Aéroport Metz-Nancy-Lorraine
Metz-Nancy-Lorraine
Aeroport Metz-Nancy3.jpg
Code AITA Code OACI
ETZ LFJL
Localisation
Pays Drapeau de France France
Ville desservie Metz, Nancy
Coordonnées 48° 58′ 43″ N 6° 14′ 47″ E / 48.978611, 6.24637148° 58′ 43″ Nord
       6° 14′ 47″ Est
/ 48.978611, 6.246371
  
Superficie 230 ha
Altitude 265 m (870 ft)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Metz-Nancy-Lorraine
Pistes
Direction Longueur Surface
04/22 3 050 m (10 007 ft) béton bitumineux
Informations aéronautiques
Nom cartographique M. N. LORRAINE
Type d'aéroport civil
Gestionnaire Groupement
interconsulaire
de gestion
Cartes SIA VAC - IAC - ARR/DEP
Catégories
Aéroports • Aéroports français

L’aéroport Metz-Nancy-Lorraine est un aéroport Français, dont les 230 hectares se répartissent sur le territoire de cinq communes de la Moselle : Goin, Pagny-lès-Goin, Vigny, Liéhon et Silly-en-Saulnois. Il est le principal site aéroportuaire de la région Lorraine.

La région lorraine est propriétaire du site, situation unique en France[1], avant la loi du 13 août 2004. La gestion est confiée aux chambres de commerce de Nancy et Metz via le groupement interconsulaire de gestion de l’aéroport Lorraine (GIGAL).

Sommaire

Présentation générale et historique

Histoire

Avant l’ouverture de Metz-Nancy-Lorraine les liaisons civiles étaient assurées par les aéroports de Nancy-Essey et de Metz-Frescaty.

Les premières études datent de 1974, quand la région choisit le site de Louvigny dans le cadre de la préparation du 7e Plan. Ce projet est accepté par l’État l’année suivante, avec, chose inédite, un financement exclusivement local et une mise en service programmée pour 1983-1985. Des implémentations alternative comme Phalsbourg ou Toul-Rosière sont proposées, puis finalement le projet sombre dans l’oubli[2].

Il est réactivé lors du 9e plan, l’État s’engageant en 1985 à une participation allant jusqu’à 35 %. Le conseil régional adopta le projet en 1986. Il est prévu de construire un équipement adapté aux vols moyens courriers, avec une piste de 2 500 mètres et une aérogare de 6 500 m² permettant d’accueillir 500 000 voyageurs[2].

La construction débuta le 9 septembre 1989 et s’acheva officieusement durant l’été de 1991 par l’envol de plus de 800 montgolfières à partir de la nouvelle plate-forme aéroportuaire. L’inauguration a eu lieu le 30 septembre 1991 à 11 heures. Le premier avion d’une ligne régulière décolla le 28 octobre 1991 à 6 h 30 à destination de Marseille. L’aéroport aura coûté 378 millions en francs actualisés (valeur 1992); financé à 35 % par l’État, 35 % par la Région, 18 % par l’Europe, à 7 % par le département de Meurthe-et-Moselle, 3 % la ville de Metz et 3 % par la ville de Nancy. Le département de la Moselle n’a pas souhaité contribuer au financement[2].

Les premières années ont été économiquement difficiles puisqu’entre 1992 et 1996 le déficit d’exploitation s’est élevé à 30 millions de francs[1].

Au cours des années 1990, Metz-Nancy a été l’une des escales majeures de TAT, devenue Air Liberté puis Air Lib. Elle offrait ainsi à la fin des années 1990 des vols quotidiens vers Paris-Orly, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Nice, Bordeaux et Montpellier, complétés par des vols vers Lille assurés par Flandre Air puis air jet (brièvement). La compagnie luxembourgeoise luxair proposait quant à elle des vols vers Londres-Stansted, mais du fait d’un taux de remplissage insuffisant, les vols ont été stoppés dès 1994. Ces vols devaient être repris par Proteus, mais il semble qu’aucune liaison n’ait finalement eu lieu. En 2000, la région investit 750 000 € pour agrandir l’aérogare[3]. La faillite de compagnie Air Lib en 2001 a porté un coup très dur à l’aéroport, dont une partie seulement des lignes a été reprise par Air France ou TwinJet.

Le conseil régional a alors tenté une diversification vers le fret, investissant 80 millions de francs pour construire des hangars et indemniser les riverains[1]. La plate-forme a ainsi accueilli brièvement l’opérateur de fret DHL qui en a fait un de ses hubs européens. Mais le rachat de DHL par la Deutsche Post, et les protestations des riverains[2], ont contraint celui-ci à changer de stratégie. Une partie des hubs européens, dont Metz-Nancy, a été fermée afin de concentrer l’activité sur l’aéroport allemand de Leipzig. La Poste a également renoncé à utiliser l’aéroport[1]. Désormais, l’aéroport n’accueille plus que des vols cargo ponctuels.

En 2003, le conseil régional envisage de céder l’aéroport, dont la gestion lui a coûté plus de 800 millions de franc depuis sa construction, à un partenaire privé[1].

Un allongement de la longueur de la piste (portée à 3 050 mètres) a été effectué en août 2006 pour permettre l’atterrissage de gros porteurs longs courrier pour entraîner un développement de l’aéroport, notamment dans le fret long courrier. Les travaux avait été budgétés à 28 millions d’euros plus 6 à 7 millions d’indemnisation des riverains[4].

