Autoroute 15

B15Brtc

Autoroute 15
Autoroute des Laurentides
Autoroute Décarie
Informations
Gérée par le MTQ et PJCCI
Longueur : 163,0 kilomètres (101,3 mi)[réf 1]
Direction : nord / sud
Ouverture : 1958-11-15 [réf 2]
Succède à : QcOld3 Black.png QcOld9 Black.png Route 3, Route 9
Carte
Map A15 2009.png
Carte de l'autoroute 15.
Localisation
Villes principales : Brossard, Montréal, Laval, Blainville, Saint-Jérôme
Intersections
Extrémité sud : I-87.svg I-87 à frontière QC/NY
Intersections : B30 A-30 à Candiac

B930 A-930 à Candiac
B10 A-10 à Brossard et Montréal
B20 A-20 à Brossard et Montréal
B720 A-720 à Montréal
B40 Brtc A-40 à Montréal
B440 A-440 à Laval
B640 A-640 à Boisbriand/Sainte-Thérèse
B50 A-50 à Mirabel

Extrémité nord : B117 Brtc R-117 à Sainte-Agathe-des-Monts
Image
AutorouteDecarie.jpg
Autoroute Décarie à Montréal.
Réseau
Route transcanadienne
B117 Brtc R-117 A-40 Brtc B40
Autoroutes du Québec
B13 A-13 A-19 B19

L’autoroute 15 est une autoroute du Québec. Elle débute à la frontière américaine à Saint-Bernard-de-Lacolle comme le prolongement de l'Interstate 87 et se termine à Sainte-Agathe-des-Monts sur la Route 117. Elle a une longueur de 163 km, dont 4 km partagés avec l'autoroute 40 (Autoroute métropolitaine) sur l'Île de Montréal. La portion au nord de l'autoroute 40 fait partie de la route Transcanadienne[réf 1],[réf 3].

Sommaire

Description

L'autoroute 15 se divise en trois sections[réf 1]:

  • l'autoroute 15 entre la frontière américaine et l'échangeur Turcot,
  • l'autoroute Décarie entre l'échangeur Turcot et l'autoroute 40,
  • l'­autoroute des Laurentides au nord de l'autoroute 40.

Elle a une longueur total de 163 km, la distance entre ses deux extrémités est de 134 km, soit environ 117 km nord-sud et 65 km est-ouest[réf 4]. L'autoroute 15 fait partie du réseau routier national du Canada à titre de route principale[réf 5].

Autoroute 15 - Montréal/Montérégie

Autoroute 15/20 direction sud, kilomètre 62

La section sud de l'autoroute 15, relie l'État de New York et les banlieues sud à Montréal. Elle est le principal corridor commercial entre New York et la métropole québécoise. L'autoroute 15 devient l'Interstate 87 au sud de la frontière à l'ouest du Lac Champlain. Le poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle est d'ailleurs le plus important poste frontalier au Québec et le plus achalandé[réf 6]. Ce poste frontalier et son équivalent américain, le poste frontalier de Champlain, forment le sixième plus important point de passage pour les véhicules commerciaux le long de la frontière internationale canado-américaine. En 2006, 735 000 véhicules commerciaux y ont transigé, 398 000 vers les États-Unis et 337 000 vers le Canada, soit environ 2 000 véhicules par jour[réf 7].

À Candiac, la 15 croise l'autoroute 30 et la route 132. Elle forme un multiplex avec cette dernière sur 11 kilomètres, jusqu'au pont Champlain. Entre la rivière Saint-Jacques (kilomètre 48) et le pont Champlain, le boulevard Marie-Victorin agit à titre de voie de service de l'autoroute 15. À Brossard, elle rejoint l'autoroute 10 et l'autoroute 20 avant d'emprunter le pont Champlain pour traverser le Fleuve Saint-Laurent. La 10 se sépare immédiatement après le pont, alors que le multilex 15/20 bifurque vers l'ouest en longeant le canal Lachine en direction de l'échangeur Turcot et de l'autoroute 720. À cette jonction, la 20 se dirige vers l'ouest, alors que la 15 poursuit vers le nord sous l'appellation autoroute Décarie[réf 1],[réf 3],[réf 8].

Le pont Champlain et une section de l'autoroute 15/20 au nord de ce dernier n'appartiennent pas au Ministère des Transport du Québec, mais à la société les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée, filiale de la Société des ponts fédéraux limitée, appartenant au gouvernement canadien [réf 9]. Pour cette raison, la signalisation est bilingue sur cette section de l'autoroute, alors qu'en général au Québec, la signalisation est unilingue française.

Autoroute Décarie

Autoroute 15 à Montréal, en direction sud faisant face à l'échangeur Turcot, jonction avec l'Autoroute 20 et Autoroute 720, sortie 63.

La 15 continue au nord de l'échangeur Turcot comme l'autoroute Décarie, parallèlement au boulevard Décarie (d'où le nom) jusqu'à l'autoroute 40. Cette section traverse le cœur du quartier Notre-Dame-de-Grâce et construite majoritairement en tranchée. Elle possède au minimum 3 voies dans chaque direction sur toute sa longueur. Elle est une des plus importants artères du réseau montréalais et le principal axe routier nord-sud de la métropole. Elle est d'ailleurs l'autoroute la plus achalandée du Québec, avec un débit journalier moyen annuel (DJMA) de 205 000 véhicules (2006) dans sa section la plus achalandée, aux environs du kilomètre 69, tout juste avant la jonction avec l'autoroute 40[réf 10].

Au niveau de la rue Saint-Jacques, à l'approche de l'échangeur Turcot et de la jonction avec l'autoroute 20 et l'autoroute 720, l'autoroute passe d'une autoroute en tranchée à une autoroute surélevée de plusieurs dizaines de mètres. À cet endroit, plusieurs viaducs imposants se superposent et se chevauchent, ce qui a donné l'idée à un opérateur de la cour de triage Turcot du CN de surnommer la structure « la jonction Spaghetti ». D'importants travaux devraient débuter dans les prochaines années pour reconfigurer l'échangeur Turcot[réf 11].

Entre la rue St-Jacques et la rue Notre-Dame, la rue Addington et l'avenue Prud Homme font office de voies de service dans les directions sud et nord respectivement. Entre les rues Notre-Dame-de-Grâce et Monkland, l'autoroute est complètement enfouie sous terre et bifurque légèrement vers l'est. Un jardin municipal, un terrain de jeu, ainsi que la cour d'un presbytère sont situés au-dessus de l'autoroute. Du chemin de la Côte-St-Luc, jusqu'à l'autoroute métropolitaine le boulevard Décarie fait office de voies de service de part d'autre de l'autoroute. Au-delà de l'autoroute métropolitaine, l'autoroute Décarie, devient la route 117 sous le nom du Boulevard Marcel-Laurin[réf 1],[réf 3].

Sur la majorité de son tracé, l'autoroute Décarie est longée à l'est par la ligne orange du métro de Montréal[réf 8].

Autoroute des Laurentides

Autoroute des Laurentides à Montréal, en direction sud.

