Aufseherin

Aufseherin est le terme allemand pour désigner une gardienne auxiliaire [1] des SS dans les camps de concentration nazis.

Ces femmes provenaient généralement des classes sociales basse à moyenne et avaient souvent peu d'expérience professionnelle. Les premières étaient des gardiennes de prison débutantes, des coiffeuses, des contractuelles, des chanteuses d'opéra mais aussi des enseignantes à la retraite, etc. Ces volontaires sincères avaient remarqué des petites annonces dans les journaux allemands qui demandaient des femmes voulant démontrer leur amour pour le Reich et rejoindre l'organisation Gefolge (auxiliaire) des SS pour les femmes mais qui était différente de celle des SS dont la conscription était obligatoire).

Au début, en 1938, ces femmes furent entraînées à Lichtenburg. Après 1939, elles s'entraînaient au camp de Ravensbrück, près de Berlin.

En 1942, les premières gardiennes provenant de Ravensbrück arrivèrent à Auschwitz et Majdanek. L'année suivante, les Nazis commencèrent la conscription de femmes en raison de la pénurie de gardiens. Plus tard, durant la guerre, des femmes s'entraînèrent aussi à une échelle moindre dans les camps de Neuengamme, Auschwitz (I, II et III), Plaszow, Flossenbürg, Gross-Rosen, Vught et Stutthof.

Le nombre d'Aufseherinnen était généralement bas. Des 55 000 gardiens qui servirent dans les camps, seules 3 600 furent des femmes. Et aucune gardienne n'a jamais servi dans les camps d'extermination de Belzec, Sobibór, Treblinka ou Chelmno.

Sept Aufseherinnen servirent à Vught, vingt-quatre servirent à Buchenwald, trente-quatre à Bergen-Belsen, dix-neuf à Dachau, vingt à Mauthausen, trois à Dora-Mittelbau, sept à Natzweiler-Struthof, vingt à Majdanek, 200 à Auschwitz et ses camps annexes, 140 à Sachsenhausen, 158 à Neuengamme, quarante-sept à Stutthof, à comparer aux 958 qui servirent à Ravensbrück, 561 à Flossenbürg et 541 à Gross-Rosen. Beaucoup de surveillantes travaillaient dans les camps annexes en Allemagne, quelques-unes en France, Autriche, Tchécoslovaquie et Pologne.

Si une Aufseherin se montrait sans pitié[non neutre], elle était promue aux grades de Rapportaufseherin (chef Aufseherin), Erstaufseherin (première gardienne), Lagerführerin (chef de camp, une haute position sociale) ou Oberaufseherin (inspectrice senior, une très haute position sociale). Le plus haut rang jamais atteint le fut par deux femmes, Anna Klein et Luise Brunner, et c'était le rang de Chef Oberaufseherin (inspectrice senior en chef). Mais aucune gardienne ne pouvait donner des ordres à un homme, quelles que soient les circonstances. Et aucune gardienne n'a jamais atteint le grade de commandant dans le système concentrationnaire. Elles étaient soit de rang équivalent aux hommes, soit sous leur autorité. Ravensbrück fut le seul camp strictement féminin ; il était dirigé par beaucoup de SS qui étaient assistés par quelques surveillantes.

Camps, noms et grades

  • La chef surveillante à Allendorf était Kaethe Hoern; à Auschwitz Johanna Langefeld, Maria Mandel, Margot Dreschel, Irma Grese et Elisabeth Volkenrath.
  • A Belzig, la chef des gardiennes était Hedwig Ullrich.
  • A Bergen-Belsen, les deux surveillantes étaient Irma Grese et Elisabeth Volkenrath tandis qu'Herta Ehlert servait comme gardienne adjointe.
  • La Lagerführerin Kuegler servait comme chef du camp annexe de Bolkenhain.
  • Johanna Wisotzki était Oberaufseherin à Bromberg Ost tandis qu'Ilse Koch était appointée chef gardienne à Buchenwald.
  • Dans le camp annexe de Danzig Langfuhr, Gerda Steinhoff commandait toutes les surveillantes et déportées, à Dora-Mittelbau, c'était Erna Petermann.
  • Au camp annexe de Ravensbrück, Dresden Universelle, Charlotte Hanakam était chef surveillante et à Flossenbürg, ce grade fut donné à trois femmes à trois moments différents ; Gertrud Becker, Dora Lange et Gertrud Weniger.
  • Dans le camp auxiliaire de Graslitz, Marianne Essmann fut promue gardienne en chef, à Gross-Rosen, Jane Bernigau, à Gruenberg, Anna Viebeg servait comme chef Oberaufseherin, tandis qu'Anna Jahn et Hela Milefski servaient comme Lagerleiterinnen en second (directrices de camp remplaçantes).
  • A Gruschwitz-Neusalz, camp annexe de Gross-Rosen, Elisabeth Gersch en avait la charge, à Hamburg-Wandsbek, Annemie von der Huelst.
  • Le camp annexe d'Hanau en Allemagne était supervisé par la chef surveillante Lydia Neudert.
  • A Helmbrechts, un camp annexe de Flossenbürg construit près de Hof Allemagne, originellement Martha Dell' Antonia était à la tête de plus de vingt-deux gardiennes. À la fin de 1944, elle fut remplacée par l'amante du commandant Doerr, Herta Hegel.
  • A Hirtenberg, Jane Bernigau servit quelque temps comme chef surveillante, à Holleischen, Dora Lange.
  • Le minuscule camp annexe de Kratzau II en Pologne fut surveillé par Gertrud Becker, Lenzing par la Lagerführerin Schmidt et l'Oberaufseherin Margarete Freinberger.
  • Majdanek fut supervisé par Elsa Erik, assistée par les chefs surveillantes adjointes Hermine Braunsteiner, Else Weber, Redeli, Ellert et Elisabeth Knoblich.
  • Mauthausen fut supervisé plus de deux années par deux femmes, Jane Bernigau et Margarete Freinberger.
  • Neuengamme en Allemagne du Nord fut supervisé par les chefs gardiennes Annemie von der Huelst et Inge Marggot Weber tandis qu'une femme nommée « Anna » commandait le camp annexe de Nurnberg-Siemens.
  • A Oberalstadt, Irmgard Hofmann en était la Lagerführerin.
  • A Obernheide, Gertrud Heise était la chef de sept femmes SS, à Oederan, Dora Lange et à Plaszow, Alice Orlowski.
  • Ravensbrück était le terrain d'entraînement des gardiennes. Comme chefs de ces gardiennes, il y avait Jane Bernigau, Margarete Gallinat, une femme nommée Small, Maria Mandel, Johanna Langefeld, Greta Boesel, Else Grabner, Kaethe Hoern, Erna Rose, Anna Klein, pendant que Dorothea Binz leur servait d'assistante.
  • Rochlitz était supervisé par Marianne Essmann, Sachsenhausen par Ilse Koch et plus tard par Hilde Schlusser et Anna Klein.
  • Des généraux SS de Stutthof promurent Johanna Wisotzki et Gerda Steinhoff au grade de surveillantes en chef, tandis qu'au camp de concentration de Theresienstadt ce grade fut donné à Hildegard Neumann.
  • Ruth Closius supervisait Uckermark, Margarete Gallinat surveillait à Vught, Susanne Hille était chef des gardiennes à Unterlüss et Hilde Hahn surveillait dans le camp annexe de Flossenbürg, Zwodau.

