19e régiment d'infanterie (France)

19e régiment d'infanterie (France)

19e régiment d'infanterie de ligne
150ppx

Insigne régimentaire du 19e RI
Période 15971998
Pays France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Garnison château de Brest qui abritait la caserne d'Estrée où tenait garnison le 19e régiment d'infanterie.
Ancienne dénomination Régiment de Lesdiguières
Devise L'invincible
Inscriptions sur l’emblème Valmy 1792
Jemappes 1792
Héliopolis 1800
Wagram 1809
Sébastopol 1854-55
Belgique 1914
Champagne 1915
L'Avre 1918
Somme-Py 1918
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
puis aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de Guerre 1914-1918
quatre palmes

Le 19e régiment d'infanterie était un des plus anciens régiments de l’armée française, le régiment de Flandre puis régiment de Saulx dont on disait « Gardez-vous du feu, de l'eau et du régiment de Saulx ». Il devint « l'invincible 19e demi-brigade » puis « 19e régiment d'infanterie de ligne ».

Sommaire

Création et différentes dénominations

  • 1597 : Création sous le nom de régiment de Lesdiguières. De 1616 à 1635 de nouveaux régiments devinrent permanents. On les surnomma les *"petits vieux". Comme les 21e RI , 13e RI , 15e RI , 17e RI , 19e RI, 48e RI.
  • 1703 : renommé régiment de Tessé.
  • 1732 : renommé régiment de Tallard.
  • 1739 : renommé régiment de Monaco.
  • 1749 : renommé régiment de Belsunce.
  • 1761 : renommé régiment de Rougé.
  • 1763 : renommé régiment de Flandres.
  • 1776 : deux de ses bataillons forment le régiment de Cambrésis.
  • 1791 : renommé 19e régiment d’infanterie de ligne.
  • 1815 : licencié.
  • 1816 : création de la Légion des Hautes-Alpes
  • 1854 : renommé 19e régiment d'infanterie de ligne
  • 1882 : renommé 19e régiment d'infanterie
  • 1914 : à la mobilisation, il forme le 219e régiment d'infanterie
  • 1920 : dissous
  • 1939 : le 2 septembre, le 19e RI est reconstitué à Landerneau.
  • 1964 : le 11 juin reconstitution du régiment de réserve créé à Brest dans le cadre de la Défense opérationnelle du Territoire (DOT), nommé 19e RID[précision nécessaire]
  • 1979 : le 19e RID prend la dénomination de 19e RI
  • 1998 : le régiment est dissous.

Colonels/Chef de brigade

  • Nicolas Etienne Hanus (env. 1763 - 02/08/1804), Originaire de Libremont (Remiremont, Vosges), il est capitaine du 3e bataillon de la 19e demi-brigade d'infanterie légère lors de son mariage le 16 septembre 1794 au Ferré (35) avec Marie Letranchant.

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.



  • 1939- ???? : Commandant Bretillon

Historique des garnisons, combats et batailles du 19e RI

Principaux combats et sièges auxquels a participé le 19e R.I. de 1597 à 1940

Prise d'Aiguebelle, 1597 - Prise de Montmélian, 1600 - Verrue, 1625 - Suze, 1629 - Buffalora, 1636 - Casal, 1640 - Roses, 1645 - Porto-Longone, 1646 - Rethel, 1650 - Passage du Rhin, 1672 - Puycerda, 1678 - Philippsbourg, 1688 - La Marsaille, 1693 - Barcelone, 1697 - Luzzara, 1702 - Verceil, 1704 - Kehl, 1733 - Raucoux, 1746 - Lawfeld, 1747 - Hastembeck, 1757 - Lutterberg, 1758 - Minden, 1759 - Willingshausen, 1761 - Valmy Jemmapes, 1792 - Wattignies, 1793 - Mouscron, 1794 - Mantoue, 1796 - Castiglione, 1796 - Anghiari, St Georges, 1797 - Corte, 1798 - Prise de Malte, Pyramides, Aboukir, 1798 - Nazareth-Loubé, Mont-Thabor, St Jean d'Acre, 1799 - Héliopolis, 1800 - Dantzig, 1807 - Wagram, 1809 - Busaco, 1810 - Polotsk, La Bérésina, 1812 - Dreste, Leipniz, Hanau, 1813 - St-Dizier, Brienne, Montereau, 1814 - Waterloo, 1815 - Barcelone,1823 - Anvers, 1832 - Alma, Inkermann, 1854 - Sebastopol, 1855 - Metz, 1870 - Armée de la Loire, 1871 - Tunisie, 1881-1886 - Belgique, 1914 - La Meuse, la Marne, Theipval, Ovillers-la-Boisselle, 1914 - La Somme, Champagne, 1915 - Verdun - Berry-au-Bac, 1916 - Laffaux, Fayet-St-Quentin, 1917 - L'Avre, Chemin des Dames, Hartmannswillerkopf, Somme-Py, Passages de l'Aisne et de la Meuse, 1918 - Lorraine, 1939-1940 - Belgique, 1940.

insigne de béret d'infanterie
  • 1940 : le 19 mai, le drapeau doit être brûlé à la Terrière (Nord) pour échapper aux mains de l'ennemi.