La troisième section de l'autoroute 15, l'autoroute des Laurentides, débute à Montréal, sur la Métropolitaine, et se dirige vers le nord, vers Laval, les Laurentides, en direction de l'Abitibi-Témiscamingue. Elle fait partie de la route Transcanadienne et elle est le principal lien routier entre la métropole québécoise et les Laurentides, région touristique très prisée. Elle est également la principale route pour accéder de Montréal à l'aéroport Mirabel. La numérotation des sorties débute à 1, en raison du fait que les "deux 15" étaient, à l'origine, deux routes différentes.

Au kilomètre 5, elle traverse la rivière des Prairies pour accéder à l'Île Jésus. Entre ce point, et la jonction avec l'autoroute 440 au kilomètre 10, l'autoroute 15 possède un système de voie de service. Au kilomètre 17, elle quitte l'Île Jésus en traversant la rivière des Mille Îles. Elle croise par la suite les autoroutes 640 et 50 au kilomètre 21 et 35 respectivement[réf 8]. Les 45 premiers kilomètres de l'autoroute possèdent entre 3 et 4 voies dans chaque direction, c'est-à-dire entre Montréal et Saint-Jérôme. Aux environs du kilomètres 50 jusqu'à son extrémité nord, au kilomètre 89, à Sainte-Agathe-des-Monts, elle traverse les plateaux laurentiens. L'autoroute zigzague entre les différents monts, ce qui en fait une autoroute relativement sinueuse. Plusieurs centres de ski sont visibles de l'autoroute.

L'autoroute des Laurentides se termine sur la route 117. Cette dernière continue sur près de 50 km jusqu'à Labelle en étant une route à quatre voies à chaussées séparées (voie rapide), mais sans être à accès limitée, elle ne porte donc pas le titre d'autoroute. Une petite section de ce tronçon, à la hauteur de Saint-Jovite (Mont-Tremblant), possède les caractéristiques d'une autoroute, les sorties étant numérotées à la suite de celles de la 15[réf 1],[réf 3].

Historique

L'autoroute 15 fut la première autoroute québécoise à être mise en service en 1958. Sept ans plus tard, en 1967, elle faisait déjà plus de 140 kilomètres de long. Les vingt derniers kilomètres furent inaugurés en 1974[réf 12].

Autoroute 15 - Montérégie

QcOld3 Black.png
QcOld9 Black.png

Avant la construction de l'autoroute 15, Montréal était reliée à la frontière américaine par la route 9. Celle-ci était la continuité de la U.S. Route 9. En 1957, le sénat de l'état de New York autorisa la construction de l'Interstate 87 entre Albany et la frontière canado-américaine, ce qui débuta la planification d'une autoroute entre le futur pont Champlain et la frontière pour se connecter à la future autoroute américaine[réf 19].

Au début des années 1960, avant même l'ouverture du pont Champlain, il était évident que les approches sud de ce nouveau pont étaient inadéquates. Ceux-ci étaient la route de campagne 3, le long du rivage du Saint-Laurent (actuelle route 132), et la route 9 (actuelle route 134) à 2,5 kilomètres dans les terres. Le gouvernement du Québec élabora deux projets autoroutiers pour améliorer l'accès au pont; l'autoroute des Cantons de l'Est vers Sherbrooke et la transformation de la route 3 (actuelle route 132) en autoroute sur 22 kilomètres, de Candiac à Longueuil, sur la rive-sud du fleuve Saint-Laurent. Cette autoroute, très contestée, allait ainsi relier les différents ponts menant sur l'Île de Montréal[réf 20],[réf 21]. La portion sud de cette autoroute allait éventuellement devenir les kilomètres 45 à 53 de la 15, alors que la portion nord allait devenir une section de l'autoroute 20. Au sud de Candiac, pour relier la future «autoroute 3» à la nouvelle Interstate 87, il fut décidé de transformer la route 9 en autoroute[réf 22],[réf 23].

À l'automne 1962, Montréal fut désignée pour présenter l'Exposition universelle de 1967 dans le cadre du centenaire de la confédération canadienne. Pour ce faire, le réseau de routier désuet de Montréal et du Québec devait être amélioré. Dans cette optique, les travaux de transformation des routes 3 et 9 en autoroute débutèrent en 1963. Cette nouvelle autoroute allait permettre, entre autres, de faciliter l'accès à Montréal depuis les États-Unis[réf 22],[réf 24].

Le 3 décembre 1965, la nouvelle route 3, construite au coût de 15 millions de dollars, fut mise en service entre Candiac et le pont Jacques-Cartier[réf 14]. Elle possédait déjà 3 voies dans chaque direction[réf 24].

Pour sa part, la transformation de la route 9 s'échelonna sur 3 ans au coût de 13 millions de dollars. Le 17 décembre 1966, les kilomètres 1 à 45 de l'autoroute 15 furent mis en service. Du même coup, ce tronçon de la route 9 fut renommé autoroute 15, pour se conformer au nouveau schéma de numérotation des routes du Québec[réf 13]. Au nord du kilomètre 45, l'ancienne route 9 est devenue la route 134, mieux connue sous le nom de boulevard Taschereau.

À la hauteur du kilomètre 47, l'autoroute 15 avait été originellement construite de façon à permettre la construction d'un échangeur au sud de la rivière Saint-Jacques. Cet échangeur aurait relié la 15 à l'autoroute 6 en direction de Saint-Jean-sur-Richelieu, parallèlement à la route 104[réf 25]. Ce projet étant vraisemblablement abandonné, le tracé de l'autoroute fut modifié en 2005 pour permettre la création de parc de la Marina, rendant difficilement réalisable la construction d'un échangeur autoroutier à cette endroit.

Autoroute 15 - Montréal

Cette section d'autoroute de 10 kilomètres est celle qui forme un multiplex avec l'autoroute 20, c'est la section entre le pont Champlain et l'échangeur Turcot. L'histoire de ce tronçon est intimement lié avec celle du pont Champlain.

L'annonce de la construction d'un pont payant entre Montréal et la rive-sud se fit en 1955. Le Conseil des ports nationaux, un organisme du gouvernement canadien, fut mandaté pour réaliser le projet. Sept ans plus tard, soit le 28 juin 1962, le pont Champlain fut mis en service. Le poste de péage était situé sur l'Île des Sœurs, aux environs de la sortie 58 actuelle. Il y avait une seule voie d'accès depuis la rive nord, soit la rue Wellington. Le 7 décembre 1964, deux nouvelles approches au pont furent officiellement mise en service, le tunnel Atwater et le Boulevard de la Vérendrye, ce qui portait la longueur de ce tronçon d'autoroute à 9 kilomètres, de la sortie 53 actuelle à la sorties 62[réf 26],[réf 27],[réf 28],[réf 15]. L'abolition du poste de péage s'effectua le 4 juin 1990. Cette section de l'autoroute a été construite par le gouvernement fédéral et il en est toujours propriétaire par l'entremise de la société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée[réf 15].

Le dernier kilomètre de ce tronçon d'autoroute fut ouvert en 1967, lors de l'ouverture de l'échangeur Turcot et de l'autoroute Décarie, ce qui finalisa les approches au pont[réf 16].

