Atrecht

Arras

50°17′23″N 2°46′51″E / 50.28972, 2.78083

Arras

Aperçu de la place des Héros.
Aperçu de la place des Héros.

Arras#Héraldique
Détail

Arras#Héraldique
Détail
Administration
Pays France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Pas-de-Calais (préfecture)
Arrondissement Arras (chef-lieu)
Canton Chef-lieu de trois cantons : Nord, Ouest et Sud
Code Insee abr. 62041
Code postal 62000
Maire
Mandat en cours
Jean-Marie Vanlerenberghe
2008-2014
Intercommunalité Communauté urbaine d'Arras
Site internet http://www.ville-arras.fr/
Démographie
Population 42 015 hab. (2006)
Densité 3 613 hab./km²
Aire urbaine 124 206 hab.
Gentilé Arrageoise, Arrageois
Géographie
Coordonnées 50° 17′ 23″ Nord
       2° 46′ 51″ Est
/ 50.2897222222, 2.78083333333
Altitudes mini. 52 m — maxi. 99 m
Superficie 11,63 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Arras (en néerlandais: Atrecht en latin : Nemetacum Atrebatum) est le chef-lieu du département du Pas-de-Calais, le second pôle administratif de la région Nord-Pas-de-Calais, et le centre urbain concentrant le plus d’emplois métropolitain supérieur dans le Nord Pas de Calais (Cf INSEE). Historiquement, Arras était sous l’Ancien Régime la capitale de la province d’Artois, un grand centre religieux et une cité prospère connue pour ses fabrications drapières.

La ville est connue en dehors des frontières de l’Hexagone pour ses deux magnifiques places baroques, formant un ensemble architectural exceptionnel, unique au monde. La ville a su conserver son charme et sa qualité de vie, tout en réussissant à créer de nombreux emplois. Elle est surnommée depuis plusieurs siècles « La Belle »[1].

La ville a été récompensée par quatre fleurs au palmarès 2004 du concours des villes et villages fleuris[2].

Arras est le siège de la communauté urbaine d'Arras.

L’agglomération d’Arras se caractérise par sa grande jeunesse, en effet, 33 % des habitants de l’agglomération ont moins de 25 ans.

Sommaire

Géographie

Arras est située en Artois au confluent de la Scarpe et du Crinchon.

L’agglomération bénéficie d’un emplacement stratégique au croisement des autoroutes A1 (Paris-Lille) et A26 (Reims-Calais le Tunnel).

Arras est également très bien desservie par sa gare SNCF (la seconde gare TGV de la région par son trafic et la première gare du Pas-de-Calais) qui propose 12 liaisons TGV vers Paris par jour étant soit origine Valenciennes ou Dunkerque (le trajet dure environ 50 min), des liaisons directes vers Lyon, Marseille, Bordeaux, Rennes, Nantes, Toulouse (sens Toulouse-Arras), Perpignan, Montpellier (sens Perpignan/Montpellier-Arras), Quimper (sens Quimper-Arras) Brest (sens Brest-Arras), La Rochelle (uniquement les samedis estivaux), Strasbourg, Bruxelles, Hendaye, Irun en Espagne… et pendant la saison hivernal vers les Alpes à savoir la Tarentaise (Bourg-Saint-Maurice), la vallée de l’Arve (Saint-Gervais-les-Bains). Depuis 2003, Arras est reliée à Lille en 20 min par le TERGV (un aller-retour par jour).

