Tilde
v · d · m
~

Ponctuation

Accolades ( { } ) · Parenthèses ( ( ) ) 
Chevrons ( < > ) · Crochets ( [ ] ) 
Guillemets ( « », “ ” ou ‘ ’ ) 
Apostrophe ( ' ou ’ ) · Virgule ( , ) 
Barre oblique ( / ), inversée ( \ ) 
Espace (   ) · Point médian ( · ) 
Espace insécable (   ) 
Point ( . ) · Points de suspension ( … ) 
Point-virgule ( ; ) · Deux-points ( : ) 
Point d’exclamation ( ! ), d’interrogation ( ? ) 
Trait d’union ( - ) · Tiret ( – )

Ponctuation non standard

Point exclarrogatif ( ‽ )
Point d’ironie ( Point d’ironie, image miroir du point d’interrogation.

Diacritique

Accent aigu ( ´ ), double (  ̋  ) 
Accent grave ( ` ), double (  ̏  )
Accent circonflexe ( ^ ) · Hatchek ( ˇ ) 
Barre inscrite ( - ) · Brève ( ˘ ) 
Cédille ( ¸ ) · Macron ( ˉ ) · Ogonek ( ˛ ) 
Corne (  ̛  ) · Crochet en chef (  ̉ ) 
Point souscrit ( ִ ), suscrit ( ˙ ) 
Rond en chef ( ˚ ) · Tilde ( ~ ) 
Tréma ( ¨ ) · Umlaut ( ˝ )

Symboles typographiques

Arobase ( @ ) · Esperluette ( & ) 
Astérisque ( * ) · Astérisme ( ⁂ ) 
Barre verticale ( | ou ¦ ) 
Cœur floral (❦❧ ) 
Croisillon ( # ) · Numéro ( № ) 
Copyright ( © )   Marque ( ® )  
Degré ( ° ) · Celsius ( ℃ ) 
Prime : minute, seconde et tierce ( ′ ″ ‴ ) 
Obèle ( † et ‡ ) · Paragraphe ( § ) 
Par conséquent ( ∴ ) · Parce que ( ∵ ) 
Pied-de-mouche ( ¶ ) · Puce ( • )  
Tiret bas ( _ ) 

Symboles mathématiques

Plus et moins ( + − ) · Plus ou moins ( ± ) 
Multiplié ( × ) · Divisé ( ÷ ) · Égal ( = ≠ ) 
Pour cent ( % ) · Pour mille ( ‰ )
Carré ( ² ) · Cube ( ³ ) · Micro ( µ )

Autres symboles

Symboles typographiques japonais
Symboles monétaires

à ã
Ĩ ĩ
Ñ ñ
Õ õ
Ũ ũ

Le tilde est un signe diacritique de l’alphabet latin utilisé dans de nombreuses langues. Il sert aussi, quand il possède une chasse, de signe de ponctuation permettant de séparer des éléments en opposition (en phonologie, par exemple : /s/ ~ /z/ → « le phonème /s/ s’oppose au phonème /z/ »).

Sommaire

Titulus paléographique

On trouve fréquemment en paléographie latine un signe, nommé titulus, le plus souvent tracé comme un trait suscrit devenant par la suite ondulé, signalant, entre autres fonctions, qu’une lettre a été omise dans l’écriture pour économiser de la place. Ce signe est devenu très fréquent comme marque abréviative dans les manuscrits occidentaux latins puis byzantins grecs. Il s’est transmis à d’autres écritures, comme le gotique ou l’alphabet cyrillique, où il se nomme titlo. Outre son utilisation comme signe d’abréviation, il a aussi fréquemment été placé au-dessus de lettres devant se lire comme des nombres dans les numérations alphabétiques issues des usages grecs et latins.

(à remarquer que, en grec ancien, on l’appelle « périspomène »)

Consulter abréviation et numération (romaine, grecque, cyrillique, copte, gotique, etc.) pour plus d’informations.

