Aurelie Ghika

Aurélie Ghika

Aurélie Soubiran, princesse Ghika, est une femme de lettres française née à Caen (Calvados) le 27 mars 1820, morte à Lectoure (Gers) le 21 février 1904.

Sommaire

Biographie

L'écrivain Ion Ghica
Vasile Alecsandri
La tombe d'Aurélie Ghika à Lectoure

« Demi-mondaine »

Son père, Paul Émile Soubiran, originaire de Lectoure (Gers), fils d’un orfèvre, est une sorte d’aventurier qui a exercé beaucoup de métiers et s’est attribué des personnalités différentes : cuisinier, évêque, général. Fuyant quelques déboires sur place, bien que la population considère avec bienveillance ses exploits, il va s’installer à Vire, en Normandie, où il se marie, et il a trois enfants, un garçon et deux filles, dont la cadette est Aurélie de Soubiran, avec une particule qu'elle conservera. La fille aînée serait partie vivre à Paris une vie de courtisane, et serait morte de ses excès. Le frère lèguera à Aurélie, en 1849, le domaine de Cassagnau, près de Lectoure. Aurélie doit avoir reçu une excellente éducation, car elle est férue de littérature et fréquente les hommes de lettres et les artistes. Elle écrit elle-même (elle commence à publier en 1841). La rumeur prétend qu’elle tiendrait un salon de jeux. Il demeure difficile, entre les jugements peu flatteurs des uns, et les commentaires plutôt élogieux des autres, sur sa culture et son talent d'écrivain, de faire la part des choses. Fréquentant le salon littéraire de Gavarni en 1841, elle y rencontre, entre autres, Alexandre Dumas, Alphonse Karr, Henri Monnier, Léon Gozlan... Au cours d'une des soirées, Honoré de Balzac lit les lignes de sa main et lui prédit qu'elle règnerait un jour. « Sur la Revue des Deux-Mondes ? dit Aurélie en riant — Non, sur un peuple ».

Princesse

Elle épouse le 23 novembre 1849 le prince Grigore Ghika, hospodar de Valachie, né en 1813. Grigore a eu deux enfants, Gheorghe (1837-1888) et Lucia Ruxandra (1838-1899)[1] avec Alexandra Coressi, avec qui il n'était pas légalement marié. Les Ghyka, ou Ghika, ou Ghica, constituent l’une des plus grandes familles princières d’Europe, régnant sur la Moldavie et la Valachie pendant deux siècles, depuis 1659 (jusqu'en 1678 sous le nom de Ghica, ensuite alliés à d'autres familles) jusqu’en 1859 où les deux principautés fusionnent pour former le « vieux royaume » de Roumanie. C’est un mariage d’amour, qui s’annonce très heureux. Aurélie suit son époux en Roumanie. Pendant dix années, « les plus heureuses de sa vie », elle s'intéresse au pays, à son histoire, à sa politique. Elle écrit plusieurs ouvrages sur le sujet et devient une ambassadrice de ce pays. Du reste beaucoup d'écrivains et de poètes roumains sont connus en France pour assurer la renommée de leur pays. Gérard de Nerval, avant d'être reçu en Roumanie, en 1844-1845, et bien avant d'écrire son Aurélia, a déjà lu des quantités d'ouvrages, et ceux d'Aurélie en font partie[2].

Le hospodar Grigore a de bonnes chances de monter sur le trône des principautés réunies de la Valachie et de la Moldavie, et la prédiction de Balzac est donc près de se réaliser. Le couple va s'installer pour un temps à Paris, au 5 de la rue Tronchet. Le 23 septembre 1859, ils sont en voiture sur les Champs-Élysées, le prince conduisant lui-même la victoria. Aurélie descend pour « faire les boutiques » et alors que le prince va repartir, les chevaux s’emballent et Ghika, éjecté de la voiture, heurte de la tête le bord du trottoir et meurt sur le coup. C'est un drame pour Aurélie.

Le prince avait laissé un testament en faveur d’Aurélie, qui revient en Roumanie, comme dame de compagnie de la princesse Elena Cuza. Elle fréquente toujours les cercles littéraires, est très proche de son cousin par alliance, l'écrivain, diplomate et deux fois premier ministre Ion Ghica, du poète Vasile Alecsandri, et du prince régnant, Alexandru Ioan Cuza. Mais le gouvernement roumain, et peut-être la famille Ghyka, n'entendent pas laisser la jeune veuve profiter des biens de Grigore. Elle accepte de transiger pour une rente annuelle de 25 000 francs.

Retraite

Elle se retire à Lectoure. L’arrivée de cette dame au titre pourtant prestigieux suscite un intérêt mitigé parmi la bonne société locale, qui n’a sans doute pas oublié les frasques de Paul Soubiran, et qui ne voit en elle qu'une sorte de demi-mondaine parvenue. Alors que chaque maîtresse de maison a son « jour » pour recevoir ses amies avec thé et petits fours, à l’entrée de la princesse Ghika, les tasses et les assiettes disparaissent sous les fauteuils et les grandes robes à volants[3]. Accueillant son ami, le poète Clovis Hugues, elle répond à son lyrique « Salut, ville dix fois guerrière ! Nid d'aigles, berceau de géants », adressé à la ville de Lectoure, par un dédaigneux « Nid d'oies ! »

Pourtant, avec le temps et l'évolution de la société bourgeoise, Aurélie Ghika montre qu’elle sait recevoir avec tout le luxe et la distinction requis, et bientôt tout le monde se presse chez elle, conquis, sinon par sa littérature, du moins par l'écriture exquise et originale de ses billets d'invitation, et par la qualité de sa cuisinière. Cependant, elle ne cesse pas de communiquer avec ses amis roumains, les écrivains, et d'écrire elle-même. Si son œuvre est passée inaperçue pendant longtemps, et surtout dans son pays natal, elle est maintenant reconnue en Roumanie.

