Tidal Wave

Opération Tidal Wave

Opération Tidal Wave
Ploiesti-bombarded-by-the-US.jpg
Ploesti sous les bombes
Informations générales
Date 1er août 1943
Lieu Roumanie
Issue Victoire américaine malgré de lourdes pertes
Belligérants
Flag of Germany 1933.svg Allemagne nazie,
Roumanie,
Flag of Bulgaria (1878-1944).svg Bulgarie
USAAF
Commandants
Alfred Gerstenberg,
Ion Antonescu
Henry Arnold
Forces en présence
Allemagne:
42 batteries de DCA, un Gruppe de chasse (I/JG 4) sur la Roumanie, un autre sur la Grêce (IV/JG 27),
Roumanie :
40 batteries de DCA, 4 escadrilles de chasse,
Bulgarie :
2 escadrilles de chasse
USAAF:
178 B-24
Pertes
Axe:
15-20 avions détruits ou endommagés,
78 tués,
2 raffineries détruites, 3 endommagées
USAAF:
58 B-24 abattus,
302 tués,
207 prisonniers ou internés en Turquie
Seconde Guerre mondiale

L’opération Tidal Wave (raz-de-marée) est un bombardement stratégique de grande envergure effectué par l’USAAF le 1er août 1943 contre le complexe pétrolier roumain de Ploesti, lequel était la principale source de carburant pour les forces de l’Axe. Cette opération, deuxième incursion d’envergure de l’USAAF sur l’Europe se traduisit par de lourdes pertes, malgré un certain succès dans les objectifs. Elle mit en évidence pour les Allemands certaines faiblesses dans leurs défenses et préfigurent les combats d’envergures qui suivront sur la Roumanie l’année suivante, lorsque la 15th Air Force entamera une campagne de bombardements stratégiques qu’elle mènera à terme. Bien que taxée au vu de pertes si lourdes d’échec, cette mission demeure exceptionnelle sur bien des points, d’autant plus que certains mystères subsistent encore aujourd’hui.

Sommaire

Contexte

À l’issue de la première guerre mondiale et après le partage de l’Europe, la Roumanie voit sa population doubler et son territoire, en partie aux dépens de la Russie. La monarchie assez totalitaire, s’efforcera de contrôler, y compris par la force, les diverses formations politiques, mais ne pourra imposer son autorité ni aux communistes, ni au parti de l’extrême droite, la future Garde de fer, dirigée par Corneliu Codreanu, homme charismatique à l’idéologie proche de celle du parti nazi. Face à la montée en puissance de ce dernier parti, le roi Carol II fait exécuter Codreanu le 29 novembre 1938. Devant pareil excès de la part du pouvoir royal, la population ne pouvait que se retourner contre Carol II d’autant plus que sa faiblesse sera clairement mise en évidence lors de l’annexion par l’URSS de la Bessarabie et de la Bukovine, le 28 juin 1940. Devant le mécontentement général à son égard, Carol II abdique en faveur de son fils Mihail et quitte le pays, tandis que le pouvoir est remis entre les mains du général Ion Antonescu.

Entre temps, profitant des faiblesses du pouvoir et du soutien du parti nazi, la Garde de fer fomente un coup d’état. Mais très vite, après avoir rencontré Ion Antonescu, Adolf Hitler fait volte-face et décide finalement de soutenir cet « homme fort », bien que ce dernier ne soit pas, contrairement à ce que certains ont pu affirmer, un partisan de l’idéologie d’extrême droite nazie. Malgré ses convictions, cet homme se doute bien vite qu’il lui faudra sous peu combattre, que ce soit contre la Garde de fer ou contre l’URSS pour récupérer les territoires annexés par les Rouges. C’est ainsi qu’il accepte le soutien d’Adolf Hitler pour rééquiper de matériel moderne l’armée roumaine, en échange de livraisons de carburant vers le Reich. Les premières troupes allemandes débarquent, d’abord composées d’instructeurs puis, après l’entrée en guerre de la Roumanie lors de Barbarossa, de soldats, notamment des servants de flak et des aviateurs de la Luftwaffe. Peu après l’arrivée allemande, la Garde de fer se soulève et se fait massacrer, entre le 21 et le 23 janvier 1941.