Du titulus au tilde

En Espagne, le titulus (dont le nom est devenu tilde en castillan) représente la suspension (comprendre « omission abréviative ») d’une ancienne lettre n (d’abord en fin de mot puis en fin de syllabe)[réf. nécessaire]. Les scribes médiévaux ont pris l’habitude d’utiliser le titulus pour noter la présence d’un phonème /n/ altéré au contact d’un autre /n/ : deux /n/ à la suite ayant évolué en /ɲ/ (gn de gnon), ils se sont servis de pour représenter ce nouveau phonème, étranger au latin. En castillan, par exemple, doña /doɲa/ vient d’un ancien donna, écrit don̅a dans les manuscrits. La forme du titulus devenu tilde est maintenant toujours ondulée. En castillan, toujours, la lettre ñ est considérée comme une lettre à part entière, y compris pour le classement alphabétique.

Le portugais a étendu ce procédé pour noter la nasalisation des voyelles : ã correspondant alors à an, par exemple (lat. canes > port. cães). Comme en Espagne, il s’agit de la marque de suspension d’une consonne n altérée (ici amuïe avec nasalisation de la voyelle précédente). L’usage a été repris par un grand nombre de transcriptions phonétiques, dont celle des romanistes ainsi que l’alphabet phonétique international.

En breton, le tilde est utilisé pour noter la nasalisation des voyelles : correspondant alors au an français, par exemple : amañ (ici) ; ou à i, par exemple : c’hweziñ (suer).

En français, jusqu’au XIXe siècle, le tilde a été employé dans un même sens : un mot comme grand était souvent noté grãd[réf. nécessaire]. Il est ensuite sorti des usages[Comment ?] et la lettre n (ou m, notamment devant b, p et m) a de nouveau été employée. Actuellement, il n’est plus utilisé que dans des emprunts étrangers (cañon, señor, doña).

Dans tous les cas, même si les locuteurs ne le sentent pas forcément, le tilde signale un ancien /n/.

Tilde médian

Le tilde médian ou inscrit est utilisé dans l’orthographe du kodon en Papouasie-Nouvelle-Guinée avec la lettre L tilde médian <Ɫ>.

Le tilde médian est aussi utilisé comme symbole de l’Alphabet phonétique international pour transcire la vélarisation ou la pharyngalisation d’une consonne : [ᵬ ᵱ ᵵ ᵭ ᵯ ᵰ ᵴ ᵶ ᵮ ɫ ᵲ ᵳ]. Pour différentier la vélarisation et la pharyngalisation, les symboles ˠ (lettre modificative gamma minuscule) et ˁ (lettre modificative coup de glotte réflechi) peuvent être utilisés respectivement : [bˠ pˠ tˠ dˠ mˠ nˠ sˠ zˠ fˠ lˠ rˠ ɾˠ] et [bˁ pˁ tˁ dˁ mˁ nˁ sˁ zˁ fˁ lˁ rˁ ɾˁ]

Tilde chassant

Le tilde peut aussi servir de symbole typographique. Il est alors dit chassant (il possède son propre espacement) et médian (on le trace au milieu de la hauteur d’x).

On l’utilise ainsi en informatique:

  • Sous les systèmes de type UNIX, ~ désigne le répertoire de l’utilisateur courant : si l’utilisateur connecté est robert, ~/truc est donc un raccourci pour /home/robert/truc.
  • Sous Windows, le même signe est utilisé pour la gestion interne des noms de fichiers.
  • En C, ~ permet de faire une opération logique NON complète. Par exemple, en 16 bits : ~0x0044 = 0xFFBB (notation hexadécimale).
  • En C++, le ~ est utilisé pour le destructeur. Par exemple : ~Personnage(); serait le destructeur d'une classe Personnage.
  • En lua, ~= est l'opérateur de non-égalité. Par exemple : a ~= b signifie a inégal b

D’autre part, il sert aussi à indiquer des paires minimales (en phonologie) ou, par extension, des paires (voire plus) en opposition : ainsi, « A ~ B » signifie « A par opposition à B ».