Autoroute Décarie

La planification de l'autoroute Décarie est intimement liée au projet de la route transcanadienne. Au début des années 1960, il était prévu que la route transcanadienne passe au centre-ville de Montréal pour rejoindre le futur pont-tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine. Elle devait en fait emprunter le corridor de l'actuelle autoroute 720 et sa section inachevée. Pour ce faire, une autoroute nord-sud devait être construite entre le nouveau boulevard métropolitain et la route 2 (l'actuelle autoroute 20). Deux corridors furent envisagés, le boulevard Cavendish, ou le boulevard Décarie. Ce dernier fut finalement sélectionné étant l'option la moins onéreuse. Le projet, comme plusieurs grands projets autoroutiers de l'époque, était grandement motivé par la présentation de l'Exposition universelle de 1967 à Montréal[réf 29],[réf 30],[réf 31],[réf 32],[réf 33].

Du chemin de la Côte-St-Luc (kilomètre 66) à la Métropolitaine, l'autoroute Décarie fut construite dans l'emprise du boulevard Décarie de l'époque et sur des terrains libérés par l'abolition du système de tramway en 1959. Ces terrains avaient été cédés à la ville de Montréal à la condition que celui-ci serve uniquement à l'implantation de lignes de tramway. Suite à ce changement de vocation, les donateurs du terrain ont poursuivi la ville de Montréal, mais ils ont perdu leur cause en cour.

Au sud du chemin de la Côte-St-Luc, il fut décidé de ne pas utiliser l'emprise du boulevard Décarie, mais de construire l'autoroute légèrement à l'ouest de celui-ci. Cette option fut retenue car le coût d'acquisition des terrains était inférieur et qu'il était plus facile de construire des voies de service. Cette décision permit également d'éviter la destruction d'une église du quartier. C'est pour cette raison que l'autoroute dévie légèrement vers l'ouest à la hauteur de la rue Monkland. Cette décision entraîna l'expropriation et la démolition de plusieurs maisons, séparant en deux le quartier Notre-Dame-de-Grâces[réf 31].

Le boulevard Décarie fut mis en service le 25 avril 1967, 2 jours avant l'ouverture d'Expo 67. Uniquement deux voies par direction étaient disponibles avec un pavé temporaire. Les troisièmes voies n'ont pas été pavées pour assurer une ouverture en temps de l'autoroute pour Expo 67­ [réf 16]. Durant les 6 mois d'Expo 67, l'autoroute Décarie acquit le titre de l'autoroute à 4 voies la plus achalandée du monde. Un achalandage record de 104 782 véhicules en 24 heures fut enregistré le mercredi 5 juillet 1967. L'ancien record, établit en 1961 était de 66 000 véhicules sur le Eastshore Freeway à Oakland en Californie. Le pavage temporaire de l'autoroute fut remplacé en 1968 et les troisièmes voies furent ouvertes à la circulation au même moment[réf 34].

Autoroute des Laurentides

Ancien bouclier de l'Autoroute des Laurentides

Les Laurentides sont depuis longtemps une région touristique très prisée et une destination plein-air de choix pour les montréalais. Les liens routiers entre Montréal et les Laurentides sont donc importants et achalandés, surtout les fins de semaine.

Au début des années cinquante, la route 11 (actuelle 117) était la principale route entre la métropole québécoise et les Laurentides. Cette route était inadéquate pour l'important volume de trafic qui y transitait, jusqu'à 25 000 véhicules par jours les dimanches d'été. En août 1953, la chambre de commerce des Laurentides recommanda au premier ministre Maurice Duplessis la construction d'une autoroute entre Montréal et Saint-Jérôme pour résoudre les importantes congestions le long de la route 11 et pour permettre le développement économique et touristique de la région[réf 35]. À cette époque, il n'y avait pas encore d'autoroutes au Québec, alors que l'Ontario et les États-Unis développaient leurs réseaux rapidement. En octobre 1954, le premier ministre Duplessis annonça que la construction d'une nouvelle route des Laurentides était à l'étude. Il affirma que cette éventuelle autoroute allait être à péage, en raison de son coût élevé, estimé à 40 millions de dollars. L'expérience américaine dans le domaine démontrait que cette nouvelle route avait les caractéristiques pour être à péage[réf 36],[réf 37].

En mai 1956, le gouvernement annonça officiellement la construction d'une autoroute de 47 kilomètres de long entre Montréal et Saint-Jérôme, incluant la construction de deux nouveaux ponts enjambant respectivement la rivière des Prairies et la rivière des Mille Îles[réf 38]. Les travaux débutèrent à l'été 1957, principalement dans la section sud du tracé[réf 39]. En 1958, la ville de Montréal demanda au gouvernement du Québec de payer pour la construction de la jonction entre l'autoroute des Laurentides et le boulevard Métropolitain, qui était également en construction[réf 40]. Une première section de l'autoroute des Laurentides fut ouverte à la circulation en novembre 1958, elle devint ainsi la première autoroute québécoise. Ce tronçon s'étendait sur 16 kilomètres, entre le boulevard Crémazie à Montréal et la route 11a (boulevard Sainte-Rose) à Sainte-Rose[réf 41]. La section de 31 kilomètres, entre Sainte-Rose et Saint-Jérôme, fut mise en service à son tour 9 mois plus tard, en août 1959. Il en coûtait 75 cents pour faire les 47 kilomètres de la nouvelle autoroute, soit 25 cents à chacun des 3 postes de péage; à Laval (kilomètre 7), à Boisbriand (kilomètre 19) et à Mirabel (kilomètre 38). Le coût de la construction de l'autoroute dépassa largement l'estimation de 40 millions, ce qui est principalement dû au fait que l'autoroute fut construite avec 3 voies dans chaque direction sur l'ensemble des 47 kilomètres. Il était initialement prévu de construire 6 voies entre Montréal et Sainte-Rose, et 4 voies pour le reste de l'autoroute[réf 42],[réf 43],[réf 44],[réf 17].

Suite à la construction de l'autoroute, les problèmes de congestions furent résolus à Montréal, Laval et Saint-Jérôme, mais l'accès aux Laurentides était toujours problématique. Les congestions se déplacèrent vers le nord, à l'extrémité de l'autoroute. Pour régler ce nouveau problème, il fut d'abord envisagé d'ajouter une 3e voie dans chaque direction sur la route 11 (actuelle route 117). En 1962, le gouvernement opta finalement pour le prolongement de l'autoroute des Laurentides sur 24 kilomètres jusqu'à Sainte-Adèle. Le coût de construction de cette nouvelle route à 2 voies dans chaque direction s'évaluait à 20 millions de dollars. Le projet incluait l'ajout d'un nouveau poste péage à Prévost[réf 2],[réf 45],[réf 46]. Un premier tronçon de 15 kilomètre fut mis en service à la fin décembre 1963, de Saint-Jérôme à Saint-Sauveur[réf 18]. Les autres 9 kilomètres furent ouverts à la circulation l'année suivante en 1964 [réf. nécessaire].

