Soie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soie (homonymie).
Soie du Cambodge

La soie est une fibre textile d'origine animale produite par de nombreux arthropodes, araignées[1] et chenilles de certains papillons notamment (Yponomeutes, bombyx). Celle qui sert à produire des tissus de soie est issue du cocon produit par la chenille (ver à soie) du bombyx du mûrier (Bombix mori) pour la soie de culture, et du ver a soie Tussah (Plusieurs espèces de chenilles du genre Antheraea) pour la soie sauvage[2].

La technique permettant de produire la soie date de 2500 av. J.-C. et vient de Chine par la Route de la soie. Elle a été un secret jusqu'en 560. La production a commencé en Europe au VIe siècle. En France, la production débuta au XIIIe siècle. L'élevage des vers à soie est appelé « sériciculture ».

Sommaire

Histoire

Article détaillé : Histoire de la soie.

L'histoire de la soie semble débuter selon les découvertes récentes entre 3000 et 2000 ans av. J-C (le plus vieux fragment de soie découvert en Chine datant de 2570 av J-C.). Elle se poursuivra ensuite avec trois millénaires d’exclusivité durant lesquels la Chine commerce ce tissu précieux sans jamais en transmettre le secret. L’art de fabriquer la soie se serait ensuite progressivement transmis aux autres civilisations par le biais d'espions de tous genres (moines, princesses ...) aux pillards et aux marchands. Cependant, des découvertes récentes dans la Vallée de l'Indus (à Harappa et à Chanhu daro), entre l'Inde et le Pakistan actuels, laissent à penser que la civilisation qui y vivait (-2800 à -1900 avant J-C) connaissant et maîtrisait déjà l'usage de la soie.

En Europe, la soie fut longtemps un monopole de l'Empire romain d'orient. Arrivée en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, la production de soie parvient au stade de l'industrialisation à partir du XIXe siècle, à Lyon notamment (la Fabrique).

Elle connaît toutefois un grave déclin lié à la concurrence de fibres modernes (dont le nylon), à l'évolution des coutumes vestimentaires en Europe, à l’essor de certains pays d’Asie et aux épidémies qui la touchent en France à cette époque. Elle est donc finalement redevenue une production essentiellement asiatique.

Production

Élevage des vers à soie

Article détaillé : sériciculture.
Chenilles de ver à soie, âgées de 21 jours
Cocon de ver à soie

La préparation des cocons

  1. Le décoconnage. Huit à 10 jours après la fabrication du cocon, a lieu le décoconnage. Les cocons sont enlevés de leur support et triés. Ensuite on enlève la bourre ou « blaze », qui a servi à la fixation du cocon.
  2. L'étouffage. Les cocons sont ensuite étouffés dans des étuves de 70 à 80 °C, puis trempés dans l'eau bouillante pour que le grès (ou séricine, colle naturelle protégeant les brins) se ramollisse.

La chrysalide doit être tuée sans abîmer le cocon.

La filature

Chaque cocon n'est fait que d'un seul fil appelé bave. Pour trouver l'extrémité de chaque fil, on remue constamment les cocons avec un petit balai de bruyère (dans les Cévennes et partout en France) ou de paille de riz (en Chine). Celui-ci sert à accrocher les premiers fils de dévidage. Chaque fil étant trop fin, on en réunit plusieurs (une dizaine) lors du dévidage. Ceux-ci se soudent entre eux grâce au grès, lors de son refroidissement.

Les fils sont enroulés sur des « dévidoirs », la soie est alors dite soie « grège ». Celle-ci est ensuite enroulée sur des écheveaux ou « flotte ». Un kilogramme de soie grège s'obtient avec huit à dix kilogrammes de cocon.

Le tissage

Pour le tissage, la soie se présente sous la forme de flotte.

  1. Elle est enroulée sur un tambour « l'ourdissoir ». Cela permettra de monter les fils de chaîne sur le métier.
  2. Elle est dévidée sur une « cannette » qui sera placée dans la « navette ». Celle-ci sert à tisser la trame.

Il existe aussi une autre sorte de soie l'Organdi.

Composition chimique

La soie est une protéine, constituée d'un polymère d'acides aminés. C'est une répétition d'acides aminés hydrophobes alanine-glycine. Elle a une structure en feuillet bêta.

Soie artificielle

Le comte Hilaire de Chardonnet est l'inventeur de la « soie artificielle », dont le nom a été modifié en « rayonne » par une loi du 8 juillet 1934[3].