Les origines (1597)

  • 1597 -

1597-1796

Les premiers essais qui furent tentés pour établir l'histoire des régiments remontent à 1716, puis à 1784. Plus tard, lorsque les unités de l'Infanterie royale cessèrent d'être régiments de gentilshommes pour prendre le nom d'une province, commencèrent à paraître les « Essais historiques de Monsieur de Roussel » vers 1765. La Convention, par sa circulaire du 22 Nivôse An II (11 janvier 1794), donna des ordres pour que fussent établies : « des notices détaillées exactes et fidèles de tous les traits et actions héroïques dont le souvenir mérite d'être conservé... les noms des citoyens qui se seront distingués d'une manière éclatante, la nature des actes de bravoure et d'héroïsme qu'ils auront faits. Le Comité d'Instruction publique chargé de la rédaction des annales du civisme et de la vertu, d'après le vœu de la Convention nationale, fera, par son travail, que les noms des héros et des braves défenseurs de la liberté seront gravés par les mains de la Patrie reconnaissante et deviendront l'objet de la vénération la plus reculée... »

La succession des guerres de la Révolution et de l'Empire ne permit pas que l'on s'attardât à un tel travail ; d'autre part, le licenciement de l'Armée, en 1815, sembla rompre tout lien entre les régiments qui disparaissaient et ceux que l'on organisait dans des conditions différentes, et ce n'est que le 18 avril 1839 que le Roi Louis-Philippe fit adresser, à fa suite du rapport du général de Cubières, l'ordre d'avoir à reconstituer l'historique de tous les régiments depuis 1558, époque à laquelle commença à se constituer régulièrement l'infanterie française.

En 1521, la nécessité dans laquelle se trouva François 1er de tenir tête à l'ennemi sur toutes les frontières, fit faire un pas remarquable à l'organisation militaire du royaume. Il partagea ses troupes en quatre armées : Au Nord, les bandes de Picardie et de Champagne, au sud, les bandes de Piémont et de Navarre, et c'est de ces bandes que nous voyons se dégager en 1569, les quatre premiers vieux régiments de France : Picardie, Champagne, Piémont et Navarre. En même temps, les désordres des guerres civiles firent naître un nombre incroyable de régiments de nouvelle levée. Catholiques et réformés, politiques et ligueurs, tous les hommes que recommandait quelque naissance ou quelque mérite, obtenaient des commissions de mestres de camp, et dressaient des régiments qui ne duraient qu'autant que leurs chefs étaient en crédit ou en finance et que leur parti obtenait des succès. Le premier cas surtout se présentait favorable pour François de Bonne, duc de Lesdiguières, qui, de simple archer en 1562, était devenu par ses talents un des chefs du parti calviniste. Ayant succédé à Montbrùn dans le commandement des Réformés du Dauphiné en 1575, il leva à ses frais dans cette province, en 1590, deux compagnies de cent hommes portant le titre de Gardes à pied de Lesdiguières, et un régiment d'infanterie qui fut connu sous le nom de Régiment de Bonne À la tête de ses Gardes et de son Régiment, Lesdiguières débuta donc le 15 avril 1591, au combat d'Esparron et défit le duc de Savoie, et au commencement de 1597, les Gardes à pied de Lesdiguières et le Régiment de Bonne, fondus dans un seul corps, entrèrent dans l'Infanterie royale sous les ordres du Marquis de Créqui, gendre de Lesdiguières, créé Mestre de camp par commission du 16 août.

