Autotrophes

Autotrophie

L’autotrophie désigne la capacité de certains organismes vivants à produire de la matière organique en procédant à la réduction de matière inorganique, par exemple le carbone (le dioxyde de carbone) ou encore l’azote (sous forme de NO3 ou de N2). Cela s’accompagne d’un prélèvement de sels minéraux dans le milieu (ions nitrate, phosphate, …). Les organismes autotrophes au carbone sont donc capables de se développer dans un milieu ne contenant que du carbone minéral, contrairement à un organisme hétérotrophe qui devra se procurer des molécules organiques (idem pour l’azote).

Ce mode de nutrition caractérise les végétaux chlorophylliens (verts), les cyanobactéries, les bactéries sulfureuses . L’énergie nécessaire à cette synthèse provient de :

La notion d’autotrophie s’oppose à celle d’hétérotrophie (les cellules ou organismes incapables de se passer de matière organique, c’est le cas des animaux et des champignons).

Selon l’étymologie (du grec ancien : auto, seul et trophos, nutrition), l’autotrophie désigne tout être vivant qui n’a pas besoin d’autre être vivant, pour se nourrir.

En effet, les organismes autotrophes constituent toujours le premier maillon d’une chaîne alimentaire. On peut dire que les autotrophes sont à l’origine de quasiment toute la matière organique dans un écosystème.

Les plantes chlorophylliennes possèdent des cellules autotrophes (cellules chlorophylliennes des feuilles vertes) mais aussi des cellules hétérotrophes (cellules des racines).

Exemples d'organismes autotrophes

Les plantes, en puisant le dioxyde de carbone de l'air pour en tirer le carbone, sont dites autotrophes à ce dernier. En effet, elles n'ont pas besoin de le prélever sur d'autres êtres, contrairement à ceux — dits hétérotrophes — tels les animaux (qui doivent consommer des plantes ou d'autres animaux pour obtenir leur carbone).

Les champignons, qui dans les nouvelles classifications constituent un règne distinct des végétaux et des animaux, sont dépourvus de plastes et de chlorophylle et sont donc hétérotrophes pour le carbone.

Autotrophie et photosynthèse

Les végétaux synthétisent leur matière organique à partir de substances minérales qu'ils puisent dans le sol (eau et sels minéraux) et dans l'air (carbone sous forme de CO2). L'énergie requise pour cette synthèse, apportée par le soleil, est captée par les pigments assimilateurs (chlorophylles) au cours de la réaction de photosynthèse que l'on peut résumer par la formule :

6CO2 + 12H2O + lumière → C6H12O6 + 6O2 + 6 H2O.

C6H12O6 sert à former la matière organique et l'oxygène est rejeté.

Les végétaux sont donc des êtres photosynthétiques ou photoautotrophes. Cette autotrophie est primordiale puisqu'elle est la condition préalable à l'existence des organismes hétérotrophes.

Voir aussi

Ce document provient de « Autotrophie ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Autotrophes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • AUTOTROPHIE ET HÉTÉROTROPHIE — Les besoins d’aliments et d’énergie sont satisfaits de manière différente selon les êtres vivants. Un végétal chlorophyllien fabrique son protoplasme en utilisant des sels minéraux, du gaz carbonique, de l’eau et de la lumière. L’homme et les… …   Encyclopédie Universelle

  • Autotrophe — Autotrophie L’autotrophie désigne la capacité de certains organismes vivants à produire de la matière organique en procédant à la réduction de matière inorganique, par exemple le carbone (le dioxyde de carbone) ou encore l’azote (sous forme de… …   Wikipédia en Français

  • Cellule Autotrophe — Autotrophie L’autotrophie désigne la capacité de certains organismes vivants à produire de la matière organique en procédant à la réduction de matière inorganique, par exemple le carbone (le dioxyde de carbone) ou encore l’azote (sous forme de… …   Wikipédia en Français

  • Cellule autotrophe — Autotrophie L’autotrophie désigne la capacité de certains organismes vivants à produire de la matière organique en procédant à la réduction de matière inorganique, par exemple le carbone (le dioxyde de carbone) ou encore l’azote (sous forme de… …   Wikipédia en Français

  • Autotrophie — L’autotrophie désigne la capacité de certains organismes vivants à produire de la matière organique en procédant à la réduction de matière inorganique, par exemple le carbone (le dioxyde de carbone) ou encore l’azote (sous forme de NO3 ou de N2) …   Wikipédia en Français

  • BIOÉNERGÉTIQUE — La bioénergétique ne diffère pas dans son essence de l’énergétique physique. Il n’y est question que d’échanges et de conversion d’énergie: énergie chimique, travail, chaleur, lumière. Ces échanges, ces transformations, sont soumis au principe de …   Encyclopédie Universelle

  • CHIMIOSYNTHÈSES — La chimiosynthèse est l’élaboration, par les êtres vivants, des constituants de leur protoplasme. Ils utilisent à cette fin des matériaux divers et se servent, pour en combiner les éléments, de l’énergie chimique. La chimiosynthèse s’oppose ainsi …   Encyclopédie Universelle

  • PARASITISME — Dans la biosphère, deux types de transferts d’énergie entre organismes vivants sont dominants: la prédation , qui met en jeu des systèmes proie prédateur, et le parasitisme , qui met en jeu des systèmes hôte parasite. Dans les deux cas, un… …   Encyclopédie Universelle

  • ÉCOSPHÈRE — Le terme d’écosphère fut créé par L. C. Cole en 1958 pour désigner la partie de la planète qui renferme l’ensemble des êtres vivants et leur environnement immédiat, dont les propriétés physico chimiques créent les conditions favorables à la vie à …   Encyclopédie Universelle

  • ADN bactérien — Bacteria Bactérie …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”