La construction des vingt derniers kilomètres, entre Sainte-Adèle et Sainte-Agathe-des-Monts débuta au début des années 1970 [réf 47]. Ce tronçons fut mis en service en 1974 [réf. nécessaire].

Le système de péage fut abolie en 1985[réf. nécessaire].

Liste des sorties

Autoroute 15 / Autoroute Décarie
MRC Municipalité km[réf 1] #[note 1] Intersections / Destinations Notes
Les Jardins-de-Napierville St-Bernard-de-Lacolle 0,0 [c 1] Frontière Québec-New York, l'A-15 sud continue comme I-87.svg Interstate 87 vers New York
[c 2] Poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle[réf 48] Direction nord seulement
0,9 1[c 3] Montée Glass, Montée Guay
2,7 [c 4] Poste de contrôle des véhicules lourds[réf 49] Direction nord seulement
3,9 [c 5] Halte routière des Jardins-de-Napierville[réf 50] Direction nord seulement
6,2 6[c 6] B202 R-202, Saint-Bernard-de-Lacolle, Lacolle, Hemmingford
10,4 11[c 7] Montée Henrysburg
11,8 13[c 8] Montée Murray Direction sud seulement
St-Patrice-de-Sherrington
St-Jacques-le-Mineur
20,3 21[c 9] B219 B221 R-219, R-221, Napierville, Sherrington
St-Jacques-le-Mineur
Saint-Édouard
29,3 29[c 10] Saint-Jacques-le-Mineur, Saint-Édouard
Roussillon Saint-Mathieu 37,7 38[c 11] Saint-Mathieu, Saint-Philippe
Candiac 40,0 40[c 12] B30 A-30 ouest, Châteauguay, pont Honoré-Mercier
42,0 42[c 13] B930 A-930, B30 A-30 est, B132 R-132 ouest, Sainte-Catherine, Saint-Constant, Sorel-Tracy
Extrémité sud du chevauchement avec la Route 132
132
44,8 44[c 14] Candiac, Boulevard Montcalm
45,4 45[c 15] B134 R-134 Est, Boulevard Taschereau, La Prairie Direction nord seulement
La Prairie 45,8 46[c 16] La Prairie, Boul. Salaberry
48,0 47[c 17] Rue Saint-Henri Direction nord seulement
[c 18] Rue du Quai Direction sud seulement, Parc de la Marina
Longueuil Brossard 49,8 50 Boulevard Matte, Boulevard Rivard (direction sud)
50,5 51 Boulevard Rivard (direction nord) // Rue Riviera (direction sud)
51,5 52 Boulevard Rome Direction nord seulement
52,5 53 Quebec Autoroute 15.svg A-15 nord, B10 B20 A-10, A-20 ouest, Pont Champlain, Sherbrooke, Montréal, Québec Direction nord seulement, accès à la voie de service
Extrémité nord du chevauchement avec la Route 132
132
L'A-15 nord devient l'autoroute 20 est, route 132 est vers Longueuil, Québec
20
(53-E) B10 A-10 est, Sherbrooke, Québec Sortie de la voie de service, direction nord
(53-O) Quebec Autoroute 15.svg A-15 nord, B10 A-10 ouest, B20 A-20 ouest, Pont Champlain, Montréal Sortie de la voie de service, direction nord
53,7 53 B20 A-20 est, B132 R-132 est, Québec, Longueuil

Quebec Autoroute 15.svg A-15 sud, I-87.svg I-87, La Prairie, New York

Direction sud seulement
Extrémité sud du chevauchement avec l'autoroute 10 et l'autoroute 20
10 20
L'A-15 sud devient l'autoroute 10 est vers Sherbrooke
Fleuve Saint-Laurent, Pont Champlain
Montréal Montréal 58,8 57 Île des Sœurs Direction nord
58,8 57-N Chemin de la Pointe-Nord Road Direction sud
58,8 57-S Boulevard de l'Île des Sœurs blvd. Direction sud
59,0 58 B10 A-10 ouest, Montréal (centre-ville/downtown) Direction nord seulement
Extrémité nord du chevauchement avec l'autoroute 10
10
60,0 60 B10 A-10 ouest, Montréal (centre-ville/downtown), Verdun, Rue Wellington St.
61,3 61 Avenue Atwater Av., Rue Saint-Patrick St.
62,4 62 Boulevard De La Vérendrye, Avenue de l'Église Vers l'arrondissement de Verdun
64,0 Extrémité sud de l'appellation Autoroute Décarie
Décarie
63 B720 A-720 est (Autoroute Ville-Marie), Montréal centre-ville

