Saphisme


Saphisme

Lesbienne

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lesbienne (homonymie).
Deux symboles de Vénus entrelacés, représentant ainsi un couple de femmes.

Le mot lesbienne est souvent utilisé pour décrire l'attirance romantique et sexuelle entre deux femmes. On parle de lesbianisme pour qualifier cette attirance, ou parfois de saphisme, voire de tribadisme (terme désuet et généralement péjoratif).

Les termes « lesbienne » et « saphisme » font référence à la poétesse grecque Sappho, de l’île de Lesbos. Le mot « lesbienne » peut être utilisé comme substantif pour désigner une femme qui s'identifie elle-même ou est caractérisée par d'autres comme étant homosexuelle, ou comme adjectif, pour décrire un objet ou une activité reliée à l'amour entre femmes[Zimmerman 1].

Le lesbianisme, en tant que concept utilisé pour différencier les femmes selon leur orientation sexuelle, est une construction du vingtième siècle. Bien que l'homosexualité féminine ait apparu dans de nombreuses cultures, ce n'est que depuis très récemment que "lesbiennes" désigne un groupe de personnes. À la fin du dix-neuvième siècle, plusieurs sexologues publient sur le désir et la sexualité entre personnes de même sexes et désignent les lesbiennes d'Occident comme une entité distincte. À cause de cela, les femmes qui prirent conscience de leur nouveau statut médical formèrent différentes sous-cultures en Europe et en Amérique du Nord. Avec la seconde vague féministe, la signification du terme s'est encore étendue. Les historiens ont depuis réexaminé la question des relations entre femmes à travers l'histoire et ont interrogé ce qui qualifie une personne ou une relation de "lesbienne"[réf. nécessaire] et ont trouvé trois éléments servant à l'identification des lesbiennes : le désir sexuel, le comportement sexuel et l'identité sexuelle[réf. nécessaire].

La sexualité des femmes a, au cours de l'histoire, largement été construite par des hommes[réf. nécessaire] qui ont reconnu de manière limité le lesbianisme comme une sexualité possible ou valide[réf. nécessaire], en raison de l'absence de mâle dans une relation lesbienne. Les historiens féministes[Qui ?] affirment que la motivation principal des sexologues, lorsqu'ils décrivent les relations lesbiennes, est leur méfiance envers l'émancipation grandissante des femmes par rapport aux hommes[réf. nécessaire]. Les femmes qui ne respectaient pas scrupuleusement les normes de genre qui leur étaient assignées étaient considérées comme des malades mentales[réf. nécessaire]. Les différentes manières dont les lesbiennes ont été représentées dans les médias suggèrent que la société occidentale a été à la fois intriguée et effrayée par les femmes qui ne respectaient pas les normes de genre, tout en étant au même moment fascinée et scandalisée par les femmes ayant des relations entre elles[réf. nécessaire]. Certaines femmes qui ont eu des relations avec d'autres femmes ne se définissent ni comme lesbiennes, ni comme bisexuelles[réf. nécessaire]. Par contre, les femmes qui se définissent comme lesbiennes partagent une forme d'identité comparable à une ethnie : en tant qu'homosexuelles, elles font face à la discrimination et aux risques de rejet; en tant que femmes, elles n'ont pas le même vécu que des hommes. Le contexte politique et social continuent d'affecter la manière dont les relations et les familles lesbiennes se forment.

Sommaire

Origine et transformation du terme

Sappho de Lesbos, d'après une peinture de 1904 parJohn William Godward. Elle est à l'origine de l'emploi du terme "lesbienne" pour parler du désir entre femmes.

Le mot "lesbienne" est dérivée du nom de l'île grecque de Lesbos, terre natale de la poétesse Sappho[1]. En s'appuyant sur des textes anciens, les historiens ont conclus qu'un groupe de jeunes femmes ont été instruites par Sappho[Foster 1]. Peu de poèmes de Sappho sont parvenus à notre époque, mais ceux qui le sont parlent de la vie quotidienne des femmes, de leurs relations et leurs rituels. Elle s'est focalisée sur la beauté des femmes et a proclamé son amour des filles[Aldrich 1].