Histoire

Destructions de la Première guerre mondiale
Les bois et forêts où les armées tentaient de se cacher ont été ravagées par les pilonnages, ici entre Arras et Bapaume
Le roi George V inspecte le H.M. Gun « Boche Buster », canon naval de 14 pouces monté sur chemin de fer, à Marœuil, à 10 km au nord-ouest d’Arras, en France, le 8 août 1918
  • Nemetacum Atrebatum au temps de César et de la tribu des Atrébates.
  • Saint Vaast fonde une abbaye en 685.
  • Au IXe siècle, Arras devint la résidence privilégiée des comtes de Flandre qui y établirent une châtellenie héréditaire.
  • Au XIIe siècle, le développement important des institutions et de l’économie grâce à l’abbaye Saint-Vaast permet à la ville de compter onze églises et de développer un commerce jusqu’à l’Orient grâce à l’industrie drapière : les tapisseries d’Arras étaient connues jusqu’en Italie sous le nom des arrazi et en Angleterre tout simplement sous le nom d’Arras. En Pologne, à Cracovie, le château royal du Wawel abrite la plus importante et la plus précieuse collection de tapisseries d’Arras de l’époque de la Renaissance (plus de cent pièces). Gengis Khan lui-même possédait des tapisseries d’Arras.[réf. nécessaire]
  • La prospérité de la ville permit la reconstruction de la cathédrale en 1161.
  • Traité d’Arras de 1191 : le territoire actuel du département entre dans le giron du domaine royal.
  • Bourguignonne du XIVe siècle au XVe siècle.
  • Paix d’Arras de 1435 qui réconcilia les Valois de France et de Bourgogne, et mirent fin aux guerres commencées en 1345.
  • Sous la souveraineté espagnole de 1526 (suite au Traité de Madrid) à 1598.
  • La ville est conquise par Louis XIII en 1640, assiégée par les Espagnols en 1654 (épisode du Secours d'Arras), Vauban participe à la défense (sans commander)[3] mais reprise par Turenne. Cependant, le rattachement à la France n’est définitif et ratifié qu’en 1659 par le traité des Pyrénées.
  • L’élection aux États généraux porte Robespierre au premier plan. Lors de la Révolution française, la municipalité est d’abord dirigée par Dubois de Fosseux, hobereau érudit, secrétaire de l’Académie d’Arras et futur président du Pas de Calais. En compétition avec Aire-sur-la-Lys, Calais et Saint-Omer, Arras obtient finalement la préfecture du Pas-de-Calais.
  • Dix mois de terreur de novembre 1793 à août 1794, la ville est alors sous la dictature de Joseph Lebon qui instaurera des restrictions alimentaires, ordonnera 400 exécutions et détruira beaucoup d’édifices religieux (la cathédrale notamment, l’abbatiale Saint-Vaast en tient lieu depuis lors).
  • Malgré son dynamisme, Arras voit stagner sa démographie et son activité économique alors que Lille sous le coup de la révolution industrielle explose. Il faut dire qu’Arras n’a jamais été une cité industrielle comme le sera Lille par exemple. À cette époque Arras devient une ville éclairée, de culture. Sous l’impulsion d’Émile Legrelle, maire dynamique, Arras démantèle une partie de ses remparts pour établir de vastes boulevards périphériques, réaliser un nouveau réseau d’égouts, et se dote d’une nouvelle gare ferroviaire en 1898 (la précédente, ouverte pour l’ouverture de la ligne Paris - Lille, datant de 1846).
  • La Grande Guerre inflige des destructions considérables au patrimoine arrageois car la ville était située à moins de 10 km du front, et elle était l’enjeu des coûteuses batailles d’Artois ; en secret les Britanniques rassemblèrent une formidable armée dans les boves : cette armée surgit de terre en avril 1917 et enfonce le front allemand.
    La ville sera reconstruite à l’identique, et en profitera pour s’étendre avec une architecture toujours flamboyante, comme le veut la tradition arrageoise.
  • Après la Seconde Guerre Mondiale et sous les mandats du maire socialiste Guy Mollet, Arras perd une partie de ses activités économiques et commerciales et sombre dans un sommeil profond. Le réveil sonnera à la fin du XXe siècle avec l’arrivée de l’Université d’Artois, la mise en service de l’autoroute A26 qui la relie à Calais, et l’arrivée d’une gare TGV (la seconde du Nord Pas de Calais). Depuis, Arras semble avoir retrouvé son dynamisme.

