Skikda

Skikda
Skikda

La gare de Skikda au XXe siècle
La gare de Skikda au XXe siècle

Administration
Pays Drapeau d'Algérie Algérie
Wilaya Wilaya de Skikda
Daïra Daïra de Skikda
Code ONS 2101
Code postal 21000
Culture et démographie
Population 225 000 hab.
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 52′ 00″ N 6° 54′ 00″ E / 36.866667, 6.936° 52′ 00″ N 6° 54′ 00″ E / 36.866667, 6.9
Superficie 4 137,68 km2
Voir la carte administrative
Skikda
Voir la carte topographique
Skikda

Skikda est une ville d'Algérie septentrionale, chef-lieu de la wilaya du même nom.

Sommaire

Géographie

Situation

Skikda se situe au bord de la mer Méditerranée, dans l'Est algérien.

Relief et hydrographie

Transports

La ville dispose d'une gare ferroviaire stylée{{quoi}], conçu par Le Corbusier. Elle dispose aussi d'un port autonome. En septembre 2008, la ville de Skikda s'est dotée d'un téléphérique reliant la cité Bouabaz à la cité Bouyala.

Histoire

Antiquité

Ancien comptoir phénicien fondé durant le premier millénaire avant Jésus-Christ près de l'antique port de Stora, la ville était appelée Rusicade (en latin Rusicada) à l'époque romaine, un nom phénicien qui signifierait Cap des Cigales[réf. nécessaire] ou Promontoire du feu (Rus el Ucadh en punique ou Râʾs el Wakaḏ en arabe), une probable allusion[réf. nécessaire] à l'existence d'un phare sur l'un de ses promontoires donnant sur le golfe de Stora, l'antique Sinus Numidicus. C'était l'une des quatre républiques municipales autonomes de la province romaine d'Afrique, cité du littoral méditerranéen et principal débouché maritime de la Numidie.

La période coloniale

Les ruines de la ville antique, détruite par les Vandales au Ve siècle de l'ère chrétienne, furent investies par les Français en janvier 1838 lors de la colonisation peu après la chute de Constantine. Repoussées lors d'une première tentative par voie terrestre en provenance de Constantine, les troupes françaises étaient entrées par la baie de Stora, un ancien comptoir phénicien dont l'histoire remonte à 1000 avant Jésus-Christ, devenue plus tard le port de pêche de Skikda, et installèrent leur quartier général sur l'emplacement actuel de l'hôpital, situé en hauteur, pour faire face à la résistance armée des tribus des environs. La ville fut rebaptisée Fort de France du nom du navire qui permit le débarquement des Français dans la baie, puis Philippeville en hommage au roi Louis-Philippe. Elle conservera ce nom jusqu'en 1962.

C'est en négociant avec les tribus hostiles des environs, notamment les puissantes confédérations guerrières des Béni Méhenna et des Béni Béchir, que les Français purent occuper, en premier lieu, une des deux rives de l'Oued Saf-Saf (l'antique Thapsus) qui coupe les deux vallées sur lesquelles se trouve la ville actuelle. Les Français négocièrent également les hauteurs de Bouabbaz en échange de la construction de la Mosquée de Sid Ali el-Adib en 1840 sur l'autre versant de la ville faisant face au lieu. La mosquée de Sid-Ali el-Adib, du nom d'un saint d'origine syrienne venu de Béjaïa, est aujourd'hui la plus ancienne mosquée de la ville.

L'empereur Napoléon III accueilli par le maire et le sous-préfet Nouvion fit escale à Philippeville le 28 mai 1865 (second voyage de l’Empereur en Algérie).

En 1911, au cours d'une grève de protestation des dockers du port de Philippeville, les ouvriers musulmans lèvent un drapeau turc et un autre, de couleur verte, frappé du croissant et de l'étoile qui est considéré comme l'un des ancêtres du drapeau algérien, pour exprimer leur solidarité et leur fidélité à l'Empire ottoman.

En 1914, le port de Skikda est violemment bombardé par deux bâtiments de guerre de la marine ottomane, alors en guerre aux côtés du IIe Reich allemand contre la France.

En 1942, les troupes alliées y débarquent, notamment sur les plages de Jeanne d'Arc (actuellement Larbi Ben M'Hidi) où la carcasse rouillée d'un mini sous-marin gît toujours au niveau de la 7e plage. La ville est également la cible de bombardement aérien effectués par des avions-bombardiers italiens et allemands au cours de la Seconde Guerre mondiale. La venue des GI américains suscite l'enthousiasme général des populations musulmanes de la ville. En 1942, un incident entre un tirailleur sénégalais et des Algériens sert de prétexte à un massacre commis au niveau du quartier arabe (l'actuelle Souika) durant lequel des tirailleurs sénégalais, tuent une trentaine de civils algériens. C'est grâce à l'intervention de l'armée américaine que cesse le massacre dont les victimes sont inhumées en présence du maire de la ville, Cuttoli, et des principaux notables européens et musulmans.

La Guerre d'Indépendance

Au cours de la Guerre d'indépendance (1954-1962), Skikda subit d'atroces massacres : le 20 août 1955, une série d'attaques menées par des unités de l'Armée de libération nationale (ALN) contre des cibles européennes au voisinage et dans la ville entraîne de terribles représailles de la part des forces de commando-parachutistes et de Bérets rouges de l'armée française dont l'école était située à Jeanne d'Arc (7 km de la ville) et des milices armées constituées d'extrémistes pieds-noirs.