Avant la fin du XIXème siècle, le mot "Lesbien" désignait tout ce qui rapportait à l'île de Lesbos, notamment un vin. Les habitants de l'île, ont essayé, en 2008, d'obtenir de la justice grecque que le terme "lesbienne" ne se réfère qu'aux habitantes de l'île, sans succès. Ils considèraient que l'emploi du mot "lesbienne" pour parler de l'homosexualité féminine "violait leurs droits et les disgrâciaient de part le monde"[2].

L'utilisation du terme "lesbianisme" pour décrire les relations érotiques entre femmes remonte au moins à 1870. En 1890, le mot apparaît dans un dictionnaire médical, comme adjectif désignant le tribadisme comme "l'amour lesbien". Ces termes étaient utilisés indifférement avec "sapphisme" au tournant du XXème siècle. Dès 1925, "lesbienne" est utilisé comme féminin de "sodomite"[1].

Havelock Ellis, un sexologue qui considèrait que le lesbianisme était une forme de démence.

Au milieur du XIXème siècle, la littérature médicale s'efforçait de trouver des manières d'identifier l'homosexualité masculine, considérée à l'époque comme un problème social dans de nombreuses sociétés occidentales[réf. nécessaire]. En catégorisant les comportements associés à ce qui était appelé à l'époque l'« inversion sexuelle » par le sexologue allemand Magnus Hirschfeld, les chercheurs ont défini le comportement sexuel normal pour les hommes et les femmes, et donc à quel point les hommes et les femmes diffèrent des modèles-types de comportements sexuels, masculin comme féminin[Aldrich 2]. Comme l'homosexualité féminine n'était pas considérée comme un problème significatif, beaucoup moins de littérature s'attache à son étude. Dans certains cas[Lesquels ?], elle n'était même pas considérée comme existante[Par qui ?]. Les sexologues Richard von Krafft-Ebbing et Havelock Ellis sont les premiers à avoir catégoriser l'attraction des femmes pour leur sexe. Ils l'ont fait de l'une des manières les plus dures, la considérant comme une forme de démence[Faderman 1]. Pour Ellis, il y avait les « vraies inverties », qui passeraient leurs vies à la recherche de relations érotiques avec des femmes. Celles-ci faisaient partie du « troisième sexe », rejetant le rôle des femmes qui se devaient d'être féminines, soumises et "domestiques"[Faderman 2]. "Invertie" signifie "jouant le rôle de l'autre genre"; comme à l'époque victorienne, les femmes étaient considérées comme incapables d'initier des relations sexuelles, on pensait de celles qui le faisaient avec d'autres femmes qu'elles possèdaient des désirs sexuels masculins[Jennings 1]. Les travaux de Krafft-Ebbing et Ellis eurent beaucoup de succès et contribuèrent à faire connaître l'homosexualité féminine du grand public. Par exemple, en Allemagne, plus d'un millier d'articles concernant l'homosexualité furent publiés entre 1898 et 1908[Faderman 3]. Entre 1896 et 1916, 566 articles concernant la « perversion » des femmes le furent aux Etats-Unis[FadermanL 1]. L'affirmation des sexologues comme quoi l'homosexualité était une anomalie congénitale était généralement bien acceptée par les hommes homosexuels, puisque cela signifiait que leur comportement ne pouvait pas être considéré comme un crime, comme c'était considéré à l'époque. En absence d'autres points de vue pour décrire leurs émotions, les homosexuels acceptèrent d'être désignés comme « différents » ou « pervers » et utilisèrent leur statut d'hors-la-loi pour former des groupes sociaux à Paris et Berlin. Le mot « lesbienne » commença à être utilisé pour décrire des éléments de sous-culture[Aldrich 3].

