Sigebert de Gembloux
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sigebert et Gembloux (homonymie).
Sigebert, sur la place centrale de Gembloux

Sigebert de Gembloux (vers 1030 – 5 octobre 1112, Gembloux, Belgique), est un moine bénédictin, écrivain et chroniqueur médiéval.

Sommaire

Biographie

Né en pays roman, Sigebert fut présenté très jeune par ses parents comme oblat à l'abbaye de Gembloux (près de Namur, bien que en principauté de Liège) où il reçut une excellente formation intellectuelle, dispensée au moins partiellement par Olbert de Gembloux. Envoyé à l'abbaye Saint-Vincent de Metz il en devient l’écolâtre (directeur de l’école monastique). C’est durant ces quelque 25 ans à l’abbaye Saint-Vincent qu’il commença à composer ses premières vies de saints. Entre 1070 et 1075 il retourna à Gembloux, sa chère abbaye, où il resta jusqu’à la fin de sa longue vie. Son biographe donna de Sigebert un témoignage chaleureux, louant son grand savoir, sa piété et cordialité.

Il défendit fortement le parti des empereurs Henri IV et Henri V contre les papes Grégoire VII , Urbain II et Pascal II. Il mourut l'an 1113[1].

Écrits

Les écrits de Sigebert relèvent de trois genres différents :

  • Écrits hagiographiques : répondant à la demande spirituelle de l’époque il écrivit de nombreuses "vies de saints" qui n’ont guère de valeur historique ou même biographique étant donné leur absence quasi totale d’esprit critique. Le merveilleux et miraculeux y occupent une grande place : vie de Thierry, fondateur de l’abbaye de Metz, Passion et prophétie de sainte Lucie, vie du roi Sigebert d’Austrasie, de saint Guibert, fondateur de Gembloux, de saint Lambert, évêque martyr de Liège, etc. Sigebert laissa également un De viris illustribus, écrit vers la fin de sa vie, qui rassemble une série de notices biographiques sur des écrivains contemporains. Il y donne également la liste de ses ouvrages.
  • Écrits polémiques : en 1075 Sigebert s’oppose une première fois au pape Grégoire VII (le vigoureux moine Hildebrand) qui avait déclaré invalides les actes sacramentels accomplis par des prêtres simoniaques ou fornicateurs. Plus retentissante encore fut son opposition au même Grégoire VII dans la querelle des Investitures. Sigebert fut un des très rares hommes d’Église à prendre la défense de l’empereur Henri IV du Saint-Empire (germanique), lorsque, en 1076, il fut déposé et excommunié par Grégoire VII pour avoir enfreint l’ordre de ne pas nommer lui-même des évêques. Plus tard (vers 1102), nouvelle querelle, cette fois avec le pape Pascal II qui avait engagé le comte de Flandre à se lancer dans une 'croisade' contre les clerc réfractaires de la principauté de Liège et autres complices de Henri IV. Le ton est acerbe; il s’élève contre les ambitions des pontifes romains.
  • Écrits historiques : c’est surtout comme chroniqueur cependant que Sigebert est passé dans l'histoire. En fait toutes les grandes abbayes du Moyen Âge avaient leur chroniqueur de fonction, mais Sigebert fut éminent dans le genre. Il composa une Gesta abbatum Gemblacensium (1071) qui rapporte ce qu’il connaît de la gestion de l'abbaye par ses premiers abbés. Ce travail fut continué après sa mort (jusqu'en 1136). Son ouvrage le plus célèbre, et historiquement très précieux, reste cependant sa Chronica, une chronique universelle des événements les plus importants entre 379 ou 381 à 1111, y continuant en fait l’œuvre d'Eusèbe de Césarée. Commencée après 1083 il la publia en 1105, et la continua ensuite jusqu’en 1111. Il cite quantité de sources qui sont maintenant perdues. La chronique fut très populaire pendant la fin du Moyen Âge. Elle fut souvent recopiée, utilisée par de nombreux écrivains et finalement imprimée lorsque la nouvelle technologie de Gutenberg fut disponible (1513).

