Auguste Lepère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lepère.
Autoportrait.
Gravure parue dans La Plume en 1902.

Louis Auguste Lepère, né à Paris le 30 novembre 1849 et mort à Domme (Dordogne) le 20 novembre 1918, est un graveur, illustrateur et peintre français.

Biographie

Il est le fils d’un sculpteur, François Lepère, élève de Rude. À l'âge de 13 ans, il entre comme apprenti dans l’atelier du graveur Joseph Smeeton. Parallèlement, il suit des cours de dessins à l'École de Lecoq de Boisbaudran.

En 1872, il crée avec Henri Paillard un atelier rue des Abbesses à Paris. Il travaille pour le Monde illustré, L'Illustration, la Revue illustrée, le Magasin pittoresque. Il grave d’après Daniel Vierge et Edmond Morin. La gravure de teinte (qui privilégie le rendu des demi-teintes) alors en vogue atteint son stade extrême, donnant des œuvres qui, dans l’excès de la virtuosité de ses praticiens, sombrent dans une grisaille uniforme. Lepère suit l’hostilité affichée par Félix Bracquemond envers ce procédé, et se tourne vers les primitifs, les graveurs de l'époque romantique, et même les Japonais, dans un retour à plus de simplicité. Dans un domaine voué depuis longtemps à l’interprétation, voire à la reproduction des illustrateurs ou des peintres, et de plus en plus, de la photographie, Lepère revient à la gravure originale.

En 1889, il crée avec Félix Bracquemond, Daniel Vierge, Tony Beltrand, la revue L’Estampe originale, puis il est directeur artistique de la revue L'Image, fondée avec Tony Beltrand, tentative pour remettre à l’honneur la gravure sur bois battue en brèche par les techniques nouvelles. Il se met à la gravure sur bois de fil, mais aussi l'eau-forte, la lithographie.

Il illustre de nombreux ouvrages : Paysages parisiens d’Émile Goudeau (1892), Paris au hasard de G. Montorgueil (1895), Les Minutes parisiennes (1899-1901), Nantes en 1900 de Sylvain Bourdin, La Bièvre, les Gobelins, Saint-Séverin (1901) et À Rebours (1903) de Huysmans, Foires et marchés normands de Joseph L'Hopital, L'éloge de la folie d'Érasme, La géographie humaine de Jean Brunhes, l'Histoire illustrée de la guerre de 1914 de Gabriel Hanotaux.

Auguste Lepère est aussi un peintre : peintures à l'huile, aquarelles, pastels. Il peint à Paris, où il a vécu ; à Fontainebleau, qu'il découvre avec son ami le peintre Adrien Lavieille, fils d'Eugène Lavieille ; en Vendée, où il séjourne à plusieurs reprises, invitant à Saint-Jean-de-Monts, où il achète une maison, des amis, tels qu'Adrien Lavieille, et sa fille, Andrée Lavieille, peintre également, les graveurs Jacques Beltrand, fils de Tony Beltrand, et Félix Noël, l'éditeur et marchand d'estampes Edmond Sagot ; à Jouy-le-Moutier, où il revient régulièrement ; à Crèvecœur-le-Grand en Picardie ; à Vendôme, où il se rend chez Andrée Lavieille, mariée à Paul Tuffrau ; en Provence, où il est invité par Gabriel Hanotaux ; en Italie ; à Domme en Dordogne, où il finit ses jours chez sa fille Suzanne Texier-Bernier.

Il sera avec Charles Milcendeau à l'origine du groupe des peintres dit de Saint-Jean-de-Monts.

Auguste Lepère a exposé dès 1870, gravures et peintures, dans différents Salons : Salon des artistes français, Salon des peintres-graveurs français, Salon de la Société nationale des beaux-arts. Il est nommé officier de la Légion d'honneur en 1912.

Auguste Lepère est considéré comme l'un des plus grands graveurs français. Ses œuvres sont dans plusieurs musées en France et à l'étranger.

Gravures sur bois

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sources et bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Charles Saunier, Auguste Lepère, peintre et graveur, décorateur de livres, Maurice Le Garec Éditeur, Paris, 1931
  • Christophe Vital, Auguste Lepère (1849-1918), ACI Édition, 1988
  • Marcus Osterwalder (dir.), Dictionnaire des illustrateurs, 1800-1914, Éditions Ides et Calendes, 1989, p. 620-621
  • Rémi Blachon, La Gravure sur bois au XIXe siècle, l’âge du bois debout, Paris, Les éditions de l’Amateur, 2001 (ISBN 2-85917-332-3)
  • A. Lotz-Brissonneau, G.-M. Texier-Bernier, J. Lethève, Catalogue raisonné de l'œuvre gravé d'Auguste Lepère, L'Échelle de Jacob, Éditions Antoine Laurentin, 2002
  • Gérald Schurr et Pierre Cabanne, Dictionnaire des Petits Maîtres de la peinture, 1820-1920, Paris, éditions de l'Amateur, 2008
  • François Wiehn, Gérard Aubisse. Dictionnaire des peintres de Vendée, Geste éditions, 2010

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Auguste Lepère de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lepère — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Patronyme Auguste Lepère (1849 1918), graveur, illustrateur et peintre français Charles Lepère (1823 1885), avocat, journaliste et homme politique… …   Wikipédia en Français

  • Lepère — (spr. löpǟr ), August Louis, franz. Maler und Holzschneider, geb. 30. Nov. 1849 in Paris, bildete sich auf eigne Hand zum Landschaftsmaler und Radierer aus und widmete sich zugleich bei dem Engländer Smeeton dem Holzschnitt. Unter dem Einfluf;… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Auguste Galimard — Nicolas Auguste Galimard (* 25. März 1813 in Paris; † 16. Januar 1880 in Montigny lès Cormeilles, Dépt. Val d Oise) war ein französischer Maler, Lithograf und Kunstschriftsteller. Leben Seinen ersten künstlerischen Unterricht bekam Galimard von… …   Deutsch Wikipedia

  • Carnaval de Paris — Au Carnaval de Paris 2011, place Gambetta, un groupe de joyeux carnavaleux pose au pied d un géant venu de Belgique. De gauche à droite : Antoine Charneau, Alexandra Bristiel, Gabrielle Savelli et Basile Pachkoff …   Wikipédia en Français

  • Jacques Beltrand — Jacques Beltrand, né en 1874, mort en 1977 est un graveur sur bois français du début du XXe siècle. Biographie Jacques Beltrand est né le 22 juillet 1874 à Paris, au 1 rue des Artistes. Auprès de son père, le graveur d origine lyonnaise Tony …   Wikipédia en Français

  • Mi-Carême au Carnaval de Paris — 15 mars 2009, 1re édition de la Mi Carême depuis 70 ans à Paris, ressorti sous le nom de « Carnaval des Femmes ». Mot d ordre : « Les hommes en femmes, s ils osent, et les femmes en reines ». Le costume et le suivi du mot …   Wikipédia en Français

  • Saint-Jean-de-Monts — 46° 47′ 37″ N 2° 03′ 32″ W / 46.7936111111, 2.05888888889 …   Wikipédia en Français

  • Saint-jean-de-monts — Détail …   Wikipédia en Français

  • St Jean de Monts — Saint Jean de Monts Saint Jean de Monts Détail …   Wikipédia en Français

  • Ancien pont de Poissy — Le Pont ancien[1] Ancien pont de Poissy vu du nouveau pont. Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”