Notes et références de l'article

  1. Sie gehören zum Gefolge der Waffen-SS. Quelle: Institut für Zeitgeschichte, München.

Article connexe

  • Condition féminine sous le Troisième Reich

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aufseherin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aufseherin — Auf|se|her [ au̮fze:ɐ], der; s, , Auf|se|he|rin [ au̮fze:ərɪn], die; , nen: Person, die zur Aufsicht über etwas oder jmds. Tun eingesetzt ist: er war Aufseher in einem Museum; eine Aufseherin überwachte den Fortgang der Arbeiten. Syn.: ↑ Aufsicht …   Universal-Lexikon

  • Aufseherin — ↑ Aufseher Aufsicht, Aufsichtführender, Aufsichtführende, Aufsichtspersonal, Bewacher, Bewacherin, Kontrolleur, Kontrolleurin, Wachdienst, Wache, Wachhabender, Wachhabende, Wachposten, Wächter, Wächterin, Wärter, Wärterin; (geh.): Hüter, Hüterin; …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • Aufseherin — Auf|se|he|rin …   Die deutsche Rechtschreibung

  • KZ-Aufseherin — SS Gefolge im KZ Bergen Belsen nach der Befreiung am 19. April 1945, darunter Hildegard Kanbach (1. von links), Irene Haschke (Zentrum, 3. von rechts), Elisabeth Volkenrath (2. von rechts teilweise verdeckt), Hertha Bothe (1. von rechts) am 19.… …   Deutsch Wikipedia

  • KZ-Aufseherin — KZ Auf|se|he|rin, die: w. Form zu ↑KZ Aufseher …   Universal-Lexikon

  • Aufseher — ↑ Aufseherin Aufsicht, Aufsichtführender, Aufsichtführende, Aufsichtspersonal, Bewacher, Bewacherin, Kontrolleur, Kontrolleurin, Wachdienst, Wache, Wachhabender, Wachhabende, Wachposten, Wächter, Wächterin, Wärter, Wärterin; (geh.): Hüter,… …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • Bergen-Belsen-Prozess — Prozessort: Bergen Belsen Prozess, alte MTV Turnhalle, Lindenstraße 30 Bereits im September 1945 fand der erste Bergen Belsen Prozess (englisch Belsen Trial Trial against Josef Kramer and 44 others) gegen deutsche Kriegsverbrecher statt, der …   Deutsch Wikipedia

  • Condition des femmes sous le Troisième Reich — La condition féminine sous le Troisième Reich se caractérise par une politique visant à cantonner les femmes dans un rôle de mère et d épouse et de les exclure de tout poste à responsabilité, notamment dans les sphères politiques ou… …   Wikipédia en Français

  • Lupka — Elisabeth Lupka, (* 27. Oktober 1902 in Klein Dammer; † 8. Januar 1949 in Krakau) war Aufseherin in verschiedenen Konzentrationslagern. Biografie Lupka war seit 1934 verheiratet, die kinderlose Ehe wurde später geschieden. Ab 1937 arbeitete sie… …   Deutsch Wikipedia

  • Female guards in Nazi concentration camps — Mugshot of Begen Belsen guard Irma Grese Of the 55,000 guards who served in Nazi concentration camps, about 3,700 were women.[citation needed] In 1942, the first female guards arrived at Auschwitz and Majdanek fr …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”