Ploiesti et ses défenses

L’approvisionnement en carburant du Reich dépend alors essentiellement de la Roumanie, dont le principal complexe se trouve dans la région de Ploesti, érigé à grand frais à l’aide de capitaux étrangers, notamment américains, néerlandais, français et italien. Quarante-deux raffineries, rassemblées en huit grands complexes, furent ainsi bâties autour de la ville de Ploesti.

Conscient que cette région est le talon d’Achille de la logistique allemande, Adolf Hitler décide de renforcer au plus vite ses défenses et d’en charger des militaires allemands et non des « faibles Roumains ».

La DCA est très vite renforcée, constituant deux lignes de défense, l’une à 3 km des raffineries, l’autre à 15 km. Les canons allemands à eux seul formaient 42 batteries (5 de 20 mm et 37 mm, 32 de 88 mm et 5 de 105/128 mm). L’Axe disposait aussi de deux trains couverts de flak. Les canons roumains étaient aussi nombreux (40 batteries). Ce dispositif était complété par 58 ballons et près de 1 000 projecteurs de fumée et l’ensemble était guidé par 16 stations radar de type « Freya » et « Würzburg ».

L’aviation se composait d’un groupe de la Jagdgeschwader 4 allemande (sur Bf 109), de la première escadrille de chasse de nuit roumaine (sur Bf 110) et d’au moins 4 escadrilles roumaines équipées d’IAR 80, avion relativement moderne qui fera ses preuves lors de ce combat.

L’opération : causes et préparations

L’intérêt d’une telle mission était de couper l’arrivée de carburant en Allemagne à sa source permettrait de causer de graves difficultés à l’ensemble de ses armées, que ce soit l’aviation ou la Wehrmacht encore toute puissante à l’époque, malgré ses revers en URSS. Pour « motiver » les équipages participant à cette attaque, on leur prétendra que ce seul raid suffirait pour « réduire la guerre de 6 mois ». Si cette affirmation est surfaite, il ne fait aucun doute que la pénurie de carburant se ferait cruellement sentir, au moins pendant un temps, sur toute l’Allemagne nazie[réf. nécessaire].

Il incombait pour les Anglais et Américains de mener cette opération sans trop traîner, ne serait-ce que pour assister indirectement l’Armée rouge, durement engagée dans de sanglants combats sur son territoire.

À la conférence de Casablanca en janvier 1943, Roosevelt et Churchill se concertèrent sur la conduite des futures opérations. Les anglais, malgré leur réticence à ouvrir un second front, souhaitaient, si un débarquement s’avérait nécessaire, l’opérer dans les Balkans pour occuper un maximum de pays « au nez et à la barbe de Staline ». Les Américains quant à eux souhaitaient débarquer en Europe occidentale.

Un compromis fut donc choisi : débarquer « entre les deux » en Sicile puis en Italie et effectuer un bombardement de grande ampleur sur le pétrole roumain. Pour cette opération, pas moins de 5 groupes de bombardement furent désignés, soit en tout près de 200 avions (bombardiers lourds Consolidated B-24 Liberator). La mission allait être effectuée par la 9th Air Force présente dans le désert libyen, renforcé à l’occasion par une partie de la 8th Air Force, basée jusqu’alors en Grande-Bretagne.

Consolidated Vultee B-24 Liberator USAF.JPG

Cette mission fut préparée ensuite dans le plus grand secret, les équipages multipliant les exercices sur des reproductions des objectifs improvisées dans le désert. La mission, nom de code Tidal Wave, allait être exceptionnelle, tant par sa durée, onze heures, soit la limite de l’autonomie des bombardiers, que par ses objectifs, d’importance vitale. De plus, pour éviter la détection, les appareils devraient voler en rase-motte (pratiquement une première pour un bombardement stratégique) au-dessus d'une zone fortement défendue comme on l'a vu ci-dessus.

