Avouerie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avoué.

L'avouerie est la charge de l'avoué (du latin advocatus [ecclesiae]).

Dans le droit féodal, l'avoué était la personne chargée de la protection et de la représentation juridique d'une institution ecclésiastique, pour les affaires séculières de la vie quotidienne. C'était en général un seigneur qui mettait ses forces au service d'une institution ecclésiastique, généralement une abbaye, en échange d'une rémunération perçue sous forme d'impôt ou d'une partie des amendes. L'avoué dirigeait notamment les vassaux de l'institution. Son rôle était similaire à celui du vidame. Un même seigneur pouvait assurer la défense des biens de plusieurs établissements religieux différents.

L'avouerie a été instituée à l'époque carolingienne, quand les grands domaines ecclésiastiques se sont formés. Les gens d'Église, ne pouvant ni porter les armes, ni rendre la justice civile, ont été obligés de sous-traiter la défense de leurs biens à des hommes d'armes. Par la suite, l'avouerie devient une charge qui se transmet et se négocie comme un fief héréditaire et a souvent fait l'objet de querelles et procès entre l'autorité religieuse s'estimant spoliée et le seigneur qui considèrait ce droit comme lui étant acquis définitivement.

En France

Dans le royaume de France, les advocati (avoués) formaient deux catégories distinctes d’avoués.

La première catégorie comprenait les princes, ducs ou comtes chargés de la protection juridique des biens ecclésiastiques, en échange d’un revenu souvent annuel. Ces grands seigneurs séculiers régnaient sur de vastes terres qu’ils n’administraient généralement pas directement.

La seconde catégorie comprenait des seigneurs désargentés, chevaliers ou petits nobles, souvent vassaux des premiers, et qui tiraient la majorité de leurs revenus de l’avouerie. Ces derniers détenaient leur avouerie comme un fief héréditaire, fief qui constituait souvent leur seul moyen de subsistance. Leur fonction consistait généralement à représenter l'abbé, dans sa qualité de seigneur temporel, devant les tribunaux pour toutes les affaires séculières. En tant que représentant du supérieur de l’abbaye, l’avoué devait exercer la justice séculière sur les terres de l’abbaye, mais aussi prélever les impôts en nom et place de l’abbé. En cas de conflit armé, l’avoué devait parfois mener ses sergents et ses cavaliers au combat pour défendre les intérêts de l’Église.

Dans le Saint-Empire romain germanique

L'avoué a joué un rôle plus important dans le système politique féodal du Saint-Empire romain germanique que dans le royaume de France, où ses fonctions étaient souvent limitées à la protection des intérêts des établissements religieux. Aux XIIIe et XIVe siècles, de nombreux procès mettent en exergue les actes de violences et autres exactions commises par les avoués eux-mêmes, sur les terres des abbayes qu’ils étaient censés protéger.

Exemples


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Avouerie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • avouerie — ● avouerie nom féminin Au Moyen Âge, charge d avoué …   Encyclopédie Universelle

  • avouerie — (a voû rie) s. f. Terme de droit féodal. Fonction d avoué, de patron. •   Les comtes de la Flandre impériale étaient avoués de l église de Cambrai, et les rois d Espagne, qui ont été comtes de Flandre, ont voulu se servir du prétexte de cette… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Avouerie de Fléron — L avouerie de Fléron est un territoire ayant appartenu au Prince évêque de Liège et aujourd hui situé en Belgique. Sommaire 1 L avouerie Notre Dame 2 L avouerie de Fléron 3 Composition de l Avouerie …   Wikipédia en Français

  • Avoué (Moyen Âge) — Avouerie Pour les articles homonymes, voir Avoué. L avouerie est la charge de l avoué. En droit féodal, l avoué (du latin advocatus) est le protecteur laïque d un bien ecclésiastique. C est en général un seigneur qui met ses forces au service d… …   Wikipédia en Français

  • Histoire du ban d'Olne — Vase à Buste de Jupille, proche de la Villa Solmania et du Vicus Alno. Grand Curtius à Liège[note 1],[1] …   Wikipédia en Français

  • Fize-Le-Marsal — (en wallon Fize li Mårsale) est une section de la commune belge de Crisnée située en Région wallonne dans la province de Liège. C était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Sommaire 1 Le village 1.1 Situation …   Wikipédia en Français

  • Fize-le-Marsal — (en wallon Fize li Mårsale) est une section de la commune belge de Crisnée située en Région wallonne dans la province de Liège. C était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Sommaire 1 Le village 1.1 Situation …   Wikipédia en Français

  • Fize-le-marsal — (en wallon Fize li Mårsale) est une section de la commune belge de Crisnée située en Région wallonne dans la province de Liège. C était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977. Sommaire 1 Le village 1.1 Situation …   Wikipédia en Français

  • Comté de Ferrette — XIIe siècle – 1260 …   Wikipédia en Français

  • Kemexhe — Kemexhe, en wallon liégeois K’mexh , commune à part entière avant la fusion des communes de 1977 est maintenant une section de la commune belge de Crisnée située en Région wallonne dans la province de Liège. Sommaire 1 Le village 1.1 Etymologie …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”