acte V et de deux nouvelles classes de personnages jouables, l’assassin et le druide. Une fois l’acte V achevé, le joueur a accès à un niveau secret, à l’acte I. Cette zone n’est accessible qu’après la mort de Baal et constitue un clin d’œil humoristique de Blizzard aux joueurs de Diablo, premier du titre. Une rumeur avait circulé, comme quoi un niveau entièrement rempli de vaches pouvait être découvert grâce à des dizaines manipulations aussi loufoques que faire cent fois le tour de l’une des vaches de Tristram. Blizzard a donné vie à cette légende dans Lord of Destruction, avec des vaches meuglantes et armées jusqu’aux dents prêtes à émousser leurs hallebardes sur le joueur imprudent. Pour ouvrir le niveau, il faut se trouver à l’acte I et activer le cube contenant la jambe de Wirt, ramassée à Tristram, et un livre de portail de ville. Attention avant de passer le portail rouge, où les vaches ne vous feront pas rire longtemps.

Depuis le patch 1.11, les joueurs expérimentés jouant sur Battle.net peuvent avoir accès à une nouvelle zone, communément appelée Überland[2], un environnement semblable à celui de Tristram. Pour s’y rendre, il faudra au préalable récupérer des clefs de la terreur, de la haine et de la destruction, qui « cubées » trois par trois ouvriront 3 zones. Chacune de ces zones renferme un pré-Über (aussi appelé communément mini-Über), qui détient un organe. Ces organes (Œil de Baal, Cerveau de Méphisto et Corne de Diablo) seront à cuber pour ouvrir cet Über-Tristram. Ces joueurs expérimentés auront la possibilité de tuer les übers (Diablo, Mephisto et Baal, bien plus forts que ceux rencontrés lors des quêtes habituelles, et, qui plus est, devant être combattus tous les trois en même temps). Le but de cette quête est de récupérer un charme très puissant nommé Torche des Flammes Infernales tombant à la mort du dernier Über. Cette torche donne des propriétés uniques tels que des bonus aux aptitudes d’une certaine classe (déterminée aléatoirement).

Battle.net

Article détaillé : Battle.net.

Battle.net est le système de serveur de Blizzard permettant à de nombreux joueurs de disputer des parties en ligne.

Sur Diablo II, l’accès à Battle.net peut être ouvert ou fermé.

  • Battle.net dit fermé est composé de deux « modes » de jeu : le « ladder » et le « no-ladder ». Le choix d’un mode ou de l’autre se fait à la création du personnage.
    • Le mode « ladder » se joue par saisons d’une durée variable et inconnue qui s’approche en général d’une année. Il est conçu pour recréer artificiellement un royaume vierge, tel qu’il serait si le jeu venait de sortir (Pas de personnages haut niveaux, pas d’objets issus de hacks, etc.). Pour cela, les personnages ladder sont isolés des autres, puis, à la fin de la saison, ils passent en no-ladder (on parle de reset du ladder). Une nouvelle saison commence alors, toujours en autarcie. On en est aujourd’hui à la cinquième saison depuis l’instauration de ce système. Dans ce mode, les chances de trouver des objets de valeur sont plus importantes, et certains objets ne peuvent être trouvés que dans ce mode. Le mode ladder établit aussi un classement des joueurs, visible depuis le jeu (en cliquant sur le bouton échelle). Les joueurs à la tête de ce classement sont respectés car être tout en haut de ce classement (et y rester) n’est pas chose facile.
    • Le mode « No-ladder » quant à lui, représente le reste des personnages. Beaucoup d’entre eux sont de très haut niveau car ce sont des personnages anciens (ils peuvent dater du début du jeu, des ladders précédents). On trouve aussi de nombreux objets hackés dans ce mode. Ces objets ont été introduits depuis le mode ouvert grâce à des programmes puis dupliqués, toujours grâce à des bogues. Même si les bogues sont aujourd’hui en majorité corrigés, nombre de ces objets n’en restent pas moins présents dans le jeu[3].
  • Battle.net ouvert permet aux joueurs d’utiliser leurs personnages provenant de la campagne solo, il y a donc des chances de tomber sur des personnages modifiés avec un éditeur ou possédant des objets piratés. En même temps, le principal avantage de ce système de parties partagées est de pouvoir échanger des objets entre personnages ou entre amis.

Les parties dites fermées sont d’une durée de jeu totalement illimitée car vous pouvez monter de niveau beaucoup plus rapidement et refaire en groupe les quêtes. Quand vous vous joignez à un groupe et que celui-ci passe au nombre de 8 joueurs, vous obtiendrez beaucoup plus d’expérience car les monstres évoluent en temps réel selon le nombre de joueurs alliés.

Suite

Article détaillé : Diablo III.

Le troisième opus, Diablo III, est en préparation depuis 2001, mais Blizzard ne l’a présenté qu’à la fin du mois de juin 2008. Les nouveautés principales : passage semi-intégral à la 3D (la caméra restera fixe), trois classes (le Barbare, le Féticheur et le Sorcier) ont été dévoilées au Worldwide Invitational 2008 et au BlizzCon 2008) et un bestiaire renouvelé, au même titre que les lieux.

Notes et références

  1. a , b  et c Diablo a été développé par une société nommée Condor, basée à San Mateo en Californie, laquelle a été achetée par Blizzard Entertainment avant la sortie du jeu, la branche ex-Condor a été renommée Blizzard North et a, par la suite, développé Diablo II, avant d’être définitivement fusionnée dans Blizzard HQ, à Irvine, quelques années plus tard.
  2. Pour de plus amples informations sur Überland, consultez le dossier dédié sur le site JudgeHype
  3. Note : Blizzard Entertainment a lancé une procédure de nettoyage, nommée « Rust Storm », afin d’éliminer tant que possible les objets dupliqués.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du jeu vidéo Portail du jeu vidéo
  • Portail de la fantasy et du fantastique Portail de la fantasy et du fantastique
Ce document provient de « Diablo II ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Baal (Diablo II) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Diablo II — Saltar a navegación, búsqueda Diablo II Desarrolladora(s) Blizzard North Distribuidora(s) Blizzard Entertainment, Sierra Entertainment Fecha(s) de lanzamiento …   Wikipedia Español

  • Diablo II: Lord of Destruction — Desarrolladora(s) Blizzard North Distribuidora(s) Blizzard Entertainment, Sierra Entertainment Última versión 1.13 …   Wikipedia Español

  • Diablo II — Entwickler …   Deutsch Wikipedia

  • Diablo II — Éditeur AN : Blizzard Entertainment EU  …   Wikipédia en Français

  • Diablo II: Lord of Destruction — Diablo II Lord of Destruction Développeur …   Wikipédia en Français

  • Diablo II: Lord Of Destruction — Diablo II Diablo II Éditeur Blizzard Entertainment Développeur Blizzard North[1] …   Wikipédia en Français

  • Diablo II (jeu vidéo) — Diablo II Diablo II Éditeur Blizzard Entertainment Développeur Blizzard North[1] …   Wikipédia en Français

  • Diablo II : Lord Of Destruction — Diablo II Diablo II Éditeur Blizzard Entertainment Développeur Blizzard North[1] …   Wikipédia en Français

  • Diablo II : Lord of Destruction — Diablo II Diablo II Éditeur Blizzard Entertainment Développeur Blizzard North[1] …   Wikipédia en Français

  • Diablo ii: lord of destruction — Diablo II Diablo II Éditeur Blizzard Entertainment Développeur Blizzard North[1] …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”