Aéroport de Brive-Laroche

Brive-la-Gaillarde

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brive (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homophone, voir Brives (homonymie).
Brive-la-Gaillarde

Mairie de Brive-la-Gaillarde
Mairie de Brive-la-Gaillarde

Brive-la-Gaillarde#Héraldique
Détail
Administration
Pays France
Région Limousin
Département Corrèze (sous-préfecture)
Arrondissement Brive-la-Gaillarde (chef-lieu)
Canton chef-lieu de 5 cantons
Code Insee abr. 19031
Code postal 19100
Maire
Mandat en cours
Philippe Nauche (PS)
2008 - 2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Brive
Site internet http://www.brive.net/
Démographie
Population 50 009 hab. (2006)
Densité 1 029 hab./km²
Aire urbaine 87 976 hab.
Gentilé Brivistes
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 30″ Nord
       1° 31′ 55″ Est
/ 45.158317, 1.532078
Altitudes mini. 102 m — maxi. 315 m
Superficie 48,59 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Brive-la-Gaillarde (Briva la Galharda en occitan) est une commune française du Sud-Ouest de la France, sous-préfecture de la Corrèze. C'est la ville la plus peuplée du département et la deuxième ville de la région du Limousin, après Limoges.

Les habitants de Brive sont les Brivistes.[1],[2].

La ville est plus couramment appelée simplement Brive.


Sommaire

Population

  • Agglomération : 50 009 habitants (+850, 1999/2006)
  • Banlieue : 58 326 habitants (Brive, Malemort)
  • Moyenne couronne : 66 506 habitants (Brive, Malemort, Ussac, Saint-Pantaléon)
  • Grande couronne : 80 895 habitants (Brive, Malemort, Ussac, Saint-Pantaléon, Cosnac, Varetz)
  • Aire urbaine : 93 260 habitants
Population des communes de l'agglomération de Brive (recensement 1999)


Géographie

Située au centre-ouest du département sur la Corrèze, Brive-la-Gaillarde — du gaulois Briva qui signifie pont ; le pont en bois enjambait la Corrèze, à la fin du Moyen Âge, un pont de pierre à 13 arches traversait les marais (guierles) plus proches de la cité — en est la principale ville, beaucoup plus peuplée que la préfecture Tulle.

Briva : vient de 'bri' ou 'bria' suivant les régions + ' va' :

  • 'bri' est un ancien mot désignant les marais, que l'on trouve dans : Brière (ou passe une rivière appelée Brivet), Brie ou Brioude. Braye est une variante signifiant également marais, toubières. Il peut aussi désigner l'argile.
  • ' va' signifie cuvette.

Géologie

Hydrographie

Climat

Données climatiques et températures[3]

à Brive moyenne nationale
Ensoleillement 1990 h/an 1973 h/an
Pluie 920 mm/an 770 mm/an
Neige 16 j/an 14 j/an
Orage 27 j/an 22 j/an
Brouillard 63 j/an 40 j/an
T° records (les plus basses) (C°) T° records (les plus élevées) (C°)
Janvier -11,8° (2003) +18,8° (1999)
Février -13,1° (1991) +24,4° (1997)
Mars -12,7° (2005) +26,7° (2005)
Avril -5,4° (1996) +29,7° (2005)
Mai -1,7° (2002) +32,9° (2001)
Juin +2,8° (1989) +39,6° (2003)
Juillet +5,2° (2000) +38,2° (1995)
Août +3,6° (1998) +40,7° (2003)
Septembre +0,6° (1996) +34,8° (1987)
Octobre -5,6° (1997) +30,2° (2004)
Novembre -10,2° (1998) +22,4° (1994)
Décembre -13,4° (2001) +19,2° (1989)

Accès et Transports

Voies routières

Brive-la-Gaillarde est desservie par l'A20 (reliant Paris à Toulouse), et depuis peu par l'A89 (reliant Bordeaux à Clermont-Ferrand).

Transports en commun

L'aéroport de Brive-Souillac qui prendra la relève de celui de Brive-Laroche (code AITA : BVE) devrait être opérationnel fin 2009 et accueillir à terme plus de 100.000 voyageurs par an, le classant ainsi parmi les 40 premiers aéroports de France.

