Atticus
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Attikos
Marcus Tullius Cicero.
« De tous les correspondants de Cicéron, aucun n’entretint avec lui un commerce plus long et plus régulier qu’Atticus. Leurs relations durèrent, sans interruption et sans nuage, jusqu’à leur mort. A la moindre absence ils s’écrivaient, et, quand c’était possible, plus d’une fois par jour. Ces lettres tantôt courtes, pour échanger un souvenir rapide, tantôt longues et raisonnées, quand les événements étaient plus graves, folâtres ou sérieuses, selon les circonstances, qu’on écrivait en toute hâte, où l’on se trouvait, ces lettres contenaient toute la vie des deux amis[1] ».

Titus Pomponius Atticus (10932 av. J.-C.)

Son nom reste attaché à la Correspondance de Cicéron dont il fut l’ami fidèle. « Plus que de tous les autres, Atticus a été aimé de Cicéron qui n’eut pas même pour son frère Quintus une affection plus vive et plus étroite » dit Cornélius Népos son collaborateur et biographe[2]. De cette amitié quotidienne, il reste 454 lettres à Atticus (sur les 813 lettres de Cicéron qui nous sont parvenues) qui tiennent du journal intime et agitent les questions les plus diverses.

Atticus est épicurien, comme Lucrèce, et a contribué à la diffusion de la philosophie d'Épicure à Rome.

Premier éditeur de Rome, il prépare la publication des lettres de son ami. Nous ne possédons aucune des très nombreuses lettres adressées par Atticus à Cicéron. Sans doute, en bon épicurien[3], a-t-il fait le nécessaire pour empêcher une divulgation qui aurait pu compromettre sa tranquillité.

Sommaire

Biographie

Pomponius Atticus, de famille équestre, fils et neveu de banquiers, reçoit une éducation raffinée. La mort prématurée de son père en 89 av. J.-C. le place à la tête d’une grosse fortune. Érudit, fin lettré, capable d’écrire aussi bien en latin qu’en grec, Atticus est épicurien. Il refuse les premiers rôles et l’action politique. Il n’entre pas dans la carrière des honneurs, préfère vivre caché et afficher une neutralité systématique.

      « Suave mari magno turbantibus aequora ventis
        E terra magnum alterius spectare laborem…[4]»
       ( Il est doux, quand, sur la mer immense, les vents en soulèvent les houles,
         de suivre, de la terre ferme, le spectacle de la dure épreuve qu’elles infligent aux autres )

« Aucun Romain ne s’est attaché autant d’amis[5] » . Il s’acquit les bonnes grâces de tous les chefs de parti, sans distinction d’opinion ce qui lui permet de tirer son épingle du jeu dans les convulsions des guerres civiles de la fin de la République, où ses amis succombent les uns après les autres (Pompée, César, Brutus, Cicéron, Marc Antoine). Prudent, maître de soi, calculateur, il ne ménage pas ses conseils pour aider Cicéron.

Ami du fils de Caius Marius qu’il a aidé à s’enfuir et conscient des risques personnels qu’il encourt, il s’embarque en 88 av. J.-C. pour Athènes « emportant ses biens avec lui » comme l’écrit Cornelius Nepos. Il y prolonge plus de vingt ans le séjour qui lui vaut le surnom d’Atticus.

À la banque et à l’exploitation rurale, il ajoute d’autres activités : troupes de gladiateurs pour flatter le goût de ses concitoyens les plus influents, courtage en livres et en œuvres d’art pour ses amis.

Mais surtout, à son retour à Rome en 65 av. J.-C., ramenant la collection d’ouvrages qu’il a réunie en Grèce et la troupe d’esclaves formée à la reproduction des manuscrits, il conçoit le dessein de devenir éditeur[6]. Avant lui, les auteurs devaient faire reproduire leurs œuvres par des copistes puis s’adresser à des boutiquiers (librarii) pour les répandre. Atticus se charge de tout, leur garantit une exécution matérielle de meilleure qualité et une diffusion plus ample et bien conduite. Le mouvement de ses affaires s'accélérant, il s’associe son futur biographe Cornélius Népos. Cicéron, son meilleur ami, est son auteur préféré. En 44 et 43, il édite ainsi les Philippiques, le De Senectute, le De Gloria, le De Amicitia, les Topica et le De Officiis.

On lui a reproché, dévoué à Cicéron tant qu’il a vécu, de le trahir après sa mort (7 décembre 43 av. J.-C.) en devenant l’ami d’Antoine, son assassin. Puis, à la fin de sa vie, pour gagner l’amitié d’Octave, le vainqueur d’Antoine, de divulguer les lettres intimes de Cicéron à des fins de propagande, pour nuire à la réputation de ce dernier[7].

Il a pour gendre Agrippa, l'ami d'Octave, le futur empereur Auguste, et donne sa sœur à Quintus Tullius Cicero, frère de Cicéron. Sa petite-fille Vipsania Agrippina est la première femme de Tibère et lui donne un fils Julius Caesar Drusus, successeur potentiel de son père, mort empoisonné par Séjan.