Elle s'éteint le 21 février 1904 et est enterrée à Lectoure.

Notes et références

  1. http://www.ghyka.com/Branches/Grigore_IV.pdf
  2. Paris, 1844-1855: l'âme roumaine
  3. Deux siècles d'histoire de Lectoure (1780-1980), Syndicat d'initiative, Lectoure, 1981.

Œuvres

  • Nos étrennes, Toulouse, 1841
  • Virginie, Paris, 1845
  • Marguerite et Jeanne, Paris, 1848
  • Le petit livre des femmes, Paris, 1848
  • La Valachie moderne, Paris, Comptoir des imprimeurs-unis, 1850 (réf BNF M-26716)
  • Lettres d’un penseur des bords du Danube, Paris, comptoir des imprimeurs, 1852
  • Denkerbriefe von wallachischen Donauufer, 1854
  • La Valachie devant l'Europe, Paris, 1858 (réf BNF J-18547)
  • La duchesse de Cerni, Paris, J. Hetzel, 1866
  • Madame Malborough ou la fidélité conjugale, caprice sentimental poétisé par l'ange des Songes, Lectoure, 1877
  • Le carême à Saint-Gervais de Lectoure, Lectoure, 1877
  • Le Prince Napoléon, Lectoure, 1891 (réf BNF Microfiche 8-LN27-39989)
  • Les pensées de la solitude, Paris, 1891
  • À mes compatriotes, Lectoure, 1896
  • Orgueil patriotique, Lectoure, 1896
  • Démètre Ghika, Lectoure, 1897
  • Le roi Milan, Lectoure, 1901
  • Le roi Charles de Roumanie, Lectoure, 1901

Sources

  • Deux siècles d'histoire de Lectoure (1780-1980), Syndicat d'initiative, Lectoure, 1981.
  • Henri Sales, « Études préliminaires sur la Princesse Ghica », Bulletin de la Société archéologique du Gers, 3e trimestre 1967.
  • Louis Puech, Un aventurier gascon, Paul Émile Soubiran, Lectoure, Auch, 1907

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la Roumanie Portail de la Roumanie
Ce document provient de « Aur%C3%A9lie Ghika ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aurelie Ghika de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aurélie Ghika — Pour les articles homonymes, voir Ghica. Henriette Aurélie Soubiran, princesse Ghika (on trouve aussi l orthographe Ghica), est une femme de lettres française née à Caen (Calvados) le 27 mars 1820, morte à Lectoure (Gers) le 21 février 1904.… …   Wikipédia en Français

  • Vasile Alecsandri — Vasile Alecsandri, né le 21 juillet 1821 à Bacău (Roumanie, ancienne Moldavie), mort le 22 août 1890 à Mircești, est un poète, dramaturge, folkloriste, diplomate et homme politique roumain. Il est considéré comme le créateur du théâtre et de la… …   Wikipédia en Français

  • Caen — Cet article possède un paronyme, voir : CAEN.  Pour l’article homophone, voir Camp …   Wikipédia en Français

  • Caen-la-Mer — Caen 49°10′59″N 0°22′10″O / 49.18306, 0.36944 …   Wikipédia en Français

  • Liste d'articles sur la Roumanie — Projet:Roumanie/Liste d articles sur la Roumanie Cette page liste les articles de Wikipédia relatifs à la Roumanie. 0 9 ─ A ─ B ─ C ─ D ─ E ─ F ─ G ─ H ─ I ─ J ─ K ─ L ─ M ─ N ─ O ─ P ─ Q ─ R ─ S ─ T ─ U ─ V ─ W ─ X ─ Y ─ Z Attention, cette page… …   Wikipédia en Français

  • Projet:Roumanie/Liste d'articles sur la Roumanie — Cette page liste les articles de Wikipédia relatifs à la Roumanie. 0 9 ─ A ─ B ─ C ─ D ─ E ─ F ─ G ─ H ─ I ─ J ─ K ─ L ─ M ─ N ─ O ─ P ─ Q ─ R ─ S ─ T ─ U ─ V ─ W ─ X ─ Y ─ Z Attention, cette page est générée de façon semi automatique. Prière de… …   Wikipédia en Français

  • Ghica — La famille Ghica ou Ghika est une maison princière roumaine originaire d Albanie. Elle s’implante dans les principautés de Moldavie et de Valachie dès le milieu du XVIIe siècle grâce à la protection accordée par le Grand Vizir Mehmet Köprülü à… …   Wikipédia en Français

  • Grigore IV Ghica — Pour les articles homonymes, voir Ghica. Grigore IV Ghica ou Grigore Dimitrie Ghika VIII (né en juin 1755 mort le 29 avril 1834). Membre de la Famille princière Ghica, il est prince de Valachie de 1822 à 1828. Sommaire 1 Origine …   Wikipédia en Français

  • List of World War II topics (A) — # A 20 Havoc # A 25 Helldiver # A 26 Invader # A 31 Vengeance # A A line # A Bell for Adano (novel) # A Blank in the Weather Map # A Bridge Too Far (book) # A Bridge Too Far (film) # A Canterbury Tale # A Challenge to Democracy # A class… …   Wikipedia

  • Lectoure — 43° 56′ 07″ N 0° 37′ 19″ E / 43.9352777778, 0.621944444444 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”