Attentat de la piazza fontana

Attentat de la piazza Fontana

La piazza Fontana est une place du centre de Milan. Cette place est sinistrement devenue célèbre à cause des attentats qui s'y sont produit le 12 décembre 1969 faisant 16 morts et 88 blessés. C'est aussi l'un des facteurs qui ont présidé à la naissance des Brigades Rouges, en poussant certains militants d'extrême-gauche à choisir la "lutte armée". Cet événement est le principal point de départ des « années de plomb » italiennes, et demeure un point controversé de l'Histoire contemporaine de l'Italie.

Sommaire

Décembre 1969

Le 12 décembre 1969, une bombe éclate dans la "Banca dell'Agricoltura" sur la piazza Fontana, dans le centre de Milan, faisant seize morts et une centaine de blessés. Aussitôt, l'extrême gauche est accusée, en particulier les anarchistes. Quatre cents personnes sont arrêtées par la police[1]. Le danseur Pietro Valpreda est emprisonné, tandis que le cheminot Giuseppe Pinelli, un anarchiste accusé de l'attentat, meurt dans un commissariat lors de son interrogatoire, dans des circonstances controversées (c’est le thème de la pièce de Dario Fo, "Mort accidentelle d’un anarchiste"). Le commissaire Luigi Calabresi est accusé d'être responsable, mais l'enquête aboutit à sa relaxe. Deux ans et demi plus tard, le 17 mai 1972, il est victime d'un assassinat pour lequel des années après sera condamné Adriano Sofri, un des leaders de l'organisation Lotta Continua, ainsi que d'autres anciens activistes.

Les anarchistes en Italie ne sont, à l'époque, que quelques centaines, mais quelques militants d'extrême droite, notamment Mario Merlino, avaient réussi à s'infiltrer dans les marges d'un des groupes anarchistes, ainsi que des agents des services secrets.

Selon l'auteur d'extrême-droite François Duprat, lors du cortège funèbre suivant les attentats, 80 000 personnes manifestèrent, dont 30 à 40 000 Missini faisant le salut fasciste[2].

Responsabilités néofascistes présumées dans l'attentat

Dans les années 1980, le terroriste néo-fasciste Vincenzo Vinciguerra déclara au juge Felice Casson que l'attentat visait à la proclamation de l'état d'urgence et à pousser l'Italie vers un régime autoritaire. [réf. nécessaire]

En 1989, le fondateur d' Avanguardia Nazionale, Stefano Delle Chiaie, fut arrêté à Caracas et extradé en Italie afin d'être jugé pour ses responsabilités dans l'attentat de 1969.[réf. nécessaire] Il fut cependant acquitté par la Cour d'assise de Catanzaro en 1989, de même que son camarade Massimiliano Fachini.[réf. nécessaire]

En 1997, trois anciens militants néo-fascistes d'Ordine Nuovo, Carlo Maria Maggi, Delfo Zorzi et Giancarlo Rognoni, ont été mis en examen pour l'attentat. En 1998, David Carrett, un officier de la US Navy, est mis en examen pour sa participation à l'attentat; il est aussi accusé d'espionnage politique et militaire. Le juge Guido Salvini ouvre aussi une enquête contre Sergio Minetto, un responsable italien du service d'intelligence de l'Otan, et le collaboratore di giustiza (accusé qui collabore avec la justice) Carlo Digilio, soupçonné d'être un indic de la CIA.

Mais le 12 mars 2004, la Cour d’appel de Milan annule les peines prononcées contre les trois accusés d'Ordine Nuovo, condamnés en première instance[3]. Carlo Digilio recevait l'immunité en échange de sa participation aux enquêtes, en accord avec le statut italien des collaboratore di giustizia.

Une enquête journalistique particulièrement complète reste à ce jour "L'orchestre Noir " documentaire réalisé par Frédéric Laurent et Fabrizio Calvi en 1997 et diffusé sur ARTE en 2 soirées en 1998. Elle soulève un coin du voile sur de possibles manipulations par l'organisation GLADIO de neo-fascistes italiens membres de petits groupes à droite du MSI comme Ordine Nuovo ou Avanguardia Nazionale. L' objectif des attentats (dont celui de la Piazza Fontana ) aurait été de déclencher, sinon un coup d'état, du moins une déclaration d'état d'urgence.

Thèse de la « stratégie de la tension »

Selon une théorie controversée, une partie de l’appareil d’État, en lien avec la CIA, aurait entretenu un climat de peur afin de faciliter l’arrivée au pouvoir d’un régime dictatorial, comme en Grèce en 1967.

Au début des années 1990, la révélation de l'existence du réseau Gladio, une organisation paramilitaire clandestine (stay-behind) de l'OTAN, a entraîné de nouvelles spéculations sur ce thème.

