Atrebates

Atrébates

Les Atrébates (en latin Atrebates) étaient un des peuples gaulois ou belges.

Statère représentant Tincomarus, roi des Atrébates

Leur nom signifie littéralement « ceux qui possèdent des villages »[1]. Ils vivaient en Atrébatie correspondant approximativement à l'Artois. Leur capitale Nemetocenna (ou Nemetacon[2]) est devenue Arras, « le pays, le terrain appartenant au sanctuaire ».

Sommaire

Les Atrébates selon Jules César

Dans la Guerre des Gaules, Jules César apparente les Atrébates aux tribus belges originaires de Germanie qui ont envahi les territoires du Nord de la Gaule entre le IVe et le IIe siècle avant l'ère chrétienne. Il est probable que c’est au cours d’un de ces mouvements de populations que les Atrébates se sont installés dans la région d’Arras, où ils ont fondé une cité : Nemetocenna. Ils correspondent archéologiquement aux Celtes danubiens. Ils descendent de ces peuples celtes en mouvement au IIIe siècle av. J.-C., tout en s'étant agrégé au substrat celtique préexistant.

Jules César fait état pour la première fois des Atrébates en nous renseignant sur un contingent de 15 000 guerriers mis à la disposition d’une coalition belge.

En -57, ils participent au siège de Bibracte et à la bataille de l'Aisne[3]. La même année, lors de la bataille du Sabis, les Atrébates, associés aux Nerviens et aux Viromanduens affrontent les légions romaines[4]. Ils sont défaits par l’aile gauche de l’armée romaine tenue par les IXe et Xe légions.

Après ce revers, la période qui suit est marquée par la coopération des Atrébates aux projets de Jules César qui trouve un allié efficace en la personne de Commios. Attesté comme roi des Atrébates en 55 (César le désigne comme roi[5]), il est envoyé par Jules César en Bretagne afin de convaincre les tribus du Sud de se soumettre au peuple romain[6]. Les Romains nomment également Commios roi des Morins[7].

Jules César dispense les Atrébates, pour s’être acquittés au mieux de cette mission, du tribut levé sur les populations conquises et leur restitue leurs lois et leurs institutions.

Mais lors du soulèvement général de -52, Commios prend fait et cause pour le parti gaulois[8], ce qui lui vaut d’être victime d’une tentative d’assassinat commandité par le tribun Titus Labienus, lieutenant de Jules César. À la tête de quatre mille de ses guerriers, Commios se rend à Alésia afin de soutenir Vercingétorix dans sa lutte pour l’indépendance. Cette tentative échoue.

Commios tente une nouvelle révolte en -51 : il s'allie, tout comme les Ambiens, les Bellovaques et les Bituriges, au Bellovaque Correus ; mais les Belges sont une fois encore défaits dans les environs de l'Aisne et de l'Oise[9]. Commios devra se réfugier en Germanie.

Les Atrébates de Bretagne

Les peuples celtes du sud de l'Angleterre.

Dès de IIe siècle av. J.-C., des Atrébates s'installèrent en Bretagne (Sussex, Berkshire, Hampshire...)[10].

Suite à ses défaites sur le continent, Commios s'enfuit en Bretagne, où il devint des Atrébates insulaires[11], comme le raconte Frontin (Strategemata). Les monnaies émises depuis Calleva, actuelle Silchester, permettent de déduire qu’il y fonda un nouveau royaume, vers 40.

Après lui, ses trois fils se partageront successivement le pouvoir : Tincomarus conjointement avec son père d’abord, puis sur la moitié nord du royaume, tandis qu’Eppillus prend la moitié sud, et enfin Verica, vers 10 de l'ère chrétienne.

Le royaume atrébate sera conquis par les Catuvellauni, voisin au nord-est (leur capitale était Verulamium, actuelle St Albans), et leur roi Caratacus. Il est possible que l’exil à Rome de Verica figure parmi les motifs de la conquête romaine.

Après la conquête, le territoire atrébate sera englobé dans le royaume de Cogidubnus, entre 43 et environ 80. On estime que c’est vers cette date que la cité passera au stade de municipium.

Annexes

Articles connexes

Sources

Notes et références

  1. Ugo Janssens, Ces Belges, « les Plus Braves », Histoire de la Belgique gauloise, 2007, Racine, p. 46.
  2. Ugo Janssens, op. cit., p. 46.
  3. Ugo Janssens, op. cit., p. 46.
  4. Ugo Janssens, op. cit., p. 46.
  5. Ugo Janssens, op. cit., p. 46.
  6. Ugo Janssens, op. cit., p. 46-47.
  7. Ugo Janssens, op. cit., p. 47.
  8. Ugo Janssens, op. cit., p. 47.
  9. Ugo Janssens, op. cit., p. 47.
  10. Ugo Janssens, op. cit., p. 46.
  11. Ugo Janssens, op. cit., p. 47.
  • Portail du monde celtique Portail du monde celtique
  • Portail du Nord-Pas-de-Calais Portail du Nord-Pas-de-Calais
Ce document provient de « Atr%C3%A9bates ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Atrebates de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Atrebates — Saltar a navegación, búsqueda Mapa de Galia alrededor del año 58 a. C. Los atrebates (significa colonos ) fueron una tribu belga que habitó territorios localizados en la Galia y Gran Bretaña antes de las conquistas …   Wikipedia Español

  • ATREBATES — Plin. l. 4. c. 17. Galliae populi, qui XV. Mill. armata ad bellum polliciti, trans Sabin una cum Nerviis et Veromanduis, finitimis suis, adventum Romanorum expectârunt, Caesar. l. 2. comm. c. 4. Sed ab hoc superati, acceperunt Commium Regem,… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Atrebătes — (a. Geogr.), Volk in Gallia belgica, stellten im Gallischen Kriege 15,000 Streiter u. blieben unter römischer Herrschaft autonom; im jetzigen Artois; Hauptstadt Nemetacum (Atrebali), j. Arras …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Atrébates — peuple de la Gaule Belgique dont la capitale était Nemetacum (auj. Arras) …   Encyclopédie Universelle

  • Atrebates — The Atrebates (singular Atrebas , meaning settlers ) were a Belgic tribe of Gaul and Britain before the Roman conquests. The Atrebates in GaulThe Gaulish Atrebates lived in or around modern Artois in northern France. Their capital, Nemetocenna,… …   Wikipedia

  • Atrébates — 51° 22′ N 1° 11′ W / 51.36, 1.19 Les Atrébates (en latin Atrebates) étaien …   Wikipédia en Français

  • Rue des Atrébates — 50° 50′ 06″ N 4° 24′ 17″ E / 50.8351138, 4.4047666 La rue des …   Wikipédia en Français

  • Rue des Atrebates — Rue des Atrébates 50° 50′ 06″ N 4° 24′ 17″ E / 50.8351138, 4.4047666 …   Wikipédia en Français

  • АТРЕБАТЫ —    • Atrebătes,          кельтское племя Галлии в н. Artois; столица их Неметоценна или Неметак (Arras). Во времена Цезаря они могли выставить 15 тысяч воинов. Caes. b. g. 2, 4. 16. 23. 4, 35. 7, 75. 8, 46 …   Реальный словарь классических древностей

  • Conquête des Gaules — Guerre des Gaules Guerre des Gaules Informations générales Date 58 à 51/50 av. J. C. Lieu Gaule, Bretagne …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”