Aurei

Aureus

Aureus frappé en 193 par Septime Sévère pour célébrer la Légion VIII Augusta

L'aureus (aurei au pluriel) ou denier d'or[1] est une monnaie romaine d'or valant 25 deniers d'argent, soit 100 sesterces. Son émission devient régulière à partir de Jules César (Ier siècle av. J.-C.), et se poursuit sous l'Empire romain jusqu'à son remplacement au début du IVe siècle par le solidus. L'aureus a approximativement la même taille que le denier, mais il est plus lourd que ce dernier, car la densité de l'or est plus élevée que celle de l'argent.

Le terme aureus est à l'origine du mot danois øre[2], désignant les subdivisions monétaires des couronnes danoise, féringienne, norvégienne et suédoise.

Sommaire

Historique

Aureus de Clodius Albinus datant de 194
La livre désigne ici l'unité de mesure romaine équivalent à 327,368 grammes.

Avant la prise du pouvoir par Jules César, l'aureus était frappé très irrégulièrement, habituellement dans le but de faire des paiements importants à partir des butins capturés (l'or est transformé en pièces, pour assurer les dépenses). La première émission d’aurei semble remonter à 217 av. J.-C..

César rend la frappe d'aureus plus régulière et impose notamment un poids standard équivalent à 1/40e de livre[3],[4] soit environ 8,16 grammes. Cette pièce, constituée d'or pur sans alliage, est appelée l’aureus nummus.

Auguste se réserve, par la suite, la frappe des espèces précieuses dont l'aureus, qui pesait 1/42e de livre d'or (soit 7,79 g) et vaut 25 deniers.

Néanmoins, Les successeurs d'Auguste ont recours à une forme d'inflation, qui consiste à diminuer soit le poids des pièces, soit leur titre (pourcentage d'or), ou parfois en cumulant les deux pratiques.

Ainsi, La masse de l'aureus va diminuer à 1/45e de livre[3],[4] (7,39 g), durant le règne de Néron (le denier pèsera environ 3,38 grammes).

Après le règne de Marc Aurèle (l'aureus pèse environ 7,3 g), la production d'aurei va diminuer ainsi que son poids qui atteint environ 1/50ème de livre (6,54 g)[3],[4] sous le règne de Caracalla (dynastie des Sévères). Sous le règne de Sévère Alexandre (222 à 235), dernier empereur de la dynastie des Sévères, l'aureus va peser jusqu'à 5,83 grammes[5].

Pendant le IIIe siècle, les pièces en or sont introduites sous diverses formes et poids, ce qui rend difficile de déterminer exactement la pièce en or, standard de l'époque.

Aurélien supprime en 274 les prérogatives sénatoriales en matière d'émissions de monnaies de bronze et veut restaurer le système de Caracalla. Il met alors en place un aureus à 6,45 grammes et crée un antoninianus ou aurelianus à 3,80 grammes.

Sous le règne de Dioclétien, l'aureus pèse environ 1/60e de livre[3],[4].

Constantin introduit le solidus en 309 (ou 311) (1/72ee de livre), afin de remplacer l'aureus comme unité monétaire standard en or, de l'Empire romain. L'aureus avait atteint à l'époque un poids similaire à son successeur, le solidus[3],[4] (le solidus est plus large et moins épais que l'aureus, qui ressemblait dans sa fabrication au denier d'argent).

À partir de cette date, l'aureus ne sera plus émis que pour des occasions particulières et en très petites quantités.

Les aurei

La République romaine

L'Empire romain

Notes

  1. Henry Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l'Empire romain, Tome I, Paris, 1880, introduction page 13. Lien vers l'ouvrage
  2. Encyclopædia Universalis, Article Germains
  3. a , b , c , d  et e Henry Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l'Empire romain, Tome I, Paris, 1880, introduction page 16. Lien vers l'ouvrage
  4. a , b , c , d  et e Theodor Mommsen, Histoire de la monnaie romaine, traduction par Le duc de Blacas, Tome I. Lien vers l'ouvrage
  5. Encyclopædia Universalis, Article Rome et Empire romain - Le Haut Empire