Héraldique

Blason Blasonnement
De gueules au lion d'or armé et lampassé d'azur, à l'écusson brochant en abime sur le tout aussi d'azur semé de fleurs de lys d'or brisé d'un lambel de gueules de trois pendants chargés chacun de trois châtelets aussi d'or rangés en pal

Économie

  • Agroalimentaire avec l’arrivée à la fin des années 1990 d’Häagen-Dazs notamment (selon le magazine l’Entreprise, Arras est la capitale régionale de l’agroalimentaire).
  • Industrie mécanique.
  • Chimie.
  • Industrie électrique.
  • Zone Portuaire Saint Laurent.
  • Commerces: le cœur de ville est connu pour ses commerces de qualité (vêtements, cosmétique, etc.)
  • Arras possèdent de grandes enseignes en Centre-Ville comme Monoprix, IKKS, Kookaï, Cymbeline Paris, Dessange, Chevignon, One step, Top One, Brice, Devred, Okaïdi, Obaïbi, Devianne, kA international, Interior’s, Bocage, France Arno, André, Marionnaud, Jeff de Bruges, Scottage, Patrice Bréal, Camaieu, Marco Serrussi, Game, Dock Games, Esprit (x2), Gerry Weber, Christine Laure, Devernois, Shampoo, Jules, La Redoute, Nocibé, Xanaka, Caroll, Réserve Naturelle, Miss Coquine, The Phone House, Eram, Arthur, Subway, Babybotte, Douglas, Julien d’Orcel, Mexx, Geox, Carré Blanc, Tout Compte Fait, Philéas restaurant, Everstyl, Soleil sucrée, 1.2.3, Etam, New Man, Phildar, Jennyfer, Jetours, Mephisto, Hans Anders, Les bébés de Sabine, Spar, Comtesse du Barry, Valette, De Neuville…
  • 4 Hypermarchés E.Leclerc (x3), Auchan.
  • 13 Supermarchés Monoprix, Simply Market, Carrefour Market, Match, Leader Price, Lidl (x2), Aldi, Ed, 8 à Huit, Spar, Utile.
  • Tourisme : ses célèbres places, ses ruelles médiévales, ses édifices flamboyants en font un lieu touristique important pour les Britanniques, les Hollandais, les Allemands… qui viennent toujours plus nombreux découvrir les charmes de la capitale du Pas-de-Calais.
  • Très important secteur tertiaire.

Le renouveau de l’économie arrageoise est manifeste depuis 10 ans environ, avec l’arrivée d’Häagen-Dazs, la mise en place de la zone Actiparc, les créations de pépinières d’entreprises… Le magazine l’Entreprise a élu à plusieurs reprises l’agglomération d’Arras, l’agglomération moyenne (moins de 400 000 habitants) la plus dynamique de France. Avec l’ouverture du canal Seine-Nord Europe, 8 000 emplois vont être créés entre Arras et Cambrai d’ici à 2012. Arras est consciente de sa position géographique avantageuse, elle fait la jonction entre Paris, Bruxelles et Londres, elle est à « proximité » de Lille et Amiens… elle a donc un rôle à jouer sur la scène économique de l’Europe du Nord. Arras est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie d'Arras. Elle gère le port et l’aéroport.

Enseignement supérieur

Administration

C’est le siège de la communauté urbaine d’Arras qui regroupe 24 communes soit environ 100 000 habitants. 300 785 habitants pour l’arrondissement d'Arras. Celui-ci comporte 17 cantons (liste). Elle est également couverte par le Schéma Directeur de la Région d’Arras dont la transformation en Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) est en cours sur 41 communes, soit 100 854 habitants au recensement de la population de 1999 (Insee).

Secteur est (Béthune, Lens, Hénin-Beaumont)

Préfecture et chef-lieu du Pas-de-Calais depuis 1789, Arras est une grande cité administrative : elle possède en outre la quasi totalité des sièges administratifs départementaux, et plusieurs sièges administratifs régionaux (la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais par exemple).

