Attali

Jacques Attali

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Attali (homonymie).
Jacques Attali
Jacques attali.jpg

Naissance 1er novembre 1943
Alger, Algérie, France France
Nationalité Français
Profession(s) Économiste
Écrivain
Autres activités Haut fonctionnaire

Jacques Attali, né le 1er novembre 1943 à Alger, est un économiste, écrivain et haut fonctionnaire français. Ancien conseiller de François Mitterrand puis président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, il dirige actuellement PlaNet Finance et a présidé la commission pour la libération de la croissance française. Il a publié de nombreux essais et romans.

Sommaire

Origines et études

En 1943, le 1er novembre il naît avec son frère jumeau Bernard Attali à Alger en Algérie dans une famille juive[1]. Son père, Simon Attali[2], est un autodidacte qui réussit dans le commerce de parfumerie bijouterie (enseigne « Bib et Bab ») à Alger. En 1956, deux ans après le début de la Guerre d'Algérie (1954 à 1962), son père décide de venir s'installer rue de la Pompe à Paris, avec sa famille (Jacques a 13 ans).

Les deux frères jumeaux Jacques et Bernard suivent des études brillantes au lycée Janson-de-Sailly, dans le XVIe arrondissement de Paris, où ils rencontrent Jean-Louis Bianco et Laurent Fabius. En 1966, Jacques sort major de promotion de Polytechnique (X63). Docteur d'État en sciences économiques, Ingénieur du Corps des mines, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris et de l'École nationale d'administration dont il sort troisième de sa promotion en 1970 (promotion Robespierre avec Philippe Séguin et Louis Schweitzer).

En 1968, il effectue son stage de l'École nationale d'administration dans la Nièvre, sous la férule du futur préfet de police de Paris Pierre Verbrugghe. Il rencontre à cette occasion pour la troisième fois François Mitterrand.

Jacques Attali est aussi un passionné de musique. Il pratique le piano (on l'a entendu jouer pour les Restos du cœur) et s'intéresse à la musique sous toutes ses formes. Il a écrit « Bruits », essai sur l'économie musicale et sur l'importance de la musique dans l'évolution des sociétés. Il a écrit des paroles de chansons pour Barbara.

Il se passionne aussi pour la direction d'orchestre et a eu l'occasion de se produire en concert avec l'Orchestre Universitaire de Grenoble, dans des pièces aussi diverses qu'une symphonie de Benda, des concertos pour violon de Bach, une messe de Mozart, l'Adagio de Barber, le double concerto pour violon et piano de Mendelssohn…

Il a récemment dirigé l'orchestre Lamoureux lors d'une soirée de gala à Paris pour le Technion, partageant le pupitre avec son ami, le généticien Daniel Cohen.

Carrière politique

En 1970, âgé de 27 ans, il devient auditeur au Conseil d’État. En 1972, il publie ses deux premiers livres en : Analyse économique de la vie politique et Modèles politiques pour lequel il obtient un prix de l'Académie des sciences.

Professeur d'économie à l'Université Paris-Dauphine, à l'École polytechnique et à l'École des Ponts et Chaussées, il réunit autour de lui quelques jeunes chercheurs : Yves Stourdzé (inventeur du programme européen de recherche Eurêka) ou Érik Orsenna (prix Goncourt en 1988 et conseiller spécial de Roland Dumas au ministère des Affaires étrangères). Il développe un réseau de personnalités dans des domaines très divers (journalisme, mathématiques, show business, analyse financière…).

En 1979, il participe à la fondation de l'ONG internationale Action internationale contre la faim, aujourd'hui connue sous le nom d'Action contre la faim (ACF)[3].

Son étroite collaboration avec François Mitterrand commence en décembre 1973. En 1981, celui-ci, qui vient d'être élu président de la République, le nomme « conseiller spécial » lors de son arrivée au palais de l'Élysée, et l'installe dans l'ancien bureau des aides de camp qui jouxte le bureau présidentiel. Dès lors, Jacques Attali rédige, chaque soir, des notes à l'attention du président sur l'économie, la culture, la politique ou le dernier livre qu'il a lu ou parcouru. Le président lui confie également le rôle de « sherpa » (représentant personnel d'un chef d'État) pour les sommets du G7.