Genre et identité

La prospère communauté lesbienne de Berlin des années 1920 publia ce magazine entre 1924 et 1933.

Les lesbiennes occidentales considèrent souvent qu'elles ont une identité définissant à la fois leur sexualité individuelle et leur appartenance à un groupe de personnes partageant des traits communs. La catégorisation du « type » homosexuel commença au milieu du XIXème siècle et elle intégra progressivement les femmes[3]. Bien que, dans de nombeuses cultures au cours de l'histoire, des femmes ont eu des relations sexuelles avec d'autres femmes, elles étaient rarement désignées comme faisant partie d'un groupe défini par avec qui ils avaient des relations sexuelles. Comme les femmes ont généralement été en position minoritaire politiquement, la médicalisation de l'homosexualité a permis le développement d'une identité sous-culturelle[Aldrich 4].

Construction de l'identité lesbienne

Pour certaines femmes, la prise de conscience que leurs comportements ou leurs relations pouvaient être catégorisés comme « lesbiens » les a poussé au déni ou à la dissimulation, comme la professeure Jeannette Marks du Mount Holyoke College qui a vécu avec la présidente de l'université, Mary Woolley, pendant 36 ans. Marks mettaient les jeunes femmes en garde contre les amitiés « anormales » et insistait sur le fait que le bonheur ne pouvait être atteint qu'avec un homme[Aldrich 5]. D'autres personnes refusèrent de se décrire comme lesbiennes malgré leur comportement : Djuna Barnes, auteure de Nightwood, un roman à propos d'une aventure que Barnes avait eu avec Thelma Wood, fut désignée comme « écrivaine lesbienne », qu'elle refusa en disant qu'elle « n'est pas lesbienne, [elle] a juste aimé Thelma »[Castle 1]. D'autres femmes, en revanche, embrassèrent la distinction et utilisèrent leur différence pour se débarquer des femmes hétérosexuelles et des hommes gays[Zimmerman 2]. Entre les années 1890 et 1930, l'héritière américaine Natalie Clifford Barney tenait un salon hebdomadaire à Paris où des célébrités majeures du monde des arts étaient invitées pour discuter de sujets lesbiens[Zimmerman 3]. Elle essaya de créer une version actualisée et idéalisée de Lesbos dans son salon[Edsall 1]. Parmis les membres de son salon, on peut compter l'artiste Romaine Brooks, les écrivaines Colette, Djuna Barnes et Gertrude Stein ainsi que la romancière Radclyffe Hall. Berlin avait une culture homosexuelle vibrante dans les années 1920, avec notamment des cabarets, le magazine Die Freundin (La Petite Amie) et un autre nommé Garçonne qui visait spécifiquement les travestis et les lesbiennes[Aldrich 6]. Le comité scientifique humanitaire de Magnus Hirschfeld, qui faisait la promotion de la tolérance envers les homosexuels en Allemagne, avait une activité lesbienne et on assista à une montée d'écrits et d'activisme politique lesbien parmis le mouvement féministe allemand[Edsall 2]. Au Japon, le terme « rezubienne » a été utilisé comme équivalent de lesbienne. L'Occidentalisation apporta une indépendance accrue des femmes japonaises, et certaines furent alors autorisées à porter des pantalons[Aldrich 7].