Liste des maires successifs d’Arras
Période Identité Parti Qualité
1945 1975 Guy Mollet PS député du Pas-de-Calais
1975 1995 Léon Fatous PS

Sénateur du Pas-de-Calais

1995 2014 Jean-Marie Vanlerenberghe MoDem sénateur du Pas-de-Calais
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Jumelage

La ville d’Arras est jumelée avec les villes de :

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[4] et INSEE[5])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
21 019 19 958 19 286 19 798 23 419 23 485 24 439 26 956 25 271
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
26 216 25 905 25 749 27 329 26 764 27 041 26 914 25 701 26 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
25 813 24 921 26 080 24 835 29 718 29 490 31 488 33 345 36 242
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 - -
41 761 49 144 46 483 41 736 38 983 40 590 42 015 - -

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


La mairie d’Arras et la Communauté urbaine ont mis en place un vaste ensemble de projets immobiliers (400 projets de haute qualité environnementale sur la communauté urbaine) qui va provoquer une hausse de la démographie de plusieurs dizaines de milliers d’habitants d’ici à 2010 (Source : Mairie d’Arras).

Personnages célèbres

  • Comm l’Atrébate, Communément reconnu comme le premier personnage historique arrageois, Comm l’Atrébate était un chef gaullois. Rallié à Jules César depuis la défaite Atrébate de Sabis en -57, Comm est apprécié par Jules César pour son intelligence et son courage. Il s’illustre dans les conseils qu’il a pu lui donner. Dans les mémoires de Jules César, Comm l’Atrébate apparait de manière plus importante que Vercingétorix. Il se retournera finalement contre les romains pour des raisons que nous ignorons allant même jusqu’à aider Vercingétorix durant la bataille d’Alésia. La bataille perdue, il finira par s’exiler en Bretagne où il fonde un nouveau royaume atrébate.
  • La comtesse Mahaut d'Artois
  • Mathieu d’Arras, maître-maçon, constructeur de cathédrale.
  • Jean Bodel, trouvère de la fin du XIIe siècle, auteur de chansons de geste en ancien français
  • Adam de la Halle
  • Jean Bretel, poète lyrique, 'prince du Puy’d’Arras, mort en 1272.
  • Hugues Baeza (Vieux Rouen sur Bresle 1317 - Arras 1368), Tour à tour ménestrel, bandit de grand chemin, il fut célèbre pour ses exploits aux concours de "pierre, papier, ciseaux", qui étaient monnaie courante à l’époque.
  • Jean d'Arras, écrivain du XIVe, auteur de la première version écrite de la légende de Mélusine.
  • Augustin-Joseph de Mailly, maréchal de France est guillotiné à Arras le 25 mars 1794.
  • Maximilien de Robespierre, célèbre révolutionnaire, est né à Arras le 6 mai 1758
  • Augustin Robespierre, frère du précédent, né à Arras le 21 janvier 1763
  • Charlotte Robespierre, leur sœur, née à Arras le 5 février 1760
  • Eugène-François Vidocq, aventurier français, est né à Arras le 23 juillet 1775 dans une maison voisine de celle où Robespierre était né
  • Joseph Le Bon, maire d’Arras et député du Pas-de-Calais, envoyé en mission de la Convention nationale, né à Arras le 25 septembre 1765
  • Mathias d’Arras, architecte
  • Charles de l'Ecluse, dit Carolus Clusius, botaniste
  • Alexandre Gonsse de Rougeville, dit le chevalier de Maison-Rouge
  • Ferdinand Dubois de Fosseux, homme de lettres et personnage politique
  • Camille Corot (1796-1875) posséda un atelier à Arras
  • Crespel-Delisse (1780-1845), pionnier de l’industrie de la betterave
  • François Robitaille (an VIII-1886), supérieur du Grand Séminaire d’Arras, doyen du chapitre d’Arras, membre de l’Académie d’Arras
  • Alexis Hallette, (1788-1846) ingénieur qui construisit à Arras les premières locomotives
  • Paul Verlaine (1844-1896) séjourna à Arras
  • Charles Lecomte (1861-1934), président de la Société des poètes français.
  • Philippe Pétain (1856-1951), colonel du 33e régiment d’infanterie à Arras en 1910, à la caserne Schram.
  • François Flameng, (1856-1923), peintre officiel de l’armée à la Grande Guerre et qui réalisa des croquis et dessins des événements sanglants qui eurent lieu ici et parurent dans L'Illustration
  • Lucien Gaudin, (1886-1934) banquier et champion olympique d’escrime à Amsterdam en 1928
  • Charles de Gaulle (1890-1970), lieutenant à Arras sous le commandement de Philippe Pétain.
  • Guy Mollet, (1905-1975) Président du Conseil sous la IVe République.
  • Louise Weiss, (1893-1983), journaliste et écrivain
  • Louis Brassart-Mariage (1875-1933), architecte né à Arras
  • Constant Dutilleux (1807 - 1865), peintre, dessinateur et graveur français du XIXe siècle
  • Pierre Jean Jouve (1887 - 1976), écrivain, poète, romancier et critique français
  • Violette Leduc (1907 - 1972), écrivain, romancière française
  • Félix Planquette (Arras 1873 - Paris 1964), peintre impressionniste.
  • Charles Desavary, peintre, photographe
  • Eugène Cuvelier, photographe
  • René Huyghe (Arras 1906 - 1997), écrivain, conservateur du musée du Louvre, académicien.
  • Franck Georgel, journaliste à M6, joker de Nathalie Renoux pour le 12:50.
  • Gaspard Martin, (Arras 1947-1991) 2nd de la patrouille du guépard et attaquant centre pendant les siouls.
  • Denise Glaser, journaliste

