Automatistes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir automatisme.

Les Automatistes étaient un groupe d'artistes dissidents de Montréal, au Québec actifs entre 1945 et 1954.

Sommaire

Origine

Le mouvement fut fondé en 1942 par le peintre Paul-Émile Borduas. Le surréalisme ainsi que la psychanalyse furent deux courants de pensée qui inspirèrent grandement les automatistes. À l'encontre des surréalistes, les "Automatistes" préconisaient une approche intuitive expérimentale non représentative conduisant à un renouvellement en profondeur du langage artistique. Les premières œuvres résultant de ces expériences s'apparentaient à l'expressionnisme abstrait, malgré l'absence de liens entre le groupe montréalais et new-yorkais.

On reconnaît généralement que l'exposition de quarante-cinq gouaches de Paul-Émile Borduas, au mois d'avril 1942, au Foyer de l'Ermitage, à Montréal, fut le point de départ du mouvement. Une jeunesse enthousiaste se joignit alors à ce professeur, adoptant ses idées et son projet.

D'abord initié dans le milieu des arts visuels (peinture, dessin, sculpture, etc.), il s'étendit à d'autres disciplines artistiques: la poésie, la danse et le théâtre. La première manifestation publique du groupe eut lieu en mars 1946 dans le cadre d'une exposition organisée dans une boutique désaffectée de la rue Amherst à Montréal. La publication du manifeste Refus global, le 9 août 1948 aux Éditions Mythra-Mythe, définira leur vision politique.

Le mouvement regroupait les peintres Marcel Barbeau, Jean-Paul Riopelle, Pierre Gauvreau, Fernand Leduc, Jean-Paul Mousseau, et Marcelle Ferron ; les écrivains Claude Gauvreau et Thérèse Renaud ; les danseuses et chorégraphes Françoise Sullivan, Françoise Riopelle et Jeanne Renaud ; la designer Madeleine Arbour ; l'actrice Muriel Guilbault et le photographe Maurice Perron, de même que le psychiatre psychanalyste Bruno Cormier. Ils ont tous signé le manifeste Refus global rédigé par Paul-Émile Borduas.

Appellation

C'est le journaliste et communicateur, Tancrède Marsil Jr., qui, le premier, nomma le groupe « Les Automatistes » dans sa critique de leur seconde exposition à Montréal (15 février au 1er mars 1947). Cet article fut publié dans Le Quartier latin, le journal étudiant de l' Université de Montréal[1]. Ce nom lui avait été inspiré par le discours esthétique des exposants eux-mêmes au cours du vernissage, notamment celui de son chef de file, Paul-Émile Borduas, et celui du poète Claude Gauvreau, qui prônaient le recours une écriture automatique inspirée des pratiques surréalistes.

Automatismes

Période automatiste (1955-1960)
Gaston Rebry (fils).

Paul-Émile Borduas distingue trois modes d'automatismes: mécanique, psychique, surrationnel[2].

  • mécanique : « produit par des moyens strictement physiques, plissage, grattage, frottements, dépôts, fumage, gravitation, rotation, etc. »
  • psychique : « en littérature: écriture sans critique du mouvement de la pensée. »
  • surrationnel : « écriture plastique non préconçue. Une forme en appelle une autre jusqu'au sentiment de l'unité, ou de l'impossibilité d'aller plus loin sans destruction. »

Évolutions individuelles

Sans s'être séparés radicalement, les Automatistes ont interrompu leurs activités communes en 1954, après l'exposition La matière chante organisée par Claude Gauvreau. Le départ pour l'étranger de la plupart d'entre eux, particulièrement celui de Borduas pour New York, en 1953, puis Paris, en 1956, a précipité la dissolution effective du groupe. Cependant, les Automatistes ont constamment maintenu des liens entre eux par-delà le temps et l'évolution de leurs recherches esthétiques respectives.

Citation

« Les Automatistes étaient des paysagistes dans le grand sens du mot, véhiculant les rapports de l'homme avec son milieu géographique, avec sa lumière[3]. »

— Marcelle Ferron

Notes et liens externes

  1. Les automatistes L'école Borduas
  2. Dans: Commentaires sur des mots courants, deuxième texte du recueil Refus global
  3. Patricia Smart, Marcelle Ferron : Monographie, Éditions Simon Blais, 2008, p. 9 .

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Automatistes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Automatistes — (les) groupe de peintres québécois (Fernand Leduc, Marcel Barbeau, Marcelle Ferron, Madeleine Arbour, Jean Paul Riopelle, etc.) qui se constitua autour de Paul émile Borduas au déb. des années 40. Adeptes d une peinture spontanée et libre de… …   Encyclopédie Universelle

  • Les Automatistes — Automatistes Pour les articles homonymes, voir automatisme. Les Automatistes étaient un groupe d artistes dissidents de Montréal, au Québec actifs entre 1945 et 1954. Sommaire 1 Origine 2 …   Wikipédia en Français

  • Les Automatistes — were a group of Québécois artistic dissidents from Montreal, Quebec. The movement was founded in the early 1940s by painter Paul Émile Borduas. Les Automatistes were so called because they were influenced by Surrealism and its theory of… …   Wikipedia

  • Automatiste — Automatistes Pour les articles homonymes, voir automatisme. Les Automatistes étaient un groupe d artistes dissidents de Montréal, au Québec actifs entre 1945 et 1954. Sommaire 1 Origine 2 …   Wikipédia en Français

  • Maurice Perron — Pour les articles homonymes, voir Perron. Maurice Perron, né à Montréal le 6 juillet[réf. nécessaire] 1924[1], et décédé le 27 février 1999 …   Wikipédia en Français

  • Jean-Paul Mousseau — Jean Paul Mousseau, né à Montréal le 1er janvier 1927, décédé le 7 février 1991, fut un élève de Paul Émile Borduas et un membre des Automatistes. Sommaire 1 Biographie 2 Expositions …   Wikipédia en Français

  • Jean-paul mousseau — Cet article fait partie de la série Peinture Liste des peintres Portail de la Peinture Jean Paul Mousseau, né à Montréal le 1er janvier 1927 …   Wikipédia en Français

  • Jean-Paul Mousseau — (January 1, 1927 February 7, 1991) was a student of Paul Émile Borduas and a member of the Automatist school of Quebec artists. He took a new direction at the end of the 1950s as one of the first Quebec artists who saw the necessity of… …   Wikipedia

  • Refus global — est un manifeste artistique publié le 9 août 1948 à Montréal par les Automatistes. Il paraît secrètement[1] aux Éditions Mythra Mythe. Son auteur, Paul Émile Borduas, remet en question les valeurs traditionnelles et rejette l… …   Wikipédia en Français

  • AUTOMATE — Un automate (du grec 見羽精礼猪見精礼益) est une machine imitant les mouvements, les fonctions ou les actes d’un corps animé. Des origines jusqu’à nos jours, la création des figures animées, d’une complexité de plus en plus grande à mesure que se… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”