En 1928, Radclyffe Hall, une aristocrate britannique, publie le roman Le Puits de solitude, dont l'intrigue est centrée sur Stephen Gordon, une femme qui se définit comme invertie après avoir lu Psychopathia Sexualis de Richard von Krafft-Ebing et vit parmis la sous-culture homosexuelle de Paris. Le roman inclus une préface écrite par Havelock Ellis qui consituait un appel à la tolérance envers les invertis en explicitant en quoi le fait d'être nés invertis les désaventageait[Faderman 4]. Hall souscrivait aux théories d'Ellis et Krafft-Ebbings et rejetait la théorie freudienne comme quoi l'attirance pour le même sexe était causée par des traumatismes durant l'enfance et était donc soignable. Le roman est célèbre car il a été jugé pour obscénité à Londres, évènement qui fit scandale et vu décrit par la professeure Laura Doan comme « LE moment de cristallisation dans le processus de construction d'une sous-culture lesbienne visible dans l'Angleterre moderne ». Les journaux divulguèrent franchement que le livre contenait des relations sexuelles entre lebiennes et les photographies d'Hall étaient souvent accompagnées d'informations à propos des lesbiennes dans la majorité des publications lors des six mois suivants[Doan 1]. Hall avait l'apparence d'une femme « masculine » suivant les critères e 1920 : coupe au carré, tailleurs accompagnés de pantalons et monocle. Quand les femmes britanniques participèrent à l'effort de guerre de la première guerre mondiale, elles se mirent à porter des vêtements masculins et il était considéré comme patriotique de porter des uniformes et des pantalons. Pourtant, après la guerre, les vêtements masculins pour des femmes furent associés au lesbianisme[Doan 2].

Gladys Bentley, habitante d'Harlem, était célèbre pour ses chansons de blues qui parlaient de ses aventures avec des femmes

Aux Etats-Unis, les années 1920 étaient marqué par une expérientation sociale, en particulier dans le domaine sexuel. Comme il était connu que les relations sexuelles faisaient partie intégrante des lesbiennes et de leurs relations, l'expérimentation sexuelle se répendit. Les villes à la vie nocturne marquée devinrent extrêmement populaires et les femmes se mirent à rechercher des aventures sexuelles. La bisexualité devint chic, et plus particulièrement dans les premiers quartiers gays américains[FadermanL 2]. Le lilu le plus réputé pour sa vie nocturne homosexuelle était Harlem, le quartier à majorité Afro-américaine de la ville de New York. Les artistes de Blues Ma Rainey, Bessie Smith, Ethel Waters et Gladys Bentley chantait à propose de leurs aventures avec des femmes à un public composé notamment de Tallulah Bankhead, Beatrice Lillie et Joan Crawford[FadermanL 3],[Zimmerman 4]. Les homosexuels commencèrent à comparer leur nouvellement reconnu status de minorité avec celui des Afro-Américains[FadermanL 4]. Parmis les résidents Afro-Américains d'Harlem, les relations lesbiennes étaient fréquentes et tolérées mais pas ouvertement acceptées. Des femmes simulèrent de somptueuses cérémonies de mariages etsignèrenet même des contrats en utilisant des prénoms masculins[FadermanL 5]. La majorité était pourtant mariée à des hommes et vaient des aventures régulières avec des femmes; la bisexualité était largement plus acceptée que le lesbianisme[Zimmerman 5].

A travers la ville, le quartier de Greenwich Village fut aussi l'hôte d'une communauté homosexuelle grandissante, bien que l'ambiance y était différente. La majorité était composée d'hommes homosexuels, même si des personnalités comme la poétesse Edna St. Vincent Millay ou la mécène Mabel Dodge étaient connues pour leurs aventures avec des femmes et leur promotion de la tolérance de l'homosexualité[Faderman 5]. Selon l'historienne Lillian Faderman, l'existence de lieux publics de socialisation pour les femmes, réputés accueillir des lesbiennes, était « la plus importante manifestation public de la sous-culture pendant plusieurs décennies »[Faderman 6].

Crise de 1929

Pour que des lesbiennes puissent s'affirmer et chercher d'autres femmes, elles ont besoin d'avoir l'indépendance économique, qui disparût pendant la crise de 1929. La plupart des lesbiennes américaines jugèrent nécessaire de se marier, ou à un « prétexte » avec un homme gay où tous deux pourraient avoir des relations homosexuelles sans pour autant devoir s'afficher, ou à un homme qui recherchait une épouse traditionnelle. Dans les années 30, les femmes indépendantes étaient considérées comme volant des emplois qui auraient du revenir à des hommes[FadermanL 6]. La pression sociale isola les femmes dans la plupart des lieux, si ce n'est les grandes villes où de très petites communautés subsistèrent autour de bars. L'homosexualité était devenue tabou et les femmes parlaient rarement de lesbianisme, même entre elles; elles parlaient des personnes ouvertement gaies comme "dans la Vie"[FadermanL 7]. La sous-culture homosexuelle disparût d'Allemagne avec la montée du nazisme en 19933[Aldrich 8].