B20 A-20 ouest, Pont Honoré-Mercier, Toronto, aéroport Trudeau

Direction nord seulement
63-O B20 A-20 ouest, Pont Honoré-Mercier, Toronto, aéroport Trudeau Direction sud seulement
63-E B720 A-720 est (Autoroute Ville-Marie), Montréal centre-ville Direction sud seulement
Extrémité nord du chevauchement avec l'autoroute 20
20
65,0 64[c 19] B138 R-138, Rue Sherbrooke, Rue Saint-Jacques (direction sud)
66,1 66[c 20] Chemin de la Côte-Saint-Luc, Chemin Queen Mary, Chemin de la Côte-Sainte-Catherine (direction nord)
69,0 69[c 21] Rue Jean-Talon, Rue de la Savane (direction nord), Av. Van Horne (direction sud), Chemin de la Côte-Sainte-Catherine (direction sud)
70,9 70-E[c 22] B40 Brtc A-40 est, Quebec Autoroute 15.svg A-15 nord, Saint-Jérôme, Québec Direction nord seulement
71,0 70-O [c 22] B40 Brtc A-40 ouest, B520 A-520, Gatineau/Ottawa Direction nord seulement
B117 R-117 nord, Boulevard Marcel-Laurin, Boulevard Décarie nord Direction nord seulement
Extrémité nord de l'appellation Autoroute Décarie
Décarie
Chevauchement Autoroute 40 sur 2,4 kilomètres. Voir A-40.
Autoroute des Laurentides
MRC Municipalité km[réf 1] #[note 2] Intersections / Destinations Notes
Montréal Montréal Chevauchement Autoroute 40 sur 2,4 kilomètres. Voir A-40.
74,1 1-E[c 23] B40 Brtc A-40 est, Québec, B335 R-335, Boulevard de l'Acadie, Boulevard Saint-Laurent, Rue Saint-Denis Direction sud seulement
74,2 1-O[c 24] B15 A-15 sud, B40 Brtc A-40 ouest, Pont Champlain, Gatineau/Ottawa Direction sud seulement
74,9 2[c 25] Boulevard de la Côte-Vertu (sud seulement) // Boul. de l'Acadie, Rue Sauvé, Boulevard Henri-Bourassa (nord seulement) Accès à l'arrondissement Saint-Laurent
76,7 3[c 26] Boulevard Henri-Bourassa Direction sud seulement, accès au Boulevard Jules-Poitras
77,6 4[c 27] Rue de Salaberry Direction nord seulement
78,2 4-E[c 28] Rue de Salaberry ouest Direction sud seulement
78,4 4-O[c 29] Rue de Salaberry est Direction sud seulement
Rivière des Prairies, Pont Médéric-Martin[c 30]
Laval Laval 80,0 7[c 31] Boul. Cartier, Boul. de la Concorde, Boul. Notre-Dame Accès au Boul. Le Corbusier pour direction nord seulement
81,8 8[c 32] B148 R-148, Boulevard Saint-Martin Direction nord seulement
82,7 10[c 33] B440 A-440, Autoroute Laval, Boulevard Le Carrefour, (B148 R-148, Boulevard Saint-Martin (direction sud seulement))
86,1 14[c 34] B117 R-117, Boulevard Curé-Labelle, Boulevard Dagenais ouest Direction nord seulement
87,2 14-N [c 34] B117 R-117 nord, Boulevard Curé-Labelle nord Direction sud seulement
87,7 14-S [c 34] B117 R-117 sud, Boulevard Curé-Labelle sud, Boulevard Dagenais ouest Direction sud seulement
89,2 16[c 35] Boulevard Sainte-Rose, Avenue de la Renaissance
Rivière des Mille-Îles, Pont Gédéon-Ouimet [c 36]
Thérèse-De Blainville Boisbriand 91,9 19[c 37] B344 R-344, Boisbriand, Rosemère
Boisbriand
Sainte-Thérèse
93,0 20-E[c 38] B640 A-640 est, Repentigny, Québec, (Sainte-Thérèse centre-ville (direction nord seulement)) Reconfiguration de l'échangeur en cours[réf 51].
93,0 20-O[c 38] B640 A-640 ouest, Boisbriand, Saint-Eustache, (vers B13 A-13 (direction sud seulement))
Thérèse-De Blainville
Mirabel
Sainte-Thérèse
Mirabel
96,0 23[c 39] Mirabel (Saint-Augustin), Rue Saint-Charles, (Sainte-Thérèse centre-ville (direction sud seulement))
Mirabel - Blainville 98,1 25[c 40] Blainville, Boulevard de la Seigneurie
28[c 41] Mirabel, Chemin Notre-Dame, Blainville, Boulevard Michèle-Bohec Mise en service en 2008[réf 52].
Mirabel Mirabel 103,8 31[c 42] Mirabel (Saint-Janvier) (Sainte-Monique)
106,3 35[c 43] B50 A-50, B117 R-117, Lachute, Gatineau, Aéroport Mirabel
112,4 39[c 44] B158 R-158, Route Sir-Wilfrid-Laurier, Mirabel (Saint-Canut), Sainte-Sophie
La Rivière-du-Nord Saint-Jérôme 114,3 41 Boulevard du Grand-Héron
116,0 43-E Saint-Jérôme (centre-ville)
116,7 43-O Rue De Martigny Ouest, Saint-Colomban, Mille-Isles
117,8 45 B117 B333 R-117, R-333, Boulevard de La Salette, Prévost, St-Hippolyte (nord seulement) // Boulevard de La Salette (sud seulement)
124,5 51 Aire de services La Porte du Nord[réf 50]
Prévost 127,8 55 Prévost Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
Les Pays-d'en-Haut Sainte-Anne-des-Lacs 130,2 57 B117 R-117, Sainte-Anne-des-Lacs Sortie direction nord seulement, entrées directions nord et sud
Piedmont 131,4 58 Piedmont, Chemin Avila Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
Saint-Sauveur 133,2 60 B364 R-364, Saint-Sauveur, Morin-Heights, Saint-Adolphe-d'Howard (direction nord), Piedmont (direction sud)
Sainte-Adèle 137,6 64 Chemin du Mont-Gabriel
140,2 67 B117 R-117, Sainte-Adèle (centre-ville) Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
142,2 69 B370 R-370 est, Chemin Pierre-Péladeau, Sainte-Marguerite--Estérel (direction nord) // B370 R-370, Sainte-Adèle, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Estérel (direction sud)
145,3 72 Sainte-Adèle, Montée à Séraphin, Chemin du Mont-Sauvage Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
Les Laurentides Val-Morin 148,9 76 B117 R-117, Val-Morin, Val-David Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
Val-David 153,1 80 Val-David, 7e Rang Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
Sainte-Agathe-des-Monts 156,4 83 B329 R-329 sud, Saint-Adolphe-d'Howard, Montée Alouette Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
159,2 86 B117 R-117, Val-David (direction sud), Sainte-Agathe-des-Monts centre-ville,
160,8 88 Rue Demontigny Sortie direction nord seulement, entrée direction sud seulement
161,9 89[c 45] B329 R-329, Saint-Donat (direction nord) // B117 R-117 sud, B329 R-329, Boul. Morin, Saint-Donat, Saint-Adolphe-d'Howard (direction sud)
163,0 JCT[c 46] B117 R-117 Extrémité nord de l'autoroute 15.

Une section de la Route 117 possède le statut d'autoroute et les numéro de sorties sont numérotés à la suite de ceux de la 15.

Route 117
MRC Municipalité km[réf 1] # Intersections / Destinations Notes
Les Laurentides Saint-Faustin-Lac-Carré 107 Rue Principale
Mont-Tremblant (Saint-Jovite) 113 Mont-Tremblant (Centre-ville)
116 B327 R-327, Rue Léonard, Huberdeau, Lachute
117 B323 R-323, Chemin de Brébeuf, Montebello, Brébeuf
119 Mont-Tremblant, Montée Ryan
La Conception 126 La Conception, Route des Tulipes
Antoine-Labelle Rivière-Rouge 162 Rivière-Rouge (Centre-ville), La Macaza, Aéroport International La Macaza - Tremblant Contournement du secteur de L'Annonciation ouvert le 19 Septembre 2011

Varia

Inondations

En raison de sa construction en tranchée, l'autoroute Décarie bénéficie d'un excellent système de drainage. Lorsqu'il pleut, le système de drainage doit évacuer l'eau qui tombe sur la chaussée de l'autoroute, et celle provenant des rues avoisinantes via les rampes d'entrée et de sortie. Lors de pluies torrentielles sous orages, il est arrivé que le système de drainage ne suffise pas à la tâche, créant ainsi des inondations.

Le 14 juillet 1987, après plusieurs journées de canicule, d'importants orages s'abattent sur la ville de Montréal, déversant plus de 100 mm de pluie en moins de deux heures. En 30 minutes, l'autoroute Décarie se transforma en canal, l'eau atteignant 3,6 m de profondeur. Des centaines d'automobilistes furent pris dans les flots et durent être évacués par les services d'urgence. On déplora une victime par noyade. Ce triste évènement est désormais appelé le Déluge de Montréal[réf 53],[réf 54].

Effondrement

Le 18 juin 2000, le nouveau viaduc du boulevard du Souvenir, alors en pleine construction, s'effondra sur la chaussé de l'autoroute des Laurentides. Cet affaissement de 16 poutres de 70 tonnes chacune tua une personne et en blessant gravement deux autres. L'autoroute fut fermée pendant plusieurs jours pour permettre de ramasser les débris et démanteler le reste du viaduc[réf 55],[réf 56],[réf 57]. Un accident similaire se produit le 20 septembre 2006, également à Laval, alors qu'une section du Viaduc de la Concorde s'effondra sur l'autoroute 19.