La gare de Brive-la-Gaillarde assure des liaisons  :

Le réseau de transport en commun STUB fonctionne toute l'année. Il est géré et exploité par la Société CFTA Centre-Ouest Brive. Il comporte (lignes urbaines Brive et Malemort-sur-Corrèze

  • 8 lignes en semaine ; deux lignes le dimanche ;
  • 1 ligne en plus les jours scolaires
  • 1 navette gratuite de la Communauté d'Agglomération pour relier L'espace des Trois Province / Cinéma au centre-ville

Le projet de LGV Poitiers-Limoges devrait mettre Brive à moins de 3h de Paris-Montparnasse.

Histoire

Chronologie

Brive fut d'abord un point de franchissement de la Corrèze, comme l'atteste son toponyme gaulois Briva (ou Briua) « pont, chaussée ou passage à gué ». Le pont primitif fut ensuite remplacé par un pont romain (pont du Bouy) conçu pour un itinéraire allant de Lyon à Bordeaux par la vallée de la Corrèze. Cet itinéraire croisait un axe nord-sud qui reliait Poitiers à Cahors. Une modeste bourgade émergea, attestée par les vestiges d'ateliers de potiers très actifs. La ville fut christianisée au Ve siècle par Martin dit l'Espagnol, sur la tombe duquel Rorice Ier, évêque de Limoges, construisit une basilique. Au VIe siècle, elle fut le théâtre d'une révolte des notables d'Aquitaine qui, refusant de tomber sous la coupe du roi d'Austrasie, se réunirent à Brive et portèrent sur le pavois Gondovald, un bâtard de Clotaire, lui-même fils de Clovis. Mais ce « roi de Brive » fut assassiné en 584. La basilique fut incendiée et le Limousin, rattaché à l'Austrasie. Saint Ferréol, évêque de Limoges, fit reconstruire la basilique et s'appuya sur une communauté de chanoines pour la diffusion de l'Évangile. Vers l'an mil, Brive était devenue un bourg canonial doté de nombreux lieux de culte.

Au XIe siècle, Brive, située à la jonction des vicomtés de Limoges, de Comborn et de Turenne, avait pour seigneur l'évêque de Limoges. La ville qui s'étendait sur trois hectares, était protégée par une enceinte percée de quatre portes. À partir du XIIe siècle, se développèrent des faubourgs hors des murs, de part et d'autre des voies d'accès. Mais la ville ne comportait pas de château car sa protection était assurée par les seigneurs de Malemort et les vicomtes de Turenne. Cette protection s'avéra toutefois pesante ; les bourgeois, entraînés par la vague d'émancipation urbaine générale, obtinrent le consulat, que Louis VIII confirma en 1225. Les chanoines adoptèrent la règle de Saint-Augustin et ils reconstruisirent la collégiale Saint-Martin. En 1341, pour respecter l'ordre du roi, les quatre consuls de Brive entreprirent la construction d'une grande enceinte qui quintupla l'espace enclos ; l'ampleur des travaux valut à la cité le surnom de « gaillarde ». Par le traité de Brétigny, Brive, qui appartient à l'Aquitaine, devint anglaise et le demeura jusqu'à la rupture du traité et la reprise de la guerre, neuf ans après. Commence alors une période de flottement avec un rattachement hésitant et tardif au roi de France. À nouveau rattachée à l'Angleterre en 1373, après la trahison d'un consul, la ville fut finalement reconquise l'année suivante par le roi de France, qui abolit un temps consulat et franchises. Charles V finit par lui accorder sa grâce, et la ville resta désormais fidèle à la couronne. En 1463, Louis XI fut accueilli dans la liesse. Restée catholique au sein d'une région acquise à la Réforme, Brive fut saccagée par les troupes de Turenne en 1577. Pour récompenser la cité de sa fidélité, le roi en fit le siège d'un présidial.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la ville connut une grande prospérité, à laquelle contribua le Briviste Guillaume Dubois, précepteur de Philippe d'Orléans, puis Premier ministre. Avec son frère, qui était devenu grand voyer, il construisit le pont Neuf (l'actuel pont Cardinal) et de nouveaux hôtels particuliers, aménagea des boulevards et les faubourgs, assainit les marécages de la Guierle, restaura la collégiale et détruisit les remparts. Néanmoins, malgré cet essor, la ville, très peu industrialisée, ne comptait à la veille de la Révolution qu'une seule fabrique de tissu, qui occupait quelque deux cents ouvriers.

Modeste chef-lieu d'arrondissement au début du XIXe siècle, Brive se développa à partir de 1860, grâce à l'arrivée du chemin de fer. Son site, préféré à celui de Tulle pour des raisons topographiques et économiques, devint le centre ferroviaire d'une étoile à six branches. Le train entraîna la spécialisation du bassin de Brive dans la production légumière et fruitière. Cet essor agricole induisit la création d'autres établissements : conserveries, confitureries, fabriques de liqueurs et, pour le conditionnement, vanneries, papeteries et fabriques de bois.