En 2000, un document publié en 2000 par des élus des Démocrates de gauche participant à la commissione stragi du parlement italien (commission d'enquête sur les massacres) a conclu que Washington avait soutenu « une stratégie de la tension visant à empêcher le PCI, et, dans une moindre mesure, le PSI à atteindre le pouvoir ». Celle-ci aurait compris des attaques terroristes false flag, attribuées à la partie adverse, en l'occurrence l'extrême-gauche et la mouvance autonome. Néanmoins, l'enquête judiciaire n'a établi aucun lien direct entre le réseau de l'OTAN et les néofascistes impliqués dans l'attentat.

Ce document, dépourvu de valeur officielle, qui comporte des erreurs factuelles et accuse nommément des membres d'Alliance nationale, a provoqué de vifs échanges au parlement italien et s'est vu qualifié par le président du Sénat italien Nicola Mancino d'« exemple de suffisance intellectuelle » (« esempio di supponenza intellettuale »)[4].

Bibliographie

  • Daniele Ganser, Les Armées secrètes de l'OTAN; Réseaux Stay Behind, Gladio et Terrorisme en Europe de l'Ouest, préface de John Prados. Editions Demi-Lune, septembre 2007 (ISBN 9782917112007). La fiabilité de cette source est discutée [5]
  • Frédéric Laurent, L'Orchestre noir, Stock, 1978
  • Antonio Pennacchi, Mon frère est fils unique, Le Dilettante, 2007 (Titre original : Il Fasciocomunista, 2003)
  • Diego Giachetti et Marco Scavino : "La FIAT aux mains des ouvriers" Les nuits rouges avril 2005. Lecture nécessaire pour comprendre les luttes ouvrières de l'automne 1969 et donc le contexte social qui pourrait "justifier" la "grande peur" de la classe possédante italienne et donc l'élaboration d'une "stratégie de la tension"

Notes et références

Filmographie

  • Fabrizio Calvi et Frédéric Laurent, L'Orchestre noir, documentaire diffusé sur Arte les 13 et 14 janvier 1998
  • Daniele Luchetti, Mon frère est fils unique (2007)

Voir aussi

Commons-logo.svg


  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail du monde contemporain Portail du monde contemporain
  • Portail de l’Italie Portail de l’Italie
Ce document provient de « Attentat de la piazza Fontana ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Attentat de la piazza fontana de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Attentat De La Piazza Fontana — La piazza Fontana est une place du centre de Milan. Cette place est sinistrement devenue célèbre à cause des attentats qui s y sont produit le 12 décembre 1969 faisant 16 morts et 88 blessés. C est aussi l un des facteurs qui ont présidé à la… …   Wikipédia en Français

  • Attentat de la Piazza Fontana — La piazza Fontana est une place du centre de Milan. Cette place est sinistrement devenue célèbre à cause des attentats qui s y sont produit le 12 décembre 1969 faisant 16 morts et 88 blessés. C est aussi l un des facteurs qui ont présidé à la… …   Wikipédia en Français

  • Attentat de la piazza Fontana — 45°27′47″N 9°11′39″E / 45.46306, 9.19417 La piazza Fontana est une place du centre de M …   Wikipédia en Français

  • Attentat de la place Fontana — Attentat de la piazza Fontana La piazza Fontana est une place du centre de Milan. Cette place est sinistrement devenue célèbre à cause des attentats qui s y sont produit le 12 décembre 1969 faisant 16 morts et 88 blessés. C est aussi l un des… …   Wikipédia en Français

  • Attentat De La Gare De Bologne — La gare de Bologne après l explosion de la bombe L attentat de la gare de Bologne (connu en Italie comme la strage di Bologna, soit le massacre de Bologne) est « l une des plus importantes attaques terroristes que l Europe a eu à subir au… …   Wikipédia en Français

  • Attentat de la gare de Bologne en 1980 — Attentat de la gare de Bologne La gare de Bologne après l explosion de la bombe L attentat de la gare de Bologne (connu en Italie comme la strage di Bologna, soit le massacre de Bologne) est « l une des plus importantes attaques terroristes… …   Wikipédia en Français

  • Attentat de la gare de bologne — La gare de Bologne après l explosion de la bombe L attentat de la gare de Bologne (connu en Italie comme la strage di Bologna, soit le massacre de Bologne) est « l une des plus importantes attaques terroristes que l Europe a eu à subir au… …   Wikipédia en Français

  • Attentat de la gare de Bologne — 44°30′22″N 11°20′32″E / 44.50611, 11.34222 …   Wikipédia en Français

  • Piazza Fontana — Attentat de la piazza Fontana La piazza Fontana est une place du centre de Milan. Cette place est sinistrement devenue célèbre à cause des attentats qui s y sont produit le 12 décembre 1969 faisant 16 morts et 88 blessés. C est aussi l un des… …   Wikipédia en Français

  • Piazza fontana — Attentat de la piazza Fontana La piazza Fontana est une place du centre de Milan. Cette place est sinistrement devenue célèbre à cause des attentats qui s y sont produit le 12 décembre 1969 faisant 16 morts et 88 blessés. C est aussi l un des… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”