La compagnie qui était en charge de la reconstruction, Beaver Asphalte éprouvait des difficultés financières, sa société mère, le Groupe Devesco, s'était placé sous la Loi sur la protection de la faillite le 23 février 2000. Pour cette raison, Beaver Asphalte était sans licence de construction depuis 4 mois. La firme d'ingénierie Dessau supervisait le chantier[réf 58].

Suite aux enquêtes des experts, il fut déterminé que la structure du viaduc était vulnérable. Les poutres du viaduc n'étaient pas convenablement supportées rendant ainsi le tablier instable. Les vibrations causées par les automobiles, le vent et les changements de température ont probablement suffi à déclencher l'effondrement[réf 59]. Le système d'attache des poutres était également incomplet. De plus, les appuis temporaires des poutres ont été enlevés prématurément, car le maître-œuvre des travaux n'aurait pas informé les travailleurs de leur importance[réf 60],[réf 61].

Radar photos

En mai 2009, dans le cadre d'un projet pilote, le Ministère des Transport du Québec installa 15 radars photo à la grandeur du Québec, dont un sur l'autoroute 15 en direction sud, 300 mètres avant la sortie Atwater (61)[réf 62]. C'est le radar photo le plus actif de la province, plus de 26 000 excès de vitesse y ont été enregistrées entre août 2009 et mai 2010, soit près de 50% des constats d'infraction émis grâce à un des six radars photo fixes surveillant la vitesse des automobilistes[réf 63]. Ceci s'explique par le fait que la limite de vitesse dans cette zone est de 70 km/h, ce qui faible pour une autoroute.

Contrôle routier

En 2006, le ministère des Transport, le Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) et le gouvernement de Canada construisirent un nouveau poste de contrôle des véhicules lourds à Lacolle. Celui-ci est muni de systèmes de transport intelligent (STI) incluant un système de détection des véhicules, un système de pesée dynamique des véhicule lourds à même la chaussée de l'autoroute et un système automatisé d'identification de véhicules lourds. Le tout est intégré au système informatique de la SAAQ, permettant de pré-sélectionner les véhicules devant se présenter au poste de contrôle[réf 64].

Voir aussi

Photos

Coordonnées

Pour l'ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur OpenStreetMap (aide), Google Maps (aide), Bing Maps (aide), ou télécharger au format KML (aide).
  1. Extrémité sud: 45° 00′ 32″ N 73° 27′ 08″ W / 45.008855, -73.452337 (Extrémité sud)
  2. Poste frontalier: 45° 00′ 34″ N 73° 27′ 08″ W / 45.009325, -73.452106 (Poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle)
  3. Sortie 1: 45° 01′ 08″ N 73° 27′ 11″ W / 45.018927, -73.452948 (Sortie 1)
  4. Poste de contrôle des véhicules lourds: 45° 01′ 57″ N 73° 27′ 12″ W / 45.032561, -73.453313 (Poste de contrôle des véhicules lourds)
  5. Halte routière: 45° 02′ 42″ N 73° 27′ 13″ W / 45.044949, -73.453603 (Halte routière des Jardins-de-Napierville)
  6. Sortie 6: 45° 04′ 10″ N 73° 27′ 15″ W / 45.069452, -73.454182 (Sortie 6)
  7. Sortie 11: 45° 06′ 23″ N 73° 28′ 04″ W / 45.106375, -73.467899 (Sortie 11)
  8. Sortie 13: 45° 07′ 25″ N 73° 28′ 06″ W / 45.123734, -73.468309 (Sortie 13)
  9. Sortie 21: 45° 11′ 37″ N 73° 27′ 12″ W / 45.193597, -73.45345 (Sortie 21)
  10. Sortie 29: 45° 15′ 58″ N 73° 28′ 01″ W / 45.26615, -73.467067 (Sortie 29)
  11. Sortie 38: 45° 20′ 04″ N 73° 30′ 54″ W / 45.334568, -73.514991 (Sortie 38)
  12. Sortie 40: 45° 21′ 21″ N 73° 31′ 11″ W / 45.355806, -73.51967 (Sortie 40)
  13. Sortie 42: 45° 22′ 30″ N 73° 31′ 11″ W / 45.374942, -73.519668 (Sortie 42)
  14. Sortie 44: 45° 23′ 34″ N 73° 30′ 52″ W / 45.392779, -73.514459 (Sortie 44)
  15. Sortie 45: 45° 23′ 39″ N 73° 30′ 40″ W / 45.394124, -73.511064 (Sortie 45)
  16. Sortie 46: 45° 23′ 50″ N 73° 30′ 31″ W / 45.397239, -73.508599 (Sortie 46)
  17. Sortie 47: 45° 25′ 03″ N 73° 30′ 00″ W / 45.417557, -73.499973 (Sortie 47)
  18. Parc de la Marina: 45° 25′ 14″ N 73° 29′ 56″ W / 45.420477, -73.498809 (Parc de la Marina)
  19. Sortie 64: 45° 28′ 24″ N 73° 36′ 38″ W / 45.473221, -73.610627 (Sortie 64)
  20. Sortie 66: 45° 29′ 01″ N 73° 37′ 45″ W / 45.483637, -73.629198 (Sortie 66)
  21. Sortie 69: 45° 29′ 40″ N 73° 39′ 11″ W / 45.494392, -73.65303 (Sortie 69)
  22. a et b Sortie 70: 45° 30′ 08″ N 73° 39′ 51″ W / 45.502202, -73.664302 (Sortie 70)
  23. Sortie 1-E: 45° 31′ 39″ N 73° 39′ 18″ W / 45.527562, -73.654919 (Sortie 1-E)
  24. Sortie 1-O: 45° 31′ 41″ N 73° 39′ 24″ W / 45.528163, -73.656657 (Sortie 1-O)
  25. Sortie 2: 45° 31′ 53″ N 73° 40′ 02″ W / 45.531493, -73.6673 (Sortie 2)
  26. Sortie 3: 45° 31′ 52″ N 73° 40′ 58″ W / 45.531019, -73.682899 (Sortie 3)
  27. Sortie 4 (Nord): 45° 32′ 03″ N 73° 41′ 55″ W / 45.534243, -73.698499 (Sortie 4 (direction nord))
  28. Sortie 4-E (Sud): 45° 32′ 09″ N 73° 42′ 06″ W / 45.535799, -73.701568 (Sortie 4-O (direction sud))
  29. Sortie 4-O (Sud): 45° 32′ 13″ N 73° 42′ 16″ W / 45.536983, -73.704368 (Sortie 4-E (direction sud))
  30. Pont Médéric-Martin: 45° 32′ 25″ N 73° 42′ 45″ W / 45.540391, -73.712366 (Rivière des Prairies - Pont Médéric-Martin)
  31. Sortie 7: 45° 33′ 09″ N 73° 43′ 32″ W / 45.55254, -73.72559 (Sortie 7)
  32. Sortie 8: 45° 33′ 46″ N 73° 44′ 14″ W / 45.562915, -73.737262 (Sortie 8)
  33. Sortie 10: 45° 34′ 32″ N 73° 45′ 03″ W / 45.575657, -73.750775 (Sortie 10)
  34. a, b et c Sortie 14: 45° 35′ 09″ N 73° 47′ 14″ W / 45.585884, -73.787287 (Sortie 14)
  35. Sortie 16: 45° 36′ 00″ N 73° 48′ 16″ W / 45.600013, -73.804484 (Sortie 16)
  36. Pont Gédéon-Ouimet: 45° 36′ 35″ N 73° 48′ 44″ W / 45.60982, -73.812171 (Rivière des Mille-Îles - Pont Gédéon-Ouimet)
  37. Sortie 19: 45° 37′ 06″ N 73° 49′ 29″ W / 45.61827, -73.824815 (Sortie 19)
  38. a et b Sortie 20: 45° 37′ 38″ N 73° 50′ 24″ W / 45.627126, -73.84001 (Sortie 20)
  39. Sortie 23: 45° 38′ 40″ N 73° 51′ 55″ W / 45.64458, -73.865151 (Sortie 23)
  40. Sortie 25: 45° 39′ 26″ N 73° 53′ 01″ W / 45.657098, -73.883546 (Sortie 25)
  41. Sortie 28: 45° 40′ 48″ N 73° 55′ 03″ W / 45.679862, -73.917558 (Sortie 28)
  42. Sortie 31: 45° 41′ 33″ N 73° 56′ 14″ W / 45.692601, -73.937149 (Sortie 31)
  43. Sortie 35: 45° 43′ 14″ N 73° 58′ 13″ W / 45.720565, -73.970188 (Sortie 35)
  44. Sortie 39: 45° 44′ 49″ N 74° 00′ 20″ W / 45.746966, -74.005545 (Sortie 39)
  45. Sortie 89: 46° 03′ 47″ N 74° 17′ 17″ W / 46.062921, -74.287941 (Sortie 89)
  46. Extrémité Nord: 46° 03′ 47″ N 74° 17′ 43″ W / 46.062966, -74.2952 (Extrémité Nord)