Seconde guerre mondiale

L'expérience du travail et de l'armée pendant la seconde guerre mondiale donna aux femmes des possibilités sociales et économiques qui leur permirent de construire la sous-culture lesbienne.

Le début de la seconde guerre mondiale causa un boulversement massif de la vie des gens et des millions d'hommes furent mobilisés. Des femmes furent aussi intégrées dans l'armée américaine, au sein du Women's Army Corps (WACs) et du Women Accepted for Volunteer Emergency Service (WAVES). Alors qu'il y avait des méthodes pour éviter l'intégration des hommes homosexuels depuis la création de l'armée américaine, aucune n'existait pour les lesbiennes : elles y étaient progressivement intégrées pendant la seconde guerre mondiale. Malgré les rôles traditionnels que devaient jouer les femmes dans les années 30, les femmes indépendantes et masculines étaient recrutées par l'armée dans les années 40 et la fragilité était découragée.[Berube 1]. L'activité sexuelle était cependant prohibée et toute personne qui s'identifiait comme lesbienne gagnait quasi-certainement un ticket bleu. Les lesbiennes formèrent de petits groupes et utilisèrent des mots de code. L'historien Allan Bérubé montra que les homosexuels dans l'armée refusaient, de manière consciente ou inconsciente, de se définir comme homosexuel ou lesbienne et ne parlaient jamais de l'orientation sexuelle des autres[Berube 2].

Les femmes les plus masculines n'étaient pas forcément nombreuses, mais leur visibilité faisait qu'elles attiraient les femmes qui recherchaient d'autres lesbiennes. Elles devaient parler de leur attirance pour d'autres femmes prudemment, parfois en prenant des jours pour se faire comprendre, sans jamais dire ou demander quoi que ce soit de catégorique[Berube 3]. Les femmes qui n'entrèrent pas dans l'armée furent incitées à effectiver les travaux laissés par les hommes afin de maintenir la productivité nationale. L'accroissement de la mobilité, de la sophistication et de l'indépendance de nombreuses femmes durant et après la guerre rendit possible pour elles de vivre sans mari, une chose qui n'aurait pas été possible dans d'autres circonstances économiques et sociales, permettant un essor des réseaux et environnements lesbiens[FadermanL 8].

Années d'après guerre

Après la seconde guerre mondiale, la population des Etats-Unis désirait revenir à la société d'avant guerre aussi vite que possible[Adam 1]. Combiné avec la paranoïa croissante concernant le communisme et l'utilisation de la théorie psychanalytique dans la culture médicale, l'homosexualité devint, dans les années 50, une caractéristique indésirable des fonctionnaires américains. Les homosexuels étaient considérés comme plus sensibles au chantage et le gouvernement commença à virer ses employés ouvertement homosexuels, démarrant ainsi une politique étendue de collecte d'information sur la vie privée des employés[Edsall 3]. Les gouvernements locaux et fédéraux se mirent à arrêter des personnes se réunissant dans des bars et des parcs et à rédiger des lois interdisant le travestissement des hommes et des femmes[Adam 2]. L'armée américaine conduisit de nombreux interrogatoires, demandant si les femmes avaient déjà eu des relations avec une autre femme et considéraient que même une seule expérience au cours de la vie consituait une identité criminelle. Ainsi, la séparation entre homosexuels et hétérosexuels était sévèrement marquée[FadermanL 9]. En 1952, l'homosexualité est listée comme une perturbation pathologique des émotions par le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'association américaine de psychiatrie[Edsall 4]. Considérer l'homosexualité comme une maladie curable était répandu parmis la communauté médicale, la population générale et de nombreuses lesbiennes elles-mêmes[4]. L'Australie[Willett 1] et le Canada[Warner 1] bannirent l'homosexualité dans les services publics et le lesbianisme devint illégal au Royaume-Uni[Jennings 2].