Jacques Attali élargit ses relations à Raymond Barre, Jacques Delors, Philippe Séguin, Jean-Luc Lagardère, Antoine Riboud, Michel Serres, Coluche. Il conseille au président de faire venir à l'Élysée Jean-Louis Bianco, Alain Boublil et quelques jeunes énarques prometteurs, comme le couple François Hollande/Ségolène Royal. Selon l'émission Complément d'enquête du 10 mars 2008 sur France 2, il aurait aussi fait visiter le Palais de l'Élysée à Nicolas Sarkozy après avoir reçu une lettre dans laquelle ce dernier aurait expliqué qu'il voulait devenir président de la République.

En 1982, il plaide pour la « rigueur économique ». Il organise le sommet du G7 de Paris en 1982. En 1984, il met en place le programme européen Eurêka de « développement de nouvelles technologies ». Il organise le bicentenaire de la Révolution française du 14 juillet 1789. En 1989, il fonde un programme international d’action contre les inondations catastrophiques au Bangladesh.

Apôtre de la constitution de l'établissement d'un gouvernement mondial, il a un discours tentant à démontrer comme incontournable le maintien de la démocratie par la constitution d’un nouvel ordre mondial. Il pense que l'économie régulée par une institution financière mondiale peut être une solution à la crise financière émergeant en 2008. Cette institution financière est une première étape vers l'instauration d'un gouvernement mondial dont l'Union européenne est une illustration.

Carrière financière

En 1990, lors du second septennat de François Mitterrand, Jacques Attali abandonne la politique et quitte l'Élysée. Il participe à la création de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à Londres et en devient le premier président. Il avait lancé l'idée de cette institution en 1989, peu avant la chute du mur de Berlin, pour soutenir la reconstruction des pays de l'Europe de l'Est. Jacques Attali a ainsi fondé la première institution s'occupant de l'Europe de l'Est. Sous l'impulsion de son président, la BERD a en premier lieu lancé des investissements destinés à la protection des centrales nucléaires, à la protection de l'environnement et, plus généralement, au développement des infrastructures et de la privatisation.

En 1991, Jacques Attali invite Mikhail Gorbatchev au siège de la BERD à Londres, contre l'avis du premier ministre britannique John Major. Il oblige ainsi les chefs d'État d'un G7 se déroulant dans la ville au même moment, à recevoir le chef d'État soviétique[4]. Au lendemain d'un entretien téléphonique houleux entre Jacques Attali et John Major, la presse britannique multiplie les critiques à l'encontre du président de la BERD, diffusant notamment des soupçons sur la gestion de l'institution - soupçons qui seront ensuite relayés par certains journalistes de la presse française[5]. Jacques Attali explique sa position dans le chapitre « Verbatim et la BERD » du livre C'était François Mitterrand[6] : « les travaux en question avaient été réalisés sous la responsabilité d'un groupe de travail international dont je ne faisais pas partie ». De fait, à son départ, volontaire, de la BERD, Jacques Attali a reçu pour sa gestion le quitus du conseil des gouverneurs[7].

En 1993, Jacques Attali gagne un procès en diffamation alors qu'on l'accuse d'avoir reproduit dans son livre Verbatim, sans l'autorisation de François Mitterrand, des archives secrètes et quelques phrases du chef d'État français destinées à un autre livre[8]. Le journal Herald Tribune publia même, sur quatre colonnes à la une, un article affirmant à tort que le président Mitterrand avait demandé le retrait du livre des librairies. François Mitterrand confirma au cours d'une longue interview avoir demandé à Jacques Attali d'écrire ce livre et reconnut l'avoir relu lui-même la plume à la main[9].

En 1994, Jacques Attali crée Attali & Associés (A&A)[10], cabinet de conseil international spécialisé dans le conseil stratégique, l'ingénierie financière et les fusions-acquisitions.

En 1998, il fonde PlaNet Finance à Paris, une association à but non lucratif présente dans 60 pays qui finance, conseille et forme 10 000 institutions de microfinance. Le Monde révèle[11] que PlaNet Finance emploie des stagiaires rémunérés à 400 euros, en contradiction avec la position prise par la "commission de libération de la croissance" (présidée par Jacques Attali) qui préconise que les étudiants en stage soient décemment rémunérés.

Puis en 2001, les ramifications de l'Angolagate ont atteint Jacques Attali, qui a été mis en examen pour « recel d'abus de biens sociaux et trafic d'influence »[12]. Il n'a dû qu'au paiement d'une caution d'un million de francs d'échapper à l'incarcération. Le parquet de Paris a requis la relaxe de Jacques Attali dans son réquisitoire le 11 février 2009 lors du procès au tribunal correctionnel[13]. Le jugement sera rendu à l'automne.

