Sein
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir sein (homonymie) et Poitrine.
Sein d'une femme enceinte

Le sein (du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli ») ou la poitrine dans son ensemble, constitue la région ventrale supérieure du torse d'un animal, et en particulier celle des mammifères qui englobe l’espèce humaine. Dans ce dernier cas, ils sont la partie charnue située sur la face antérieure du thorax.

Le sein désigne aussi chez les mammifères femelles (dont la femme), la mamelle qui contient la glande mammaire sécrétrice du lait pour permettre l’allaitement des jeunes bébés dès la naissance. Chez les ruminants femelles domestiques, on les appelle des « pis ».

Mais les humains de sexe masculin ont aussi des seins qui, bien que généralement moins importants, sont structurellement identiques (homologues) à la femme, car ils se développent embryologiquement à partir des mêmes tissus.

L'aréole des seins est reliée par des nerfs au cerveau, en particulier au système de récompense. La stimulation des seins procure une récompense cérébrale qui incite la femme à renouveler les stimulations. C'est grâce au système de récompense que les mammifères femelles[1] et les femmes[2],[3] allaitent leur nouveau-né (voir Allaitement), et c'est également les récompenses qui sont à l'origine des stimulations sexuelles des seins (voir Comportement érotique)[4],[5].

Cet article traite essentiellement du sein humain féminin et masculin. Pour les autres mammifères, voir les articles : Mamelle et glande mammaire.

Sommaire

Étymologie

Le mot vient du latin sinus, « courbure, sinuosité, pli », qui désignait notamment un pli de la toge recouvrant la poitrine. Son emploi au figuré l'a fait désigner la partie du corps correspondante. Mais on employait plutôt celui de mamma, « sein », et mamilla, « petit sein », d'où le mot en français : « mamelle ». Aussi, mammicula désignait une « petite mamelle ». C'est de là d'où vient le mot « mammifère » dont la caractéristique première est d'être doté de mamelles ou de seins pour l'être humain.

Le thésaurus argotique des mots sur les seins est important, au même titre qu'un caractère sexuel primaire.

Chez la femme

Profil de sein en pointe

Un réseau de canaux galactophores est présent à l'état rudimentaire chez les individus des deux sexes, de l'âge embryonnaire à l'âge adulte, mais seules les femmes, sous l'influence hormonale à partir de la puberté, le long des cycles et pendant la grossesse et l'allaitement, développent la partie glandulaire.

Les seins contiennent les glandes lactogènes (ou glandes mammaires) qui deviennent actives en période d'allaitement et produisent le lait maternel dont se nourrit le bébé humain pendant les premiers mois de sa vie. Durant la période de lactation, le lait est sécrété par ces glandes mammaires et est déversé par des canaux séparés au niveau du mamelon.

L'essentiel du corps du sein est constitué de tissu adipeux. Les seins voient leur volume varier en fonction de différents paramètres tels que le cycle d'ovulation, la température ou l'excitation ainsi que durant la grossesse. La limite de l'aréole, sa pigmentation et son réseau glandulaire varient avec la grossesse et l'allaitement. Le mamelon est érectile.

Outre sa fonction biologique initiale de lactation, le sein féminin joue un rôle important dans la séduction, l'érotisme et la sexualité. Il s'agit d'un caractère sexuel secondaire.

Anatomie

Schéma anatomique du sein
1. Cage thoracique 2. Muscles pectoraux 3. Lobules 4. Mamelon 5. Aréole 6. canaux galactophores 7. Tissu adipeux 8. Peau

Sur le plan superficiel, le sein est recouvert de peau (fascia superficialis) s’étendant sans limite nette jusqu’à la région mamelonaire, arrondie et pigmentée.

La peau de l'aréole a un aspect grenu car elle est parsemée de glandes cutanées et sébacées (glande de Morgani) qui s'hypertrophient à la grossesse et prennent alors le nom de tubercule de Montgomery. L'aréole est pourvue de fibres musculaires lisses, muscles sphinctériens périalvéolaires, qui contrôlent la fonction excrétrice du sein au moment de la lactation.

Le mamelon est la partie centrale et surélevée de l'aréole. Les canaux galactophores qui assurent l'évacuation des sécrétions lactées y débouchent par des pores séparés.

Sur le plan interne, le sein est essentiellement constitué d’un tissu conjonctif adipeux (les graisses) et de ligaments de Cooper. Le tissu glandulaire responsable de la production exocrine de lait ne représente qu'une faible proportion du volume mammaire.

