Auguste et Louis Lumière

Auguste et Louis Lumière

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Auguste et Louis Lumière

Nom de naissance Auguste Marie Louis Nicolas Lumière

Louis Jean Lumière
Naissance Auguste : 19 octobre 1862
Louis : 5 octobre 1864
à Besançon, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès Auguste : 10 avril 1954 (à 91 ans)
Louis : 6 juin 1948 (à 83 ans)
Profession Réalisateur
Films notables La Sortie de l'usine Lumière à Lyon,
l'Arroseur arrosé,
le Repas de bébé,
l'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat

Auguste Lumière (Auguste Marie Louis Nicolas Lumière, né le 19 octobre 1862 à Besançon et mort le 10 avril 1954) et Louis Lumière (Louis Jean Lumière, né le 5 octobre 1864 à Besançon et mort le 6 juin 1948) sont deux ingénieurs français qui ont joué un rôle primordial dans l'histoire du cinéma et de la photographie. Ils sont souvent désignés comme les frères Lumière.

Ils sont inhumés à Lyon, au nouveau cimetière de la Guillotière (A6).

Ils sont les fils de l'industriel et photographe Antoine Lumière.

Sommaire

Invention

Les frères Lumière ont déposés plus de 170 brevets, essentiellement dans le domaine de la photographie. Ils sont à l'origine de la commercialisation des plaques photographiques instantanées en 1881. La vente de ces plaques dites Plaques Etiquettes-Bleues fera leur fortune. Ils sont à l'origine du Cinématographe qui lance définitivement l'industrie du cinéma en 1895. Ils sont à l'origine de l'obtention de la couleur sur plaque photographique en 1907. Cette plaque, dite "autochrome" était considérée par Louis Lumière comme sa plus prestigieuse invention, celle pour laquelle il consacra plus de 10 années de sa vie.

Projections privées et publiques de 1895

Le premier film tourné par Louis Lumière est Sortie d'Usine plus connu aujourd'hui sous le nom de La Sortie des Usines Lumière. Il a été tourné à Lyon, chemin Saint-Victor (aujourd'hui Rue du Premier-Film, où se trouve l'Institut Lumière) le 19 mars 1895[1]. La première représentation privée du cinématographe Lumière eu lieu à Paris le 22 mars 1895 dans les locaux de la Société d'Encouragement pour l'Industrie Nationale[2]. Dans la foulée, Louis Lumière tourne en été 1895 le célèbre Jardinier qui deviendra plus tard L'Arroseur arrosé. C'est le film le plus célèbre des frères Lumière.

En attendant la première séance publique, on montre le Cinématographe à de nombreux scientifiques. Le succès est toujours considérable. Le 11 juin pour le Congrès de photographes à Lyon, le 11 juillet à Paris, à la Revue générale des sciences, le 10 novembre devant l’Association belge de photographes, le 16 novembre dans l’Amphithéâtre de la Sorbonne…

La première projection publique des Lumière a lieu le 28 décembre 1895 au Salon indien du Grand Café, boulevard des Capucines à Paris. La séance est présentée par Antoine Lumière devant trente-trois spectateurs. Charles Moisson, le constructeur de l’appareil sera le chef mécanicien et supervisera la projection. Le prix de la séance sera fixé à 1 Franc[N 1].

Programme d’une projection publique au Salon indien du Grand Café à Paris en 1895

Le programme complet de la première séance publique payante, à Paris, comprenait 10 films tous produits en 1895[3] :

  1. La Sortie de l'usine Lumière à Lyon
  2. La Voltige
  3. La Pêche aux poissons rouges
  4. Le Débarquement du congrès de photographie à Lyon
  5. Les Forgerons
  6. Le Jardinier
  7. Le Repas de bébé
  8. Le Saut à la couverture
  9. La Place des Cordeliers à Lyon
  10. La Mer (Baignade en mer)

Le film L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat n'a pas été projeté ce jour-là, mais plus tard[4].

Rapidement, les frères Lumière comprennent l'intérêt de capter ainsi des images du monde et de les montrer grâce au cinématographe.

Autres inventions

Auguste et Louis Lumière ont mis au point et commercialisé le premier procédé industriel de photographie couleur : l'autochrome.