L’opération : déroulement

Ce dimanche 1er août 1943, par une chaleur écrasante, les équipages américains s’apprêtent pour leur mission. Les mécaniciens surent mettre en état 178 machines, chargées chacune de 12 000 litres de carburant et de deux tonnes de bombes. Bien vite cependant, tout ne se déroule pas comme prévu : un appareil s’écrase au décollage, un autre peu après sur la mer et 12 (ou 13 selon les sources) doivent faire demi-tour prématurément suite à divers problèmes. Lorsque les 165 avions restants arrivent sur les Balkans, ils sont interceptés par deux escadrilles de l’aviation bulgare qui ne peuvent cependant les atteindre. Les nuages sur les montagnes vont alors scinder la formation, deux groupes (376th et 93rd) passant au-dessus, les trois autres continuant à l’altitude prévue.

Lors de l’arrivée en Roumanie se produit alors un événement qui alimente encore la polémique aujourd’hui. En effet, la formation de tête, guidée par le 376th groupe, censée attaquer la raffinerie construite à partir de l’argent américain, vire trop tôt, entraînant à sa suite deux autres groupes.

Si certains prétendent qu’il s’agit d’une erreur, d’autres rétorqueront que tout laisse à penser qu’elle fut volontaire[précision nécessaire]. Non seulement des points de repère précis étaient visibles de tous, indiquant la méprise, mais de plus seul l’avion de tête semble s’être trompé, les autres s’en rendant compte rapidement, comme le prouve les rapports officiels des équipages, mais suivant malgré tout leur leader. Les responsables américains furent longtemps « ennuyés » par ce « détail » et la propagande allemande se saisit bien vite de l’affaire.

L’opération se poursuit donc dans la plus grande confusion, les appareils de trois groupes ne trouvant plus leurs objectifs assignés. Si le complexe de Ploesti est évidemment atteint par tous, les bombes tombent un peu au hasard. La défense semble se réveiller à ce moment mais souffre d’un grave problème : en ce dimanche, seule les équipes de gardes sont présentes, que ce soit au niveau de la flak ou de l’aviation. De plus, 250 des 750 projecteurs de fumées sont en maintenance, de même qu’une quinzaine de ballons (sur 58). Cependant, toutes incomplètes qu’elles furent, les défenses prirent leur tribut. Les IAR 80 de garde furent vite épaulés par des Bf 109 et même par des Bf 110 de chasse de nuit, rajoutant à la furie des combats.

À ce moment surviennent les deux groupes de bombardiers ayant, on s’en souvient, survolé les nuages et qui eux n’auront pas commis « l’erreur de navigation » de leurs homologues. Bien évidemment, leur arrivée rajoute encore à la pagaille et bien peu d’avions bombarderont leurs cibles pré-désignées. Une fois leur mission accomplie, les appareils n’en sont pas quittes pour autant : nombres ont été endommagés, par la DCA ou les chasseurs, cela même alors que ces derniers sont toujours bien présents.

Le vol de retour sera bien long, « agrémenté » par quelques rencontres : d’abords les avions bulgares, des avia périmés, mais cette fois bien placés pour une rapide interception qui semble causer une perte dans les rangs américains. Ensuite, c’est au tour de la 610e escadrille bulgare, équipée elle de modernes Bf 109 G-6, et qui causera 2 pertes. Enfin, alors que les B-24 pénètrent l’espace aérien grec, ils sont pris à partie par le IV/JG27, perdant 4 des leurs.

