Temple de Jerusalem

Temple de Jérusalem

Maquette du Second Temple de Jérusalem, à l'origine à l'hôtel Holyland, se trouve depuis 2006 au Musée d’Israël à Jérusalem

Le Temple de Jérusalem est, selon la Torah, le bâtiment religieux construit par les Israélites pour abriter l'arche d'alliance. Il fut détruit et reconstruit plusieurs fois.

Sommaire

Temples successifs selon la Bible

Les portes de Huldah dans le mur sud
    • Le Temple d'Hérode fut une extension massive du Second Temple, y compris une rénovation du Mont du Temple. Elle fut initiée par Hérode Ier le Grand vers -19. Ce Temple fut détruit par Titus en 70, il n'en reste aujourd'hui comme vestige que les murs de soutènement de l'esplanade construite par Hérode et les restes des arches qui permettaient l'accès à l'esplanade. Le Mur Occidental dit Mur des lamentations constitue une partie du mur de soutènement ouest. Seuls les 7 premiers niveaux des pierres du Mur Occidental sont cependant d'époque hérodienne, les 4 niveaux supérieurs étant postérieurs à la conquête de Jérusalem par les arabes.

Le terme usuel de "Mur des Lamentations" fait allusion aux pélerins venant y pleurer la destruction du Temple et l'exil du peuple juif. Mais les lamentations ne sont plus de mise depuis la restauration de l'État d'Israël, et l'appellation Mur occidental est le terme idoine, car c'est la traduction exacte de l'hébreu Kotel hamaaravi, et ce mur est effectivement le mur ouest du Temple détruit par les armées de Titus en l'an 70.

Données archéologiques sur le Temple de Jérusalem

Données archéologiques sur le Premier Temple

  • Nous n’avons aucune donnée archéologique sur le Temple de Salomon. Le nom même du roi Salomon n’apparaît nulle part, à l’époque de son règne, dans les documents archéologiques du Proche-Orient. Cependant, comme la maison de David (c’est-à-dire sa dynastie) est mentionnée sur la stèle de Tell-Dan, l’archéologie ne met pas en doute l’existence d’un royaume de Salomon avec Jérusalem comme capitale. Seule l’étendue de ce royaume pose un vrai problème. Les analyses les plus récentes de la population de Jérusalem, faites à partir du relevé de la position des tombes et de leurs datations, conduisent à penser que la Jérusalem de Salomon, comme celle de David, avait la taille d’un village de montagne, situé à l’emplacement de ce qu’on appelle la Cité de David. Si Salomon a effectivement construit un Temple à Jérusalem, il ne s’agissait certainement pas d’une vaste construction.
  • La première trace archéologique prouvant l’existence d’un Temple à Jérusalem est indirecte. Sur trois sites, la forteresse d’Arad, Tell Beersheba et Lakish, on a constaté que des lieux de culte en activité en -800 (équipements pour les sacrifices) sont désacralisés en -700. Cette constatation prouve que la volonté de ne pas avoir de lieux de sacrifices décentralisés, volonté proclamée dans la Bible, est effectivement en pratique en -700. Cette mise en pratique, du même coup, prouve clairement qu’il existe un Temple central à Jérusalem vers -700, bien qu’il ne reste aucune trace matérielle du bâtiment. À l’époque d’Ézéchias, Jérusalem est devenue une cité importante et il est tout à fait logique qu’un Temple de grandes proportions y soit en activité.

Traces écrites du présent, construction du Second Temple

  • Entre -800 et -700 on observe un rapide développement de l’écrit, qui accompagne l’alphabétisation de la population. Sous Ézéchias (-715, -687), le percement du tunnel de Siloé, commémoré par une inscription gravée dans la roche, se trouve mentionné dans la Bible : le présent laisse maintenant des traces écrites et les récits bibliques auront désormais un fondement historique précis. Ce n’est pas du tout le cas quand les rédacteurs de la Bible décrivent un passé mythique où l’écriture n’existait pas chez les Israélites : ni le récit de l’Exode, ni celui de la conquête de Canaan, ni ceux des règnes de David et Salomon n’ont un fondement historique précis.
  • Jérusalem, avec son Premier Temple, est détruite par Nabuchodonosor II en -586. Une partie de la population — un quart selon ce que les fouilles permettent d’estimer — est exilée à Babylone. Mais la Babylonie s’effondre sous l’attaque de Cyrus II, fondateur de l’Empire perse, qui libère les prisonniers en -538 et autorise la reconstruction du Temple de Jérusalem. Le Grand Prêtre Josué, au retour d’exil, dirige la construction du Second Temple, qui s’achève en -516 selon Israël Finkelstein. Les sources indépendantes de la Bible confirment donc, pour l’essentiel, le récit biblique.