La glande mammaire est constituée de lobes, séparés par des cloisons conjonctives, qui sont des ensembles de bourgeons glandulaires ou acini développés en période d’allaitement, drainés par des canaux galactophores pourvus vers leurs extrémités d’un sinus galactophore et débouchant séparément au niveau du mamelon.

Le sein est richement vascularisé. Au niveau artériel on décrit notamment 3 origines à sa vascularisation :

  • l'artère axillaire participe par ses branches thoracique latérale (éventuellement avec en plus une thoracique latérale accessoire) et thoraco-acromiale (qui donnera par la suite une branche thoracique médiale dédiée à la glande mammaire)
  • l'artère thoracique interne (cheminant à la face postérieure des cartilages costaux jusqu'au sixième espace intercostal) via certaines de ses collatérales
  • les artères intercostales (originaires de l'aorte thoracique), notamment de la sixième à la neuvième.

Au niveau du système lymphatique, le sein est divisé en 4 cadrans, 2 externes, 2 internes. Les cadrans externes sont drainés vers la veine thoracique latérale, le creux axillaire (ganglion de Sorgius) et le ganglion infra-claviculaire. Les cadrans internes sont drainés sous le sternum par le ganglion intra-thoracique puis le relais infra-claviculaire.

Sur le plan profond, on distingue 3 muscles : le grand pectoral sur lequel glisse la glande mammaire, le petit pectoral et le sous-clavier.

Le sein est soutenu par la peau et un ligament suspenseur : la travée fibro-glandulaire. Au niveau inférieur, le sillon sous-mammaire est formé par un épaississement de ces travées qui tire la peau en profondeur.

La limite supérieure d’implantation du sein se situe à la 2 ou 3e côte, sa limite inférieure entre la 6e ou 7e côte.

La présence éventuelle de plus de deux seins s'appelle la polymastie.

Taille, forme et soutien

Les seins varient à la fois en taille et en forme. Leur soutien se fait anatomiquement parlant, sur l'ensemble de la cage thoracique.

Taille

Les seins varient en taille. La taille de bonnet la plus petite est AA, ce qui correspond à une taille inférieure à un pouce, soit 2,54 centimètres. Ce qui n'enlève pas la possibilité d'allaitement.

La possession de seins de fort volume suscite certaines gênes et demande certaines adaptations de la vie quotidienne.

Linsey Dawn McKenzie est connue mondialement pour avoir été la femme aux seins naturels les plus gros du monde. Alors qu'elle était âgée de 12 ans, elle portait à l'époque un soutien-gorge d'une taille 34DD (selon les mesures britanniques) jusqu'à ses 15 ans, elle atteignit à l'âge de 17 ans une taille de 34GG. Sa taille finale fut 36HH mais est actuellement de 36DD après intervention chirurgicale. Toujours en mesures britanniques.

Selon le magazine The People du Royaume-Uni, le record de la femme aux seins naturels les plus gros du monde serait une jeune femme âgée de 16 ans en 2005, Chloe Rogers[6] : la taille atteindrait 34KK, soit du 90P en taille française, soit 43,18 cm (17 pouces) de différence entre le tour de poitrine et le tour de la cage thoracique sous les seins. Ou un tour de la poitrine avec les seins compris, égal à 130 centimètres environ. Chacun des seins pèserait 4 à 4,5 kg. Elle souffrirait d'un mal de dos chronique et cherche à réduire la taille de ses seins par chirurgie plastique. Sa brassière est faite sur-mesure et coûterait £100 (environ 150 €)[7]. Rachel Aldana serait aussi notoire au Royaume-Uni pour une taille de seins de 32JJ.

Comme on peut le constater, la taille des seins naturels les plus gros du monde fait l'objet de parutions dans la presse people, surtout au Royaume-Uni. Et comme les mesures européennes, américaines et anglaises diffèrent, il n'est pas facile de faire les conversions. Elles peuvent en tirer profit comme Linsey Dawn McKenzie, mais cette dernière a finalement cédé à la chirurgie, pour tout simplement « alléger » son dos. Les amateurs ou fétichistes de gros seins sont appelé : mastofact, sein partialism, ou mazophilie[8].

Forme et soutien
Paire de seins relativement ronds et qui s'avancent presque horizontalement.