Bilan

Les sorts des avions américains seront divers : certains regagneront l’Afrique (88, dont seulement 33 en bon état), d’autre la Sicile, Chypre ou Malte (23 en tout). 8 autres seront internés en Turquie (neutre). De même, 36 avions furent détruit sur la Roumanie, 8 s’écrasèrent en Bulgarie (6 étant abattus par la chasse locale) et deux furent perdus sur accident à l’aller. Soit 45 pertes en combat, 58 toutes causes confondues, c'est-à-dire 32,5 % des effectifs engagés. Ou encore 302 tués parmi les équipages et 132 prisonniers, plus 75 internés. Un très lourd bilan donc pour les Américains, comme le rappellent les cinq Medal of Honor distribuées au cours de cette mission (le plus grand nombre à ce jour) qui vit le plus gros taux de perte de l’USAAF.

Contrairement à ce qui fut dit, les défenses de Ploesti n’étaient pas si « imparables ». Rappelons que :

  • ce dimanche, peu de personnel était à son poste ;
  • le barrage de ballons n’était complet qu’aux trois-quarts, causant malgré cela 4 pertes ;
  • la DCA manquait d’expérience lors de cette première bataille pour elle, causant quand même 20 pertes ;
  • les chasseurs furent peu nombreux[1], à peine une trentaine sur la Roumanie, causant environ 10 pertes.

Le bilan aurait pu être bien plus lourd. Mais cette bataille fut une dure « épreuve », excessivement longue pour les équipages américains. Le caractère de cette mission fut exceptionnel.

Pour les forces de l’Axe, le bilan est lui aussi élevé : 7 avions détruits et 10 endommagés, en comptant les appareils bulgares et ceux basés en Grèce. Enfin, concernant les objectifs de la mission : deux raffineries ont été intégralement détruites, trois autres étant gravement endommagées. 78 victimes seront à déplorer en Roumanie, notamment dans l’incendie d’un pénitencier pour femmes touché par la carcasse d’un B-24 abattu. Si l’on considère les nombreuses difficultés posées par la mission, on peut bel et bien parler de succès américain même s’il fut cher payé. D’un coté comme de l’autre, cette mission apporta également de nombreuses leçons. Les Alliés allaient s’en souvenir lors de leur campagne de bombardement dans le même secteur l’année suivante tandis que les Allemands renforceront les défenses et mirent sur pieds des équipes de travailleurs chargés de reconstruire rapidement les installations détruites. De plus, de nombreux murs seront bâtis entre ces mêmes installations, pour limiter l’effet de souffle des bombes.

Enfin, les Allemands avaient la preuve que ce qu’ils redoutaient depuis longue date pouvait se produire et que leur approvisionnement était vulnérable. Adolf Hitler avait engagé ses forces dans les opérations Marita et Merkur dans le but de protéger les champs roumains contre toute action des Alliés.

Polémique

L'incident de navigation dont furent « victimes » les trois premiers groupes arrivés en Roumanie. Il a longtemps été affirmé (et certaines sources le prétendent encore aujourd'hui[précision nécessaire]) qu'il a été dû à la perte d'un appareil sur la Méditerranée à l'aller. Selon certains[précision nécessaire], cet appareil était le leader de la formation et emportait deux experts en navigation et bombardement nécessaires au bon déroulement de la mission.

Cette « version » fut sans doute inventée pour se « justifier » du fiasco partiel de l'attaque[réf. nécessaire]. D'après l'analyse rigoureuse de Michael Hill qui a longuement étudié ce point gênant, ledit appareil comportait son équipage normal de dix hommes et ne menait pas son groupe bien qu'il fût dans la formation de tête.

Le « nouveau » leader, « manquant d'expérience » (alors que piloté par le colonel Compton) aurait alors viré vers l'est un peu trop tôt, suivant une voie ferrée menant à Bucarest. L'erreur est dure à accepter. Sur sa nouvelle route, la formation suivait un cours d'eau, point de repère clairement visible qu'elle n'était nullement censée suivre. De plus, tous les auteurs mentionnent que très vite, dans la majorité des avions, on se rendit compte de la méprise. Ainsi, l'un des appareils quittera la formation pour continuer sur la bonne route (il sera d’ailleurs abattu).