Le Temple d’Hérode

Article connexe : Temple d'Hérode.
  • Hérode Ier le Grand procède à de gigantesques travaux d’aménagement, bâtissant “à la romaine” une immense esplanade: la colline d’origine est ceinturée d’un énorme mur de soutènement, la surface intérieure entièrement nivelée puis comblée avec du remblai. La construction commence en 19 avant J.C. et dure environ 7 ans, 100 000 hommes furent employés, mais les travaux ne furent entièrement achevés qu'en 63 EC. Seulement 7 ans plus tard, lors de la destruction de Jérusalem en 70, les Romains le rasent entièrement. L'empereur Hadrien rebâtit la ville. La construction d'un temple, dédié au dieu romain Jupiter Capitolin, sur le site du l'ancien temple d'Hérode, provoque la révolte menée de 132 à 135 par Bar-Kokheba. À la suite de l'écrasement de cette révolte, Hadrien renomme la ville Colonia Ælia Capitolina. Il fait construire des temples païens sur les lieux de pélerinage. Les Juifs sont interdits de séjour dans la ville pendant près de deux siècles. Au IVe siècle la mère de Constantin, Hélène, visite Jérusalem, y identifie les lieux saints chrétiens[1], où des églises sont édifiées.
  • En 638, Jérusalem est conquise par des armées venues d’Arabie. “Vos vies seront épargnées, vos biens protégés, vos églises respectées aussi longtemps que vous paierez le tribut”, dit le calife Omar[2]. Du Temple d'Hérode, détruit par les Romains 568 ans auparavant, il ne restait que le mur des Lamentations, qui est respecté lors de la construction de la Mosquée Al-Aqsa, érigée sur les ruines du temple juif.

Architecture d'après la Bible

Reconstitution du Temple d'Hérode

La structure du Temple de Salomon et les matériaux précieux utilisés sont décrits notamment dans le premier Livre des Rois (6,1-22). Le prototype de ce Temple est le dispositif portatif protégeant l'Arche d'alliance tel que décrit dans le Pentateuque. Ce modèle sera repris pour le Second Temple.

Le Temple a une structure concentrique, avec des parties publiques et des parties toujours plus sacrées et toujours plus rarement accessibles. Dans le sanctuaire du Temple, le «Saint des Saints», est conservée l'Arche d'alliance avec, à l'intérieur, les Tables de la Loi (pierres gravées avec le texte des Dix Commandements transmis par Dieu à Moïse sur le mont Sinaï, durant l'Exode).

Le Temple comprend en outre des portiques, des autels (parfums, sacrifices d'animaux), des bassins d'ablution.

Le Temple de Jérusalem et les trois grands monothéismes

Judaïsme

La destruction du second Temple et la fin des sacrifices et du sacerdoce a marqué une étape cruciale dans la constitution du "judaïsme" tel qu'on le connaît aujourd'hui, avec une pratique du culte public non sacrificiel mais centrée sur le Livre (culte synagogal), en addition du culte familial.

Le Kotel ou Mur occidental dit Mur des Lamentations, lieu de prières et de pèlerinages depuis la destruction du second Temple, est devenu depuis 1967 comme une vaste synagogue à ciel ouvert, avec une section réservée aux hommes et une section réservée aux femmes.

Pour la plupart, les Juifs religieux s'abstiennent de mettre le pied sur l'Esplanade des Mosquées, site du Temple, pour éviter de mettre le pied sur l'emplacement sacré du Saint des Saints. En effet le Mont du Temple est considéré comme le premier lieu saint du judaïsme (suivi du tombeau des Patriarches).