Monuments et lieux touristiques

Arras est classée ville d’Art et d’Histoire. Membre du Réseau des sites majeurs de Vauban.

  • Les places (Grand’Place et Place des Héros), l’hôtel de ville et le beffroi (Classé au patrimoine mondial de l’Unesco.)
  • La cathédrale et l’abbaye Saint-Vaast
  • La maison du Wetz d’Amain
  • L’octogonale place Victor-Hugo et son obélisque
  • La citadelle de Vauban, surnommée "la belle inutile"[réf. nécessaire] du fait de sa position en deuxième ligne de défense (Classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis le 08 juillet 2008.)
  • Le monument aux morts, œuvre du sculpteur Félix-Alexandre Desruelles
  • Les souterrains appelés les Boves
  • Musée des Beaux-Arts d'Arras
  • Carrières Wellington

À proximité d’Arras, on pourra visiter les vestiges de l’abbaye du mont Saint-Éloi dans le village du même nom, sur une hauteur offrant un point de vue magnifique sur ce village.

Monuments historiques


Culture

Arras est dotée de différentes structures culturelles telles que le théâtre d’Arras (direction Jean Michel Lejeune) ainsi que des compagnies de théâtre professionnelles et des espaces de diffusion culturelle (Le quai de la batterie).

Institutions

Le pôle d’Arras « littéraire » est destiné aux Lettres, Langues, Sciences Humaines (Histoire-Géographie notamment) et depuis la rentrée 2006, aux Sciences Economiques. Arras est réellement devenue une cité universitaire comme en témoignent les nombreuses résidences universitaires en construction. Elle comporte aussi un service de formation. Le sépia, qui permet d’obtenir un diplôme d’accès aux études universitaires. Ainsi qu’une validation d’acquis par experience.

  • La communauté urbaine d’Arras gère l'École supérieure des métiers d'art d'Arras dont l’excellence est reconnue pour l’enseignement du vitrail. De nombreuses associations d’art contemporain y ont aussi fait leur nid, comme la première d’entre elle, l’association TEA (Tendance évolution artistique) qui regroupe de nombreux artistes de tout horizon.
  • Arras abrite le seul régiment de l’Armée de Terre du Pas de Calais, le 601e régiment de circulation routière dans la citadelle. Celui-ci est en passe de disparaitre dans le cadre de la réforme de la carte militaire annoncée en juillet 2008.

