Aymara
La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel des communautés Aymara de la Bolivie, du Chili et du Pérou *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Pays * Drapeau de Bolivie Bolivie
Drapeau du Chili Chili
Drapeau du Pérou Pérou
Région * Amérique latine et Caraïbes
Liste Registre des meilleures activités de sauvegarde
Fiche 00299
Année d’inscription 2009
* Descriptif officiel UNESCO
Aymara
aymar aru
Parlée au Bolivie, Pérou, Argentine, Chili
Région Qollasuyu, Moquegua, Tarapacá
Nombre de locuteurs 2 millions[réf. nécessaire]
Typologie SOV
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle de la Drapeau de Bolivie Bolivie, Drapeau du Pérou Pérou
Régi par Academia la Lengua Aymara
Codes de langue
ISO 639-1 ay
ISO 639-2 aym
ISO 639-3 aym
IETF ay
Échantillon
Article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme (voir le texte en français)

1. T'aqa

Taqpach jaqejh khuskat uñjatatäpjhewa munañapansa, lurañapansa, amuyasiñapansa, ukatwa jilani sullkanípjhaspas ukham uñjasipjhañapawa.
Distribution géographique de la langue Aymara

L’aymara (ou parfois aimara) désigne à la fois un peuple appelé également peuple Qolla, Kolla ou Colla, originaire de la région du lac Titicaca au croisement de la Bolivie, du Pérou, de l'Argentine et du Chili, ainsi qu'une langue vernaculaire qui a remplacé de nombreuses autres comme l'uru ou uchhumataqu de Bolivie.

Selon Rodolfo Cerrón-Palomino, un des principaux spécialistes de ces deux langues, ce n'est pas le quechua, mais bien l'aymara qui était la langue officielle de l'empire inca, contrairement à une opinion répandue.

Les variétés d'aymara forment une sous-famille linguistique avec les variétés de quechua.

L'aymara compte environ deux millions de locuteurs, essentiellement en Bolivie.

Sommaire

Histoire

Comme pour la plupart des peuples amérindiens, il n'y a pas ou peu de documents relatant l'histoire du peuple Aymara. Quelques bribes nous sont parvenues au travers des chroniques qui relatent l'époque de la conquête ainsi que quelques récits précolombiens.

On sait cependant de façon certaine que le peuple Aymara n'était pas le premier à peupler la région du Titicaca et l'altiplano, on se pose donc la question de l'origine de ce peuple. Il y a aujourd'hui plusieurs théories, notamment la théorie localiste qui voudrait que la répartition actuelle de la langue Aymara s'explique par l'essor de quelques communautés des abords du lac en direction de l'altiplano. Une autre théorie situe l'origine du peuple Aymara dans les Andes centrales du Pérou, entre Huarochirí, Yauyos, Cañete et Nazca. Ces régions, actuellement de langue quechua, faisaient autrefois partie de l'aire aymaraphone. Une troisième théorie situe l'origine du côté de la côte du Pacifique au nord du Chili.

Le peuple Aymara arrive sur les rives du lac Titicaca deux siècles avant notre ère, il concurrence alors les peuplades Uros qu'il remplace peu à peu dans la région. Développant une culture originale et basant son économie sur le développement de l'agriculture et de l'élevage ainsi que le commerce avec les peuples alentour, le peuple prospère sur les rives bien abritées du lac. S'ensuit une période d'expansion, on retrouve de nombreuses traces archéologiques en direction sud-est du lac principalement.

C'est en passant à un stade impérial (on parle de civilisation de Tiwanaku ou Tiahuanaco) que la langue commence à se répandre dans les Andes : on la retrouve sur tout l'altiplano, sur la côte, depuis Arica, au Chili, jusqu'à Lima, au Pérou et au sud-est, jusqu'en Argentine. Atteignant son apogée vers l'an 900 de notre ère, la civilisation impériale Tiwanaku va décliner pour laisser place à plusieurs royaumes et chefferies de langue et culture Aymara. Ce sont ces chefferies prospères mais rivales que rencontrent les Incas lors de leur expansion vers le sud. Parmi celles-ci, on connaît les royaumes rivaux Lupaqas et Pacajes situés sur la rive sud-ouest du lac. On ne sait pas exactement si les Aymaras se sont intégrés pacifiquement à l'empire, comme le décrit Inca Garcilaso de la Vega, ou s'ils ont livré bataille à l'Inca. L'ensemble des peuples de langue Aymara sont progressivement intégrés au Qollasuyu, le quart sud de l'empire Inca. Après la conquête et la chute du régime Inca, le peuple Aymara passe sous domination de la couronne d'Espagne. Cette période sera parsemée de révoltes paysannes causées par les difficiles conditions de vie des communautés. Au début du XIXe siècle, les Aymaras participent aux combats pour l'indépendance de la Bolivie, mais leurs conditions de vie ne seront pas améliorées sous le pouvoir des républiques.

Du point de vue géographique, après la conquête Inca, puis la colonisation espagnole, la langue Aymara perd progressivement du terrain face à l'espagnol et au quechua, langue avec laquelle elle maintient une frontière flottante. Elle reste aujourd'hui enracinée sur les rives du lac Titicaca et dans les zones de peuplement Aymara.