Les Lumière étaient des touche-à-tout. Ils inventèrent également la plaque photographique sèche, la photographie en couleur (1896), la photostéréosynthèse (procédé de photographie en relief, 1920) et le cinéma en relief en 1935 (par le procédé des anaglyphes). Ils ont également perfectionné la croix de Malte, système qui permet à une bobine d'avancer par intermittence. Cette invention est toujours utilisée de nos jours.

Ils sont à la source de bien d'autres inventions ou théories, notamment dans l'univers médical. Auguste Lumière tenta en particulier - sans succès, et sa rancœur envers ses collègues apparaît dans ses ouvrages - de diffuser une théorie des phénomènes colloïdes en biologie[5], théorie qui malgré ses approximations et ses nombreux postulats, développe une idée avant-gardiste de ce que sera l'immunologie moderne[réf. nécessaire].

Il a été recensé 196 brevets + 43 additifs ayant comme titulaire " Lumière " (Brevets collectifs + sociétés Lumière + brevets individuels). Ils sont à la source de médicaments tels que le « Tulle gras » pour soigner les brûlés, la thérapeutique de la tuberculose grâce aux sels d'or et à la Cryogénie, l'Allocaïne...

Leur château, situé près de leurs anciennes usines, dans le 8e arrondissement de Lyon, est aujourd'hui un musée du cinéma : l'Institut Lumière présidé par le cinéaste Bertrand Tavernier et dirigé par Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes.

Attitude pendant l’Occupation

Louis Lumière s'implique fortement dans le soutien au régime fasciste italien. En effet, le gouvernement fasciste veut lutter contre la prédominance du cinéma américain et il organise pour le quarantième anniversaire de l'invention du cinéma, le 22 mars 1935, un grand gala auquel assiste en personne Louis Lumière. Ce jour-là, Louis dédicace sa photo : « À son Excellence Benito Mussolini avec l'expression de ma profonde admiration. » Cette photo et cette dédicace sont publiées en page 3 d'un ouvrage édité à cette occasion, par l'Imprimerie nationale italienne. Il associe son frère Auguste dans « la vive gratitude » qu'il exprime à l'égard des organisateurs fascistes de cette assemblée et dans ce même ouvrage, émanant du secrétariat des Groupes Universitaires Fascistes, il évoque « l'amitié qui unit nos deux pays et qu'une communauté d'origine ne peut manquer d'accroître à l'avenir »[6].

Le 15 novembre 1940, il écrit, dans le Petit Comtois :

« Ce serait une grande faute de refuser le régime de collaboration dont le maréchal Pétain a parlé dans ses admirables messages. Auguste Lumière, mon frère, dans des pages où il exalte le prestige incomparable, le courage indompté, l'ardeur juvénile du Maréchal Pétain et son sens des réalités qui doivent sauver la patrie, a écrit : « Pour que l'ère tant désirée de concorde européenne survienne, il faut évidemment, que les conditions imposées par le vainqueur ne laissent pas un ferment d'hostilité irréductible contre lui. Mais nul ne saurait mieux atteindre ce but que notre admirable Chef d'État, aidé par Pierre Laval qui nous a donné déjà tant de preuves de sa clairvoyance, de son habileté et de son dévouement aux vrais intérêts du pays. » Je partage cette manière de voir. Je fais entièrement mienne cette déclaration. »

Auguste Lumière siégea au conseil municipal de Lyon mis en place par le régime de Vichy en 1941 (il n'y fut cependant presque jamais présent). En juillet 1941, il fit partie du comité de patronage de la Légion des volontaires français (LVF) créée à l'initiative du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot. Il mit donc « sa notoriété d'inventeur au service de la collaboration armée avec l'ennemi qui pillait, torturait, déportait, fusillait… »[7].

Louis Lumière est membre du Conseil national mis en place par Vichy.

Auguste et Louis Lumière reçurent tous deux la décoration de la Francisque.

En 1995, pour la célébration du centenaire de l'invention du cinéma, la Banque de France voulut honorer les frères Lumière en imprimant le nouveau billet de 200 FF à leur effigie. L'Amicale des Réseaux Action de la France Combattante protesta : « Les frères Lumière nous inspirent un profond mépris. Ils ne peuvent être honorés sans outrager les victimes de la collaboration. » À la séance du 24 juillet 1995 du Conseil Municipal de Lyon, Bruno Gollnisch, professeur à l’Université Lyon-III, représentant le Front national, déclare : « Après Alexis Carrel […], ce sont donc de nouvelles figures illustrant le génie lyonnais qui se trouvent ainsi attaquées. » Il est intéressant de noter qu'Auguste Lumière développa des positions eugénistes proches de celles d'Alexis Carrel dont il est très proche au début de la guerre 1914-1918[8] : il préconisait en effet, croyant à la théorie médicale de la dégénérescence, que les malades tuberculeux soient interdits de descendance afin d'améliorer l'espèce[N 2].