Atticus était parvenu à l'âge de soixante-dix-sept ans lorsqu'il fut atteint d'une maladie qui devait lui être fatale. Quand il s'en aperçut, raconte Cornelius Nepos, il fit appeler son gendre et ses amis et leur dit :

« Il est inutile de vous rappeler l'attention et les soins que j'ai apportés au rétablissement de ma santé : vous en avez été les témoins. Je crois vous avoir satisfaits à cet égard et n'avoir rien négligé pour ma guérison ; il ne me reste plus qu'à me satisfaire moi-même. Je n'ai pas voulu vous laisser ignorer ma résolution : je suis décidé à ne plus nourrir mon mal ; tous les aliments que j'ai pris ces jours-ci n'ont prolongé ma vie que pour augmenter mes douleurs, sans espoir de salut. Je vous prie donc d'approuver mon dessein et de ne point vous y opposer : vos efforts seraient inutiles ».

« Il passa deux jours sans prendre de nourriture », continue Cornelius Nepos, « après quoi la fièvre le quitta. La maladie parut diminuer mais il persista dans sa résolution, et mourut cinq jours après, le trente et un mars, sous le consulat de Cn. Domitius et de C. Sosius. Son corps, porté dans une simple litière, ainsi qu'il l'avait ordonné, et sans aucune pompe, fut accompagné de tous les gens de bien et suivi d'une foule immense. Il fut enterré près de la voie Appienne, à cinq milles de Rome, dans le tombeau de son oncle Cécilius. »

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Gaston Boissier, Cicéron et ses amis, Paris, 1908.
  • Jérôme Carcopino, Les secrets de la Correspondance de Cicéron, L'artisan du livre, 1947.
  • Pierre Grimal, Les mémoires de Pomponius Atticus, Belles Lettres, 1976.

Notes et références

  1. Gaston Boissier, Cicéron et ses amis, Paris 1908
  2. Cornelius Nepos, De Viris Illustribus, Atticus
  3. Un des plus importants préceptes d’Épicure était : « Cache ta vie » .
  4. Lucrece, De Natura Rerum, II, 1-2.
  5. Gaston Boissier, Cicéron et ses amis, Paris 1908, p143
  6. Gaston Boissier, Atticus éditeur de Cicéron, Revue Archéologique, VII, 1863, p. 93-102
  7. Jérôme Carcopino, Les secrets de la Correspondance de Cicéron, 1947, p 218 et suivantes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Atticus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Atticus — Saltar a navegación, búsqueda Atticus Fundación 2001 Sede San Diego, California …   Wikipedia Español

  • Atticus — may refer to any of:*Archbishop Atticus of Constantinople (406 ndash;425) *Atticus Finch, the central character in To Kill a Mockingbird *Titus Pomponius Atticus (110 BC/109 BC – 32 BC), an ancient Roman littérateur / philosopher *Herodes Atticus …   Wikipedia

  • Atticus — • Patriarch of Constantinople (406 425), born at Sebaste in Armenia; died 425 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Atticus     Atticus      …   Catholic encyclopedia

  • Attĭcus — Attĭcus, 1) Titus Pomponius, röm. Ritter, 109–32 v. Chr., erhielt den Beinamen A., mit dem er gewöhnlich benannt wird, von seinem langjährigen Aufenthalt in Athen (86–65). Nach Rom zurückgekehrt, hielt er sich von jeder politischen Tätigkeit fern …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Attĭcus — Attĭcus, 1) Titus Pomponius A., geb. 106 v. Chr., nach seiner Adoption von Q. Cäcilius Metellus, seinem mütterlichen Oheim, Q. Cäcilius Pomponianus A., erhielt den Beinamen A. von seiner Sprachfertigkeit u. Sittenfeinheit, die er sich zu Athen,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Atticus — Attĭcus, Titus Pomponius, röm. Schriftsteller, geb. 109, gest. 32 v. Chr., vertrauter Freund Ciceros, dessen Briefe an ihn erhalten sind (»Epistolae ad Atticum«) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Atticus — Atticus, Beiname der röm. Familie Pomponius. T. Pomponius A., geb. 109 v. Chr., reicher und feingebildeter Römer, begleitete nie ein Staatsamt, stand aber mit den vornehmsten Römern in vertrauten Verhältnissen; seiner Freundschaft mit Cicero… …   Herders Conversations-Lexikon

  • Atticus — Das römische Cognomen Atticus trugen folgende Personen: Titus Pomponius Atticus Herodes Atticus Atticus von Konstantinopel, der Bischof von Konstantinopel in den Jahren 406 425 Gaius Quintius Atticus, römischer Suffektkonsul im Jahr 69 Tiberius… …   Deutsch Wikipedia

  • ATTICUS — I. ATTICUS Patriarcha Constantinopol. Chrysostomô exulante. Innocentii I. Episcopi Romani legatos parum honorifice excepit. Obiit A. C. 421. Zelô Orthodoxiae et charitate in pauperes illustris. Socr. l. 7. Ei successit Sisinmus. Item, Episcopus… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Atticus — Ạtticus,   Titus Pomponius, * 110 v. Chr., ✝ 32 v. Chr.; ein hochgebildeter, vermögender römischer Ritter und Geschäftsmann, angesehen als politisch neutraler Mittelpunkt der gebildeten Welt, als Historiograph, auch als Verleger zeitgenössischer …   Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”