Festivités

  • Arras possède un splendide théâtre à l’Italienne de 1785 rénové récemment comprenant une salle de concerts.
  • La société France Leduc Productions, en collaboration avec Herman Schueremans, le père fondateur du festival de Wechter, en Belgique, organise un festival estival musical, le Main Square Festival, qui a une scène originale et particulièrement impressionnante : la Grand’place. Ce festival a attiré des groupes prestigieux : Muse, Depeche Mode, Tryo, Indochine, Mika, Radiohead. En 2009, la tête d’affiche sera Coldplay qui se produira le 2 juillet. Ainsi que Placebo, le 03 juillet et Lenny Kravitz, Moby et Duffy le 5 juillet. Certaines voix s’élèvent dans l’arrageois contre le coût de ces concerts qui peut être prohibitif (en 2008, 135 euros les trois soirées avec Radiohead, Mika et Justice en tête d’affiche, 66 euros pour Céline Dion et 79 euros pour Metallica). Les organisateurs de festivals français voient le Main Square Festival comme "l’entrée du loup dans la bergerie" [1].
  • En 2008, Céline Dion s’est également produit le 7 juillet et Metallica le 14 août.
  • Autre événement d’importance : le Festival International du Film d'Arras L'Autre Cinéma qui se déroule pendant dix jours chaque année en novembre. 18.401 spectateurs en 2008, 181 projections, 80 longs-métrages, des invités prestigieux : John Boorman en 2008, Bernadette Lafont, Andrzej Zulawski et Dario Argento en 2007, Arthur Penn en 2006, Sidney Lumet en 2005, Claude Chabrol et Enki Bilal en 2004, Rosanna Arquette et Jerry Schatzberg en 2003, Volker Schlöndorff en 2002, Bertrand Tavernier en 2001, Francesco Rosi en 2000. 45 inédits et avant-premières en présence de nombreux réalisateurs et comédiens venus du monde entier. Sélection de films européens en première française. Films pour les familles. Rétrospectives et Ciné-Concerts. 10ème édition du 6 au 15 novembre 2009.
  • Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras.
  • Création d’un complexe de salles de Cinéma appelé « Cinémovida » situé en plein centre ville. Ce cinéma propose les grandes sorties mais également une programmation art et essai, et en partenariat avec Plan-Séquence qui organise le Festival International du Film d’Arras, un programme régulier de classiques et chaque semaine un film pour les enfants. C’est un ancien cinéma de la Grand’Place qui a été réhabilité, choix préféré par le conseil municipal à la création d’un complexe cinématographique en périphérie de ville.
  • Projet de création d’un grand centre de loisirs comprenant notamment un bowling de 24 pistes, 20 billards, une salle de séminaire, des restaurants.
  • A côté de Cité Nature, un centre de remise en forme et aquatique verra également le jour en attendant l’extension du stade d’eaux vives et d’un bassin d’eaux plates qui feront de cet ensemble le premier complexe nautique de France.


La ville d’Arras était canditate à l’implantation d’une antenne du musée du Louvre (Louvre II), mais le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin a préféré Lens afin de « tenter d’apporter un attrait touristique à une agglomération en grave crise économique » (selon le journal Le Parisien).

Œuvres liées à Arras

Films

Folklore

  • Les géants Colas et Jacqueline, et leur fils Dédé, né en 1995.

Sport

  • Canoë kayak : l’ASL Canoë Kayak basé à Saint-Laurent Blangy qui compte parmi ses membres plusieurs sélectionnés aux jeux Olympiques.
  • Rugby : Le Rugby Club d'Arras évolue à l’heure actuelle en Fédérale 1 (équivalent 3e division) et a été pendant longtemps le club porte-drapeau du rugby dans le Nord - Pas-de-Calais.
  • Handball : Arras possède un club évoluant en national 3 poule 4 : le Racing Club d’Arras Handball
  • Joute : La Société des Jouteurs d’Arras est membre de la FFSN (Fédération de Joutes et Sauvetages Nautiques) depuis plus de 20 ans. Au championnat de France (1er et 2 septembre à Bischheim en Alsace) les membres de la société ont ramené, toutes catégories confondues, 6 titres de champion de France et 5 de vice-champion.
  • Base-ball et softball : les Aigles d’Artois avec un stade de baseball dans Arras au riez
  • Football : une équipe de football masculin évoluant en CFA 2, l’Arras Football et une équipe féminine en D3
  • Hippisme : Arras possède un champ de course, l’Hippodrome des Hauts-Blancs-Monts
  • Hockey sur gazon : racing club d’Arras au stade Degouve, équipes féminines et masculines.

