Aïn Azel
Aïn Azel

Ajouter une image

Administration
Pays Drapeau d'Algérie Algérie
Wilaya Sétif
Daïra Aïn Azel
Code postal 19245
Culture et démographie
Population 48 487 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 35° 50′ 36″ N 5° 31′ 19″ E / 35.843421, 5.52200335° 50′ 36″ N 5° 31′ 19″ E / 35.843421, 5.522003
Superficie km2
Voir la carte administrative
Aïn Azel
Voir la carte topographique
Aïn Azel

Aïn Azel (anciennement Ampère) est une commune de la wilaya de Sétif, située à 45 km au sud de Sétif.

Sommaire

Géographie

Relief

La commune d'Aïn Azel est entourée de massifs montagneux :

  • Djebel Loumassa et Djebel Sekrine à l'ouest.
  • Djebel Gatiane au sud
  • Djebel Lehçana au sud-est.
  • Djebel Kalâaoun à l'est, (derrière lequel se trouvent les chotts de Ain-Lahdjar et de Beida-Bordj).

Toponymie

Le nom d’Ain Azel proviendrait du berbère Azzel qui veut dire « Qui Court » ou Azel qui veut dire « Précieux ». Ce nom, accolé au mot arabe Ain (« Fontaine ») pourrait signifier : « la fontaine qui court » ou « la fontaine précieuse ». D'autres sources parlent de Ain Ghazal, et disent que du temps des jardins verdoyants qui existaient le siècle dernier[Quand ?], il y avait des gazelles qui y vivaient. Enfin on peut citer la qacida de Haïzia, écrite parait-il à la fin du XIXe siècle et qui citait déjà Ain Azel. La ville prit pendant un moment indéterminé l'appellation de Azel, qui disparu dès l'indépendance en même temps que « Ampère » lors du changement de nom des villes algériennes.

Histoire

Histoire ancienne

On trouve la trace d'un « fossé du Pharaon » avec un aqueduc qui passe par la ferme Rémada au sud de Pascal, le lac d'El-Bahira remonte en direction où se trouvait un important camp de centurie romaine. Ce fossé du Pharaon est très certainement le fossé défensif marquant la frontière sud de la Numidie, construit par les légions romaines au début du Ier siècle, 50 à 60 après J.-C. Plus au Nord-est, les ruines d'une importante cité romaine que les Arabes dénomment Kerbet Selmi, certainement Perdices. À 4 km vers le sud, la route forme une fourche enserrant un mamelon couvert de ruines romaines. Les Indigènes se perpétuaient sur les mêmes terres, le plus souvent depuis un temps immémorial ; ils formaient une population compacte et constituaient de véritables tribus et il y avait les douars, des gourbis, aux abords des sources d'Aïn Azel : Béhagle, Ras el-Aïoun, Beïda-Bordj, Tennezaret, Sebkah, Gosbat, Sékrine, Bou Thaled. N'ayant aucun droit sur le sol, ils ne pouvaient en disposer à aucun titre.

Présence française

La colonisation va en faire un nœud routier très important passage obligé vers la région sud, le Hodna et Biskra mais aussi la région de Batna. Les nomades en empruntant le défilé d'El-Guiba à la recherches des pâturages et de travail rejoignent le Tell et le marché du vendredi à Ampère leur permet de commercer, de s'approvisionner. En 1844, une colonne militaire partant de Sétif le 31 août avec pour mission d'organiser l'exploitation du bois de construction et chauffage dans la forêt de Bou Thaleb, établit un campement provisoire à proximité des sources d'Aïn-Azel et en vante les qualités et le goût. A 6 km à l'Est du futur village se trouvait la ferme militaire de colonisation, un cimetière chrétien, les sépultures des soldats du 61e de Ligne du Colonel Bernelle, ainsi que les victimes de l'engagement sanglant du 23 mars 1850 et des premiers colons de l'époque 1839-1845. Au nord du bordj Gourdon, autour d'un puis quelques gourbis, la Djemaa Aoka et son marabout.