Commission pour la libération de la croissance française dite Commission Attali

Le 24 juillet 2007, Jacques Attali est chargé par Nicolas Sarkozy de présider une commission chargée d'étudier « les freins à la croissance »[14] après le renoncement de Philippe Seguin. Cette commission est composée de quarante-deux membres, essentiellement issus du courant libéral et social-libéral. Elle a rendu son rapport [15] le 24 janvier 2008 et remis au président de la République le 23 janvier 2008. Il émet des recommandations pour transformer en profondeur l’économie et la société françaises afin de « libérer la croissance » et relever différents défis macro-économiques.

Critiques de Verbatim

Le livre Verbatim a été très vivement critiqué par les historiens Tilo Schabert[16] et Frédéric Bozo[17], par le politiste Pierre Hassner[18], par les journalistes Pierre Favier et Michel Martin-Roland[19], ainsi par que Françoise Carle[20], ancienne collaboratrice de François Mitterrand, et Pierre Joxe, ancien ministre[21]. Ils reprochent à M. Attali la reproduction de propos apocryphes, l'utilisation de documents « invérifiables », un manque de sérieux, et même l'utilisation de notes prises par d'autres.

Elie Wiesel et son éditeur Odile Jacob ont accusé Jacques Attali d'avoir utilisé des notes prises pour le livre d'entretiens entre MM. Wiesel et Mitterrand (Mémoire à deux voix) ; de leur côté, Jack Lang, Robert Badinter, Pierre Mauroy et Laurent Fabius ont affirmé, dès la sortie du premier volume, que Jacques Attali avait déformé leurs propos[22]. François Mitterrand lui-même a déclaré que son ancien conseiller a « le guillemet facile » et qu'« il est peut-être devenu plus soucieux du nombre de ses lecteurs que de vérité historique »[23].

Jacques Attali avait déjà été accusé de plagiat lors de la publication de Histoires du temps (cf. le Canard enchaîné du 12 janvier 1983)[24].

Bibliographie

  • 1973 : Analyse économique de la vie politique - PUF
  • 1974 : Modèles politiques - PUF. Prix de l'Académie des sciences.
  • 1975 : L'anti-économique (Avec Marc Guillaume) - PUF
  • 1976 : La parole et l'outil - PUF
  • 1977 : Bruits - Essai - PUF
  • 1978 : La nouvelle économie française - Flammarion
  • 1979 : L'ordre cannibale - Grasset
  • 1981 : Les trois mondes - Fayard
  • 1982 : Histoires du temps - Fayard
  • 1984 : La figure de Frazer - Fayard
  • 1986 : Sigmund Warburg, un homme d'influence - Biographie - Éditions Fayard.
  • 1986 : Verbatim I - Mémoire à l’Élysée en 3 Tomes - Éditions Lgf (3 tomes : 1986, 1997 & 1998)
  • 1988 : Au propre et au figuré - Éditions Fayard
  • 1989 : La vie éternelle - Roman - Éditions Fayard
  • 1990 : Le premier jour après moi - Roman - Éditions Fayard
  • 1990 : Lignes d'horizon - Éditions Fayard
  • 1991 : 1492 - Historique - Éditions Fayard
  • 1994 : Europe (s) - Éditions Fayard
  • 1994 : Il viendra - Roman - Éditions Fayard
  • 1994 : Économie de l'apocalypse - Trafic et prolifération nucléaire - Éditions Fayard
  • 1995 : Verbatim II - Mémoire à l’Élysée en 3 Tomes - Éditions Fayard
  • 1995 : Verbatim III - Mémoire à l’Élysée en 3 Tomes - Éditions Fayard
  • 1995 : Manuel l’enfant-rêve - Conte pour enfants (ill. par Philippe Druillet) - Éditions Stock
  • 1996 : Chemins de sagesse - Éditions Fayard
  • 1997 : Au-delà de nulle part - Roman - Éditions Fayard
  • 1997 : Mémoires de sabliers - Éditions de l'Amateur
  • 1998 : Le citoyen, les pouvoirs et dieu - Éditions Fayard
  • 1998 : Pour un modèle européen d'enseignement supérieur - Éditions Stock
  • 1998 : Dictionnaire du XXIe siècle - Éditions Fayard
  • 1999 : Les portes du ciel - Théâtre - Éditions Fayard
  • 1999 : La femme du menteur - Roman - Éditions Lgf
  • 1999 : Fraternités : Une nouvelle utopie - Éditions Fayard (ISBN 978-2-253-15278-1)
  • 2000 : Blaise Pascal ou le génie français - Biographie - Éditions Fayard (ISBN 978-2-253-15348-1)
  • 2002 : Les sept secrets de la bibliothèque d'Alexandrie - Éditions du Rocher
  • 2002 : Les Juifs, le monde et l'argent - Essai - Éditions Fayard (ISBN 978-2-253-15580-5)
  • 2002 : Nouv'Elles " - Roman
  • 2003 : L'Homme nomade - Essai (ISBN 978-2-253-10894-8)
  • 2004 : La Voie humaine : Pour une nouvelle social-démocratie - Essai - Éditions Fayard
  • 2004 : La Confrérie des Éveillés - Roman Historique (ISBN 978-2-213-61901-9)
  • 2004 : Raison et Foi - Essai - Éditions BNF
  • 2005 : C'était François Mitterrand - Éditions Fayard
  • 2005 : Karl Marx ou l'esprit du Monde - Éditions Fayard
  • 2006 : Portraits de micro entrepreneurs avec Muhammad Yunus - (ISBN 978-2-7491-0669-4)
  • 2006 : Une brève histoire de l'avenir - Éditions Fayard (ISBN 978-2-213-63130-1)
  • 2007 : L'Avenir du travail, Pierre Cahuc, François Chérèque, et Jean-Claude Javillier - Éditions Fayard (ISBN 978-2-213-63285-8)
  • 2007 : Gandhi ou l'éveil des humiliés - Éditions Fayard (ISBN 978-2-213-63198-1)
  • 2007 : Amours, avec Stéphanie Bonvicini - Éditions Fayard (ISBN 978-2213630106)
  • 2008 : 300 décisions pour changer la France - XO Éditions (ISBN 978-2-84563-373-5)
  • 2008 : La crise, et après ? - Éditions Fayard (ISBN 978-2-213-64307-6)
  • 2009 : Dictionnaire amoureux du Judaïsme - Éditions Plon-Fayard (ISBN 978-2-259-20597-9)
  • 2009 : Le sens des choses - Éditions Robert Laffont (ISBN 978-2-221-11160-4) - Hyperlivre[25]