La forme générale du sein féminin est variable, le plus souvent conique arrondie. Ils peuvent être pointus, en forme « de poires » ou arrondis comme des « oranges », etc. Pourtant, leur aspect extérieur ne prédit pas de leur anatomie interne ou de leur potentiel d'allaitement. La forme des seins d'une femme dépend en grande partie de leur soutien, qui provient principalement des ligaments de Cooper, et la poitrine sous-jacente sur lesquels ils reposent. Le sein est rattachée à la base de la paroi thoracique par une aponévrose épaisse sur les muscles pectoraux. Sur sa face supérieure, un peu de soutien lui est donné par la peau qui continue sur la partie supérieure du thorax. C'est cet appui qui détermine la forme des seins. Chez un petit nombre de femmes, les sinus frontaux lactifères (ou « ampoules ») dans les seins ne sont pas alignés avec le tissu mammaire environnant, ce qui provoque un gonflement visible à l'extérieur de la zone des sinus.

Sur le soutien des seins, il est utile d'établir une distinction entre les seins qui sont en dessous de la poitrine, et ceux qui ne le sont pas. Des seins arrondis et hauts saillent presque horizontalement à partir de la paroi thoracique. En début de développement pubertaire, tous les seins sont ainsi faits et une telle forme est fréquente chez les jeunes femmes et les filles. Les seins « portés hauts » ou proéminents sont ancrés sur la base de la poitrine, et leur poids est uniformément réparti sur la zone se trouvant à la base du dôme mammaire ou de la forme conique des seins. Les seins « portés bas » ont une partie de leur poids soutenue par le thorax contre laquelle la partie inférieure du sein repose sur sa surface, et par un profond ancrage de sa base. Le poids est donc distribué sur une plus grande superficie, ce qui a pour effet de réduire la tension. Chez les hommes et les femmes, la cage thoracique descend en pente douce, progressivement vers l'extérieur de l'entrée du thorax (en haut du sternum), jusqu'aux plus basses côtes qui marquent sa limite inférieure, ce qui permet le soutien des seins.

Lingerie et maintien
Femme portant un strophium
Article détaillé : Soutien-gorge.

Le soutien-gorge, pièce de lingerie féminine est un objet utilisé pour recouvrir et éviter que les seins ne s'affaissent trop sur le bas de la cage thoracique. Les seins ont tendance à s'affaisser avec l'âge. Ainsi, pour les partisans des soutiens-gorges, il permet un maintien ferme de la poitrine tout au long de la vie ; les seins ne s'allongent pas[réf. nécessaire], ce qui serait un synonyme de beauté et de moindre gêne dans les mouvements. Certaines femmes de tribus africaines qui ne portent pas de maintien de ce type tiennent au contraire en beauté le fait que les seins s'allongent. Le soutien-gorge moderne, remplaçant de l'ancien (et étouffant) corset est prévu pour être léger, pratique à mettre, voire sportif dans sa forme adaptée.

Comme le soutien-gorge est un sous-vêtement porté par la femme, il est un objet commun mais aussi de luxe raffiné (voir lingerie). Les méthodes de fabrication (usine, retouches à la main) ainsi que des matières entrant dans sa composition (coton, dentelle, élasthanne, lycra, polyamide, polyester, etc.) sont multiples.

Ce type de vêtement existe depuis l'Antiquité et le Moyen Âge : les femmes utilisaient alors des dispositifs pour soutenir leur poitrine : strophium, sangles, brassières, bandeaux, corsets et corselets.

Modifications

Dans le domaine de la chirurgie plastique, le sein peut être l'objet de modifications voulues comme l'introduction d'un implant mammaire sous les muscles pectoraux ou la réduction.

Ou il peut être l'objet de remplacement par un implant mammaire, suite à une mastectomie (c'est-à-dire l'ablation complète ou partielle, chirurgicale du sein), le plus souvent due à un cancer.

L'ornementation d'un piercing peut être pratiquée, notamment sur le mamelon. Ou par un tatouage temporaire ou définitif.

Pathologies

L'étude du sein et de ses maladies est la sénologie et le praticien qui est expert en sénologie est un sénologue. Les douleurs du sein sont désignées par le terme mastodynie.

Comme tout organe, le sein peut être affecté de pathologies :

Techniques médicales

La palpation peut être faite par le médecin ou par la patiente elle-même. En position debout, la main à plat explore chaque quadrant à la recherche d'une masse ou d'une irrégularité. La palpation se termine par la recherche de ganglions dans le creux axillaire.

