Awala

Awala-Yalimapo

5° 44′ 28″ N 53° 55′ 40″ W / 5.741111, -53.927778

Awala-Yalimapo

Vue du village Yalimapo depuis la plage des Hattes
Vue du village Yalimapo depuis la plage des Hattes

Administration
Pays France
Région Guyane
Département Guyane
Arrondissement Arrondissement de Saint-Laurent-du-Maroni
Canton Canton de Mana
Code Insee abr. 97361
Code postal 97319
Maire
Mandat en cours
Jean-Paul Fereira
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest guyanais
Site internet Awala-yalimapo.fr
Démographie
Population 1 198 hab. (2006)
Densité 6 hab./km²
Géographie
Coordonnées 5° 44′ 28″ Nord
       53° 55′ 40″ Ouest
/ 5.741111, -53.927778
Altitudes mini. 0 m — maxi. 9 m
Superficie 187,4 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Awala Yalimapo est une commune française de Guyane (code postal 97319), située à l’extrême Nord-Ouest de la Guyane, à plus de 60 km de Saint-Laurent-du-Maroni.

Sommaire

Toponymie

Awala (awara) est un mot kali'na qui désigne un palmier (Astrocaryum Vulgare) et, en français, le fruit de celui-ci.

Géographie

Localisation

À environ 22 kilomètres de Mana, à l'extrême nord-ouest de la Guyane française, la commune s'étend entre l'embouchure du fleuve Mana et du Maroni, peu avant l'estuaire du fleuve. Le territoire communal est délimité :

  • au nord, par l'océan atlantique;
  • à l'ouest, par le Maroni;
  • au sud par la crique canard puis par une ligne s'étendant selon une direction sud-est rejoignant le C.D 9;
  • à l'est, par une ligne traversant la Pointe Isére puis le C.D 22 et longeant ensuite le C.D 9 jusqu'au lieu dit "St Antoine"

Communes limitrophes

Les communes limitrophes sont les suivantes:

Rose des vents Océan Atlantique Océan Atlantique Océan Atlantique Rose des vents
Maroni N Mana
O    Awala-Yalimapo    E
S
Maroni Mana Mana
Enclave: {{{enclave}}}

Géologie et relief

Hydrographie

La commune se trouve sur les rives du Maroni et de l'Océan Atlantique.

Climat

Le climat y est de type tropical.

Urbanisme

Morphologie urbaine

La commune regroupe deux villages amérindiens :

  • Awala, sur le littoral près de l'embouchure du Maroni. Une communauté d'indiens kali'na y vit.
  • Yalimapo
  • et le hameau de Possoly (crique coswine)

Voies de communication et transports

Logement

En 2006, il y avait 324 logements à Awala-Yalimapo. Parmi ceux-ci 83,3 % sont des résidences principales, 8,3 % des résidences secondaires et enfin 8,3% des logements sont vacants[1].

Évolution du nombre de logements par catégorie

  1967 1974 1982 1990 1999 2006
Résidences principales 60 76 73 112 176 270
Résidences secondaires, logements occasionnels 3 2 10 57 14 27
Logements vacants 28 0 34 7 13 27
Total 91 78 117 176 204 324
Sources des données : INSEE[2]

De même, la même année, 91,5 % des personnes sont propriétaires et 4,8 sont locataires[1].

Les logements se répartissent entre maison individuelle et appartement représentant respectivement 90,7 % et 0,6 %. Enfin le parc immobilier se compose de 28,5 % de 1 pièce, 22,6 % de 2 pièces, 20,0 % de 3 pièces, 14,1 % de 4 pièces et 14,8 % de 5 pièces ou plus[1].

Il est à noter que 13,3 % des logements sont des habitations de fortune, 1,5 % sont des cases traditionnelles et 27,8 % sont des maisons ou immeubles fait de bois[1]. Enfin, seulement 5,2 % des logements ont le tout à l'égout, 1,5 % ont l'eau chaude et 44,8 % ont de l'électricité[1].

Histoire

La commune a été administrativement créée le 31 décembre 1988 par sa séparation de la commune de Mana, souhaitée par les populations Kali'nas des villages d’Aouara et des Hattes qui avait autrefois accueillis un camp dépendant du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni.

Dix ans après, en 1999, la population d'Awala-Yalimapo était estimée à 887 habitants, mais avec un taux d’accroissement de + 3,4% par an. La population avait déjà augmenté de 1982 à 1990 suite aux conflits armés du Suriname qui ont poussés des familles entières de la région d’Albina et de Galibi à s'établir en Guyane à Awala Yalimapo. En 2000, environ 60% de la population a moins de vingt ans.

Politique et administration

Tendances politiques

La commune a une tendance politique de gauche. En effet, l'actuel maire de Awala-Yalimapo, Jean Paul Fereira, fut élu sous l'étiquette divers gauche et ce depuis l'année 2001.

Administration municipale

Le maire actuel est Jean Paul Fereira, [Divers gauche], vice-président du conseil régional de Guyane

La commune a été créée par la volonté des habitants de garantir leurs droits territoriaux. L'espace foncier est géré conjointement par l'autorité communale et coutumière. L'autorité coutumière dispose d'un arrêté reconnaissant ses droits d'usages collectifs exclusifs.

Le Chef Michel Therese a été élu par la population de Awala. Le chef Daniel William a été élu par la population de Yalimapo. Les conseils coutumiers bénéficient de l'appui des organisations mandatées et membres de la Fédération des Organisations Autochtones de Guyane-FOAG (membre pour la Guyane française de la COICA).

Afin de trouver le consensus sur cette gestion partagée, une commission a été mise en place "la commission mixte commune-communauté" par la délibération no 51.01 du conseil municipal, le 26 juillet 2001.