Vie militaire

Unités militaires ayant tenu garnison à Arras :

Voir aussi

Articles de Wikipédia

Liens externes

Bibliographie

  • A. Szczypiorski, Messe pour la ville d’Arras[6]. Traduit du polonais par F. Rosset. Éditions l’Âge d’Homme, 1987
  • Anne Bernard, ARRAS, UNE BALLADE EN AQUARELLES, 2006
  • Henry GRUY, HISTOIRE D’ARRAS, 1979
  • Pierre BOUGARD, Yves-Marie HILAIRE, Alain NOLIBOS (sd.), HISTOIRE D’ARRAS, 1988
  • Alain NOLIBOS, DE NEMECATUM A LA COMMUNAUTE URBAINE, 2003
  • Commission départementale des Monuments historiques, DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET ARCHEOLOGIQUE DU DEPARTEMENT DU PAS DE CALAIS, Tome I et II, 1979
  • Edmond LECESNE, ARRAS SOUS LA REVOLUTION, 1977
  • Edmond LECESNE, Histoire d’Arras
  • Monseigneur LESTOCQUOY, ARRAS AU TEMPS JADIS, 1944
  • C. LE GENTIL, LE VIEL ARRAS, 1980

Sources

Notes et références

  1. Dictionnaire du Nord et du Pas-de-Calais, éd. Larousse (ISBN 2-03-575098-9)
  2. Palmarès 2004 du 45e concours des villes et villages fleuris. Consulté le 23 septembre 2009.
  3. Martin Barros, Nicole Salat et Thierry Sarmant. Vauban - L’intelligence du territoire. Éditions Nicolas Chaudun et Service historique de l'armée, Paris, 2006. Préface de Jean Nouvel. 175 p, ISBN 2-35039-028-4, p 166
  4. http://cassini.ehess.fr/ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales)
  5. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  6. A. Szczypiorski, né en 1924 et mort en 2000 à Varsovie. Auteur d’essais, de romans et d’articles.

Commons-logo.svg

  • Portail des communes de France Portail des communes de France
  • Portail du Nord-Pas-de-Calais Portail du Nord-Pas-de-Calais
Ce document provient de « Arras ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Atrecht de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Atrecht — Atrecht, Stadt, so v.w. Arras …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Atrecht — Atrecht, Grafschaft, s. Artois …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Atrecht —   [ atrɛxt], niederländischer Name der französischen Stadt Arras …   Universal-Lexikon

  • Atrecht — Arras …   Deutsch Wikipedia

  • Atrecht — Arras o Atrecht es una ciudad en el noreste de Francia, la capital del departamento de Pas de Calais. En 1999 tenía 43,567 habitantes …   Enciclopedia Universal

  • Frieden von Atrecht — Als Vertrag von Arras (Atrecht) wurden mehrere Verträge geschlossen: Vertrag von Arras (1191) zwischen Graf Balduin VIII. von Flandern und König Philipp II. von Frankreich sowie Theresa von Portugal Vertrag von Arras (1414) zwischen König… …   Deutsch Wikipedia

  • Unie van Atrecht — Union von Arras (gelb) und Union von Utrecht (hellblau), 1579 Die Union von Arras (nl.: Unie van Atrecht) war ein am 6. Januar 1579 in Arras geschlossener Bund zwischen den katholischen Territorien im wallonischen Süden der Spanischen Niederlande …   Deutsch Wikipedia

  • Artois — LocationArtois occupies the interior of the Pas de Calais département , the western part of which constitutes the former Boulonnais. Artois roughly corresponds to the arrondissements of Arras, Béthune, Saint Omer, and Lens, and the eastern part… …   Wikipedia

  • Arras — Please do not confuse with Arras in Albania, for other uses see Arras (disambiguation) Arras Aerial view of Arras and the Places …   Wikipedia

  • Union of Arras — The People of Arras (Dutch: Atrecht) was an accord signed on January 6, 1579 in Arras ( Atrecht ), under which the southern states of the Spanish Netherlands, today in Wallonia and the Nord Pas de Calais (and Picardy) régions in France and… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”