Capitale régionale de la Résistance en tant que siège des principaux mouvements (Armée secrète et Mouvements unis de la Résistance), réseaux action (AUTHOR-DIGGER du Special Operations Executive britannique, ...) et réseaux de renseignement (Alliance, ...), Brive-la-Gaillarde est la première ville de la France occupée à se libérer par ses propres moyens le 15 août 1944. Elle recevra à ce titre la croix de guerre 1939-1945.C'est à Brive également que dès le 17 juin 1940, Edmond Michelet distribua un tract appelant à la résistance contre l'envahisseur nazi.

Depuis 1907, Brive abrite le 126e régiment d'infanterie dit le régiment des « bisons ».

Devise

« Briva lemovicii inferioris caput » : Brive capitale du Bas Limousin

Héraldique

Blason de la ville

Blasonnement des armes traditionnelles de la ville de Brive-la-Gaillarde :

« D'azur, à neuf épis de blé mis en trois fleurs de lis, 1 et 2. »

— Malte-Brun, la France illustrée (1882)


Économie

Avec des activités économiques, commerciales et industrielles variées, Brive-la-Gaillarde est le second pôle économique de la région Limousin, après Limoges.

La ville est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Pays de Brive.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[4] et INSEE[5])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 847 5 762 7 608 6 801 8 031 8 843 8 350 8 382 8 889
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9 384 9 854 10 389 10 765 11 920 14 182 15 707 16 803 18 111
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
19 496 20 636 21 486 21 711 24 049 26 718 29 074 33 501 36 088
1962 1968 1975 1982 1990 1999 - - -
40 175 46 561 51 828 51 511 49 765 49 141 - - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes



Administration

Municipalité

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
1925-1940 Henri Chapelle Radical socialiste - -
1940-1944 Louis Miginiac - - -
16 août 1944-5 septembre 1944 Georges Michel - - -
1944-1946 Jean Labrunie SFIO - -
1946-1947 Maurice Rouel PCF - -
1947-1961 Henri Chapelle Radical socialiste - -
1961-1965 Roger Courbatère Radical - -
1965-1966 Jean Labrunie SFIO - -
1966-1995 Jean Charbonnel Gaulliste - UDR puis ARGOS - -
1995-2008 Bernard Murat UMP - -
2008- Philippe Nauche PS - -
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Cantons

Brive-la-Gaillarde est chef-lieu de 5 cantons :


Personnalités liées à la commune

Ambox notice.png Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Monuments et lieux touristiques

La rue Toulzac se prolongeant sur l'avenue de Paris

Le patrimoine historique de Brive est riche et varié et recèle entre autres dix-sept monuments historiques classés ou inscrits à l'inventaire supplémentaire au seul registre de l'architecture.

  • Collégiale Saint-Martin (XIe siècle)
  • Musée Labenche (XVIe siècle)
  • Collège des Doctrinaires (XVIIe siècle) : Hôtel de ville
  • Tours des Échevins (XVIe et XIXe siècles)
  • Chapelle Saint-Libéral (XVe siècle)
  • Hôtel Desbrülys (XVIIIe siècle)
  • Hôtel Salès de Marqueyssac (XVIIe siècle)
  • Maison Lalande (XVIIe siècle)
  • Couvent des Clarisses (XVIIe siècle)
  • Hôtel Maillard (XVe siècle)
  • Maison Leygonie (XIVe siècle)
  • Hôtel Maillard (XVe siècle)
  • Maison Grivel (XVIIe siècle)
  • Ancien château d'eau (XIXe siècle) : Office du tourisme
  • Château de Puymège
  • Théâtre de Brive (anciennement le cinéma Splendid) (XXe siècle)
  • Église Saint-Sernin (XIXe siècle)
  • Hôtel d'Enval (XVIIIe siècle)
  • Chapelle des Pénitents
  • Palais de justice (XIXe siècle)
  • Théâtre (XIXe et XXe siècless)


Distinctions

  • La ville de Brive-la-Gaillarde fut la première ville de France à être libérée par ses propres moyens lors de la Seconde Guerre mondiale, le 15 août 1944, et a reçu à ce titre la Croix de guerre 1939-1945.
  • La commune possède 3 "fleurs" au Concours des villes et villages fleuris.
  • Ville la plus sportive de France en 1989 (L'Équipe)
  • La ville est rentrée dans le Livre des records en 1993 avec un concert qui a regroupé plus de 1000 musiciens et chanteurs lors des Orchestrades universelles. Depuis le record d'un orchestre de musiciens amateur a été battu par le Canada au début des années 2000 avec plus de 6000 musiciens.
  • En 2006, la ville de Brive a obtenu le label "Ville amie des enfants" décerné par l'UNICEF grâce à l'initiative de son Conseil Municipal des Jeunes.