Liste des maires

Liste des maires[3]
Période Identité Parti Qualité
2001 en cours Jean-Paul Fereira divers gauche Conseiller régional

Population et société

Démographie

Évolution démographique
1962 1967 1974 1982 1990 1999 2006 - -
- 165 208 292 630 887 1 198 - -
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Sources : INSEE[4])

Enseignement

Il n'y a pas d'école sur le sol communal.

En 2006, la population scolarisée comprenait, par tranche d'âge, 69.8 % des enfants de 2 à 5 ans, 96.2 % des enfants de 6 à 14 ans, 80.0 % des 15 et 17 ans, 17.8 % des 18 à 24 ans, 0 % des 25 à 29 % et 1.0 % des plus de 30 ans[5].

Sur l'ensemble de la population non scolarisée, 1,9 % sont titulaires d'un CEP, 7,4 % du BEPC, 18,3 % du CAP ou du BEP, 4,2 % du BAC ou un équivalent, 1,7 % d'un BAC +2 et 1,4 % d'un diplôme de niveau supérieur. 65,2 % de cette population n'a pas de diplôme[5].

Santé

Sports

Cultes

Économie

Emploi

Culture et patrimoine

Monuments, lieux touristiques et musées

  • Centre d'études et de protection des tortues marines à Yalimapo.
  • Écomusée. Centre WWF : exposition sur les tortues marines, écloserie.
  • Ancien bâtiment datant de l'époque du bagne.
  • Vestiges du bagne de la crique Coswine.

Gastronomie

  • Cassave ou galette de manioc (alepa en langue kali'na).
  • Journée du Manioc organisée chaque année en mai.

Patrimoine environnemental

Awala-Yalimapo est connu pour la plage des Hattes, longue de 5 kilomètres où des centaines de tortues luth viennent pondre. Cette plage est l'une des dernières grandes zones de ponte de tortues luths. D'avril à juin environ, ce sont les tortues luth, vertes et olivâtres qui se succèdent pour venir y pondre. Le site est protégé par la mise en place de la réserve naturelle de l'Amana, mais le braconnage des tortues ou de leurs œufs, bien qu'il ait été réduit s'y poursuit, notamment par l'existence d'une demande. Les cas de violence restent toutefois marginaux. La pêche illégale reste un danger potentiel pour les tortues marines.

Patrimoine culturel

Durant la période de juillet à août, se réalisent des manisfestations de cérémonies traditionnelles : Omakano, Epekotono (cérémonie de levée de deuil). La culture reste très vivace et la langue régionale est largement pratiquée.

Artisanat kali'na

  • Vannerie : yamatu (panier à couvercle)
  • Mule (petit siège traditionnel), malaka (maraca), popiki (poupée), ankysa, petits animaux en terre cuite (kawana, tortue luth).

Manifestations culturelles et festivités

En 2005, Awala-Yalimapo a accueilli le 7e congrès de la Coordination des organisations autochtones du bassin amazonien (COICA).

La commune organise des évènements de plus en plus fameux : festival kiyapane (juillet), jeux kali'na (décembre).

Personnalités liées à la commune


Notes & références

  1. a , b , c , d  et e Marché immobilier, source INSEE
  2. Données démographiques d'après l'INSEE compulsées par le [1]
  3. Préfecture de Guyane - Bienvenue
  4. Awala-Yalimapo sur le site de l'Insee
  5. a  et b Recensement de la population française de mars 1999, fiche profil (Formation : scolarisation et diplômes) sur recensement.insee.fr. Consulté le 19 septembre 2009

Compléments

Article connexe

Liens externes

  • Portail de la Guyane Portail de la Guyane
Ce document provient de « Awala-Yalimapo ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Awala de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • awala- — *awala , *awalaz stark. Maskulinum (a): Verweis: s. *ahwala s. ahwala ; …   Germanisches Wörterbuch

  • Awala Yalimapo — 5° 44′ 28″ N 53° 55′ 40″ W / 5.741111, 53.927778 …   Wikipédia en Français

  • Awala-Yalimapo — Saltar a navegación, búsqueda Ubicación de Awala Yalimapo …   Wikipedia Español

  • Awala-Yalimapo — Awala Yalimapo …   Deutsch Wikipedia

  • Awala-Yalimapo — 5° 44′ 28″ N 53° 55′ 40″ W / 5.741111, 53.927778 …   Wikipédia en Français

  • Awala-Yalimapo — French commune nomcommune=Awala Yalimapo The settlement of Yalimapo as seen from the beach of Plage des Hattes map size=220px adjustable mapcaption=Location of the commune (in red) within French Guiana région=Guyane département=Guyane… …   Wikipedia

  • Alexandre Biyidi Awala — Mongo Beti Alexandre Biyidi Awala, alias Mongo Beti est un écrivain franco camerounais. Romancier renommé, essayiste engagé, enseignant, libraire et éditeur, il fait partie des plus grands écrivains africains. (30 juin 1932… …   Wikipédia en Français

  • Odile Biyidi Awala — Odile Tobner Odile Tobner est un écrivain, veuve d Alexandre Biyidi Awala, alias Mongo Beti. Professeur agrégé de Lettres classiques en 1970, épouse de Mongo Beti et mère de famille, elle obtient en 1976 un doctorat de littérature française… …   Wikipédia en Français

  • Yalimapo — Awala Yalimapo 5° 44′ 28″ N 53° 55′ 40″ W / 5.741111, 53.927778 …   Wikipédia en Français

  • Alexandre Beyidi — Mongo Beti Alexandre Biyidi Awala, alias Mongo Beti est un écrivain franco camerounais. Romancier renommé, essayiste engagé, enseignant, libraire et éditeur, il fait partie des plus grands écrivains africains. (30 juin 1932… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”