L'affaire du projet d'impression de billets de 200 FF à l'effigie des frères Lumière fit grand bruit dans la presse : cette impression fut alors annulée par la Banque de France. Le billet sortit finalement à l'effigie de Gustave Eiffel.

L'historien Pascal Ory indique qu'à son avis le soutien des frères Lumière au gouvernement de Vichy n'avait pas dépassé « le stade d'une ou deux déclarations à la presse »[9].

On notera aussi que les frères Lumière se sont appuyés pendant de longues années sur un collègue particulièrement fidèle dont le rôle a été majeur, le chimiste Alphonse Seyewetz, qui était de confession juive, mais qui est mort en 1940, avant le début des persécutions.

Hommage

Le monument à la mémoire des frères Lumière, La Ciotat
Le monument à la mémoire des frères Lumière, place Monplaisir

Un monument a été érigé sur la plage de La Ciotat (Bouches-du-Rhône) et l'ancienne allée principale de leur propriété s'appelle « allées Lumière ». Le cinéma de la ville porte également leur nom.

Il est prévu que l'Eden Théâtre, où fut projeté le premier film à exploitation commerciale, soit restauré par la Ville de La Ciotat à l'occasion de l'opération « Marseille Provence capitale de la culture en 2013 ».

Un des deux lycées de La Ciotat porte également en leur honneur le nom de « lycée Auguste-et-Louis-Lumière ».

La place centrale de Front Lot au parc Walt Disney Studios (parc dédié au cinéma) porte le nom de « place des Frères-Lumière ».

Un monument en forme d'écran géant courbe a été érigé à leur mémoire place Monplaisir à Lyon en face de la Villa Lumière, ancienne résidence d'Antoine Lumière, leur père, qui abrite aujourd'hui l'Institut Lumière. La partie concave, peinte en blanc uni, permet la projection de films en plein air.

En 2010, Philippe Starck utilise une image du film L'Arrivée d'un train en gare de La Ciotat pour le design de l'entrée de la salle de cinéma numérique du palace parisien Le Royal Monceau, « Le Cinéma des Lumières ».

Bibliographie

  • Guy Borgé / Marjorie Borgé. Les Lumière. Antoine, Auguste, Louis et les autres : l'invention du cinéma, les autochromes. Préface de Jacques Trarieux-Lumière. Lyon: ELAH, Éd. lyonnaises d'art et d'histoire, 2004.
  • Jacques Rittaud-Hutinet. Les frères Lumière, l'invention du cinéma. Lyon: Flammarion, 1995 (édité pour le centenaire de l'invention).
  • Jacques Rittaud-Hutinet. Antoine, Auguste et Louis Lumière. Lyon: Lugd, 1994.
  • Jacques Rittaud-Hutinet et Yvelise Dentzer. Auguste et Louis Lumière, Correspondances. Préface de Maurice Trarieux-Lumière. Lyon: Cahiers du cinéma, 1994.

Notes et références

Notes

  1. . Ces projections ne sont pas à proprement parler les premières du monde, car il faut prendre en compte les projections des pionniers, celle de Jean Le Roy le 22 février 1895 à Clayton dans le New Jersey et celle du français Louis Aimée Augustin Le Prince en 1888, mais ce cinéma avant l'heure et non commercial est à classer dans la catégorie du pré-cinéma. Signalons également les travaux des frères Eugen et Max Skladanowsky qui projetèrent le 1er novembre 1895 au Wintergarten de Berlin quelques courts métrages à un public ayant payé pour assister à la projection. Six mois après la présentation de décembre 1895, la première projection de films en Amérique fait avec le cinématographe Lumière sera le fait de Louis Minier et Louis Pupier ; elle a lieu à Montréal (voir cinéma québécois)
  2. Un éloge de cette position refusant les "mésalliances" avec les tuberculeux est fait en 1942 dans La vie laborieuse et féconde d'Auguste Lumière, de Paul Vigne, Durand-Girard éditeur, 1942. Le rapprochement avec Alexis Carrel est fait par Jack Guépin, La conception colloïdale de la vie d'après les travaux d'Auguste Lumière, F. Robaudy éditeur, 1935. Auguste Lumière publie dans la Revue des deux mondes toute une série d'articles expliquant que la tuberculose est une « maladie sociale » (1948), qu'il appelle « hérédo-tuberculose » (1935) faisant de la tuberculose une « maladie congénitale » (1946).