On explique en grande partie la perte de son usage comme langue véhiculaire du fait que l'évangélisation des peuples autochtones par les européens a été principalement faite avec les dialectes quechua et muchik ou mochica. Toutefois, il y eut un déclin significatif du fait de l'indifférence, et parfois du mépris, des gouvernements jusqu'à la moitié du XXe siècle. Après des années de délibération, le décret suprême 20227-DS du 9 mai 1984 du gouvernement bolivien, ainsi que la résolution ministérielle 1218-RM du 18 novembre 1985 du gouvernement péruvien, donnent un statut officiel à cette langue millénaire. De même, l'alphabet officiel Aymara est reconnu, par force de loi, denominado único. Ainsi, c'est aujourd'hui la langue co-officielle de la Bolivie et du Pérou.

Répartition géographique

Actuellement, l'aymara s'étend sur une aire appelée Qollasuyu sur l'altiplano péru-bolivien et les contreforts andins des régions de Moquegua et Tacna au Pérou et de Tarapacá au Chili. On compte plus de 2 millions d'aymarophones qui se subdivisent en deux dialectes :

  • Aymara central : au sud du Pérou, l'altiplano bolivien et la zone andine adjacente à la Bolivie au Chili.
  • Aymara méridional : dans les régions péruviennes de Tacna et Moquegua.

On trouve cependant à travers toute l'Amérique du sud des lieux géographiques portant un nom Aymara :

  • Cundinamarca en Colombie, dérivé de Kontjimarka : ville où on est installé en premier
  • Cajamarca au Pérou, le village qui brille en Aymara
  • Itinez sur la frontière boliviano-brésilienne, dérive du mot Jit'inissa signifiant montée des eaux à l'époque des pluies
  • K'atamarka en Argentine, village où s'accumule la poussière (ancienneté)
  • Arica au Chili de l'Aymara Arikka : la pointe
  • Tarija en Bolivie provient de Taruja, nom du cerf ou de la biche en aymara.

Prononciation

Voyelles

Comme le quechua, l'inuktitut et l'arabe, l'aymara n'a que trois timbres vocaliques (a, i, u), mais possède néanmoins des allongements vocaliques, qui se notent par un tréma [ ¨ ] sur la voyelle. Il y a ainsi six graphies vocaliques : a, ä, i, ï, u, ü. Mentionnons aussi la transformation des voyelles i et u en /e/ et /o/, respectivement, devant une consonne uvulaire (q, q', qh, x). Il n'y a pas de diphtongue, sauf celles qui utilisent des semi-voyelles ('y e w).

Consonnes

L'aymara compte seize consonnes de base, mais les occlusives peuvent être glottalisées ou aspirées, ce qui porte le nombre de consonnes à vingt-six.

Exemples

Mot Traduction Prononciation standard
terre uraqi
ciel alajhpacha
eau uma
feu nina
homme chacha
femme warmi
manger manq'aña
boire umaña
grand Jach'a
petit jisk'a
nuit aruma
jour uru

Personnalités aymaras

Caractéristiques exceptionnelles

Conception du temps différente

Le peuple Aymara a une conception du temps différente de celle qui prévaut dans les cultures européennes : aux yeux de celles-ci, elle serait une "conception inversée". Pour l'aymara, le passé, connu et visible se trouve devant le locuteur alors que le futur, inconnu et invisible, se trouve derrière lui[1],[2]. Cela vaut également pour le Quechua. (Notons que cette conception du temps se retrouve également en Mésopotamie ancienne)

Logique trivalente

Selon Iván Guzmán de Rojas, l'aymara repose sur la logique trivalente (ou modale), plus complexe que la logique binaire des langues européennes[3]. Elle met en œuvre l'évidentialité.

Références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aymara de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aymará — Aymará …   Deutsch Wörterbuch

  • Aymará — Aymara Aymara aymar aru Parlée au  Pérou,  Bolivie …   Wikipédia en Français

  • Aymará — Aymara Frau Die Aymara (auch Aimara) sind ein indigenes Volk Südamerikas. Sie leben im Andenraum auf dem Altiplano in Bolivien (ca. 30–40 % der Bevölkerung) im Süden Perus (ca. 5 % der Bevölkerung) und (in geringerer Anzahl, ca. 0,3 % der… …   Deutsch Wikipedia

  • Aymará — • Tribe of sedentary Indians inhabiting the northern sections of Bolivia Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Aymara     Aymará     † …   Catholic encyclopedia

  • aymara — ● aymara nom masculin Famille de langues indiennes d Amérique du Sud, parlées par les Aymaras. (L aymara a sans doute des liens génétiques avec le quechua, devant lequel il a reculé.) ● aymara adjectif Déformation aymara, déformation… …   Encyclopédie Universelle

  • Aymara — o aymará adj. y n. Variantes ortográficas de «aimara» o «aimará». * * * El término aymara se aplica a las siguientes acepciones: 1. Pueblo amerindio que habita la meseta del Lago Titicaca desde tiempos precolombinos y del incanato, repartiéndose… …   Enciclopedia Universal

  • Aymara — [ī΄mə rä′] n. [AmSp, prob. < Quechua ] 1. pl. Aymaras or Aymara a member of a South American Indian people living mainly in Bolivia and Peru and believed to have been the builders of a great ancient culture that was later supplanted by that of …   English World dictionary

  • Aymará — Aymará, Stamm der Quichua Indianer in Südamerika auf dem Hochplateau der Andes zwischen 15. und 20.° südl. Br. Ihre Zahl, früher sehr bedeutend, wird auf 400,000 geschätzt, wozu noch 200,000 Mischlinge kommen. Von kleiner Statur (ca. 1,60 m), mit …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Aymará — Aymará, Indianervolk auf dem Kordillerenhochland vom Titicacasee bis Oruro, 7.500.000 Köpfe …   Kleines Konversations-Lexikon

  • aymara — ⊕ aymara → aimara …   Diccionario panhispánico de dudas

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”