Théâtre

Résumé de La Voie humaine

Jacques Attali expose un projet d'évolutions de société civile visant à donner au plus grand nombre une meilleure maîtrise du temps. Ce projet, qui pourrait être celui d'une nouvelle social-démocratie, permettrait de « conserver le meilleur du marché et de la démocratie tout en protégeant de leurs dérives »[1].

Le déséquilibre des forces entre marché et démocratie, en faveur du marché, conduirait à une précarité croissante des choses, des idées et des gens. Ce projet propose comme moyens d'action pour lutter contre la précarité généralisée :

  • La gratuité des biens essentiels : (nourriture, logement, connaissance, santé) : « Il faut que des choses et des services échappent aux marchés, cessent d'être échangés contre de la monnaie, il faut que du travail ne soit plus vendu, mais devienne libre et volontaire, créateur à la fois de richesse et de plaisir pour celui qui l'accomplit comme pour celui qui en bénéficie »[1].
  • La responsabilité : « Pour renforcer la démocratie face au marché et inviter les citoyens à exercer leurs droits, il faudrait pouvoir remettre en cause le principe de la délégation de pouvoir, la représentation, et aller vers une démocratie directe, permanente, sur mesure, en tous lieux, dans toutes les organisations publiques ou privées où des décisions collectives doivent se prendre ; en y associant tous ceux qui y sont concernés, soit parce qu'ils y habitent, soit parce qu'ils y travaillent, soit parce qu'ils en sont les usagers, soient parce qu'ils seront d'une façon ou d'une autre affectés par leur devenir. » [1]
  • Le savoir : « Chacun doit avoir les moyens […] de l'apprentissage, de la curiosité, du savoir en soi […] »[1]