Notes et références

Notes

  1. Les numéros de sorties sont basés sur la distance entre la sortie et l'extrémité sud de l'autoroute 15 à la frontière américaine à Saint-Bernard-de-Lacolle.
  2. Les numéros de sorties sont basés sur la distance entre la sortie et l'extrémité sud de l'autoroute des Laurentides à Montréal.

Références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Ministère des Transports du Québec, Distances routière, Québec, Les Publications du Québec, 2005, 206 p. (ISBN 2-551-19693-0)(ISSN 0714-2153) [présentation en ligne], p. 14-17 
  2. a, b et c (en) Bob Hayes, « One More Toll Gate Planned », dans The Gazette, 15 mars 1962 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  3. a, b, c et d Atlas Routier de luxe du Québec, JDM Géo / MapArt, 2006, 1re éd., 198 p. (ISBN 9781-55368-346-3) [présentation en ligne] 
  4. Google Maps, « Carte de l'autoroute 15 ». Consulté le 15 janvier 2011
  5. Conseil des ministres responsables des transports et de la sécurité routière, Réseau routier national du Canada : Rapport d’examen 2008, octobre 2009, 40 p. [lire en ligne], p. 34 
  6. Agence des services frontaliers du Canada, « Ajout d'une guérite à Saint Bernard de Lacolle pour accélérer le traitement des voyageurs », 14 juillet 2010. Consulté le 27 septembre 2010
  7. Transport Canada, « Le gouvernement du Canada financera des travaux d'agrandissement à des installations du passage frontalier de Lacolle, au Québec », 29 février 2008. Consulté le 2 octotbre 2010
  8. a, b et c Montréal & Environs, JDM Géo / MapArt, 2006, 528 p. (ISBN 9781-55198-883-2) [présentation en ligne] 
  9. Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée, « Ponts et structures ». Consulté le 30 septembre 2010
  10. Ministère des Transports du Québec, « Altas des transports: Débit de circulation 2006 ». Consulté le 20 juin 2010
  11. Ministère des Transports du Québec, « Turcot - Reconstruction du complexe à Montréal ». Consulté le 2 octobre 2010
  12. a et b Ministère des Transports du Québec, « Répertoire des autoroutes du Québec ». Consulté le 23 juin 2010
  13. a et b (en) Bob Hayes, « Opening Today For 92 Miles Of Autoroute », dans The Gazette, 17 décembre 1966 [texte intégral (page consultée le 30 septembre 2010)] 
  14. a et b (en) « Expressway Opens Today », dans The Gazette, 3 décembre 1965 [texte intégral] 
  15. a, b, c et d Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée, « Le pont Champlain et l'autoroute Bonaventure ». Consulté le 25 juin 2010
  16. a, b, c et d (en) « Expressway Opens For Traffic », dans The Gazette, 25 avril 1967 [texte intégral (page consultée le 2 octobre 2010)] 
  17. a et b (en) « 'Dream Road' To Laurentian Hills Ready », dans Ottawa Citizen, 28 août 1959 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  18. a et b (en) « Autoroute Extension Opening Set Dec. 27 », dans The Gazette, 23 décembre 1963 [texte intégral (page consultée le 5 septembre 2010)] 
  19. (en) Herb Lambert, « North-South Link Necessary To Connect 3 Expressways », dans The Gazette, 3 avril 1957 [texte intégral (page consultée le 1er octobre 2010)] 
  20. (en) « Bridge Link », dans Ottawa Citizen, 20 février 1962 [texte intégral (page consultée le 1er octobre 2010)] 
  21. (en) « Mayors From South Shore Approve Route Waterfront Expressway », dans The Gazette, 9 août 1962 [texte intégral] 
  22. a et b (en) « Widening Of Route 9 to U.S. Border Among 8 Projects This Year », dans The Gazette, 13 juin 1963 [texte intégral (page consultée le 3 octobre 2010)] 
  23. (en) Gerry McNeil, « Quebec prepares road for 1967 World's Fair », dans Ottawa Citizen, 19 juin 1963 [texte intégral (page consultée le 19 septembre 2010)] 
  24. a et b (en) « Spawns, Roads, Bridges, Tunnels », dans The Gazette, 2 décembre 1964 [texte intégral (page consultée le 1er octobre 2010)] 
  25. (en) Renel Bouchard, « Le "chemin de la mort" deviendra une autoroute », dans Le Canada Français, 27 août 1975 [texte intégral (page consultée le 19 septembre 2010)] 
  26. (en) Sinclair Clayton, « New Bridge Approach Announced », dans The Gazette, 28 juin 1962 [texte intégral (page consultée le 5 septembre 2010)] 
  27. (en) Bantley Bill, « Bridge Approach Can Wait - City », dans The Gazette, 14 août 1962 [texte intégral (page consultée le 28 septembre 2010)] 
  28. (en) Bob Hayes, « Champlain Approaches Ready By '65 », dans The Gazette, 14 novembre 1964 [texte intégral (page consultée le 28 septembre 2010)] 
  29. (en) Gordon Pape, « City Expressway System Proposed », dans The Gazette, 1er juin 1963 [texte intégral (page consultée le 3 octobre 2010)] 
  30. (en) Bill Bantley, « Trans-Canada Highway Through Island Area Cost $175,000,000 », dans The Gazette, 1963 [texte intégral (page consultée le 3 octobre 2010)] 
  31. a et b (en) « Decarie As Trans-Canada Route », dans The Gazette, 4 février 1964 [texte intégral (page consultée le 3 octobre 2010)] 
  32. (en) « New Traffic Routes Will Help », dans The Gazette, 7 février 1964 [texte intégral (page consultée le 3 octobre 2010)] 
  33. (en) Myer Negru, « Trans-Canada Highway Route Set », dans The Gazette, 10 avril 1964 [texte intégral (page consultée le 3 octobre 2010)] 
  34. (en) Bob Hayes, « "Busiest" Decarie To Be Quietest When Barriers Up For Widening », dans The Gazette, 6 janvier 1968 [texte intégral (page consultée le 7 octobre 2010)] 
  35. (en) John Ayer, « New Toll Expressway Urged To Speed Laurentian Road », dans The Gazette, 18 juillet 1953 [texte intégral (page consultée le 12 juillet 2010)] 