L’aéroport tente au début de l’année 2007 une diversification dans les vols low cost, avec des vols vers Bergame et Venise opérés par la compagnie italienne MyAir. Mais les mauvais résultats enregistrés sur des deux lignes obligent la compagnie à se retirer dès septembre 2007 de la liaison vers Bergame. La ligne vers Venise a, quant à elle, été stoppée fin novembre de la même année.

Depuis la mise en service du TGV Est Européen le 10 juin 2007, des navettes par bus permettent un accès à la gare de Lorraine TGV située à 6,5 km. En 2007, l’arrivée du TGV a entraîné la fermeture des lignes vers Paris et Nantes. La ligne régulière vers Clermont-Ferrand a également été abandonnée en 2008. La fréquentation a ainsi baissée de 15 % en 2008, l’aéroport enregistrant un déficit de 500 000 €[5]. Le coût pour la région des navette vers Metz et Nancy s’élevant lui aussi à 500 000 euros par an[6]. En 2009, la fréquentation a encore baissé de 9,6 %[7], pour un déficit de 600 000 €, pris en charge par la Région à 60 % et par les chambres de commerce[8].

Malgré un bassin de clientèle de 2,5 millions d’habitants, l’aéroport n’occupe que la 27e place des aéroports de province français[9]. Il souffre de sa proximité avec les aéroports de Luxembourg, Strasbourg, Sarrebrück et Bâle[1] et de la concurrence du train grande vitesse pour les correspondances avec Roissy et peut-être à terme, après le développement de la branche nord de LGV Est, avec Francfort.

Les taxes aéroportuaires, fixées par l'Etat, sont aussi plus importantes que dans les pays voisins: 12 euros en 2011, contre 5 au Luxembourg et 0 en Belgique[10].

En 2008, la cour des comptes a remis en cause la pertinence de l’aéroport de Louvigny, qui est venu doubler trois plate-formes préexistantes, plus proches des villes de Nancy, Metz et Epinal[11].

Parkings et terminal

Le Gigal devant abandonner la gestion de l’aéroport le 1er novembre 2011, un appel d’offre a été lancé pour une concession de 12 ans intégralement aux frais et risques du concessionnaire et subordonnée au financement d'une ZAC à proximité de l'aéroport[12]. Il n’a obtenu qu’une seule réponse positive: celle du groupe canadien SNC-Lavalin[13]. Cette offre a été rejetée en mai par le Conseil Régional qui a annoncé qu'il poursuivra l'exploitation en régie directe dans le cadre d'un EPIC[14].

Statistiques

Tour de contrôle
Année Passagers Fret (t) Mouvements
1993[15] 231 000
1997 18 745
1998 288 209 3 410 18 154
1999 322 501 3 206 19 752
2000 352 626 8 521 19 636
2001 331 266 19 684 20 933
2002 302 849 18 994 17 489
2003 294 731 17 359 14 779
2004 326 324 9 030 14 062
2005 356 815 1 219 12 825
2006 340 242 633 11 457
2007[9] 344 913 36 10 899
2008[5] 291 000 144 8 540
2009[16] 263 020 51 7 819
2010[17] 254 204 69 7 439
2011[18] - - -

Opérateurs et objectifs

En 2010, les trois principales liaisons sont par ordre décroissant de passagers annuels : Lyon (53 619), Alger (26 762) et Nice (21 660). Les lignes régulières et charters ont été proches, avec respectivement 123 036 et 113 612 passagers[17].

Notes et références

  1. a, b, c, d, e et f L’aéroport Metz-Nancy-Lorraine est-il à vendre ? Christophe Lefebvre 21 Mai 2003
  2. a, b, c et d Histoire et avenir des liaisons aériennes régionales en Lorraine Claude Perrin 2004 [PDF]
  3. L’aéroport de Metz-Nancy-Lorraine mise sur le trafic voyageurs p179 Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment n°5061, 24 novembre 2000
  4. http://www.lorraine.cci.fr/index.php5?id=127
  5. a et b Louvigny : la fréquentation baisse à grande vitesse Philippe Marque, Républicain Lorrain 14 janvier 2009
  6. En gare Lorraine-TGV, les navettes font grincer des dents Elise Descamps, La Croix, 17 septembre 2007
  7. Les aéroports de la Grande Région en zone de turbulences, Républicain Lorrain 13 janvier 2010
  8. Quelle stratégie pour MNL ? Le Républicain Lorrain 13 janvier 2010
  9. a et b Aéroport Metz-Nancy-Lorraine, Chiffres clés 2008 [PDF]
  10. Taxes aéroportuaires: les voyageurs ne paient pas la même chose L'essentiel 9 janvier 2011
  11. Les aéroports français face aux mutations du transport aérien, Philippe Séguin, 9 juillet 2008
  12. Infrastructure. Régie directe pour l'aéroport, Le journal des entreprises, 3 juin 2011
  13. Aéroport MNL : nouveau pilote dans l’avion, Le Républicain Lorrain 29 juin 2010
  14. Aéroport : il n’y aura pas de pilote dans l’avion… Le républicain Lorrain , 10 mai 2011
  15. Mémoires de l’Académie nationale de Metz, p. 24, 1995
  16. http://www.metz-nancy-lorraine.aeroport.fr/chiffrescle2009.pdf
  17. a et b http://www.metz-nancy-lorraine.aeroport.fr/chiffrescle2010.pdf
  18. "Metz-Nancy-Lorraine : un outil nécessaire" Lorraine et vous, le magazine d'informations de la région Lorraine n° 12 (juin-juillet-août 2011) p. 19

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aéroport Metz-Nancy-Lorraine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”