Une éventuelle reconstruction du Temple, le Troisième Temple, est promue et préparée par certains groupes et contestée par d'autres courants du judaïsme. Cette question est liée à celle de l'attente messianique. (Une reconstruction avait été tentée par l'empereur Julien l'Apostat, mais elle fut ruinée par un tremblement de terre ; on prête à Napoléon Ier une intention analogue.)

Christianisme

Le Temple est mentionné dans le Nouveau Testament : Jésus Christ y a été présenté rituellement comme fils aîné[3], y est allé en pèlerinage avec Marie et Joseph (épisode du "recouvrement au Temple", Jésus enfant parlant aux Docteurs)[4], en a chassé les marchands[5], a pleuré d'avance sa destruction[6].

Le Temple a fait partie des éléments avancés lors du procès de Jésus[7]. Lors de sa Passion, d'après les Évangiles, le rideau du Temple s'est déchiré au moment même de la mort du Christ[8].

Les Apôtres ont continué de fréquenter le Temple après la Résurrection[9].

Lorsque Jérusalem est devenu une ville chrétienne, le site même du Temple, ruiné, fut laissé en l'état mais une église "Sainte-Marie-la-Neuve", commémorant la Présentation de Jésus au Temple, fut construite au bord de l'esplanade ; elle sera détruite par les musulmans qui édifièrent au même lieu la mosquée El-Aqsa.

Les Croisés y ont installé leur roi Baudoin Ier. Puis, les Templiers l'ont transformé en maison cheftaine et siège de leur ordre. Ils y firent édifier une église, aux toits pentus et non en terrasse. Jérusalem était leur capitale et c'est à partir du Temple de Jérusalem que cet ordre de chevalerie chrétienne prit le nom d'ordre du Temple (1129-1312).

Tout en reconnaissant dans le site du Temple un lieu saint, le christianisme ne formule pas de revendication sur ce lieu. Le "centre du monde" chrétien à Jérusalem n'est plus le Temple mais un point, matérialisé (appelé "Compas" ou "Omphalos") dans l'église du Saint-Sépulcre, à mi-chemin entre le Golgotha et la chapelle de la Tombe. Plus fondamentalement, chaque baptisé devient "Temple de l'Esprit Saint" et la présence "matérielle" la plus parfaite de Dieu est, pour les catholiques et les orthodoxes, dans l'Eucharistie.

Certains groupes évangéliques chrétiens américains soutiennent les groupes juifs promouvant la construction d'un Troisième Temple.

Islam

Esplanade du Temple en 1910

La mosquée Al-Aqsa ("la lointaine") est l'un des principaux lieux saints de l'islam (après la mosquée de La Mecque et celle de Médine). Elle a une forme caractéristique des mosquées. Entre 1969 et 1983, le dome de la mosquée Al-Aksa était recouvert d'aluminium par anodisation, ce qui lui donnait un aspect argenté. En 1983, par souci d'authenticité, on lui a redonné son revêtement d'origine en plomb, de couleur gris foncé.

Mahomet l'a visitée, et il y a dirigé (Imam) la prière avec tous les prophètes et messagers que Allah avait envoyés sur terre depuis Adam. C'est aussi le lieu d'où il s'est envolé vers le paradis, traversant les 7 ciels, sur le cheval ailé Bouraq, pour rencontrer Allah qui durant cette visite lui ordonna de faire la prière 5 fois par jour. Ce Voyage est connu chez les musulmans par Isra et Miraj ou le voyage nocturne.

Le Dôme du Rocher, couvert d'une coupole dorée, est l'un des monuments les plus célèbres de Jérusalem.

La qibla, direction de la prière musulmane était orientée vers Jérusalem au début de la mission prophétique de Mahomet, avant d'être modifiée définitivement par Allah vers la Mecque afin de mettre à l'épreuve la foi des croyants.

Le Coran ne mentionne jamais explicitement Jérusalem. Cependant, selon une interprétation commune, l'un de ses versets désignerait cette ville comme le lieu du voyage nocturne de Mahomet: «  Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur Muhammad (Mahomet), de la Mosquée Al-HaramLa Mecque) à la Mosquée Al-Aqsa ("la lointaine") (à Jérusalem) dont Nous avons béni l'alentour, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles. C’est Lui, vraiment, qui est l'Auditent, le Clairvoyant » (Sourate 17: Al-Isra (Le voyage nocturne) ; Verset 1).