  36. (en) « New Laurentian Highway Studied », dans The Gazette, 26 octobre 1953 [texte intégral (page consultée le 12 juillet 2010)] 
  37. (en) « Where A Toll Road Is The Answer », dans The Gazette, 30 août 1954 [texte intégral (page consultée le 12 juillet 2010)] 
  38. (en) « Laurentian Highway A Step Nearer », dans The Gazette, 9 mai 1956 [texte intégral (page consultée le 12 juillet 2010)] 
  39. (en) « Laurentian Toll Route Takes Shape », dans The Gazette, 28 septembre 1957 [texte intégral (page consultée le 12 juillet 2010)] 
  40. (en) F.T. Collier, « Province Asked To Pay », dans The Gazette, 11 septembre 1958 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  41. (en) « The New Route To The Laurentians », dans The Gazette, 2 décembre 1958 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  42. (en) Bob Hayes, « Major Traffic Tangle Is A-Building », dans The Gazette, 31 juillet 1959 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  43. (en) Herb Lambert, « First Strip To Be In Use By November », dans The Gazette, 19 août 1958 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  44. (en) « Autoroute Relieves Traffic », dans The Northern Beacon, 3 septembre 1959 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  45. (en) Bob Hayes, « Details Of Autoroute Extension Announced For The Laurentians », dans The Gazette, 28 juin 1962 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  46. (en) « The Autoroute to St. Adèle », dans The Gazette, 6 juillet 1962 [texte intégral (page consultée le 7 juillet 2010)] 
  47. (en) « Autoroute extension to be finished in 1972 », dans The Gazette, 13 novembre 1971 [texte intégral (page consultée le 19 septembre 2010)] 
  48. Ministère des Transports du Québec, « Poste frontalier ». Consulté le 26 juin 2010
  49. Société de l'Assurance Automobile du Québec, « Les postes de contrôle routier et leur localisation ». Consulté le 7 juillet 2010
  50. a et b Ministère des Transports du Québec, « Halte Routière Autoroute 15 ». Consulté le 26 juin 2010
  51. Ministère des Transports du Québec, « Réaménagement de l'échangeur des autoroutes 15 et 640 - Boisbriand ». Consulté le 6 juillet 2010
  52. Claudine Mainville, « La sortie 28 de l’autoroute 15 dès cet automne », dans Journal Le Courrier, 2 mai 2008 [texte intégral (page consultée le 6 juillet 2010)] 
  53. Service météorologique du Canada, « Les inondations au Canada », Environnement Canada. Consulté le 2008-02-12
  54. Marc Pigeon, « Montréal se souvient de 1987 », dans Journal de Montréal, 9 juillet 2010 [texte intégral (page consultée le 19 septembre 2010)] 
  55. LCN, « Un viaduc s'écroule sur une voiture à Laval », 18 juin 2000. Consulté le 12 juillet 2010
  56. Radio-Canada, « Effondrement d'un viaduc à Laval », 19 juin 2000. Consulté le 12 juillet 2010
  57. LCN, « Viaduc à Laval: la Ville se dégage de toute responsabilité », 20 juin 2000. Consulté le 25 septembre 2010
  58. LCN, « Viaduc effondré: Beaver sans licence de construction », 20 juin 2000. Consulté le 25 septembre 2010
  59. LCN, « La structure du viaduc du Souvenir était vulnérable, concluent les experts », 24 octobre 2000. Consulté le 12 juillet 2010
  60. « Viaduc du Souvenir: la CSST établit trois causes de l'accident », dans Le Devoir, 7 mai 2003 [texte intégral (page consultée le 12 juillet 2010)] 
  61. Cédérick Caron, « Il y a dix ans s’effondrait le viaduc du Souvenir », dans L'Écho de Laval, 18 juin 2010 [texte intégral (page consultée le 12 juillet 2010)] 
  62. Ministère des Transports du Québec, « Objectif Sécurité ». Consulté le 26 juin 2010
  63. Cyberpresse.ca, « Radars photo: la moitié des infractions sur l'A-15 Sud », 26 juin 2010. Consulté le 26 juin 2010
  64. Transport Canada, « Un poste de contrôle routier unique au Canada en construction à Saint-Bernard-de-Lacolle », 25 novembre 2005. Consulté le 7 juillet 2010

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Autoroute 15 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Quebec Autoroute 15 — Autoroute Décarie, Décarie Autoroute, Décarie Expressway, Quebec Route 9 and Decarie Boulevard redirect here. Autoroute 15 Autoroute Décarie, Autoroute des Laurentides …   Wikipedia

  • Autoroute Décarie — Autoroute 15 Autoroute 15 Autres noms Autoroute des Laurentides Autoroute Décarie Longueur …   Wikipédia en Français

  • Autoroute des Laurentides — Autoroute 15 Autoroute 15 Autres noms Autoroute des Laurentides Autoroute Décarie Longueur …   Wikipédia en Français

  • Autoroute des laurentides — Autoroute 15 Autoroute 15 Autres noms Autoroute des Laurentides Autoroute Décarie Longueur …   Wikipédia en Français

  • Autoroute Félix-Leclerc — Autoroute 40 Pour les articles homonymes, voir Leclerc et Félix …   Wikipédia en Français

  • Autoroute Jean-Lesage — Autoroute 20 Autoroute 20 …   Wikipédia en Français

  • Autoroute Métropolitaine — Autoroute 40 Pour les articles homonymes, voir Leclerc et Félix …   Wikipédia en Français

  • Autoroute 50 (Québec) — Autoroute 50 Autoroute 50 Autres noms Autoroute de l Outaouais Longueur 106 km (66 mil …   Wikipédia en Français

  • Autoroute De l'Acier — Autoroute 30 Autoroute 30 Autres noms Autoroute de l Acier Longueur 122,7 kilom …   Wikipédia en Français

  • Autoroute Ville-Marie — Autoroute 720 Pour les articles homonymes, voir Ville Marie …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”