Sigebert est un des auteurs que l'on cite pour la fable de la papesse Jeanne, mais le père Pagi prouve que les plus anciens manuscrits de Sigebert n'en font aucune mention ; et dans les manuscrits qui en parlent, on n'y trouve que ces mots, Fama est hunc Joannem fuisse fœmam, au rapport de Spanheim , qui en conclut que ce témoignage ne saurait être d'aucune autorité[1].

Références

  • Sigebert von Gembloux, Acta Sanctae Luciae, Heidelberg 2008 (Editiones Heidelbergenses 34).
  • Siegfried Hirsch, De vita et scriptis Sigiberti Gemblacensis (Berlin, 1841)
  • Tino Licht, Untersuchungen zum biographischen Werk Sigeberts von Gembloux (Heidelberg 2005)
  • Auguste Molinier, Les Sources de l'histoire de France, tomes ii. and v. (1902-1904)
  • Wilhelm Wattenbach, Deutschlands Geschichtsquellen, Band ii. (Berlin, 1894).
  • Dictionnaire de Spiritualité: Article:Sigebert de Gembloux, vol.14, colonnes 822-825, Paris, 1988.
  • Édouard de Moreau, Les abbayes de Belgique (VII-XIIème siècles), Bruxelles, 1952.

Notes et références


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sigebert de Gembloux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Sigebert de gembloux — Pour les articles homonymes, voir Sigebert et Gembloux (homonymie). Sigebert de Gembloux (vers 1030 – 5 octobre 1112, Gembloux, Belgique), est un moine bénédictin, écrivain et chroniqueur médiéval. Sommaire 1 Biographie …   Wikipédia en Français

  • Sigebert of Gembloux — (Sigebertus Gemblacensis) (c. 1030 ndash; October 5, 1112), was a medieval author, known mainly as a pro Imperial historian of a universal chronicle, opposed to the expansive papacy of Gregory VII and Pope Pascal II. He became in early life a… …   Wikipedia

  • Sigebert of Gembloux — • Benedictine historian, b. near Gembloux which is now in the Province of Namur, Belgium, about 1035; d. at the same place, 5 November, 1112 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Sigebert of Gembloux     Sigebert of Gemblo …   Catholic encyclopedia

  • Sigebert von Gembloux — (Sigebertus Gemblacensis; * um 1030 in Namurois (?) bei Lüttich; † 5. Oktober 1112 in Gembloux) war ein Historiograph, Hagiograph, Theologe, Liturgiker, Komputist und Publizist. Er kam zur Zeit des Abtes Olbert (bis 1048) an das Kloster Gembloux …   Deutsch Wikipedia

  • SIGEBERT DE GEMBLOUX — (1030 env. 1112) Né dans le Brabant français, Sigebert de Gembloux est entré très jeune à l’abbaye de Gembloux, près de Liège; devenu moine à Saint Vincent de Metz, il s’intéresse fort tôt, dit on, aux lettres sacrées et profanes, à l’étude du… …   Encyclopédie Universelle

  • Sigebert von Gembloux —   [ ʒã blu], mittellateinischer Chronist, * um 1030, ✝ Gembloux 5. 10. 1112; wurde im Benediktinerkloster Gembloux erzogen. Sigebert verfasste Heiligenviten, Biographien der Äbte seines Klosters, Streitschriften zugunsten des deutschen Königs… …   Universal-Lexikon

  • Sigebert von Gembloux — (Sigebertus Gemblacensis), mittelalterlicher Geschichtschreiber, geb. um 1030 in Brabant, gest. 5. Okt. 1112, Mönch im Kloster Gembloux, lehrte 1050–70 an der Klosterschule des heil. Vinzenz in Metz, dann wieder in Gembloux und war als Lehrer und …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Sigebert Of Gembloux — ▪ French historian born c. 1030, , Brabant, Lower Lorraine died Oct. 5, 1112, Gembloux       Benedictine monk and chronicler known for his Chronicon ab anno 381 ad 1113, a universal history widely used as a source by later medieval historians,… …   Universalium

  • Gembloux Abbey — was a Benedictine abbey near the town of Gembloux [Dutch: Gembloers; Latin: Gemblacum; in older texts, sometimes Gemblours, an older French form of the name] in the province of Namur, Belgium.HistoryThe former Benedictine monastery, located about …   Wikipedia

  • Gembloux — Gembloux …   Deutsch Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”