Culture

Manifestations culturelles

École nationale de musique et de danse
  • La Foire du livre, est l'une des manifestations culturelles les plus importantes de l'année, le second évènement littéraire français après le Salon du livre de Paris selon la mairie[6]. La Foire est l'occasion de la remise du Prix de la Langue française. Elle réunit chaque année des centaines d'auteurs touchant à tous les genres littéraires. Jean d'Ormessonétait le président lors de la première manifestation, en 1982. En 2008, c'est Frédéric Beigbeder qui était aux commandes, marquant la volonté municipale de renouvellement et de rajeunissement de cet évènement majeur de la rentrée littéraire. Chaque année, la Foire est ponctuée de spectacles, colloques et autres expositions qui ont attiré quelques 130.000 visiteurs et 500 écrivains en 2005.
  • Les Orchestrades universelles sont organisées chaque année, au mois d'août. Environ 700 musiciens du monde entier âgés de 10 à 25 ans et adeptes de tous les types de musique, se retrouvent et organisent pour l'occasion une soixantaine de concerts gratuits dans de grands lieux historiques, rues et autres salles de spectacles de Brive et de l'agglomération.
  • La ville organise, en partenariat avec la Société des réalisateurs de films, le Festival du Cinéma de Brive - Rencontres du moyen métrage au Cinéma Rex à l'issue duquel sont remis le Grand prix du festival, le Prix du jury, deux Mentions et un Prix du public.
  • Le Festival de l'élevage se propose d'importer "la campagne" au cœur de la ville et de renouer avec la tradition des vraies foires d'autrefois. Le Festival de l'élevage est ainsi la seconde manifestation agricole de France après le Salon de l'agriculture à Paris.

Cinémas

  • Méga CGR: Composé de 9 salles et inauguré en juin 2001, il remplace les deux anciens cinémas CGR Rex et CGR Splendid. Il est situé avenue kennedy sur la route de tulle à côté de l'espace des trois province et du centre commercial Leclerc.
  • Le Rex

Gastronomie

voir aussi : Cuisine limousine

Sports

Parmi les clubs sportifs de la ville, il faut distinguer le CA Brive club omnisport disposant d'une section rugby, devenue Championne d'Europe en 1997, notamment sous l'impulsion de son président Patrick Sébastien. La section Volley joue le championnat de PRO B pour la saison 2008-2009.

Le principal club de football de la ville est l'ESA Brive qui a réalisé l'exploit de parvenir en quart de finale de la coupe de France en 2004.

Le Lac du Causse, qui dépend de la Ville de Brive, a accueilli le 8e Championnat du Monde universitaire d’aviron (sport) en septembre 2004 et a été désigné par le congrès de la Fédération Internationale des Sociétés d’Aviron pour organiser le Championnat du Monde junior d’aviron (sport) en 2009, préféré à celui des Jeux olympiques d’Atlanta de 1996.

L'équipe féminine du club de Brive Triathlon évolue en 1ère division de la discipline. En 2005, Juliette Bénédicto, sociétaire de ce club, est devenue championne du monde juniors à Madère.

  • Le Handball Brive Corrèze (HBC) a vu ses efforts de formation récompensés car son équipe masculine de moins de 18 ans va jouer sa troisième saison en Championnat de France. Les séniors filles ont évolué en Championnat de France N2 pendant la saison 2000-2001.

Brive a participé en 2009 Intervilles. L'équipe briviste composé de 15 gaillardes et gaillards a rencontré Valenciennes à Amnéville le 28 juin 2009 et l'émission a été diffusée le 12 Août sur France 3.


Vie militaire

Unités militaires ayant été en garnison à Brive :


Jumelages

La ville de Brive-la-Gaillarde est jumelée avec six villes du monde :


Le saviez-vous ?