Des projets d'organismes génétiquement modifiés pour produire des soies hautement résistantes ou à moindre coût ont existé.[réf. nécessaire]

Commerce de la soie France-Japon

À l’époque d’Edo (XIXe siècle), le Japon a sauvé la sériciculture française en envoyant des vers à soie pour pallier les pertes liées à une épidémie. Puis Louis Pasteur et ses équipes se sont emparées de la question et ont trouvé le remède à cette épidémie, une innovation introduite par Meiji au Japon… Et aujourd’hui encore, les vers à soie font l’objet de collaborations scientifiques entre la France et le Japon. A l'époque Meiji, les maisons de commerce ont prospéré sur les échanges entre la France et le Japon. Elle marquent le début des relations économiques entre les deux pays. Ce sont ces mêmes entrepreneurs (Léon Barmont, Joël Reynaud, Charles Eymard) qui fondent la Chambre de commerce et d'industrie française du Japon en 1918.

Symbolique

Les noces de soie symbolisent les 12 ans de mariage dans le folklore français. En astronomie chinoise, des astérismes (l'équivalent des constellations occidentales) sont en rapport avec la sériciculture : Fukuang représente un panier rempli de feuilles de mûrier, qui servent à nourrir les vers à soie, et Zhinü représente une femme en train de filer ou de tisser de la soie.

Méthode d'identification des fibres d'une soierie par la calcination

Un des tests les plus simples pour savoir si l’on a affaire à de la soie pure est de désassembler les fils de chaine des fils de trames d’un petit échantillon du tissus, et de les brûler chacun de leurs cotés; car il est possible d’utiliser plusieurs types de fibres pour le tissage d’une pièce. Ainsi de la viscose ou du polyester peuvent être mélangées à de la soie pure, sans que l’acheteur s’en aperçoive. Si on a affaire à de la soie pure, ils brûleront lentement avec une petite flamme. La soie s’enflamme plus facilement que la laine, moins aisément que le coton, et la flammèche qui la consume s’éteint d’elle-même très rapidement. La fumée qui s’en dégage s’envole vite, formant un filet opaque ; et la cendre de soie pure, grisâtre, s’écrase facilement sous les doigts, dégageant une odeur de cheveux ou de plumes brulées. Brûler des fibres en viscose ne laisse presque aucun résidus, ceux-ci sont pulvérulents et de couleur noire. La viscose s’enflamme rapidement, générant un flashe avec une flamme jaune, comme le coton. Sa combustion dégage une odeur faible, comme celle d’un morceau de papier journal enflammé. Les fibres de polyester laissent une cendre noire, dure au toucher après avoir refroidi et d’un aspect brillant. Le polyester brûle plus rapidement que la viscose et dégage une flamme bleue, sa structure semble fondre et crépite un peu. La combustion de fibres de polyester dégage une odeur vinaigrée, légèrement aigre, qui prend au nez.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Soie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • soie — soie …   Dictionnaire des rimes

  • soie — 1. (soî) s. f. 1°   Fil délié et brillant, produit par le ver à soie. •   Ce ne fut environ qu en 1130 que Roger, roi de Sicile, en établit une [fabrique de soierie] à Palerme ; on vit alors, dans cette île et dans la Calabre, des ouvriers en… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • soie — Soie, de porc, ou Sée, Seta, Voyez Soye …   Thresor de la langue françoyse

  • soie — 1. soie [ swa ] n. f. • v. 1170; seie 1150; lat. pop. seta, class. saeta I ♦ 1 ♦ Substance filiforme sécrétée par quelques arthropodes (ver à soie⇒ bombyx), essentiellement constituée par deux protéines (séricine et fibroïne), utilisée comme… …   Encyclopédie Universelle

  • SOIE — s. f. Fil délié et brillant, produit par une espèce de ver, qu on appelle Ver à soie. Soie blanche. Soie rouge. Soie bleue. Soie grége. Soie crue ou écrue. Soie cuite. Soie apprêtée. Soie de Messine. Soie de Perse. Soie de la Chine. Soie de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOIE — n. f. Matière filamenteuse, fine et brillante, produite par un ver, qu’on appelle Ver à soie. Filer de la soie. Dévider de la soie. Un écheveau de soie. Des étoffes de soie. Des étoffes soie et coton. Bourre de soie. Une robe de soie noire. Des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • -soie — pou de soie poult de soie pout de soie poux de soie …   Dictionnaire des rimes

  • soie — n.f. Symbole d opulence. Coucher dans les draps de soie, péter dans la soie, vivre dans l opulence. / Sur la soie, aux trousses : Mon singe a les polyvalents sur la soie …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • soie — nf., étoffe faite avec la soie produite par le ver à soie : SWÉ (Albanais.001, Annecy, Arvillard, Leschaux, Montagny Bozel, Saxel.002, Thônes, Villards Thônes), chwé (Albertville, St Nicolas Cha.), R. l. seta. A1) soie, poil dur, long et raide… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • SOIE — s. f. La partie du fer d une épée, d un sabre, d un couteau, qui entre dans la poignée, dans le manche. La soie d une épée, d un sabre. La soie de ce sabre est trop faible …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”