Les militaires tiraient à vue sur tous les hommes de 14 à 70 ans. Ceux qui ne furent pas sommairement exécutés sur place furent rassemblés et emmenés au stade municipal (aujourd'hui Stade du 20 août 1955) où ils furent massacrés et ensevelis dans des fosses communes recouvertes à la chaux vive tandis que des hameaux (notamment le Béni-Melek) subissaient des pilonnages massifs à l'artillerie et des bombardements aériens. On estime aujourd'hui à plus de 12 000, le nombre de civils algériens désarmés tués lors de ce massacre tandis que les sources coloniales l'avaient évalué à 1 200. Des sources algériennes estiment que le bilan serait en réalité beaucoup plus lourd puisque on ne sait pas avec exactitude tous les lieux, mis à part le stade, où furent enterrées les autres victimes de la répression[réf. nécessaire].

Depuis l'Indépendance

En 1962, la ville de Skikda connut un exode massif de la population pied-noir vers la France. Durant les années 1950, mais plus particulièrement à partir des années 1960 et 1970, la ville connut un afflux massif de populations rurales (mais également celles en provenance d'autres Wilayas aussi lointaines qu'Oran) à la recherche d'emplois dans le secteur tertiaire puis dans le domaine pétrolier, ce qui a eu pour effet de recomposer totalement les structures sociales de la ville et la disparition de sa population d'origine[1] Le même phénomène s'accentua au cours des années 1990 durant lesquelles les populations fuyant l'insécurité vinrent s'établir dans les grandes agglomérations urbaines.

Économie

Article détaillé : Économie de l'Algérie.

Région à forte vocation agricole et touristique, elle demeure l'un des bastions de l'industrie pétrolière du pays puisqu'elle abrite une plateforme pétrochimique qui comprend deux raffineries de pétrole, deux centrales électriques, un terminal de gazoduc et un d'oléoduc, deux unités de liquéfaction de gaz et une unité chimique de polymères. Le tout s'étend sur une surface de plus de 1 500 hectares.

En 2004, la China National Petroleum Corporation (CNPC) a remporté un contrat d'un montant de 390 millions de dollars visant à reconstruire la raffinerie de Skikda[2].

Un pôle technologique dont le site se situerait à la sortie sud de la ville serait actuellement à l'étude.

Vie quotidienne

Panorama de Philippeville,
Photo de Félix-Jacques Moulin, ca 1856

Sports

La ville possède un club de football : la JSMS ou la Jeunesse Sportive du Machaal de Skikda, portant les couleurs Noir et Blanc. Elle fut l'une des meilleures équipes du championnat national dans les années 1960-1970. Ce club a longtemps constitué une pépinière de joueurs de talent qui sont allés étoffer les autres clubs de division I.[évasif]

Culture

  • Fête de la fraise : événement annuel qui se tient au mois de mai pour célébrer l'une des spécialités de la région. Des danses folkloriques, des fantasias, des concours de pâtisseries et d'artisanat sont organisés à cette occasion.
  • La ville dispose de maisons de la culture dont celle de Aïssat Idir, au style haussmannien, et des bibliothèques.

Anecdotes

En 1935, le réformateur religieux Abdel-Hamid Ibn Badis visitant la ville y fut mal accueilli. Ce qui a donné naissance au mythe d'une ville dont les enfants auraient été maudits par le célèbre prédicateur.

Durant les années 1920-1930, un prédicateur religieux errant du nom de Ben Aroua émit une série de prophéties sur l'avenir de la ville dont celles, demeurées célèbres dans la mémoire collective, relatives à la guerre et à l'indépendance, à un serpent métallique dont les origines se perdent dans les sables du désert et la tête dans la mer, allusion allégorique au pipeline qui relie les champs pétrolifères du Sahara au terminal pétro-chimique, ainsi qu'à la survenue d'une catastrophe de type apocalyptique dont ne seront rescapés que ceux qui se réfugieront sur les hauteurs du Djebel Messiouen situé non loin de la ville.

Patrimoine

Patrimoine architectural

  • L'amphithéâtre romain, édifié au IIIe siècle de l'ère chrétienne, est situé en plein centre de la ville de Skikda (adjacent au lycée de jeunes filles En-Nahda). Sa capacité est plus importante que celle des amphithéâtres de Guelma et de Timgad.
  • Skikda faisait partie des villes possédant sept salles de cinéma dès les années 1930 : l'Empire, l'Eden, le Rivoli, le Rialto, le Régent, le Colisée et le Lido ainsi qu'un grand casino à la plage qui porte le même nom.
  • Le théâtre municipal est d'un style similaire, par certains de ses aspects, au style baroque et constitue l'une des curiosités de la ville.
  • Hôtel de ville de style néo-mauresque, conçu par Le Corbusier. Il contient des tableaux de maîtres[Lesquels ?] d'une très grande valeur[3].

Patrimoine envronnemental

Cette région est importante pour l'hivernage de l'avifaune d'une partie de l'Europe [4].

Personnalités liées à Skikda

Références

  1. http://www.urbaco-edr.com/skikda.htm
  2. Les Chinois à Alger, Le Gri-Gri International, 26 avril 2005 (repris sur le site Afrik.com)
  3. http://www.skikda-port.com/skikda/situation.htm
  4. S. Metallaoui et M. Houhamdi , Biodiversité et écologie de l’avifaune aquatique hivernante dans Garaet Hadj-Tahar (Skikda, Nord-Est de l’Algérie) p. 1  ; en ligne : 14 avril 2011 DOI:10.1051/hydro/2010002 (Résumé et version PDF (416.9 KB)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Skikda de Wikipédia en français (auteurs)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.