Aéropagite

Aréopage

37°58′21″N 23°43′23″E / 37.9725, 23.72306 L'Aréopage (en grec Ἄρειος πάγος / Áreios págos) était à Athènes la « colline d'Arès », située à l'ouest de l'Acropole ; c'était aussi le nom du conseil qui s'y réunissait. L'Aréopage est aussi le nom porté au XXIe siècle par l'institution juridique suprême de Grèce.

À droite, la colline de l'Aréopage, vue des Propylées. L'observatoire, au fond, est situé sur la colline de la Pnyx.
Escalier d'accès à l'Aréopage
L'agora, vue de l'Aréopage

Sommaire

La colline de l'Aréopage

Du point de vue géologique, la colline de l'Aréopage est un énorme monolithe de marbre gris bleu veiné de rouge, qui domine l'agora d'Athènes. Un peu partout, sur ses flancs et en son sommet, des creusements dans la roche, formant plates-formes, sont les seuls vestiges de générations de bâtiments antiques. La vue sur l'ensemble de l'agora est la meilleure qui puisse s'offrir.

Selon une légende, on l'appelait ainsi parce qu'Arès y avait été jugé par les dieux[1] et acquitté du meurtre d'Halirrhotios, fils de Poséidon, qui avait violé la fille d'Arès à cet endroit. D'autre part, encore d'après la légende, c'est là qu'Oreste fut jugé pour le meurtre de sa mère Clytemnestre, par un tribunal réuni par Athéna et maintenu par la suite[2].

Le conseil de l'Aréopage antique

Initialement, le conseil de l'Aréopage, (couramment nommé ἡ ἐν Ἀρείῳ πάγῳ βουλή[3], ou τὸ ἐν Ἀρείῳ πάγῳ διϰαστήϱιον[4]), dont l'origine se perd dans la nuit des temps[5], devait conseiller le roi, et il était uniquement composé d'Eupatrides. Son influence grandit à mesure que la royauté diminuait, jusqu'au VIIe siècle av. J.-C., où il exerçait le pouvoir politique d'un véritable gouvernement.

Après les réformes de Solon, ses membres furent recrutés parmi tous les anciens archontes, qui en devenaient membres à vie, et qui représentaient les riches par opposition aux simples aristocrates, si bien qu'il devint un organisme moins exclusif. Ses pouvoirs politiques furent peut-être redéfinis, et dans une certaine mesure limités par Clisthène, mais il resta puissant jusqu'aux guerres médiques. Avec le progrès rapide des institutions démocratiques, ses pouvoirs étendus semblaient incongrus. Il perdit peut-être de son prestige et de son pouvoir politique après -487, lorsque les archontes furent tirés au sort, et que ce n'étaient plus des hommes de grandes compétences que l'on choisissait.

L'Aréopage siégeait la nuit : on n'y permettait aucun artifice oratoire pour émouvoir ou attendrir les juges. Aussi l'Aréopage jouit-il longtemps d'une grande réputation d'impartialité, qu'il perdit au Ve siècle av. J.-C.

En -462, Éphialtès lui retira la garde des lois et diminua sa compétence. Il conserva son rôle de tribunal pour les affaires de meurtres, mais il perdit toute son importance politique. Il existait encore au IVe siècle av. J.-C.

Wiktprintable without text.svg

Voir « aréopage » sur le Wiktionnaire.

L'Aréopage contemporain

Article détaillé : Áreios Págos.

L'Aréopage est aussi le nom porté de nos jours par la plus haute instance de l'ordre judiciaire grec, fondée en 1834, équivalent en d'autres pays, en France par exemple, d'une Cour de Cassation.

Expression idiomatique

Aujourd'hui, dans le langage courant, un « aréopage » est une assemblée, une réunion de gens compétents et choisis[6].

Ainsi, l'Aréopage est, en franc-maçonnerie, au Rite Écossais Ancien et Accepté (R.E.A.A.) le groupement des grades du 19° au 30° degré.