Références

  1. C'était le 19 mars 1895, à midi...., lexpress.fr, 16/03/1995
  2. Auguste et Louis Lumière, Correspondances, page 37.
  3. La première séance publique payante, sur le Site institut-lumiere.org
  4. Vincent Pinel, Le cinéma muet, éd. Larousse, 2010, p. 49
  5. Auguste Lumière, Colloïdes et micelloïdes, leur rôle en biologie et en médecine, Ed. médicales Norbet Maloine, 1933
  6. Chritel Taillibert, L'Institut international du cinéma éducatif, Regards sur le rôle du cinéma éducatif dans la politique internationale du fascisme italien, Champs visuels, L'Harmattan, 1999, ISBN:2-7384-7701-1, page 351.
  7. D'après L'Est Républicain qui révéla l'affaire en 1994[réf. nécessaire].
  8. Alain Drouard,Alexis Carrel (1873-1944) : de la mémoire à l'histoire, L'Harmattan, 1995, pp. 51 et 115.
  9. Les Collaborateurs (Éditions du Seuil, 1977)

Voir aussi

Voir la catégorie : Frères Lumière.

Sur les autres projets Wikimedia :

=== Articles connexes

Liens externes

Histoire de la reconstitution et de la restauration du corpus des films Lumière
Le nom de Louis Lumière a été donné à un paquebot des Messageries Maritimes

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Auguste et Louis Lumière de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Auguste Et Louis Lumière — Auguste et Louis Lumière Nom de naissance Auguste Marie Louis Nicholas Lumière et Louis Jean Lumière Naissance …   Wikipédia en Français

  • Auguste et Louis Lumiere — Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Nom de naissance Auguste Marie Louis Nicholas Lumière et Louis Jean Lumière Naissance …   Wikipédia en Français

  • Auguste et louis lumière — Auguste et Louis Lumière Nom de naissance Auguste Marie Louis Nicholas Lumière et Louis Jean Lumière Naissance …   Wikipédia en Français

  • Auguste und Louis Lumière — Auguste Marie Louis Nicolas Lumière (* 19. Oktober 1862 in Besançon; † 10. April 1954 in Lyon) und Louis Jean Lumière (* 5. Oktober 1864 in Besançon; † 6. Juni 1948 in Bandol, Va …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Lumière — Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Nom de naissance Auguste Marie Louis Nicholas Lumière et Louis Jean Lumière Naissance …   Wikipédia en Français

  • Auguste Marie Louis Nicolas Lumière — Auguste und Louis Lumière Auguste Marie Louis Nicolas Lumière (* 19. Oktober 1862 in Besançon; † 10. April 1954 in Lyon) und Louis Jean Lumière (* 5. Oktober 1864 in Besançon; † 6. Juni 1948 in Bandol, Va …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Lumière — Auguste und Louis Lumière Auguste Marie Louis Nicolas Lumière (* 19. Oktober 1862 in Besançon; † 10. April 1954 in Lyon) und Louis Jean Lumière (* 5. Oktober 1864 in Besançon; † 6. Juni 1948 in Bandol, Va …   Deutsch Wikipedia

  • Louis Lumière (film de Eric Rohmer) — Louis Lumière est un film documentaire de Eric Rohmer de 1968 de 66 minutes en Noir et Blanc. Jean Renoir, cinéaste et fils du peintre Pierre Auguste Renoir, Henri Langlois fondateur de la Cinémathèque française, dialoguent avec Eric Rohmer et… …   Wikipédia en Français

  • Louis et Auguste Lumière — Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Nom de naissance Auguste Marie Louis Nicholas Lumière et Louis Jean Lumière Naissance …   Wikipédia en Français

  • Auguste Lumière — Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Auguste et Louis Lumière Nom de naissance Auguste Marie Louis Nicholas Lumière et Louis Jean Lumière Naissance …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”