Ver a soie

Bombyx du mûrier

Comment lire une taxobox
Bombyx du mûrier
 Bombyx du mûrier à différents stades
Bombyx du mûrier à différents stades
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Classe Insecta
Ordre Lepidoptera
Sous-ordre Macrolepidoptera
Super-famille Bombycoidea
Famille Bombycidae
Genre
Bombyx
Linnaeus, 1758
Nom binominal
Bombyx mori
Linnaeus, 1758
 Cocon de Bombyx mori

Cocon de Bombyx mori

Commons-logo.svg D'autres documents multimédia
sont disponibles sur Commons
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Le bombyx du mûrier (Bombyx mori) est un lépidoptère domestique originaire du nord de la Chine, élevé pour produire la soie. Le ver à soie est sa chenille. Le bombyx est inconnu à l'état sauvage, il résulte de la sélection par élevage appelé sériciculture.

C'est au stade de chenille que le bombyx produit la précieuse fibre sécrétée en une bave abondante qui, en durcissant, se transforme en un fil unique de soie brute avec lequel la chenille se fabrique un cocon. Ce fil mesure entre trois cents et mille cinq cents mètres de long. Il est produit par des glandes spécialisées, dites séricigènes.

Sommaire

Taxonomie

Bombyx mori est la seule espèce du genre Bombyx. Il serait relativement proche du Bombyx mandarina avec lequel il est capable de s'hybrider[1] et qui est présent au nord de l'Inde, au nord de la Chine, en Corée et au Japon.

D'autres papillons portent en français le nom de bombyx sans pour autant appartenir au genre scientifique Bombyx, c'est le cas par exemple du bombyx de l'ailante (Samia cynthia) ou du bombyx du chêne (Lasiocampa quercus).

Description

Fig. 473. Mâle. - Fig. 474. Femelle. - Fig. 475. Chenille. Fig. 476. Cocoon. - Fig. 477. Chrysalide
Femelle et œufs

Comme tous les lépidoptères, le bombyx présente au cours de son développement une alternance entre le stade larvaire sous forme de chenille et le stade adulte ou imago. Toutefois il présente une particularité singulière en ce qui concerne la diapause ou arrêt du développement pour passer la saison froide. Cette diapause s'effectue sous la forme œuf et non pas sous la forme chrysalide comme la plupart des cas pour les papillons.

Le papillon

Le Bombyx mori est inconnu à l'état sauvage. C'est un produit tout à fait artificiel de sélection par élevage appelé sériciculture, avec une grande variété de lignées et de races qui diffèrent par la couleur et la qualité de la soie, la dimension et la forme du cocon, le nombre de générations annuelles. Certains cocons modernes issus de la recherche génétique sont si grands et si durs que les papillons ne peuvent s'en échapper que s'ils sont aidés. C'est un papillon nocturne.

À l'état domestique où il a été réduit, le papillon femelle ne vole pas. La femelle apparait avec des ailes blanches, des antennes peu développées et un abdomen volumineux. Le mâle est plus petit avec des ailes grises qu'il agite continuellement, des antennes très développées qui lui servent à déceler l'odeur émise par la femelle et favoriser ainsi l'accouplement. La femelle attend l'approche du mâle qui seul peut se déplacer. Trois jours après la fécondation, elle pond de 300 à 700 œufs (ou graines).

Les bombyx ne prennent aucune nourriture ni ne boivent à l'état adulte. Les œufs sont entièrement développés quand la femelle est au stade de la chrysalide et ils sont prêts à être émis en une ponte unique et abondante au moment où l'adulte sort de la chrysalide.

La chenille

Chenilles âgées de vingt-et-un jours

Le ver à soie se compose de douze segments présentant sur chacun de leurs côtés une rangée de stomates. Les trois premiers segments portent chacun une paire de pattes articulées qui seront celles de l'insecte parfait ; les sixième, septième, huitième et neuvième segments sont pourvus de pattes membraneuses armées d'éperons permettant à la larve de s'accrocher aux feuilles. L'avant-dernier segment présente sur sa face supérieure un éperon dont la pointe est dirigée vers l'arrière.

Seules les feuilles du mûrier blanc et du mûrier noir peuvent servir de nourriture au ver de soie. Tous les autres végétaux expérimentés tels que Cudrania triloba ou la laitue ont donné des résultats médiocres.

Quand le ver à soie sort de l'œuf, il est long de deux millimètres environ et couvert de poils. Il subit quatre mues, puis, après avoir tissé son cocon il se transforme en chrysalide à l'intérieur du cocon. Sa croissance est considérable et peut se résumer dans le tableau suivant :

Croissance de la chenille
Longueur
de la larve
en mm.
Poids
en mg.
éclosion 3 0,5
sortie 1ere mue 8 15
sortie 2e mue 15 45
sortie 3e mue 28 400
sortie 4e mue 40 1600
à la plus grande taille 80 9500

Ces chiffres peuvent varier en fonction des races, des conditions d'élevage etc.

L'anatomie diffère peu de celle des autres chenilles de lépidoptères, l'appareil digestif est constitué par un long canal cylindrique comportant œsophage, estomac et intestin. La circulation du sang est assurée par un vaisseau dorsal présentant plusieurs renflements. Le sang circule d'arrière en avant.

Glandes séricigènes

Le long du canal intestinal et de chaque coté du corps de la chenille se trouvent deux glandes en tube composées de trois parties bien distinctes. Un tube capillaire très enroulé mesurant de quinze à vingt cinq centimètres de longueur et un millimètre de diamètre, au sein duquel la matière soyeuse est élaborée, débouche dans une sorte de sac allongé servant de réservoir et dans lequel la matière soyeuse est versée : à ce stade la substance est gélatineuse. De l'extrémité antérieure de chaque réservoir nait un second tube capillaire qui se réunit à son congénère pour ne former qu'un seul conduit de faible longueur : c'est la filière.