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. "Dérivé en -i du nom Attal, qui désigne en arabe un portefaix (`attâl). Le nom est porté par des juifs séfarades d'Afrique du Nord.", [1]
  2. Né en 1904, décédé en 1986 [2]
  3. Novethic : Annuaire des organisations non gouvernementales - ONG
  4. C'était François Mitterrand , Jacques Attali, Fayard, p. 348
  5. Okba Lamrani, Jacques Attali : la chute, L'Humanité, 17 juillet 1993 lire en ligne.
  6. C'était François Mitterrand, Jacques Attali, Fayard, p. 360
  7. Il a en particulier été établi que l'aménagement des bureaux de la Banque a été fait sans dépassement budgétaire et qu'aucun acte contestable n'a pu lui être reproché dans sa gestion.
  8. C'était François Mitterrand, Jacques Attali, Fayard, p. 359
  9. C'était François Mitterrand, Jacques Attali, Fayard, p. 359 - Lire également l'interview de François Mitterrand par Guy Sitbon dans Le cas Attali, Flammarion.
  10. Site AetA
  11. « PlaNet Finance recherche stagiaires très qualifiés » Le Monde, [3]
  12. « Jacques Attali mis en examen dans l'affaire Falcone. L'ex-conseiller de Mitterrand aurait reçu des virements. » par Armelle Thoraval, Libération, 9 mars 2001.
  13. Site [4]
  14. Jacques Attali accepte une mission du gouvernement, Le Figaro du 24 juillet 2007
  15. Texte intégral[pdf]
  16. « Affaire verbatim. De nouveaux éléments à charge », Le Point, no 1093, 28 août 1993, p. 26-27 ; »Im Reich der Fiktion. Jacques Attalis ‘Verbatim’« , Frankfurter Alllgemeine Zeitung, 23 novembre 1993, p. 12 ; »Ein Anti-Mitterrand — Attalis groteske Verzerrungen im Mantel der Authentizität«, Frankfurter Allgemeine Zeitung, 13 mars 1996, p. 10
  17. Frédéric Bozo, Mitterrand et la réunification allemande, éd. Odile Jacob, 2005, p. 11/12 et 380/381
  18. Samy Cohen (dir.), Mitterrand et la sortie de la guerre froide, Presses universitaires de France, 1998, p. 455
  19. Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, éd. du Seuil, « Points », 1997, tome 3, p. 41
  20. Françoise Carle, Les Archives du président, éd. du Rocher, 1998, p. 111 et 308
  21. Samy Cohen, op. cit., p. 426
  22. « Jacques Attali accusé de plagiat », L'Humanité, 22 mai 1993
  23. Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, op. cit., tome 4, 2001, p. 722
  24. Voir des exemples de ce plagiat : Le Plagiat.net
  25. L'hyperlivre, Orange-Innovation. Consulté le 24/09/2009
  • Portail de la France Portail de la France
  • Portail de l’économie Portail de l’économie
  • Portail de la politique Portail de la politique
  • Portail de la culture juive et du judaïsme Portail de la culture juive et du judaïsme
Ce document provient de « Jacques Attali ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Attali de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ATTALI — latrones, Arabum gens. Plin. l. 6. c. 26 …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Attali — Dérivé en i du nom Attal, qui désigne en arabe un portefaix ( attâl). Le nom est porté par des juifs séfarades d Afrique du Nord …   Noms de famille

  • Attali — Jacques Attali Jacques Attali (* 1. November 1943 in Algier) ist ein französischer Wirtschaftswissenschaftler, Autor und hoher Beamter. Er war langjähriger Berater des französischen Staatspräsidenten François Mitterrand. Inhaltsverzeichnis …   Deutsch Wikipedia

  • attali — अत्तलि …   Indonesian dictionary

  • ATTALI, BERNARD — (1943– ), French civil servant and businessman, twin brother of jacques attali . Born in Algeria, Bernard Attali studied law and political science in Paris. In 1966, he entered the prestigious Ecole Nationale d Administration (ENA), France s… …   Encyclopedia of Judaism

  • ATTALI, JACQUES — (1943– ), French economist and special adviser to President Mitterrand. Attali was born in Algiers and was educated there and in France. In 1981 he was appointed special adviser to President Mitterrand and in that capacity was influential on both …   Encyclopedia of Judaism

  • Attali (homonymie) —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. Attali est un patronyme d origine arabe, attâl, qui signifie « portefaix »[1]. Il est porté par différentes personnalités :… …   Wikipédia en Français

  • Jacques Attali — Pour les articles homonymes, voir Attali (homonymie). Jacques Attali Naissance …   Wikipédia en Français

  • Jacques Attali — (* 1. November 1943 in Algier) ist ein französischer Wirtschaftswissenschaftler, Autor und hoher Beamter. Er war langjähriger Berater des französischen Staatspräsidenten François Mitterrand. Inhaltsverzei …   Deutsch Wikipedia

  • Commission Attali — La Commission pour la libération de la croissance française, ou, du nom de son président Jacques Attali, la « Commission Attali », est une commission chargée par le président de la République française Nicolas Sarkozy de rédiger un… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”