Notes et références

  1. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], I, 28, 5.
  2. « Ce tribunal, désormais et pour toujours, jugera le peuple Égéen. Sur cette colline d'Arès, les Amazones plantèrent autrefois leurs tentes, quand, irritées contre Thésée, elles assiégèrent la ville récemment fondée et opposèrent des tours à ses hautes tours. Ici, elles firent des sacrifices à Arès, d'où ce nom d'Aréopage, le rocher, la colline d'Arès. Donc, ici, le respect et la crainte seront toujours présents, le jour et la nuit, à tous les citoyens, tant qu'ils se garderont eux-mêmes d'instituer de nouvelles lois. Si vous souillez une eau limpide par des courants boueux, comment pourrez-vous la boire ? Je voudrais persuader aux citoyens chargés du soin de la république d'éviter l'anarchie et la tyrannie, mais non de renoncer à toute répression. Quel homme restera juste, s'il ne craint rien ? Respectez donc la majesté de ce tribunal, rempart sauveur de ce pays et de cette ville, tel qu'on n'en possède point parmi les hommes, ni les Scythes, ni ceux de la terre de Pélops. J'institue ce tribunal incorruptible, vénérable et sévère, gardien vigilant de cette terre, même pendant le sommeil de tous, et je le dis aux citoyens pour que cela soit désormais dans l'avenir. » Eschyle, Euménides, 683-708, Trad. Leconte de Lisle
  3. Par exemple, Démosthène, Contre Nééra, 80 et suiv.
  4. Par exemple, Démosthène, Contre Aristocrate, 65 et suiv.
  5. « Le plus rare de tous et le plus considérable, c'est le tribunal qui siège à l'Aréopage. Sa gloire est sans égale. D'un côté, elle se perd dans la nuit des âges, et de l'autre, nous en sommes encore les témoins. Il n'y a pas un tribunal au monde dont on puisse dire autant. Je vous en citerai, à titre d'exemple, un ou deux traits qu'il est bon de rappeler. Ici, c'est l'antiquité telle que la tradition nous la représente. C'est devant ce tribunal seul que les dieux ont trouvé bon de plaider, soit comme demandeurs, soit comme défendeurs, dans des causes de meurtre, et de siéger comme juges des différends survenus entre eux, s'il est vrai que Poséidon y poursuivit Arès pour le meurtre de son fils Halirrhotios, et que les douze dieux y rendirent leur jugement entre les Euménides et Oreste. Mais ces faits sont anciens. En voici de plus récents. Ce tribunal est le seul à qui les causes de meurtre n'aient jamais été enlevées. Ni tyran, ni oligarchie, ni démocratie, n'ont osé le faire. Tous sentent que la justice qu'ils rendraient eux-mêmes en ces matières ne vaudrait pas la justice rendue par l'Aréopage. » Démosthène, Contre Aristocrate, 65-66. Trad. Rodolphe Dareste, 1879
  6. (fr) Définitions lexicographiques et étymologiques de aréopage du CNRTL.
  • Portail de la Grèce antique Portail de la Grèce antique
Ce document provient de « Ar%C3%A9opage ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aéropagite de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cataphatic theology — Cataphatic (sometimes spelled kataphatic) theology is the expressing of God or the divine by what is or expressing God through positive terminology. This is in contrast to defining God or the divine in what God is not which is referred to as… …   Wikipedia

  • Église de la Sainte-Trinité (Paris) — Pour les articles homonymes, voir Église de la Sainte Trinité.  Ne doit pas être confondu avec Cathédrale de la Sainte Trinité de Paris. Église de la Sainte Trinité de Paris …   Wikipédia en Français

  • Counts of Galicia and Poland — Counts of Galicia (and Poland) Aleksandrowicz of Kruki. Stanislaw Aleksandrowicz (1781 1826) obtained the hereditary title of Count of Galicia from Emperor Francis I on 9th October 1800. In 1824 the Aleksandrowicz family appeared in the list of… …   Wikipedia

  • Counts of Galicia — (and Poland) = Aleksandrowicz of Kruki. Stanislaw Aleksandrowicz (1781 1826) obtained the hereditary title of Count of Galicia from Emperor Francis I on 9 October 1800. In 1824 the Aleksandrowicz family appeared in the list of families authorised …   Wikipedia

  • Jean Scot Erigene — Jean Scot Érigène Jean Scot Erigène Jean Scot Erigène, (Iohannes Scottus) est un moine irlandais du IXe siècle né entre les années 800[ …   Wikipédia en Français

  • Jean Scot Erigène — Jean Scot Érigène Jean Scot Erigène Jean Scot Erigène, (Iohannes Scottus) est un moine irlandais du IXe siècle né entre les années 800[ …   Wikipédia en Français

  • Jean Scot Érigène — Jean Scot Erigène Jean Scot Erigène, (Iohannes Scottus) est un moine et philosophe irlandais du IXe siècle né entre les années 800[1] et 815. Il meurt en …   Wikipédia en Français

  • Scot Erigène — Jean Scot Érigène Jean Scot Erigène Jean Scot Erigène, (Iohannes Scottus) est un moine irlandais du IXe siècle né entre les années 800[ …   Wikipédia en Français

  • Suger de Saint-Denis — Suger d après une verrière dans la basilique de Saint Denis Suger est un homme d église et homme d État français. Il serait né à Chennevières lès Louvres[1], en 1080 ou 1081 et mort à Saint Denis le …   Wikipédia en Français

  • Trone — Trône  Pour l ordre des anges en religion, voir Trônes (hiérarchie angélique) …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”