Sources

Notes

Références

  • Barry Adam, The Rise of a Gay and Lesbian Movement, G. K. Hall & Co, 1987 (ISBN 0-8057-9714-9) 
  1. p. 56.
  2. p. 59.
  • Robert Aldrich, Gay Life and Culture: A World History, Thames & Hudson, Ltd., 2006 (ISBN 0-7893-1511-4) 
  1. p. 47–49
  2. p 168
  3. p 178–179.
  4. p. 239.
  5. p. 239"
  6. p. 241–244.
  7. p. 246.
  8. p. 191–193.
  • Allan Berube, Coming Out Under Fire: The History of Gay Men and Women in World War II, The Free Press, 1990 (ISBN 0-7432-1071-9) 
  1. p. 28–33.
  2. p. 104.
  3. p. 100.
  • Terry Castle, The Literature of Lesbianism: A Historical Anthology from Ariosto to Stonewall, Columbia University Press, 2003 (ISBN 0-231-12510-0) 
  1. p. 4–5
  • Laura Doan, Fashioning Sapphism: The Origins of a Modern English Lesbian Culture, Columbia University Press, 2001 (ISBN 0-231-11007-3) 
  1. p. 15
  2. p. 64–66.
  • Nicholas Edsall, Toward Stonewall: Homosexuality and Society in the Modern Western World, University of Virginia Press, 2003 (ISBN 0-8139-2211-9) 
  1. p. 234.
  2. p. 230–231.
  3. p. 277.
  4. p. 247.
  • Lillian Faderman, Surpassing the Love of Men: Romantic Friendship and Love Between Women from the Renaissance to the Present, Quill, 1981 (ISBN 0-688-00396-6) 
  1. p 241
  2. p 240
  3. p 248
  4. p. 320.
  5. p. 82–83.
  6. p. 79–80.
  • Lillian Faderman, Odd Girls and Twilight Lovers: A History of Lesbian Life in Twentieth Century America, Penguin Books, 1991 (ISBN 0-14-017122-3) 
  1. p. 49
  2. p. 63–67.
  3. p. 71
  4. p. 68.
  5. p. 73.
  6. p. 94–96.
  7. p. 105–112.
  8. p. 129–130.
  9. p. 150–155.
  • Jeannette H. Foster, Sex Variant Women in Literature, Naiad Press, 1985 (ISBN 0-930044-65-7) 
  1. p. 18
  • Rebecca Jennings, A Lesbian History of Britain, Greenwood World Publishing, 2007 (ISBN 1-84645-007-1) 
  1. p 77
  2. p. 109–114.
  • Tom Warner, Never Going Back: A History of Queer Activism in Canada, University of Toronto Press, 2002 (ISBN 0-8020-8460-5) 
  1. p. 27.
  • Graham Willett, Living Out Loud: A History of Gay and Lesbian Activism in Australia, Allen & Unwin, 2000 (ISBN 1-74115-113-9) 
  1. p. 10–11.
  • Bonnie Zimmerman, Lesbian Histories and Cultures: An Encyclopedia, Garland Publishers, 2003 (ISBN 0-203-48788-5) 
  1. p. 453
  2. p. 383.
  3. p. 94.
  4. p. 354.
  5. p. 355.
  • Divers
  1. a  et b "Lesbian", Oxford English Dictionary, Second Edition, 1989. Retrieved on January 7, 2009.
  2. Lesbos locals lose lesbian appeal, BBC News Europe [July 22, 2008]. Retrieved on February 3, 2009
  3. Rust, Paula C. (November 1992). "The Politics of Sexual Identity: Sexual Attraction and Behavior Among Lesbian and Bisexual Women", Social Problems, 39 (4), p. 366–386.
  4. Esterberg, Kristin Gay (February 1990). "From Illness to Action: Conceptions of Homosexuality in The Ladder, 1956–1965", The Journal of Sex Research, 27 (1), p. 65–80.