  • Brive est dite « gaillarde » parce que fortifiée. (« Galia » désignant la force en latin). En effet au XVIe siècle la ville est entourée d’une enceinte hérissée de tours. On entre alors en ville d’un côté par une porte, de l’autre par un pont.
  • Autrefois les Brivistes étaient prénommés Brivois. Les Brivistes étaient alors ces Brivois qui « montaient » à la capitale ou plus communément les Brivois établis hors de Brive. Petit à petit la dénomination « briviste » a pris le dessus pour devenir officielle.
  • Les Brivistes sont surnommés par un sobriquet, les Coujous, mot occitan, dénomination taquine qu'ils se sont progressivement appropriée, non sans humour (voir notamment la campagne de communication estampillée « 100% Coujou » créé par l'Office de Tourisme de Brive et son Pays). Ce surnom, un peu tombé en désuétude, ressurgit pourtant régulièrement lors de rencontre de rugby du CAB.
  • Georges Brassens a écrit une chanson humoristique dont l'action se déroule au marché de Brive-la-Gaillarde (Hécatombe). Pour rendre hommage à l'artiste, après avoir demandé et obtenu l'accord de la gendarmerie, la halle centrale de Brive, place de la Guierle, porte son nom.
  • L'Hôtel de Ville de Paris est surnommé par les Brivistes "l'ambassade de Brive" car à l'époque où Jacques Chirac était Maire de Paris, beaucoup de Brivistes travaillaient à la mairie.

Notes et références

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 23/07/2008.
  2. Gentilé assez singulière en -iste, antérieure à la découverte de l'inscription de Naintré / Vieux-Poitiers rédigée en langue celtique: RATIN BRIVATIOM FRONTV . TARBEISONIOS IEVRV qui signifie « Frontū fils de Tarbeisū a offert le rempart des habitants de Briva », Briva est ici sans doute l'ancien nom de Vieux-Poitiers, mais de Brivatiom, « habitants de Briva », on aurait pu faire en français les Brivates ou les Brivatiens.
  3. Climat de Brive - Corrèze sur le site linternaute.com
  4. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  5. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  6. Site officiel de Brive-la-Gaillarde - La Foire du Livre


Voir aussi

Bibliographie

  • Max Boissière, Ces Brivistes du coin de la rue. Brive-la-Gaillarde : les 3 épis, 2004. 388 p., 20 cm. ISBN 2-912354-26-9. Recense divers noms de rues de Brive-la-Gaillarde avec notices biographiques des personnages éponymes.

Article connexe

Liens externes


  • Portail de Brive-la-Gaillarde Portail de Brive-la-Gaillarde
  • Portail des communes de France Portail des communes de France
Ce document provient de « Brive-la-Gaillarde#Transports ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aéroport de Brive-Laroche de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aéroport de Brive-Vallée de la Dordogne — Brive Vallée de Dordogne Code AITA Code OACI BVE …   Wikipédia en Français

  • Aeroport de Brive-Souillac — Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne L Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne (anciennement aéroport Brive Souillac) est un aéroport en construction, en bordure des départements de la Corrèze et du Lot, et à proximité du département de la… …   Wikipédia en Français

  • Aéroport De Brive-Souillac — Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne L Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne (anciennement aéroport Brive Souillac) est un aéroport en construction, en bordure des départements de la Corrèze et du Lot, et à proximité du département de la… …   Wikipédia en Français

  • Aéroport de Brive-Souillac — Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne L Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne (anciennement aéroport Brive Souillac) est un aéroport en construction, en bordure des départements de la Corrèze et du Lot, et à proximité du département de la… …   Wikipédia en Français

  • Aéroport de Brive - Souillac — Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne L Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne (anciennement aéroport Brive Souillac) est un aéroport en construction, en bordure des départements de la Corrèze et du Lot, et à proximité du département de la… …   Wikipédia en Français

  • Aéroport de brive-souillac — Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne L Aéroport de Brive Vallée de la Dordogne (anciennement aéroport Brive Souillac) est un aéroport en construction, en bordure des départements de la Corrèze et du Lot, et à proximité du département de la… …   Wikipédia en Français

  • Aéroport de Orly — Aéroport Paris Orly Pour les articles homonymes, voir Orly (homonymie). 48°43′31″N 02°21′34″E / …   Wikipédia en Français

  • Aéroport de Paris-Orly — Aéroport Paris Orly Pour les articles homonymes, voir Orly (homonymie). 48°43′31″N 02°21′34″E / …   Wikipédia en Français

  • Brive — la Gaillarde Pour les articles homonymes, voir Brive (homonymie).  Pour l’article homophone, voir Brives (homonymie). Brive la Gaillarde …   Wikipédia en Français

  • Brive-La-Gaillarde — Pour les articles homonymes, voir Brive (homonymie).  Pour l’article homophone, voir Brives (homonymie). Brive la Gaillarde …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”