Sources

Bibliographie

Ouvrages généralistes

  • (en) Akerman John Yonge, A Manual of Roman Coins, Londres 1865. Lien vers l'ouvrage
  • Babelon Ernest, Moneta in Mémoire de l'Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, Paris 1913. Lien vers l'ouvrage
  • Cohen Henry, Description Historique des monnaies frappées sous l'Empire romain, deuxième édition, Paris, 1880-1892. Lien vers l'ouvrage
  • (en) Gnecchi Francesco, Roman Coins Elementary Manual, Londres 1903. Lien vers l'ouvrage
  • (de) Imhoof-Blumer Friedrich, Porträtköpfe auf Römischen Münzen der Republik und der Kaiserzeit, Leipzig 1892. Lien vers l'ouvrage
  • Mommsen Theodor, Histoire de la monnaie romaine, traduction par Le duc de Blacas, Tome I, II, III et IV. Tome I Tome II Tome IV

Ouvrages spécialisés

  • (la) De Bye Jacques, Imperatorum Romanorum a Julio Caesare ad Heraclium usque Numismata Aurea, Anvers 1627. Lien vers l'ouvrage
  • De Schodt Alphonse, Terme sur les médailles d'Octave-Auguste, in Revue belge de numismatique, Bruxelles 1883. Lien vers l'ouvrage
  • De Witte Jean, Médailles de Bonosus, in Revue numismatique, Paris 1859. Lien vers l'ouvrage
  • Merlin Alfred, Les revers monétaires de l'empereur Nerva, Paris 1906. Lien vers l'ouvrage

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
  • Portail de la numismatique Portail de la numismatique
Ce document provient de « Aureus ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aurei de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Auréi — Aureus Aureus frappé en 193 par Septime Sévère pour célébrer la Légion VIII Augusta L aureus (aurei au pluriel) ou denier d or[1 …   Wikipédia en Français

  • aurei — n. gold coin of ancient Rome that was a monetary unit …   English contemporary dictionary

  • aurei — plural of aureus …   Useful english dictionary

  • AUREI Valeriani — vide infra Valeriani Aurei: ut de Antoninianis, supra …   Hofmann J. Lexicon universale

  • AUREI Calcei — vide infra Calcus: tui de aureis corrigiis, in calceis corum, qui Curulem Magistratum cepissent, apud Roman. item de aquilis aureis nummisque iisdem ab Imperatorib. Constantinopolit. aliisque appinigi solitis, ibid. nec non voce Zancha …   Hofmann J. Lexicon universale

  • AUREI et AUREOLI Homnies — AUREI, et AUREOLI Homnies pro praestantibus et auro contra aestimandis. Unde bonis propugnatoribus hoc saepius nomen appositum, tradit Trebellius in ludo gladiatorio. Sic Graecis χρύσεοι ἄνδρες: et exstat Graecum Epigramma Calliae, in quendam… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • ANTONINIANI Aurei — apud Flavium Vopisc. in Probo, c. 3. Aureos Antoninianos trecentos, argenteos Aurelianos mille, etc. et Valeriano in Vita Aureliani c. 9. ipsi autem ad sumptus, aureos Antoninianos diurnos binos, argenteos Philippeos minutulos quinquagenos, aeris …   Hofmann J. Lexicon universale

  • QUARTARII Aurei — apud Ael. Lamprid. in Alexandro Severo, c. 39. Tunc etiam, quum ad tertiam partem auri vectigal decidisset. tremisses, (formati sunt) dicente Alexandrô, etiam quartarios futuros, quod minus non posset: dicti sunt, quod quartam aurei solidi partem …   Hofmann J. Lexicon universale

  • VALERIANI Aurei — apud Treb. Pollionem in Claudio, c. 17. cui Gallienus, inter alia, tribui iussit, Aureos Valerianos CL. Trientes Saloninianos CCC. nummi sunt a Valeriano Imperatore cusi, quos proin Valerianeos aut Valerianinos, potius appellandos fuisse, sicque… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Neque ille sibi mereat Persarum montes, qui esse aurei perhibentur. — См. Золотые горы сулить …   Большой толково-фразеологический словарь Михельсона (оригинальная орфография)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”