Sławomir Rawicz

Sławomir Rawicz, né en 1915 à Pinsk (alors en Russie, avant d'être en territoire polonais entre les deux guerres mondiales et désormais en Biélorussie), mort en Grande-Bretagne le 5 avril 2004, est officier de cavalerie polonais de la Seconde Guerre mondiale, auteur d'un ouvrage unique, À marche forcée (titre originel en anglais : The Long Walk), récit controversé de son évasion d'un camp du goulag. Ce livre est également à l'origine du film Les Chemins de la liberté réalisé par Peter Weir.

Officier dans l'armée polonaise, il est capturé par les Soviétiques lors du partage de la Pologne en 1939 puis déporté dans un camp du goulag en Sibérie. Il ne tarde pas à organiser une évasion avec six autres détenus. La suite est un incroyable périple de survie depuis le camp du Goulag jusqu'à l'Inde, en traversant le lac Baïkal, la Bouriatie, la Mongolie, le désert de Gobi, le Tibet et l'Himalaya. C'est ce récit qui est raconté dans son livre À marche forcée, publié en 1956 et qui se vendra à plus de 500 000 exemplaires et sera traduit dans 25 langues. Mais la véracité de certains passages, voire plus récemment de l'intégralité du récit, et la réalité de cette fuite, sont remises en cause[1].

Sommaire

Résumé du livre À marche forcée

Sławomir et ses compagnons se sont évadés avec l'aide de la femme du chef de camp 303. Elle a donné des idées à Rawicz pour l'évasion, lui a procuré une lame de hache et aussi des sacs pour l'ensemble de ses compagnons d'évasion. Il y a, parmi l'équipe, soigneusement choisie par le jeune Rawicz, trois Polonais, un Lituanien, un Yougoslave et un Américain. Rawicz est le plus jeune. Ils ne tardent pas dès les premiers jours de leur fuite à rencontrer une très jeune femme de dix-sept ans, qui vient de fuir le kolkhoze où elle était employée. Sur sa supplication, ils décident de l'intégrer à leur groupe, le meilleur gage en étant qu'elle apporte du bien-être à «l'expédition». Ils la considèrent alors comme un porte-bonheur.

Après avoir rejoint la rive orientale du lac Baïkal, ils traversent le reste de la Bouriatie en longeant le lac pour parvenir à la frontière qu'ils passent sans encombre, l'Américain en tête, offrant en « cadeau » des pommes de terre dérobées aux Russes.

La deuxième partie de l'ouvrage est la plus émouvante mais aussi la plus ouverte à la critique car elle comprend de nombreux trous, inexactitudes et erreurs, sur lesquels Rawicz ne donnera pas de réponse, refusant de se défendre face aux attaques de ses détracteurs. Les fugitifs abordent le désert de Gobi, où deux d'entre eux meurent, dont la jeune Polonaise. Affaiblis, ils atteignent le Tibet. Sans cesse affamés durant leur parcours, ils ne se déplacent que le jour car incapables de se repérer aux étoiles. Ils sont tributaires de la généreuse hospitalité des Tibétains. L'un des membres du groupe meurt une nuit avant d'affronter le dernier obstacle, le rempart de l'ouest de l'Himalaya. Ils réussissent à le franchir mais en perdant de nouveau un compagnon. Les survivants seront secourus par une patrouille indienne.

Critiques à la parution

À marche forcée fait figure d'avant-garde dans les témoignages d'évasion du goulag tant il émeut. Le récit effroyable n'en est pas moins extraordinaire. Des critiques sont venues ternir l'œuvre avec des questions sur l'authenticité de cette histoire. Rawicz s'est fait aider par un journaliste pour écrire le récit. Il aurait insisté auprès de lui pour que toute son expression apparaisse et s'impose devant d'éventuels développements littéraires qu'aurait pu ajouter le journaliste. Mais rien, pourtant, ne permet de dire que ce dernier n'ait pas pris de liberté avec le récit. Cette mise en garde concernant ce point sera sans cesse mise en exergue dans les critiques sur l'ouvrage mais aussi dans l'introduction du livre.

De plus, certaines situations irréalistes sont relevées :

  • L'oasis de palmiers qu'ils auraient rencontrée semble des plus improbables.
  • Rawicz dit avoir survécu douze jours sans boire dans le désert du Gobi.
  • Il cite dans la traversée de l'Himalaya, la rencontre de deux créatures qu'il ne peut s'empêcher de décrire en donnant à entendre qu'il pourrait s'agir des « abominables hommes des neiges ».
  • Enfin ils traversent affamés, décharnés, une partie de ce même Himalaya, sans équipements et en plein hiver.

On ne sait pas si c'est Rawicz qui a pris quelques libertés, particulièrement sur la fin de son témoignage, ou si ces dernières ont été prises par le journaliste rédacteur face à un récit qui lui aurait semblé aride par moments ou si l'œuvre n'est pas le fruit de l'imagination.