Enfin, selon certains exégètes de l'islam, le site du Temple de Jérusalem est lié à la fin des temps, ou plus précisément au retour de Jésus, comme le pensaient les judéo nazaréens qui se sont servi des arabes comme supplétifs afin de reprendre Jérusalem : Jésus fils de Marie reviendra par la "Porte Dorée", nom de la 8e porte de Jérusalem (murée aujourd'hui) qui donne sur l'Esplanade des mosquées et fait face au Mont des Oliviers). Les balances du Jugement Dernier (religion) seront suspendues aux portiques qui entourent le Dôme du Rocher.

Références

Notes

  1. Voir L'invention de la Sainte Croix, selon la Légende dorée
  2. (voir ici)
  3. Lc 2,22-40
  4. Lc 2,41-52
  5. Jn 2,1"-22 et parallèles dans les Synoptiques
  6. Lc 19,41-44
  7. Mc 14,58
  8. Mc 15,38 et parallèles synoptiques
  9. Lc 24,53

Bibliographie

Histoire et archéologie
Romans

Liens internes

Liens externes

  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
  • Portail du peuple juif dans l’Antiquité Portail du peuple juif dans l’Antiquité
  • Portail des religions et croyances Portail des religions et croyances
  • Portail de l’Ordre du Temple Portail de l’Ordre du Temple

Ce document provient de « Temple de J%C3%A9rusalem ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Temple de Jerusalem de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Temple de jerusalem — Temple de Jérusalem Maquette du Second Temple de Jérusalem, à l origine à l hôtel Holyland, se trouve depuis 2006 au Musée d’Israël à Jérusalem Le Temple de Jérusalem est, selon la Torah, le bâtiment religieux construit par les Israélites pour… …   Wikipédia en Français

  • Temple de jérusalem — Maquette du Second Temple de Jérusalem, à l origine à l hôtel Holyland, se trouve depuis 2006 au Musée d’Israël à Jérusalem Le Temple de Jérusalem est, selon la Torah, le bâtiment religieux construit par les Israélites pour abriter l arch …   Wikipédia en Français

  • Temple à Jérusalem — Temple de Jérusalem Maquette du Second Temple de Jérusalem, à l origine à l hôtel Holyland, se trouve depuis 2006 au Musée d’Israël à Jérusalem Le Temple de Jérusalem est, selon la Torah, le bâtiment religieux construit par les Israélites pour… …   Wikipédia en Français

  • Temple of Jerusalem — • In the Bible the sanctuary of Jerusalem bears the Hebrew name of Bet Yehovah (house of Jehovah) Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Temple of Jerusalem     Temple of Jerusalem …   Catholic encyclopedia

  • Temple in Jerusalem — Main articles: Solomon s Temple, Second Temple, and Third Temple A model of Herod s Temple adjacent to the Shrine of the Book exhibit at the Israel Museum, Jerusalem …   Wikipedia

  • Temple de Jérusalem — 31° 46′ 40″ N 35° 14′ 08″ E / 31.77765, 35.23547 …   Wikipédia en Français

  • Temple of Jerusalem — noun any of three successive temples in Jerusalem that served as the primary center for Jewish worship; the first temple contained the Ark of the Covenant and was built by Solomon in the 10th century BC and destroyed by Nebuchadnezzar in 586 BC;… …   Useful english dictionary

  • Temple in Jerusalem — noun A particular building complex once in Jerusalem, then a center of religious life …   Wiktionary

  • Premier Temple de Jérusalem — Temple de Salomon Pour les articles homonymes, voir temple. Le Temple de Salomon (héb.: בית המקדש, translit. Beit HaMiqdash, Maison de la sanctification ), également connu sous la dénomination de Premier Temple, fut, selon la Bible, le premier… …   Wikipédia en Français

  • Second Temple de Jérusalem — Maquette du Second Temple de Jérusalem Le Second Temple était le Temple de Jérusalem, reconstruit en 515 av. J.C. après la captivité de Babylone, comme rapporté dans le livre de Néhémie, et détruit en l an 70 par les Romains, au terme d une… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”