Satire Menippee

Satire Ménippée

La Satire Ménippée, circulant d'abord sous le manteau en 1593, est imprimée en 1594 par Jamet Mettayer sous la forme qu'on lui connaît : l'alliance de vers et de prose. Elle renferme les deux figures du charlatan espagnol et du charlatan lorrain, avec la procession sous forme de planche dépliante. Elle est décrite dans le livre de Willems, les Elzeviers, sous le N° 2007. Un exemplaire a figuré en vente publique des collections de Trautz-Bauzonnet, de Yemeniniz et de Thouvenin

Sommaire

La forme littéraire

Œuvre collective satirique mêlant prose et vers, elle a pour sujet la tenue des états généraux convoqués à Paris le 26 janvier 1593 par le duc de Mayenne, chef de la ligue hostile à Henri IV, dans le but d’élire un roi catholique. Elle emprunte son titre à une œuvre elle-même en vers et en prose de l'érudit Juste Lipse, inspiré par Varron, auteur de « Saturæ Menippeæ » dont il ne subsistait à la Renaissance que quelques fragments, fort appréciés des érudits et connus de bien des fonctionnaires de chancellerie, formés aux belles-lettres de l'Antiquité. Ménippe était le nom d'un cynique célèbre pour ses railleries.

Le contexte politique

Tandis que Henri de Navarre, le futur Henri IV, cherchait par la force des armes à reconquérir le royaume, les Espagnols proposaient d’abolir la loi salique et de déclarer l’infante d’Espagne reine de France. Certains des ligueurs, refusant une princesse étrangère sur le trône, préparaient le ralliement de la capitale à Henri IV.

La légende veut qu'une réunion de bons citoyens, « demeurés français en politique et gallicans en religion », aient prêté le secours de leur plume à Henri de Navarre, par une œuvre mi-sérieuse, mi-plaisante, afin d’aider à faire revenir dans la voie de la vérité et du bon sens les esprits égarés.

C’est ainsi que serait née l’idée de la Satire Ménippée, lors d’une réunion au quai des Orfèvres, dans la maison de Guillot, chanoine de la Sainte-Chapelle, de quelques hommes d’esprit, réunis pour défendre dans une œuvre commune, les vrais intérêts de la France, qui voulait rester catholique et indépendante.

Le plan de la Satire Ménippée appartient à Pierre le Roy, chanoine de Rouen et aumônier du cardinal de Bourbon. Les sieurs Nicolas Rapin, les poètes Jean Passerat et Gilles Durand, Florent Chrestien en rédigèrent chacun une partie ; Pierre Pithou, jurisconsulte, revit l’ensemble et amena l’œuvre à son point de perfection.

Le contenu

Les passages remarquables de ce livre, dont l’importance historique n’est pas moindre que le mérite littéraire[réf. nécessaire], sont la description de la fameuse procession conduite par le recteur Rose et destinée à passer en revue toutes les forces de la Ligue, les harangues du duc de Mayenne, du légat du pape, du cardinal de Pelvé, et, au dessus de toutes, celle d’Aubray, député du tiers état, et dans laquelle Pierre Pithou peint avec un éloquence les malheurs du peuple français, lui reproche son aveuglement et le rappelle à cette alliance du peuple et de la monarchie nationale qui seule à cette époque pouvait être le salut de la France.

« O Paris, s’écrie-t-il, qui n’est plus Paris mais une spélunque de bestes farouches, une citadelle d’Espagnols, Wallons et Néapolitains, un asyle et seure retraicte de voleurs, meurtriers et assassinateurs. Ne veux-tu jamais te ressentir de ta dignité et te souvenir que tu as esté, au prix de ce que tu es? Ne veux-tu jamais te guarir de ceste frenesie qui, pour un légitime et gracieux roy, t’a engendré cinquantes roytelets et cinquante tyrans? Te voilà aux fers, te voilà en l’inquisition d’Espagne, plus intolérable mille fois et plus dure à supporter aux esprits nez libres et francs, comme sont les français, que les plus cruelles morts, dont les Espagnols se sauroyent adviser ».

Bibliographie

A. Noël, Histoire abrégée de la langue et de la littérature française, Paris, Delalain Frères, 1885.

Satyre Menippee de la Vertu du Catholicon d'Espagne et de la tenue des Estats de Paris, MARTIN Martial (édition critique de), Paris, H. Champion, 2007, "Textes de la Renaissance", n° 117, 944 p. ISBN : 9782745314840

Lien externe

Satire Ménippée

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
Ce document provient de « Satire M%C3%A9nipp%C3%A9e ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Satire Menippee de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • SATIRE MÉNIPPÉE — «Tous ceux qui sont nourris aux lettres savent bien que le mot de satire ne signifie pas seulement un poème de médisance pour reprendre les vices publics ou particuliers de quelqu’un, comme celles de Lucilius, Horace, Juvénal et Perse, mais aussi …   Encyclopédie Universelle

  • Satire Ménippée — Satire Ménippée, s. Menippos …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Satire Ménippée — La Satyre Ménippée : de la Vertu du Catholicon d Espaigne et de la tenuë des estats de Paris (titre complet) ou Satire Ménippée (orthographe modernisée) est une œuvre satirique collective mêlant prose et vers français. Elle a pour sujet la… …   Wikipédia en Français

  • Satire Ménippée — The Satire Ménippée or La Satyre Ménippée de la vertu du Catholicon d Espagne (written in 1593, published in Tours in 1594) was a political and satirical work (in French) in prose and verse which criticized the excesses of the Catholic League and …   Wikipedia

  • SATIRE — Il ne s’agira dans cet article que de la satire littéraire. Or, même littéraire, la satire est une des formes les plus difficiles à cerner. Où la tragédie et la comédie, voire le roman, offrent l’appui, même incertain, d’une formule consacrée, et …   Encyclopédie Universelle

  • ménippée — 1. (mé ni ppée) adj. f. 1°   Qui est fait à l imitation des ouvrages de Ménippe, philosophe cynique auteur de satires très mordantes.    Substantivement. Les Ménippées, titre de satires de Varron. 2°   Se dit particulièrement d une satire… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Satire — ist eine Spottdichtung, die mangelhafte Tugend oder gesellschaftliche Missstände anklagt. Historische Bezeichnungen sind im Deutschen auch Spottschrift, Stachelschrift und Pasquill (gegen Personen gerichtete satirische Schmähschrift). Das Wort… …   Deutsch Wikipedia

  • satire — (sa ti r ) s. f. 1°   Primitivement, à Rome, sorte de pièce dramatique, où il y avait un mélange de musique, de paroles et de danse, d où le nom de satira ou satura, proprement farcissure ; cette satire ne se développa pas ; mais le nom resta et… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Satire — Pour les articles homonymes, voir Satire (homonymie). Une satire est une œuvre dont l objectif est une critique moqueuse de son sujet (des individus, des organisations, des États, etc.), souvent dans l intention de provoquer ou prévenir un… …   Wikipédia en Français

  • SATIRE — s. f. Ouvrage en vers, fait pour reprendre, pour censurer, pour tourner en ridicule les vices, les passions déréglées, les sottises, les impertinences des hommes. Satire d Horace, de Juvénal, de Boileau. Satire contre l avarice, contre l ambition …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”