La mammographie est un examen radiologique à faire systématiquement à partir d'un certain âge afin de détecter les cancers du sein : le sein est coincé en sandwich entre une plaque photographique horizontale et le tube émetteur de rayons X.

L'échographie est un examen indolore et sans danger utilisant une sonde émettrice et réceptrice d'ultrasons. Il permet de compléter utilement la mammographie.

La thermographie est un examen indolore et sans danger, mesurant les différences de température locale du sein par l'intermédiaire d'une image infrarouge. Cet examen n'est plus pratiqué, car ses résultats ne sont ni assez fiables, ni suffisamment précis.

Fonction maternelle

Article détaillé : Allaitement.

Le sein permet l’allaitement des jeunes enfants dès la naissance.

Fonctions sexuelles

Article principal : Comportement érotique.
Article détaillé : Attirance sexuelle.

Les seins sont une zone érogène dont les fonctions dans les pratiques sexuelles ou dans le domaine de l'attirance sexuelle sont variables selon les cultures.

Les seins, caractère sexuel secondaire, constituent dans les sociétés humaines un élément féminin de séduction extrêmement utilisé. Vus qualitativement par la cible avec une composante volumique, éventuellement dominante, la poitrine féminine donne un indice de fécondité (dépendant du taux d'œstrogène/progestérone) pour le reproducteur. Si les poitrines généreuses sont un indice favorable, les petits seins le sont aussi avec certaines conditions anatomiques.

L'utilisation de cet outil de séduction est plus ou moins aisé à mettre en œuvre sans enfreindre les règles de la bienséance, c'est-à-dire uniquement par la mise en valeur de leur volume et de leur forme. Les medias à sensation se font régulièrement l'écho de scandales liés au franchissement des limites des bonnes mœurs[9].

Cette situation stimule un secteur lucratif dans le marché du sous-vêtement visant à fournir des soutiens-gorge valorisants tels les redresse-seins par exemple (tel que le Wonderbra), voire dans le marché du vêtement moulant.

Le potentiel d'attraction du décolleté est géré par nombre de femmes entre un besoin de séduction et la bonne convenance sociale. Au-delà de l'intérêt pour la séduction personnelle, les seins sont utilisés comme attracteur visuel dans d'innombrables publicités (parfums, produits de beauté, diététique, etc.), et spectacles, ou concours tels que les concours de tee-shirts mouillés. Cette vision est, à des degrés divers, remise en cause par la plupart des écoles féministes qui considèrent qu'elle infériorise et fait percevoir la femme principalement comme objet de convoitise/ou cible marchande. L'utilisation du sein comme attracteur visuel n'est pas un fait récent. Autant dans la sculpture que dans la peinture et les mosaïques les plus antiques, les seins ont vraisemblablement permis aux artistes de capter le regard de chacun afin parfois d'amener ensuite l'observateur vers un autre niveau de lecture.

Le sein peut être un élément important de la sexualité humaine, que ce soit pour des caresses ou dans le cadre de pratiques telle que la cravate de notaire.

Chez l'homme

Partie charnue du thorax, les seins, contrairement à la femme, restent de la même dimension chez l'individu mâle, sauf modification hormonale : très fréquente chez les bodybuilders ou par patrimoine génétique. La fonction érotique d'une poitrine musclée masculine ou des muscles pectoraux est présente au même titre qu'une poitrine féminine.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Pathologie

La gynécomastie masculine est le pendant de l'hypermastie féminine. C'est un développement excessif des glandes mammaires dont la cause peut être congénitale ou due à une maladie, à une tumeur ou à la prise de certains médicaments.

Représentation artistique

Article détaillé : Représentation artistique du nu.