Bibliographie

  • Nicole Albert, Saphisme et décadence dans Paris fin-de-siècle, La Martinière, 2005.
  • Dorothy Allison, Peau : sexe, classe et littérature (1994), Balland « rayon gay », 1999.
  • Ti-Grace Atkinson, Odyssée d’une amazone, (Amazon Odyssey, Londres, 1974), Paris, des femmes, 1975.
  • Evelyn Blackwood et Saskia Wieringa (dir.), Female Desires : Same-Sex Relations and Transgender Practices Across Cultures, New York, Columbia University Press, 1999.
  • Sandra Boehringer, L'Homosexualité féminine dans l'antiquité grecque et romaine, Les Belles Lettres, 2007.
  • Marie-Jo Bonnet :
    • Les Relations amoureuses entre les femmes du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob, 1995.
    • Les Deux Amies : essai sur le couple de femmes dans l'art, Paris, éditions Blanche, 2000. ISBN 2-911621-94-8
  • Marie-Hélène Bourcier, Queer Zones, Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Balland, 2001.
  • Judith Butler, Trouble dans le genre (Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, Londres, Routledge, 1990), La Découverte, 2005.
  • Terry Castle, The Apparitional Lesbian. Female Homosexuality and Modern Culture, New York, Columbia University Press, 1993.
  • Line Chamberland, Mémoires lesbiennes, 1950-1972, Montréal, Remue-Ménage, 1996.
  • Natacha Chetcuti et Claire Michard (dir.), Lesbianisme et féminisme, histoires politiques, Paris, L’Harmattan « Bibliothèque du féminisme », 2003.
  • Teresa de Lauretis, The Practice of Love, Lesbian Sexuality and Perverse Desire, Indianapolis, Indiana University Press, 1994.
  • Irène Demczuk (dir.), Des Droits à reconnaître, les lesbiennes face à la discrimination, Montréal, Remue-ménage, 1998.
  • Laura Doan (dir.), The Lesbian Postmodern, New York, Columbia University Press, 1994.
  • Didier Eribon (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003.
  • Eli Flory, Ces femmes qui aiment les femmes, enquête, L’Archipel, 2007.
  • Linda Garber, Identity Poetics, Race, Class, and the Lesbian-Feminist Roots of Queer Theory, New York, Columbia University Press, 2001
  • Colette Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, Côté-femmes, 1992.
  • Judith Halberstam, Female Masculinity, Durham, Duke University Press, 1998.
  • Karla Jay et Joanne Glasgow (dir.), Lesbian Texts and Contexts : Radical Revisions, New York, New York University Press, 1990.
  • Elisabeth Lapovsky Kennedy et Madeleine D. Davis, Boots of Leather, Slippers of Gold. The History of a Lesbian Community, New York, Penguin, 1993.
  • Christine Lemoine et Ingrid Renard (dir.), Attirances. Lesbiennes fems, lesbiennes butchs, Paris, éditions gaies et lesbiennes, 2001, 416 p.
  • Pauline Londeix, Le Manifeste lesbien, édition L'Altiplano, 2008.
  • Joan Nestle, (dir.), The Persistent Desire : A Femme-Butch Reader, Los Angeles, Alyson Publications, 1992.
  • Geneviève Pastre, De l’amour lesbien, Paris, Horay, 1980.
  • Anne Rambach et Marine Rambach, La Culture gay et lesbienne, Paris, Fayard, 2003.
  • Adrienne Rich, Blood, Bread and Poetry. Selected Prose, 1978-1985, New York, W. W. Norton, 1986.
  • Florence Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe. Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil « l’univers historique », 2000.
  • Suzette Triton et Marie-Hélène Bourcier (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, autour de l’œuvre de Monique Wittig, Paris, éditions gaies et lesbiennes, 2002.
  • Monique Wittig, La Pensée straight (The Straight Mind and Other Essays, Boston, Beacon Press, 1992), Paris, Balland, 2001.
  • Bonnie Zimmerman et Toni A. McNaron (dir.), The New Lesbian Studies : Into the Twenty-First Century, New York, Feminist Press at the City University of New York, 1996.
  • Jeannette H. Foster, Sex Variant Women in Literature, Naiad Press, 1985 (ISBN 0-930044-65-7) 
  • Robert Aldrich, Gay Life and Culture: A World History, Thames & Hudson, Ltd., 2006 (ISBN 0-7893-1511-4) 
  • Lillian Faderman, Surpassing the Love of Men: Romantic Friendship and Love Between Women from the Renaissance to the Present, Quill, 1981 (ISBN 0-688-00396-6) 
  • Rebecca Jennings, A Lesbian History of Britain, Greenwood World Publishing, 2007 (ISBN 1-84645-007-1) 