Centre de colonisation

Créée en 1897 et dépendant initialement du département de Constantine, puis de Setif, elle est baptisée Ampère du nom d’André Ampère physicien et mathématicien (1775/1836). Le peuplement est identique, immigration de familles provenant des régions montagneuses déshéritées, pauvres de la Métropole, en particulier l'Ardèche, l'Ariège, le Tarn, la Haute-Savoie, la Corse, l'Alsace-Lorraine et également des régions méditerranéennes, Malte, l'Italie du sud, la Sicile etc. Toutes ces familles, pour la plupart complètement démunies, à force de labeur, de sacrifices, d'entraide réussirent à former la communauté très utile du village. La phalange d'exploitants agricoles dotée d'un courage à toute épreuve ont, par un travail acharné, animés d'une volonté sans égale, transformé cette immense région, dénommée par les indigènes « le Sbeer » qualifiée de déshéritée, en une contrée céréalière et d’élevage florissante. La route Nationale traversait le village du nord au sud avec la partie haute, la bordant de chaque côté, des maisons à étages avec terrasses et arcades sous lesquelles étaient installés des commerçants. Des ruelles parallèles se coupant à angle droit avec, construites sur les lots urbains, de petites maisons - une grande cour, écuries, magasins, dépendances, presque toutes à l'identique, plus tard des jardinets furent créés sur le devant pour agrémenter l'habitation. Au centre du village un grand espace réservé où fut construit le premier groupe scolaire, la Mairie, un grand jardin public abritant le Monument aux Morts. Aussitôt sa création, plusieurs centaines d'arbres provenant des pépinières locales, furent plantés sur le domaine public, la route de Sétif fut bordée sur plusieurs kilomètres, toutes les rues, la grande place furent plantés de variétés provenant du midi de la France : mûriers, micocouliers, tilleuls, sophoras, troènes... Les concessionnaires, eux, avaient dans leurs contrats une obligation de plantation faute de quoi, ils étaient déclarés dépossédés de leur bien. Tous les canaux d'irrigation furent bordés de plantation.

Les ressources

La principale ressource, l'unique, était l'agriculture et l'élevage. Le climat continental avec une pluviométrie déficiente, le sirocco asséchant les cultures ne favorisait pas les rendements céréaliers. Pour ceux qui s'accrochaient à cette terre qu'ils avaient défrichée, il fallait trouver d'autres ressources qui ne pouvaient venir que du sol, la source d'Aïn-Azel ne permettait pas d'irriguer qu'une très faible portion de terres ce qui ne pouvait donc suffire au besoin des familles. La terre était de bonne qualité, seule l'eau du ciel manquait. Il en existait dans le sous-sol, une très importante nappe fut découverte dans la plaine de l'Ousserra au lieu dit les « quatorze » ainsi dénommé car, à l'époque, les attributaires reçurent chacun une parcelle de quatorze hectares. Encore fallait-t-il creuser des puits et les équiper d'un moteur diesel et d'une pompe, creuser, aménager les canaux d'irrigation. Ce ne fut donc que progressivement, mais devant les résultats encourageants des premiers que les autres s'entraidant, empruntant, purent, en réalisant eux-mêmes ces travaux difficiles et dangereux, réussir. Partout où cela fut possible des puits, des galeries furent creusés, aménagés en station de pompage pour l'irrigation. A partir d'avril et jusqu'à l'automne, résonnait le bruit caractéristique des dizaines de moteurs diesel, l'eau, cette source de vie, coulait à flot. Cette plaine se transforma en un immense jardin, les plantations, les luzernières, les champs de pomme de terre, de tabac, de maïs, les hectares de melons et de pastèques..

Économie

Ain-Azel se caractérise surtout par le gisement poly-métallique (en particulier du plomb et du zinc) et par la nappe d'eau souterraine qui va de Châaba-El-Hamra jusqu'à Ain-El-Kahla.

Avant la catastrophe hydrogéologique du 2 juin 1990 qui vit périr une vingtaine de travailleurs de l'ex-SONAREM, il n'y avait que la mine de Kherzet-Youcef. Il y eut par la suite la construction d'une deuxième mine (Châaba-El-Hamra), dont le minerai est transféré au complexe minier sus-cité.

L'industrie y est pratiquement inexistante, exception faite d'une minoterie/semoulerie et de deux limonaderies.

Notes et références

  1. (en) Chiffres du recensement sur le site GeoHive

Pour approfondir

Articles connexes

Liens externes

La ville d'Ampère sur le site GeneaWiki


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aïn Azel de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ain Azel — Aïn Azel La commune de Ain Azel se situe à cinquante Kilomètres au sud de Sétif en Algérie, et constitue la frontière de la wilaya de Sétif avec celle de Batna, sa population est estimée à environ 42 000 habitants. Avec ses 132 523… …   Wikipédia en Français

  • Daïra d'Aïn Azel — La daïra d Aïn Azel est une daïra d Algérie située dans la wilaya de Sétif et dont le chef lieu est la ville éponyme d Aïn Azel. La population de la daïra est estimée à 132 523 habitants. Communes de la daïra Aïn Azel Aïn Lahdjar Bir Haddada …   Wikipédia en Français

  • Aïn Oulmene — Ain Oulmène عين ولمان Administration Pays   …   Wikipédia en Français

  • Aïn Lahdjar — Ajouter une image Administration Pays  Algerie !Algérie Wilaya Sétif Da …   Wikipédia en Français

  • Djémila — Coordinates: 36°18′N 5°44′E / 36.3°N 5.733°E / 36.3; 5.733 …   Wikipedia

  • Dehamcha —   Commune and town   Country  Algeria Province Sétif Province …   Wikipedia

  • Djémila District —   District   Country  Algeria Province …   Wikipedia

  • Draa Kebila —   Commune and town   Country  Algeria Province Sétif Provi …   Wikipedia

  • Maoklane —   Commune and town   Country  Algeria Province Sétif Province …   Wikipedia

  • Maoklane District —   District   Country  Algeria Province …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”