Les seins sont, dans certaines cultures (mais pas dans toutes, certaines l'ignorant totalement comme objet d'attraction), un objet de fascination et de représentation de la femme dans l'art antique et contemporain.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

  1. FERRIS C. F. , KULKARNI P. , SULLIVAN J. M., Jr. , HARDER J. A. , MESSENGER T. L. , FEBO M. Pup suckling is more rewarding than cocaine: evidence from functional magnetic resonance imaging and three-dimensional computational analysis, The Journal of Neuroscience, 25(1):149-156, 2005
  2. MARSHALL Leslie B. Infant care and feeding in the South Pacific • Gordon and Breach, NY, 1985
  3. HERDT Gilbert , STOLLER Robert J. Intimate communications: erotics and the study of culture, Columbia University Press, NY, 1990
  4. (fr) WUNSCH Serge, Thèse de doctorat sur le comportement sexuel [PDF] EPHE-Sorbonne, Paris, 2007.
  5. (en) AGMO Anders Functional and dysfunctional sexual behavior Elsevier 2007.
  6. (en)My Boob Site » Blog Archive » Biggest Boobs in Britain
  7. (en) People.co.uk - RECORD BREAKKERS!, article datant du 11 décembre 2005
  8. Hickey, Eric W. (2003). Encyclopaedia of Murder and Violent Crime. Sage Publications Inc. ISBN 0-7619-2437-X
  9. On peut relever par exemple le Scandale du Nipplegate concernant Janet Jackson ou le sein dévoilé de Sophie Marceau au festival de Cannes 2005

Références bibliographiques

  • Damien Baldin, Histoire du Sein, Éditions du Sandre, 2005.
  • Béatrice Maillard-Chaulin, Journal d'un Sein, Corsaire.
  • Claude-François-Xavier Mercier de Compiègne, Éloge du sein des femmes Ouvrage curieux.[1]
  • Jean-Claude Kaufmann, Corps de femmes, regards d'hommes. Sociologie des seins nus, Éditions Pocket, Paris, 2001 — (ISBN 2-266-10980-4).

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Fonction maternelle
Société
Santé

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sein de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • sein — sein …   Dictionnaire des rimes

  • sein — [ sɛ̃ ] n. m. • 1150; « espace entre la poitrine et le vêtement » 1120; lat. sinus « pli, courbe », d où « pli de la toge en travers de la poitrine », et fig. « poitrine » 1 ♦ Littér. La partie antérieure du thorax humain, où se trouvent les… …   Encyclopédie Universelle

  • sein — SEIN. s. m. La partie du corps humain qui est depuis le bas du cou jusqu au creux de l estomac. Il se dit plus particulierement des femmes. Cette femme a un beau sein, a le sein beau. elle a mal au sein. elle a le sein découvert. son enfant… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • sein — sein: Die Formen des Hilfszeitworts werden in allen germ. Sprachen aus drei verschiedenen Stämmen gebildet: 1. Das Präteritum nhd. war, waren (mhd. was, wāren, ahd. was, wārun, entsprechend got. was, engl. was usw.) und das zweite Partizip… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Sein — sein: Die Formen des Hilfszeitworts werden in allen germ. Sprachen aus drei verschiedenen Stämmen gebildet: 1. Das Präteritum nhd. war, waren (mhd. was, wāren, ahd. was, wārun, entsprechend got. was, engl. was usw.) und das zweite Partizip… …   Das Herkunftswörterbuch

  • sein — SEÍN, Ă, seini, e, adj. (reg.) 1. (Despre lână, blană) De culoare cenuşie roşcată. 2. (Despre oi) Cu lâna cenuşie roşcată. – et. nec. Trimis de LauraGellner, 21.07.2004. Sursa: DEX 98  SEÍN adj. v. cărunt, cenuşiu, fumuriu, gri, plumburiu, sur.… …   Dicționar Român

  • Sein — can mean: * île de Sein, an island of Bretagne * Île de Sein, a commune of Bretagne * Raz de Sein, a stretch of water in Bretagne …   Wikipedia

  • Sein [1] — Sein (Seyn), ist der einfachste Begriff, welcher sich eben deshalb nicht deutlich, sondern nur klar machen läßt. Er bezeichnet im allgemeinen jede Setzung, d.h. eine Bejahung im Denken. Er ist daher a) Zeichen der logischen Copula im Urtheile u.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • sein — [Basiswortschatz (Rating 1 1500)] Auch: • werden • seiner • seine • seines Bsp.: • Es muss etwas getan werden. • …   Deutsch Wörterbuch

  • Sein — das; s; das Sein und das Nichtsein; das wahre Sein …   Die deutsche Rechtschreibung

  • sein(e) — [Basiswortschatz (Rating 1 1500)] Auch: • seine(r, s) Bsp.: • Seine Bücher sind auf dem Tisch. • Das ist sein Hut. • Ist das sein Auto? Ja, es ist seines. • Gestern Abend bin ich einem Freund von ihm begegnet. • …   Deutsch Wörterbuch

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”