Il est obtenu sur la plupart des claviers français

  • sous Windows, en tapant
    • pour un seul :
      • ([Alt Gr]+[2]) + [espace] ou
      • ([CTRL]+[ALT]+[2]) + [espace],
    • et pour deux successifs par :
      • ([Alt Gr]+[2]) + ([Alt Gr]+[2]) ou
      • ([CTRL]+[ALT]+[2]) + ([CTRL]+[ALT]+2])
  • sous Macintosh, puis Mac OS et OS X, en tapant [⌥](Option)[1]+ [N]
  • pour certains claviers, en tapant [ALT]+([1], [2] puis [6]) et en relâchant [ALT], (avec les chiffres éventuellement sur le pavé numérique).
  • et il peut en tous cas, être remplacé dans les adresses internet par %7E (ou %7e).

Notes et références

  1. Le terme Alt est apparu sur la touche Option (en plus du symbole Option ()) des claviers Mac en août 1998.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tilde de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tilde — tilde …   Dictionnaire des rimes

  • tilde — [ tild(e) ] n. m. • 1834; mot esp. fém., lat. titulus proprt. « ce qui est placé au dessus » → titre 1 ♦ Signe en forme de S couché (tilde) qui se met au dessus du n en espagnol, lorsqu il se prononce [ ɲ ] . Mettre des tildes. 2 ♦ (1917) Signe… …   Encyclopédie Universelle

  • Tilde — Tilde; Wiederholungszeichen * * * Tịl|de 〈f. 19; 〉 1. Aussprachezeichen, im Spanischen über dem n zur mouillierten Aussprache [nj], z. B. in Señor, im Portugiesischen über a, e, o zur nasalen Aussprache, z. B. São Paulo 2. 〈in Wörterbüchern〉… …   Universal-Lexikon

  • Tilde — Sf (ein diakritisches Zeichen) per. Wortschatz fach. (20. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus span. tilde, dieses mit unregelmäßiger Formentwicklung aus l. titulus m. Zeichen, Kennzeichen, Ehrenname, Überschrift .    Ebenso nndl. tilde, ne. tilde, nfrz …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • tilde — tildė statusas T sritis informatika apibrėžtis Ženklas tilde. Kodai: 126 (ASCII, dešimtainis), U+007E. Savarankiškas ženklas, neturintis aiškiai apibrėžtos paskirties. Tildės kodas sutampa su ↑riestinio kirčio ženklo kodu. Todėl faktiškai abu šie …   Enciklopedinis kompiuterijos žodynas

  • tildė — statusas T sritis informatika apibrėžtis Ženklas tildė. Kodai: 126 (ASCII, dešimtainis), U+007E. Savarankiškas ženklas, neturintis aiškiai apibrėžtos paskirties. Tildės kodas sutampa su ↑riestinio kirčio ženklo kodu. Todėl faktiškai abu šie… …   Enciklopedinis kompiuterijos žodynas

  • Tilde — er navnet for tegnet Tilde over n, der angiver mouillering (udtale med j lyd) …   Danske encyklopædi

  • Tilde — Til de, n. [Sp., fr. L. titulus a superscription, title, token, sign. See {Title}, n.] The accentual mark placed over n, and sometimes over l, in Spanish words [thus, [ n], [ l]], indicating that, in pronunciation, the sound of the following… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Tilde — (span.), »Strichlein«, insbes. das Zeichen auf dem (spanischen) ñ, z. B. señor (spr. ßénjōr) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Tilde — (span.), Strichlein, bes. das Zeichen über dem n (ñ), um dessen Aussprache als nj anzudeuten …   Kleines Konversations-Lexikon

  • tilde — 1864, from Sp., metathesis of Catalan title, from L. titulus inscription, heading (see TITLE (Cf. title)) …   Etymology dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”