Voir aussi

Commons-logo.svg

Articles connexes

  • Portail des femmes Portail des femmes
  • Portail LGBT Portail LGBT

Ce document provient de « Lesbienne ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saphisme de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • saphisme — [ safism ] n. m. • 1838; de Sapho → saphique ♦ Littér. Homosexualité féminine. ⇒ lesbianisme. ● saphisme nom masculin (de Sappho, nom propre) Littéraire. Homosexualité féminine. ● saphisme (synonymes) nom masculin …   Encyclopédie Universelle

  • saphisme — (n.m.) Se dit des amours entre deux femmes. Il viendrait de l Antiquité grecque et dériverait du nom de la poétesse Sappho (7e siècle av. J. C.) qui vivait à Mytilène, sur l île de Lesbos, et qui préférait les femmes …   Dictionnaire de Sexologie

  • Sakura Sakurada — Sakura Sakurada[1] Sakura Sakurada (1982 ) Sakura Sakurada (1982 ) Surnom Sakura Matsui Naissance 14 janvier 1982 ( …   Wikipédia en Français

  • Bunny Luv — à l AVN Adult Entertainment Expo 2003 Surnom d actrice : Elsa Versus, Bunny Lux, Bonnie (ALS), Bonnie Bishop, Celeste de réalisateur …   Wikipédia en Français

  • Kurumi Morishita — Kurumi Morishita[1] Kurumi Morishita (1979 ) Naissance 29 juillet 1979 ( …   Wikipédia en Français

  • Chihiro Hasegawa — Pour les articles homonymes, voir Hasegawa. Chihiro Hasegawa Chihiro Hasegawa (1984 ) Surnom …   Wikipédia en Français

  • Majorité sexuelle sur le continent européen — Carte montrant l âge de la majorité sexuelle dans le monde. La majorité sexuelle est l âge à partir duquel un mineur civil peut entretenir une relation sexuelle avec un adulte sans que cet adulte commette une infraction pénalement réprimée. Les… …   Wikipédia en Français

  • Tohjiro — (1956 ) Données clés Nom de naissance Chishō Itō Surnom …   Wikipédia en Français

  • Simony Diamond — (1983 ) Surnom Alicia Wilson, Veronica Lange, Simona Giglio, Claudia Consuelo or Manuela Mazza or Elisabetta Del Garda, Sylvie, Cynthia Nupp, Simone Gold, Henni, Dimony, Diamond, Simona, Simona Diamond, Simone Simmons, Henrietta, Henriette,… …   Wikipédia en Français

  • Lesbianisme — Deux symboles de Vénus entrelacés, représentant ainsi un couple de femmes. Le mot lesbianisme est souvent utilisé pour décrire l attirance romantique et sexuelle entre deux femmes. On parle aussi d’homosexualité féminine pour qualifier cette… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.