Des cinq groupes, deux continuèrent sur cette voie erronée, un se rendit compte immédiatement de la méprise et changea de cap et les deux derniers arrivés plus tard ne firent pas la même « erreur ». Bizarre que seul l'avion de tête ait commis pareille erreur[réf. nécessaire]. Alors que l'objectif du premier groupe était le complexe de raffinerie érigé sur base de capitaux américains.

Selon Michael Hill « ce virage fut la suite d'un ordre et, partant, il y avait une raison derrière cette décision ». Le groupe « responsable » de l'erreur n'a à ce jour pas publié son historique qui permettrait de répondre à certaines questions gênantes concernant cette « affaire »[réf. nécessaire].

Notes et références

  1. bien que certains auteurs parlèrent de 125 chasseurs, chiffre autrement fantaisiste

Liens internes

Bibliographie

Sources

"Bataille aérienne" n°25, édition Lela Presse; "Back Sunday" par Michael Hill; "Raz-de-marée sur les pétroles de PLoiesti" par James Dugan et Carrol Stewart.

Liens externes

Opérations aériennes de la Seconde Guerre mondiale
La guerre aérienne en Europe

Bataille d'AngleterreBlitzOpération MondscheinsonateOpération ChastiseOpération Tidal WaveOpération GomorrheOpération JérichoBombardement de NurembergBombardement du 26 mai 1944Bombardement de DresdeAttaque aérienne sur Swinemünde


La guerre aérienne dans le Pacifique

Raid de Doolittle • Bombardements de TōkyōBombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki
Modifier
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Op%C3%A9ration Tidal Wave ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Tidal Wave de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • tidal wave — tidal waves 1) N COUNT A tidal wave is a very large wave, often caused by an earthquake, that flows onto the land and destroys things. ...a massive tidal wave swept the ship up and away. 2) N COUNT: usu sing, usu N of n If you describe a very… …   English dictionary

  • Tidal wave — Tidal Tid al, a. Of or pertaining to tides; caused by tides; having tides; periodically rising and falling, or following and ebbing; as, tidal waters. [1913 Webster] The tidal wave of deeper souls Into our inmost being rolls, And lifts us… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • tidal wave — n 1.) a very large ocean wave that flows over the land and destroys things 2.) a very large amount of a particular kind of feeling or activity happening at one time tidal wave of ▪ a tidal wave of crime ▪ Voters were swept away on a tidal wave of …   Dictionary of contemporary English

  • Tidal wave — Tid al wave, n. 1. an unusually high wave from the sea, sometimes reaching far inland and causing great destruction, and usually caused by some event, such as an earthquake, far from the shore. In Japan, such a wave is called a {tsunami}. [PJC] 2 …   The Collaborative International Dictionary of English

  • tidal wave — tidal ,wave noun count 1. ) a very large wave that causes a lot of damage when it hits the land 2. ) a large amount of something: a tidal wave of crime/opposition …   Usage of the words and phrases in modern English

  • tidal wave — ► NOUN 1) an exceptionally large ocean wave, especially one caused by an underwater earthquake or volcanic eruption. 2) a widespread manifestation of an emotion or phenomenon …   English terms dictionary

  • tidal wave — n. 1. nontechnical term for a tsunami or a similar wave caused by strong winds and not actually related to the tides ☆ 2. any great or widespread movement, expression of prevalent feeling, etc …   English World dictionary

  • tidal wave — index cataclysm Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • Tidal wave — The term tidal wave can refer to:*A tidal bore, a large movement of water formed by the funneling of the incoming tide into a river or narrow bay *A rogue wave of up to 100 feet high, often in the middle of the ocean and against prevailing… …   Wikipedia

  • Tidal Wave 7" — Infobox Album Name = Tidal Wave 7 Type = EP Artist = The Apples Released = June 1993 Recorded = February April 1993 Genre = Indie rock Length = 18:32 Label = Elephant 6 (E6 001) Producer = Robert Schneider Reviews = This album = Tidal Wave 7… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”