Remise en cause

Des journalistes de la BBC, après enquête en Pologne, en Russie et dans d'autres pays, établirent dans les années 2000 que Rawicz n'a pas pu accomplir le périple car des documents trouvés dans les archives polonaises et russes indiquent qu'il était sorti du goulag en 1942 à la faveur d'une amnistie générale des soldats polonais (lettre d'amnistie et permission de rejoindre l'armée polonaise en Russie). Le casier militaire de Rawicz indique qu'il rejoignit alors l'armée polonaise en Russie[2].

Le périple même est toutefois peut-être authentique car, selon The Daily Mirror, Rawicz aurait trouvé inspiration dans le récit d'un compatriote nommé Witold Glinski, qu'il aurait trouvé pendant la guerre dans des documents de l'ambassade de Pologne à Londres[3].

Une « reconstitution »

L'aventurier Sylvain Tesson a tenté de reproduire l'exploit de Rawicz, tentative qu'il relate dans son livre L'Axe du loup. Le périple, 60 ans plus tard, paraît faisable. Mais l'auteur refuse de se prononcer sur la véracité du récit.

Un autre aventurier, Cyril Delafosse-Guiramand, a refait l'itinéraire, en utilisant deux récits : celui de Rawicz et celui de Joseph Martin Bauer. Parti de Magadan en Russie en 2006, il atteignit Vientiane au Laos en 2007. Les propos de Rawicz, selon lui, cristallisent l'importance du sujet et le manque de communication sur le thème des goulags[4].

Éditions françaises du livre

Notes et références

  1. (en) "Walking the talk", BBC News, 30 octobre 2006.
  2. (en) "Walking the talk", BBC News, 30 octobre 2006.
  3. (en) Voir l'article sur Witold Glinski : « The likeliest explanation is that Rawicz read Witold’s genuine account of the escape, in official papers that he found in the Polish Embassy in London during the war. Witold knew his story had been stolen. But he never protested because he wanted to forget the war and concentrate on his new life. »
  4. Il a refait le périple des « Chemins de la liberté ».

Lien externe



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sławomir Rawicz de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Slawomir Rawicz — Sławomir Rawicz (* 1. September 1915 in Pińsk; † 5. April 2004 in Nottingham) war ein polnisch britischer Autor. Leben Als polnischer Leutnant wurde Sławomir Rawicz 1939 von den Sowjets zu 25 Jahren Straflager verurteilt. Im Frühjahr 1941… …   Deutsch Wikipedia

  • Sławomir Rawicz — (* 1. September 1915 in Pinsk; † 5. April 2004 in Nottingham) war ein polnisch britischer Autor. Leben Als polnischer Leutnant wurde Sławomir Rawicz 1939 von den Sowjets zu 25 Jahren Straflager verurteilt. Im Frühjahr 1941 flüchtete er mit sechs… …   Deutsch Wikipedia

  • Sławomir Rawicz — (Pinsk , 1 de septiembre de 1915 Nottingham, 5 de abril de 2004) fue un soldado y escritor polaco británico, conocido por haber sido prisionero en un gulag de Siberia tras la invasión de Polonia de 1939 por la Alemania nazi y la Unión… …   Wikipedia Español

  • Sławomir Rawicz — Słavomir Rawicz (1915 – 2004) was a Polish soldier who was arrested by Soviet occupation troops after the German Soviet invasion of Poland. In a book he participated in writing, he claimed that he and six others escaped and walked over 6500 km… …   Wikipedia

  • Rawicz (Begriffsklärung) — Rawicz (Rawitsch, u.a.) bezeichnet: Rawicz (deutsch: Rawitsch), Kreisstadt im Powiat Rawicki der polnischen Woiwodschaft Großpolen Kreis Rawitsch, ehemaliger Kreis in der preußischen Provinz Posen Rawicz (Wappengemeinschaft), Wappen des… …   Deutsch Wikipedia

  • Slavomir Rawicz — Sławomir Rawicz Sławomir Rawicz , né en 1915 à Pinsk (alors en Pologne, maintenant en Biélorussie), mort en Grande Bretagne le 5 avril 2004, est officier de cavalerie polonaise de la Seconde Guerre mondiale, auteur d un ouvrage unique, À marche… …   Wikipédia en Français

  • The Way Back — Título El camino de regreso (Hispanoamérica) Camino a la libertad (España) Ficha técnica Dirección Peter Weir Producción Peter Weir …   Wikipedia Español

  • Les Chemins de la liberté (film) —  Ne doit pas être confondu avec Les Chemins de la liberté. Les Chemins de la liberté Données clés Titre original The Way Back Réalisation Peter Weir …   Wikipédia en Français

  • Gulag — For other uses, see Gulag (disambiguation). The integrated map of the Gulag camps, which existed from 1923 to 1961, based on data from the Human Rights Society «Memorial» …   Wikipedia

  • List of Ace miscellaneous letter-series single titles — Ace Books have published hundreds of genre titles, starting in 1952, including a few that did not fit into the standard three genres that Ace focused on science fiction, westerns, and mysteries. A few of these were in dos à dos format, but many… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”