C'est à ce corps, que nous allons maintenant suivre dans ses transformations, qu'il faut faire remonter l'origine du 19e. Formé à Grenoble, où il prit ses quartiers d'hiver au mois de janvier 1597, Créqui avait 2 000 hommes sous les armes, répartis en 20 compagnies, dont chacune avait un drapeau ou enseigne d'ordonnance de couleurs différentes suivant le corps. L'enseigne de Créqui était violette et aurore, traversée par une croix blanche ; Une cravate blanche ornait la lance de ce drapeau dont les couleurs restèrent celles du régiment jusqu'en 1791, et seule la compagnie colonelle avait le drapeau blanc, qui ne lui était même remis qu'après un certain nombre d'années de service. Créqui ne l'eut qu'en 1635. Comme toutes les troupes de cette époque, Créqui n'avait pas d'uniforme, chacun s'habillait à son gré, et on ne fournissait aux soldats que l'armement et une partie du grand équipement. Sous le commandement du duc de Créqui, le régiment prit une part glorieuse à la campagne contre le duc de Savoie, qui assura à la France la possession de la Bresse, du Bugey et de Gex ; puis après le traité de Lyon, quand le duc de Créqui devint commandant des Gardes Françaises, le régiment devint la propriété de son fils, le comte de Canaples, qui prit le nom de comte de Sault, en 1611, et celui de duc de Lesdiguières, en 1636.

  • à compléter

Ancien Régime

Guerres de la Révolution et de l'Empire

1815 à 1848

  • 1815 : les Cent jours. Le 19e entre dans le 1er Corps Drouet d'Erion, Division Donzelot, brigade Aulard.Deux bataillons à l'effectif de 1055 hommes sous les ordres du colonel Trupel quittent Douai le 10 juin. Remise des aigles à Valenciennes le 12. Passage de la Sambre le 15. Bivouac sud de Mont-St-Jean, le 17 et bataille de Waterloo le 18. Retraite de Charleroi, Solre sur Sambre, Laon, Compiègne, Senlis, Paris, St-Maixent. Licenciement du régiment à Ribérac (Lot), 16-24 septembre 1815, conformément à l'Ordonnance du 15 juillet ordonnant la dissolution de tous les régiments de l'Empire remplacés par des Légions départementales. Les débris du régiment contribuent à former à Gap la Légion des Hautes-Alpes.

Second Empire

1870 à 1914

  • 1870 : 15 juillet : Déclaration de guerre à l'Allemagne. Le régiment quitte Paris à l'effectif de 1642 hommes en 3 bataillons pour l'Armée de Metz, 3e Corps Bazaine, Division Castagny, Brigade Nayral. Au camp sous Metz. Bataille de Borny (14 aout). Capitulation de Metz le 28 octobre. Le colonel de Launay, passé dans la Garde Impériale est remplacé par le colonel Bréard.
  • Le 21 septembre, le dépôt transféré d'Alençon à Rennes est dirigé sur Laval le 7 octobre où est formé le Bataillon de marche du 19e dirigé sur la 2e Armée de la Loire. Camp d'Yvré-L'Évèque.
  • 1871 : Tandis que le Bataillon de marche du 19e participe aux opérations de l'Armée de la Loire autour du Mans, le dépôt quitte Laval pour Landerneau le 17 janvier, puis pour Brest les 15 et 18 mars où arrive le 22 le Bataillon de marche.

Première Guerre mondiale

Le régiment, caserné à Brest est commandé en 1914 par le colonel Chapès. Composé presque exlusivement d'éléments bretons au début de la campagne, cependant il garda toujours au moins un tiers de soldats Bretons et dut à cette circonstance de conserver précieusement ses belles traditions et ses qualités bretonnes de rudesse, d'ardeur au combat, de dévouement. Il est intégré à la 22e Division d'Infanterie (général Pambet), 11e corps (général Eydoux).

Principaux combats : Maissin, dans le Luxembourg belge (22 août 1914-seule victoire de la IVe armée, a donné son nom à une place de Brest), la Marne (8 au 13 septembre).

Engagé ensuite dans l'offensive de Champagne (Tahure, 25 septembre 1915), puis au chemin des Dames, au Mesnil-les-Hurlus (à partir du 17 avril 1917).

Le régiment est touché par des mutineries en mai 1917. Il est dissout en 1920.

Le souvenir du 19e régiment d'infanterie est partout présent dans la commune de Maissin.

Le 19e regiment d'infanterie fut le dernier régiment qui pris connaissance de l'armistice, et un représentant du régiment jusqu'en 1998 eut l'honneur de raviver la flamme du soldat inconnu le 11 novembre.

Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

  • 1939: Le régiment est reconstitué le 05 septembre par le CMI 114 de Landerneau sous les ordres du commandant Bretillon, il appartient à la 22e division d'infanterie . Le régiment monté en ligne dans le secteur de Waldweistroff dans la région de Thionville, le 25 décembre 1939, y séjourne jusque fin février 1940.
  • 1940: Le 19e R.I. est dirigé sur les Ardennes puis dans le secteur de Givet du 15 mars au 10 mai 1940, jour de l'offensive allemande en Belgique. Le régiment franchit la frontière et prend position sur 8 kilomètres de front entre Bac du Prince et la Boucle de Waulsort et reçoit, le 14 mai 1940, le choc ennemi dans des conditions de défense les plus mauvaises. Retraite par Couvin vers la Forêt de St-Michel. Le 19e R.I est complètement anéanti. Le 19 mai 1940, le drapeau du régiment doit être brûlé à la Terrière (Nord) pour échapper aux mains de l'ennemi.

De 1945 à nos jours

  • Reconstitution le 11 juin 1964 du Régiment de Réserve créé à Brest dans le cadre de la Défense opérationnelle du Territoire (D.O.T) il s'appellera le 19e R.I.D.. En 1979 le 19e R.I.D. prend la dénomination de 19e R.I.. En 1998 le Régiment définitivement dissout.

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes [2]:

250ppx

Décorations

Sa cravate est décorée de la Croix de Guerre 1914-1918 avec quatre citations à l'ordre de l'armée.

  • la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire décernée le 17 avril 1919.
  • la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 décernée le 9 décembre 1917.
  • Le général commandant en chef décide que le 19e R.I qui a obtenu deux citations à l'ordre de l'armée au cours de la campagne pour sa belle conduite devant l'ennemi, aura le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre. Ordre général n.71 « F » du 9 décembre 1917 général en chef Pétain.
  • Par application des prescriptions de la circulaire n.2156 « F » du 22 février 1918, le maréchal de France commandant en chef des armées françaises de l'est a décidé que le 19e R.I aurait le droit au port de la fourragère aux couleurs de ruban de la Médaille militaire. Ordre n.151 « F » IG n.1176 du 17 avril 1919 du maréchal commandant en chef des armées françaises de l'est P.Pétain.

Insigne du 19e R.I

  • Dessiné par le caporal Ducrocq il est exécuté par le graveur Drago. Représentant la côte Bretonne, avec son calvaire, qui résiste à l'assaut des vagues, il évoque ainsi la ténacité.
  • Il porte la maxime du régiment : « La vague s'y brise »

Sources et bibliographie

  1. Almanach, Matot-Braine, Reims, 1888.
    *Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La vie rémoise
     
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  • Ouvrage par Marcel FLOC'H « La Longue Marche du 19e R.I. de Brest pendant la Première Guerre Mondiale » tome I et II - Amicale du 19e de Ligne
  • [1]19e R.I (1914-1918)

Liens


  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Première Guerre mondiale Portail de la Première Guerre mondiale
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
Ce document provient de « 19e r%C3%A9giment d%27infanterie (France) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 19e régiment d'infanterie (France) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 19e Division d’infanterie (France) — 19e division d infanterie (France) 19e Division d Infanterie Insigne de la 19e DI FFI Pays …   Wikipédia en Français

  • 19e division d'infanterie (France) — Pour les articles homonymes, voir 19e division d infanterie. 19e Division d Infanterie …   Wikipédia en Français

  • 19e regiment d'infanterie de ligne — 19e régiment d infanterie (France) 19e régiment d infanterie de ligne Insigne régimentaire du 19e RI Période 1597 – 1998 Pays …   Wikipédia en Français

  • 19e régiment d’infanterie — 19e régiment d infanterie (France) 19e régiment d infanterie de ligne Insigne régimentaire du 19e RI Période 1597 – 1998 Pays …   Wikipédia en Français

  • 19e régiment d'infanterie territoriale — Pays  France Branche Armée de Terre Type Régiment d infanterie Rôle Infanterie …   Wikipédia en Français

  • 19e régiment d'infanterie de ligne — Pour les articles homonymes, voir Belsunce. 19e régiment d infanterie de ligne …   Wikipédia en Français

  • 19e régiment d'infanterie légère — 94e régiment d infanterie de ligne 94e Régiment d Infanterie Insigne régimentaire du 94e R.I. Période 1709 – 1993 Pays …   Wikipédia en Français

  • 15e régiment d'infanterie (France) — Pour les articles homonymes, voir Régiment de Boisgelin. 15e Régiment d Infanterie …   Wikipédia en Français

  • 19e corps d'armée (France) — 19e corps d Armée Pays  France Branche Armée de Terre Type Corps d Armée Composée de Divisio …   Wikipédia en Français

  • Regiment d'infanterie francais — Régiment d infanterie français Les régiments d infanterie sont les unités les plus anciennes de l armée française. Sommaire 1 Historique 2 Liste 2.1 Goumiers et tabors 2.2 Infanterie de ligne …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”