Attrappes en Carnaval
Scènes du Carnaval de Paris au XVIIe siècle avec en bas à droite : la batte à imprimer des formes de rats au blanc d'Espagne.
Scènes du Carnaval de Paris au XVIIe siècle : en bas la blague dont parle Le Constitutionnel en 1864.

Il existe des blagues traditionnelles propres au 1er avril. Au Carnaval de Paris existaient des blagues traditionnelles qu'on appelait jadis : « attrappes en Carnaval ».

Blagues traditionnelles du Carnaval de Paris

Une gouache du XVIIe siècle conservée en 1852 dans la collection de M. Bonnardot[1] en montre quelques-unes.

On y voit notamment un gamin de Paris imprimer avec une batte spéciale une forme de rat dans le dos d'une passante.

Ces images ont été gravées en 1852 pour Le Magasin pittoresque[2].

Vers 1782, Sébastien Mercier parle de ces blagues traditionnelles dans son Tableau de Paris :

Une des bêtises du peuple de Paris, c'est ce qu'on appelle « attrappe » en Carnaval. On vous attrape de toutes parts. On applique aux mantelets noirs des vieilles femmes qui sortent pour aller aux prières des quarante heures des plaques blanches qui ont la forme de rats ; on leur attache des torchons, on sème des fers brûlants et des pièces d'argent clouées au pavé ; enfin, ce qu'on peut imaginer de plus ignoble divertit infiniment la populace[3].

En 1790 dans une lettre adressée au Marquis de Lafayette, le maire de Paris, Jean-Sylvain Bailly écrit, à propos du Carnaval de Paris [4]:

Le rétour de la liberté a quelquefois engendré une licence aumoins momentanée. J'ignore si l'usage d'insulter les passants pendant le carnaval, soit en criant après eux, soit en leur appliquant au dos des formes de rats imprimées avec du blanc d'espagne, est entierement abrogé, mais je ne doute pas que vous penserez que cet abus doit perir avec beaucoup d'autres, et je vous serai obligé de mettre à l'ordre des défenses expresses contre l'abus que je vous dénonce[5].

La pratique d'appliquer au dos des passants des formes de rats imprimées avec du blanc d'Espagne a donc été en usage à Paris durant fort longtemps[6].

Une autre pratique traditionnelle du Carnaval de Paris est décrite par le journal Ami des Lois du 28 pluviôse an VI (15 février 1798) :

...Le Bureau central vient de renouveler aux commissaires de police l'ordre d'arrêter toutes les personnes masquées ou déguisées, ainsi que celles qui se permettraient d'attacher au dos des passants des écriteaux ou autres choses semblables[7].

Au Carnaval de Paris les Parisiens avaient donc l'habitude d'accrocher des écriteaux dans le dos des passants.

Cela faisait partie des blagues parisiennes traditionnelles durant la période du Carnaval.

Un article du journal Le Constitutionnel[8] paru le lendemain du Mardi Gras 1864 parle également d'une blague traditionnelle de Carnaval :

—Aujourd'hui mardi, les promenades de masques ont été plus nombreuses et plus animées que les deux jours précédents, des industriels surtout profitant de l'occasion pour faire de la réclame et parcourir les rues avec des cortèges presque aussi nombreux que celui du bœuf gras.
Pendant cette dernière journée des fêtes du carnaval on a vu se produire sur plusieurs points de Paris un usage remontant à une époque fort ancienne, mais plus répandue toutefois, croyons-nous, en province que dans Paris. Des plaisans semaient sur la voie publique des objets de nature à faire croire à quelqu'heureuse trouvaille : sur les trottoirs de la rue Saint-Lazare et de la rue de la Chaussée-d'Antin, entre autres, on trouvait de distance en distance des petits paquets enveloppés et ficelés avec beaucoup de soin, et jusqu'à des porte-monnaie que le premier venu s'empressait de ramasser; mais au moment où la main allait saisir l'objet, un fil invisible tiré d'une allée le faisait subtilement disparaître, à la grande jubilation de ceux qui avaient tendu le piège et des témoins de la déconvenue de ceux qui s'y étaient laissé prendre.

Notes et références

  1. Bonnardot était un grand collectionneur qui offrit à la ville de Paris le très précieux missel de Juvenal des Ursins, détruit avec la bibliothèque de l'Hôtel de Ville de Paris dans l'incendie de celui-ci en mai 1871.
  2. Pages 140 et 141. Il s'agit de scènes du Carnaval de Paris dans la partie la plus large de la rue Saint-Antoine appelée alors le Cours Saint-Antoine, représentées en miniatures sur un parchemin.
  3. Passage cité dans l'ouvrage d'Alfred Fierro Histoire et dictionnaire de Paris, Collection Bouquins, Éditions Robert Laffont, Paris 1996, pages 750-751.
  4. Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, Fonds français 11697-Fol 38v° (Mentionné dans le catalogue des sources manuscrites sur l'histoire de la Révolution française, de Tuetey, tome II, page 319. Le numéro de page du manuscrit, indiqué par Tuetey, est erroné).
  5. Cette lettre est intégralement reproduite dans l'article : Législation de la fête parisienne.
  6. Cette tradition rappelle celle du poisson d'avril, accroché dans le dos des gens et à leur insu.
  7. Ce texte est cité par Aulard, dans son ouvrage Paris pendant la réaction thermidorienne., tome IV, page 553. Il serait intéressant de connaitre ce qu'étaient exactement les « autres choses semblables ».
  8. Le Constitutionnel, mercredi 10 février 1864.

Articles connexes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Attrappes en Carnaval de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Carnaval De Paris — Le Carnaval[1] de Paris fut durant des siècles un des plus importants du monde. Succédant à la Fête des Fous il est une très grande fête dès le XVIe siècle. Sommaire 1 Histoire du Carnaval de Paris 2 …   Wikipédia en Français

  • Carnaval de paris — Le Carnaval[1] de Paris fut durant des siècles un des plus importants du monde. Succédant à la Fête des Fous il est une très grande fête dès le XVIe siècle. Sommaire 1 Histoire du Carnaval de Paris 2 …   Wikipédia en Français

  • Carnaval de Paris — Au Carnaval de Paris 2011, place Gambetta, un groupe de joyeux carnavaleux pose au pied d un géant venu de Belgique. De gauche à droite : Antoine Charneau, Alexandra Bristiel, Gabrielle Savelli et Basile Pachkoff …   Wikipédia en Français

  • Humour carnavalesque — Le Carnaval est l occasion d un certain nombre de blagues et pratiques comiques. Certaines expressions de l humour carnavalesque sont générales à plusieurs régions du monde, d autres sont limitées à une région, voire une seule ville ou un seul… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”