Dans son parcours le fil de soie de chacune des deux glandes prend de plus en plus de consistance. Les deux fils se soudent dans la filière et sont recouverts d'un vernis les préservant de l'humidité et leur donnant son brillant.

À partir de ces glandes séricigènes, on préparait le crin de Florence. Lorsque les vers sont sur le point de fabriquer leur cocon, ils sont trempés dans un bain acidulé, les glandes sont extraites puis étirées légèrement pour fabriquer un fil de trente à quarante centimètres de long. Ce fil, le crin de Florence, était utilisé en chirurgie comme fil de suture et servait à confectionner des lignes pour la pêche.

Maladies

Le mal del segno est provoqué par un champignon, Beauveria bassiana, qui cause la muscardine blanche du ver à soie tandis que Beauveria effusa en provoque une rouge. La pébrine doit son nom au fait que les vers atteints sont parsemés de petits points noirs ressemblant à des grains de poivre (pebre en provençal). La maladie des morts-flats ou flacherie doit son nom au fait que les vers morts deviennent mous, flasques (flacs ou flats en provençal).

Louis Pasteur a fait des recherches sur plusieurs maladies du ver à soie, qui menaçaient la production de soie en Europe à cette époque.

Histoire

Article détaillé : Histoire de la soie.

En Chine, on attribue la découverte du ver à soie à l’impératrice Xi Ling-Shi[2]. La légende raconte qu'elle buvait du thé sous un mûrier lorsqu'un cocon tomba dans sa tasse. En voulant le récupérer, un fil de soie douce s'en détacha et plus elle tirait, plus le fil s'allongeait… L'enroulant autour de son doigt pour pouvoir tirer encore, elle ressentit une chaleur agréable. L'impératrice en parla autour d'elle, et cette découverte se propagea, la sériciculture était née. Cette légende, la plus connue, n'est que l'une des nombreuses pour expliquer la découverte de la soie. Actuellement, afin de rentabiliser sa sériciculture, la Chine a développé toute la filière industrielle.

Depuis 1850, à cause de son importance économique et de sa longue histoire, le ver à soie sert de modèle biologique aux chercheurs. Le génome du ver à soie a été l'objet de nombreuses études et expérimentations. Aujourd'hui, il peut être modifié génétiquement grâce aux travaux de scientifiques français, japonais et américains, dans l'espoir de produire un fil aux qualités nouvelles et étonnantes. Pour réussir cette modification, on intègre au patrimoine génétique du ver à soie une protéine naturellement fluorescente.

Utilisation

Production de la soie

Article détaillé : Sériciculture.

Utilisations médicales

Le ver à soie donne un élément de la médecine traditionnelle chinoise, le bombyx batryticatus ou « ver à soie raide » (chinois simplifié : 僵蚕, chinois traditionnel : 僵蠶, pinyin : jiāngcán) qui est le corps séché de la larve morte, infectée par le champignon Beauveria bassiana. Les médecins traditionnels l'utilisent pour dissiper le vent (mot utilisé pour expliquer l'origine de plusieurs maladies comme la grippe), dissoudre la pituite et soulager les spasmes.

Utilisation alimentaire

Mets composé de pupes de ver à soie cuites à la vapeur ou bouillies, et assaisonnées, les beondegi sont un en-cas populaire de la cuisine coréenne.

Notes

  1. Goldsmith et al., 2004
  2. mandarin : 嫘祖, pinyin : Léi Zǔ.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
Ce document provient de « Bombyx du m%C3%BBrier ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ver a soie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ver à soie — ● Ver à soie chenille d un lépidoptère, Bombyx mori (nom usuel bombyx du mûrier, famille des bombycidés), élevé pour la soie de son cocon …   Encyclopédie Universelle

  • Ver à soie — Bombyx du mûrier Bombyx du mûrier …   Wikipédia en Français

  • Ver a soie Tussah — Ver à soie Tussah Ver à soie Tussah …   Wikipédia en Français

  • Ver à soie tussah — Ver à soie Tussah …   Wikipédia en Français

  • Ver à soie Tussah — Femelle …   Wikipédia en Français

  • ver — [ vɛr ] n. m. • v. 1170; verme « larve » 980; lat. vermis 1 ♦ VER ou VER DE TERRE : lombric terrestre (et tout annélide qui lui ressemble), petit animal allongé au corps cylindrique et mou, dépourvu de pattes. « Il fallait le nourrir [le… …   Encyclopédie Universelle

  • ver — (vêr) s. m. 1°   Nom donné communément au lombric terrestre et à tout animal qui offre une conformation analogue à celle de ce lombric. •   J ai été jusqu à couper un même ver en vingt six portions, dont la plupart ont repris, et dont plusieurs… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • soie — 1. (soî) s. f. 1°   Fil délié et brillant, produit par le ver à soie. •   Ce ne fut environ qu en 1130 que Roger, roi de Sicile, en établit une [fabrique de soierie] à Palerme ; on vit alors, dans cette île et dans la Calabre, des ouvriers en… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Ver (animal) — Ver Pour les articles homonymes, voir Ver (homonymie). Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme « Ver » s applique, en français, à plusieurs taxons distincts …   Wikipédia en Français

  • Ver marin — Ver Pour les articles homonymes, voir Ver (homonymie). Nom vernaculaire ou nom normalisé ambigu : Le terme « Ver » s applique, en français, à plusieurs taxons distincts …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”